Soirées cinéphiles chez Pathé !

Christophe Chabert | Jeudi 15 mars 2012

Les Rendez-vous 100% cinéphiles de Pathé proposent deux événements à ne pas rater ce mois-ci. D'abord, la soirée Back from the 80's au Pathé Cordeliers avec le jeudi 29 mars à 19h Indiana Jones et le temple maudit en VO (et, dans la foulée à 21h30, Tango et Cash, mais en VF) ; puis surtout, le génial Philippe Rouyer, éminent rédacteur de la revue Positif présentera au Pathé Bellecour Barry Lyndon, le chef-d'œuvre de Stanley Kubrick, le lundi 2 avril à 19h30. Ceux qui suivent les interventions délirantes et passionnées de Rouyer au Cercle sur Canal + ne rateront pas un tel rendez-vous.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Alexis Guillaume : « Lyon est une terre de lumière pour le cinéma »

Pathé Grand Lyon | S'il a pris ses fonctions dans un contexte particulier, le nouveau directeur du Pathé Grand Lyon aborde la rentrée avec un optimisme raisonnable : septembre s’annonce riche en films et la fin de l’année prometteuse en “locomotives“.

Vincent Raymond | Vendredi 11 septembre 2020

Alexis Guillaume : « Lyon est une terre de lumière pour le cinéma »

Vous arrivez durant une période singulière qui conjugue crise sanitaire inédite et changement de tous les directeurs de site. Vous avez le goût des défis… Alexis Guillaume : C’est aussi un moment où il faut se réinventer, se souder les uns les autres. Mais ce n’est pas ce qui m’apparaît comme le plus compliqué : j’ai le privilège de succéder à Thierry Rocourt, qui menait déjà un excellent travail avec les équipes. Et j’ai rencontré ici des gens formidables qui ont envie de cinéma et de promouvoir les films. Lyon est une ville emblématique pour Pathé ; c’est aussi une terre de lumière pour le cinéma. Je suis évidemment très heureux d’y arriver, même si j’ai vécu de très belles années à Aix et Marseille. Comment s’est déroulée la roouverture du 22 juin et l’été qui a suivi ? Les chiffres indiquent à Lyon une diminution globale de la fréquentation d’environ 67% par rapport à 2019. Le pire pour un cinéma, c’est d’être fermé. Cette date du 22 juin était donc très importante pour nous : il fallait absolument réamorcer la machine, que les enseignes soient allumées ; être disp

Continuer à lire

Au Pathé Carré de Soie : écran laser !

Cinéma | Cadeau de Noël avant l’heure pour les spectateurs du Pathé Carré de Soie. En plus de la rénovation des salles 1 et 9 (les plus grandes du site vaudais), l’IMAX s’est refait une jeunesse. Au laser.

Vincent Raymond | Mercredi 18 décembre 2019

Au Pathé Carré de Soie : écran laser !

Un écran de taille inchangée mais “silver“ pour mieux réfléchir l’image, un son 12.1 enveloppant en lieu et place du 5.1 classique ; une image laser 4K d’une netteté et d’une précision comparables aux projections offertes dans les salles Dolby… Bienvenue dans nouvelle la salle IMAX du Carré de Soie ! Trois mois de faramineux travaux auront été nécessaires pour doter le multiplex Pathé de la dernière génération d’appareil de projection développée par les Canadiens d’IMAX Corporation. Un temps indispensable pour reconfigurer jusqu’au gradinage de la salle, dont la capacité passe de 480 siège à 280 fauteuils grand confort inclinables, mais aussi pour installer le précieux module de commande en cabine à l’aide… d’une grue et d’une ouverture pratiquée spécialement dans le toit du cinéma ! On évoque un investissement global de 1, 6M€. Mais la salle est prête pour la sortie du nouvel opus de Star Wars : L’Ascension de Skywalker — il n’y a donc pas que les Jedis qui s’équipent de lasers. Rester premier Cette montée en gamme devrait contribuer à renforcer l’attractivité du Pathé Carré de

Continuer à lire

Pathé Vaise : ça va toujours mieux en le 10 ans

ECRANS | Il fut parmi les premiers édifices à occuper le néo-quartier de l’Industrie, qui entamait alors sa mue urbanistique. Intégré dans un bâtiment classé monument (...)

Vincent Raymond | Lundi 10 septembre 2018

Pathé Vaise : ça va toujours mieux en le 10 ans

Il fut parmi les premiers édifices à occuper le néo-quartier de l’Industrie, qui entamait alors sa mue urbanistique. Intégré dans un bâtiment classé monument historique abritant jadis les Chais Beaucairois, le Pathé Vaise célèbre cet automne ses dix ans d’existence. Et pour arroser cette première décennie, le multiplexe convie l’équipe du film Le Grand Bain de Gilles Lellouche (l’ubiquiste de l’automne, puisqu’il est à l’affiche de L’Amour est une fête et de Pupille) le jeudi 20 septembre pour une avant-première, mise en bouche d’une série d’événements susceptibles d’enchanter le public. Suivront notamment les reprises d’Inception le 21 ou de Wall.E le 23… puis une semaine d’avant-premières. Au Pathé Vaise du jeudi 20 au 23 septembre

Continuer à lire

Au Zola et au Pathé Bellecour, de nouveaux directeurs

Cinéma | Rentrée rime avec nouveautés. Dans les cinémas lyonnais également, où l’été a donné lieu à quelques métamorphoses ou modifications. Dans les salles comme en coulisses…

Vincent Raymond | Lundi 3 septembre 2018

Au Zola et au Pathé Bellecour, de nouveaux directeurs

L’arrivée de la 4DX dans la salle 10 n’est pas le seul changement d’envergure au Pathé Bellecour. Après cinq années passées à la tête du cinéma historique de la rue de la République, Candice Pelletier a été promue à Paris à la salle des Fauvettes. Et c’est Fabien Lécureuil, actuellement en poste à Rouen, qui devrait lui succéder le 17 septembre prochain. Ce directeur de 32 ans formé à la FEMIS continue d’incarner la volonté de rajeunissement des équipes du groupe, après l’arrivée de Serge Morel au Pathé Vaise début 2017. Zola repart au combat Du côté du Zola de Villeurbanne, c’est une imposante page qui s’est tournée avec le départ du directeur général du cinéma et des festivals Laurent Hugues, après un bail de 23 ans. Pour lui succéder, l’Association pour le Cinéma gérant ce monoécran municipal a choisi un professionnel à la fois jeune, expérimenté et familier des lieux. À 35 ans, Oli

Continuer à lire

Le 4DX arrive au Pathé Lyon Bellecour

Cinéma | Vaisseau amiral de la firme au coq à Lyon, le Pathé Bellecour a profité de l’été pour se doter de sa dernière innovation, une salle 4DX. La deuxième pour l’agglomération, après le Carré de Soie fin 2017 et la 25e sur la cinquantaine prévue par l’enseigne d’ici 2020 dans l’Hexagone.

Vincent Raymond | Mardi 21 août 2018

Le 4DX arrive au Pathé Lyon Bellecour

Nauséeux s’abstenir. Technologie développée par la firme coréenne CJ 4DPLEX, le 4DX “repense“ l’expérience du public en sollicitant tous ses sens… à l’exception du goût. Si l’image et le son de l’écran se trouvent relayés par des effets périphériques dans la salle, la principale curiosité vient du fauteuil, digne d’un aéronef de space opéra. Montée sur vérins, l’infernale bascule, vibre, tangue ou secoue le spectateur en écho aux trépidations du film. Mais ce n’est pas tout : pour augmenter l’impression de réalité, un savant système de tuyauteries pulse qui de l’air, qui de l’eau, qui des odeurs… Tandis que des confettis neigeux tombent sur l’écran. Bien entendu, ce procédé sensément immersif a davantage vocation à accompagner les blockbusters à sensations (Mission Impossible : Fall out l’a inauguré) que les œuvres contemplatives intimistes. Il s'agit surtout d’un produit d’appel de premier choix pour la clientèle ado-adulesce

Continuer à lire

Peter Von Poehl : « les instruments sont une palette d'émotions »

Pop | Composé à partir de claviers vintage, le dernier album du Suédois Peter Von Poehl, Sympathetic Magic, détonne sans dérouter dans l'univers musical délicieusement impressionniste d'un compositeur nourri d'images autant que de sons. Entretien avant sa venue au Ninkasi Kao.

Stéphane Duchêne | Mardi 19 décembre 2017

Peter Von Poehl : « les instruments sont une palette d'émotions »

Pour votre précédent album, Big Issues Printed Small (2013), que vous qualifiiez de « symphonie lo-fi », vous aviez écrit tous les morceaux au préalable avant de les tester sur scène et de les enregistrer en une journée avec un orchestre dans les conditions du live. Comment vous y êtes vous pris cette fois pour Sympathetic Magic ? Peter Von Poehl : Ça ressemble davantage à la méthode que j'avais utilisée sur mon premier album, Going to Where the Tea Trees Are (2006) : quelque chose de plus bricolé, avec beaucoup de petits enregistrements successifs dans mon studio de Paris, qui étaient censés être des maquettes mais dont j'ai finalement gardé pas mal de choses. Mais le vrai déclencheur de l'écriture de ce disque, c'est que j'avais récupéré des claviers que j'avais ado à Malmö et que mes parents menaçaient d'envoyer à la décharge. Retrouver le son de ces synthés a un peu fonctionné comme une madeleine de Proust. Et comme ce sont des instruments que je ne maîtrise pas parfaitement, ça m'a aussi obligé, moi qui suis plus habitué aux guitares, à composer différemment. On sent sur ce disque une patte beauco

Continuer à lire

Cinéma : le coq se rebiffe

Pathé | Au moment où le très discret groupe CGR vient d’annoncer le rachat du circuit Cap’Cinéma — et annonce avoir dépassé en nombre d’établissements sur le territoire (...)

Vincent Raymond | Lundi 20 novembre 2017

Cinéma : le coq se rebiffe

Au moment où le très discret groupe CGR vient d’annoncer le rachat du circuit Cap’Cinéma — et annonce avoir dépassé en nombre d’établissements sur le territoire national le réseau Pathé-Gaumont —, la firme au coq le défie sur le terrain de l’innovation technique. Pour contrer le système ICE (Immersive Cinema Experience) lancé lors de la sortie de Valérian, Pathé fait donc coup double en métropole lyonnaise. En ouvrant pour commencer dans son complexe du Carré de Soie une salle équipée de la technologie 4DX, un système proposant une “expérience” sensorielle et immersive au spectateur, grâce notamment à des fauteuils sur vérins et des effets de soufflerie interagissant avec le film. Réservée aux blockbusters (Justice League essuie les plâtres) et à une centaine de privilégiés par séance, cette attraction devrait consolider la position de leader régional du cinéma vaudais, par ailleurs doté d’un écran Imax. Avec déjà plus d’un million de billets vendus depuis le début 2017, le Pathé Carré de Soie concentre à lui seul quasiment 20% de la fréquentati

Continuer à lire

Cinémas de proximité : par ici la sortie ?

Ecrans à cran | Nouvelles concurrences, aides indirectes sabrées : la nouvelle année a un goût des plus saumâtres pour les cinémas indépendants. La fin d’une époque ? Espérons que non !

Vincent Raymond | Mardi 3 janvier 2017

Cinémas de proximité : par ici la sortie ?

Les excellents chiffres de la fréquentation pour 2016 (213 millions de spectateurs !) claironnés par la Fédération nationale des cinémas français, méritent d’être examinés avec attention : ce “deuxième meilleur résultat depuis 1966” a été conquis grâce à un nombre record de films (700 !!) projetés sur plus de 5 600 écrans, c’est-à-dire le parc le plus important d’Europe. Mais pour combien de temps encore ? Au pays de l’exception culturelle, et en particulier dans la Métropole lyonnaise, cette richesse globale d’équipements n’est pas uniforme : deux grands systèmes complémentaires d’exploitation cinématographique cohabitent. D’un côté, les réseaux (Gaumont-Pathé, UGC, CGR, Mégarama…), implantant depuis une vingtaine d'années force multiplexes dans les périphéries ou les zones commerciales ; de l’autre, des cinémas indépendants, vestiges des salles de patronage ou municipales, portés par de petits exploitants ou des associations, fédérés en regroupements (GRAC, Acrira…), partiellement subventionnés par l’Europe, l’État et les collectivités locales. Vecteurs d’une programmation volontiers alternative (mariant cinéma grand

Continuer à lire

Clap de fin pour le Pathé Cordeliers

ACTUS | Dimanche 28 février, à l'issue de la dernière séance, le rideau se baissera définitivement sur le plus ancien des cinémas lyonnais, le Pathé Cordeliers. (...)

Sébastien Broquet | Lundi 15 février 2016

Clap de fin pour le Pathé Cordeliers

Dimanche 28 février, à l'issue de la dernière séance, le rideau se baissera définitivement sur le plus ancien des cinémas lyonnais, le Pathé Cordeliers. Cette salle de spectacles existait depuis le 1er septembre 1880, ouverte par Claude Guillet et nommée alors le Théâtre Scala-Bouffes, multipliant ensuite les métamorphoses, projetant ses premiers films dès 1906. Le cinéma deviendra sa seule activité dès 1938, sous le nom raccourci de La Scala. C'est en 1974 que UGC lui donne sa forme actuelle et ses sept salles, qui s'appelleront ensuite Les 8 Nefs, jusqu'à devenir le Pathé Cordeliers en 2008. La société ANF Immobilier, propriétaire des murs du 20, rue Thomassin, n'a pas souhaité renouveler le bail et Pathé s'en est accomodé, comme l'a révélé le site Salade Lyonnaise. Pour ANF, ce changement s'inscrit dans une restructuration de ses actifs lyonnais : l'entreprise côtée en bourse, historiquement implantée dans ce quartier, ayant déjà cédé en novembre dernier les 13.000 m2 du bâtiment du Printemps situés place de la République - au groupe Printemps. Du côté de Pathé, on n'en fait pas un drame : ces sept salles étaient devenues presque anecdotiques (208.000

Continuer à lire

7 psychopathes

ECRANS | De Martin McDonagh (Ang, 1h50) avec Colin Farrell, Woody Harrelson, Sam Rockwell, Christopher Walken…

Christophe Chabert | Mardi 22 janvier 2013

7 psychopathes

Dans 7 psychopathes, Colin Farrell incarne un scénariste alcoolique, coincé sur un script intitulé 7 psychopathes. Du coup, il ne faut pas avoir fait de hautes études pour oser l’identification entre le personnage et l’auteur du film, Martin McDonagh — même si on ne sait rien de ses penchants pour la bibine. En revanche, quand on voit Farrell et son pote taré (Sam Rockwell, au-delà du cabot) devant un Kitano au cinoche, alors que le précédent film de McDonagh, Bons baisers de Bruges, se référait avec malice au Sonatine du maître Takeshi, il n’y a plus de doute sur le degré de mise en abyme. Le problème, comme souvent dans ce genre de projets où l’écriture de la fiction et sa mise en scène à l’écran se fondent l’une dans l’autre, c’est de conserver une rigueur narrative là où le grand n’importe quoi est évidemment autorisé. Alors que McDonagh n’a même pas encore tiré le portrait des sept psychopathes du titre, le voilà déjà en train d’en fusionner deux en un, puis d’en faire le co-auteur de l’histoire des autres psychopathes… Vous n’y comprenez rien ? Normal, le film cherche la confusion et broie dans son délire tous ses atouts,

Continuer à lire

IMAX, nouvelle frontière

ECRANS | Au cœur de l’apathie estivale s’est ouvert au Pathé Carré de soie de Vaulx-en-Velin la première salle IMAX de l’agglomération lyonnaise. IMAX ? Sans se livrer (...)

Christophe Chabert | Vendredi 27 août 2010

IMAX, nouvelle frontière

Au cœur de l’apathie estivale s’est ouvert au Pathé Carré de soie de Vaulx-en-Velin la première salle IMAX de l’agglomération lyonnaise. IMAX ? Sans se livrer à une description geek, disons que la salle propose un écran immense mais carré, des gradins pensés pour donner l’impression d’être constamment le nez dans le film, et un son tellement puissant qu’il fait trembler les fauteuils comme si le cinéma s’écroulait. Les chanceux qui ont tenté l’expérience en allant voir la version IMAX d’Inception en ont eu pour leurs frais (car la place est particulièrement chère : 15 euros en plein tarif !) ; non seulement le film est beaucoup plus spectaculaire, mais surtout il est projeté dans le format pensé par Nolan, le scope de la version normale s’apparentant à un incompréhensible coup de rabot en haut et en bas de l’écran. La séquence parisienne notamment prenait tout son sens en IMAX, tant Nolan l’a mise en scène avec la même verticalité que la scène d’ouverture de The Dark Knight (elle aussi pensée pour l’IMAX). Depuis vendredi dernier, c’est le Avatar de James Cameron, rallongé d’une dizaine de minutes, qui a droit à sa projection en IMAX, et en 3D cette fo

Continuer à lire

«Rester grand public et de qualité»

ECRANS | Entretien / Joël Luraine, directeur du futur Pathé Vaise, annoncé pour janvier 2008. Propos recueillis par CC

Christophe Chabert | Mercredi 19 septembre 2007

«Rester grand public et de qualité»

Petit Bulletin : Quand ouvrira le Pathé Vaise ?Joël Luraine : On est certain que ce sera en janvier 2008, le 15 janvier vraisemblablement. Il se trouvera dans le quartier de l'industrie du 9e arrondissement, à côté d'autres entreprises hi-tech. Ce sera un cinéma de 14 salles et 2 800 fauteuils avec un très grand hall de 1 500 m2 ; il réutilise l'architecture des anciennes halles du quartier de Vaise. Du coup, le bâtiment est original, beau et très identifiable. Y a-t-il déjà des axes de programmation ? Cela aura-t-il une implication sur les autres cinémas Pathé de Lyon, Bellecour et les 8 Nef ?Ça va changer notre positionnement dans la ville, c'est sûr. Aujourd'hui, Pathé est à 25% de parts de marché, UGC à 45%. L'ouverture de Vaise va permettre de prendre une part importante du marché de la ville, donc ça va inévitablement réorganiser la donne en termes de programmation. Il est sûr qu'à un moment on va faire de la version originale ; pas de l'art et essai, mais de la VO sur des films grand public, et probablement à Vaise. Le quartier s'y prête, il y a beaucoup d'entreprises internationales ; et puis c'est nécessaire, la clientèle possédant le Pass, no

Continuer à lire