Les Vieux Chats

ECRANS | De Sebastián Silva, Pedro Peirano (ÉU-Chili, 1h29) avec Belgica Castro, Claudia Celedón…

Christophe Chabert | Vendredi 20 avril 2012

Photo : DR


Octogénaire incapable de quitter son domicile lorsque l'ascenseur tombe en panne, Isadora mène une vie paisible avec Enrique, son compagnon aimant et dévoué. Tout le début du long-métrage des Chiliens Sebastián Silva et Pedro Peirano s'intéresse à ce couple et son appréhension du temps qui passe, à l'image de leurs deux vieux chats errant dans ce grand appartement. Un calme troublant qui volera en éclats quand apparaîtra Rosario, la fille d'Isadora, et son amie bien décidée à se faire appeler Hugo.

Deux tornades qui ont en tête de déloger la vieille dame pour récupérer l'appartement et financer une entreprise d'importation de savonnettes du Machu Picchu. Le basculement opéré par cette arrivée place le film sur une autre pente : celle de l'affrontement larvé mais inéluctable entre une mère et sa fille incapables de s'entendre. Et c'est justement quand ce huis clos à quatre se transformera en face-à-face, avec le départ d'Enrique et d'Hugo, que la situation implosera littéralement dans une longue séquence à la force cinématographique et poétique puissante.

Aurélien Martinez

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Berlinale 2015, jour 8. Gay Berlin.

ECRANS | « 13 minutes » d’Olivier Hirschbiegel. « Vergine giurata » de Laura Bispuri. « L’été de Sangaile » de Alanté Kavaïté. « Nasty baby » de Sebastian Silva.

Christophe Chabert | Vendredi 13 février 2015

Berlinale 2015, jour 8. Gay Berlin.

À la Berlinale, on remet chaque année le Teddy Bear du meilleur film LGBT, une tradition qui fête ses vingt ans et qui a depuis fait école dans d’autres festivals (cf la Queer Palm de Cannes). On ne sait trop si c’est l’œuf qui a fait la poule ou les poules qui ont pondu des œufs, mais toujours est-il que la Berlinale est devenue un lieu important pour le lancement d’une saison entière de films gays, ceux-ci se retrouvant dans toutes les sections, mais plus particulièrement en compétition (comme le Greenaway d’hier) et surtout au Panorama, où il y en a à foison. 13 minutes, et deux heures de souffrance Avant de donner quelques exemples parmi ceux qu’on a vus durant cette semaine, arrêtons-nous sur 13 minutes, le nouveau Olivier Hirschbiegel, «auteur» de La Chute et de l’impérissable Diana, dont on ricane encore deux ans après l’avoir vu — même si Grace de Monaco l’a dépassé dans le genre biopic bidon de princesse ridicule. Hirschbiegel, dans le meilleur des cas, pourrait postuler au titre de Claude Berri allemand, alignant les grosses p

Continuer à lire

Magic Magic

ECRANS | De Sebastián Silva (ÉU, 1h37) avec Juno Temple, Michael Cera…

Christophe Chabert | Mercredi 10 juillet 2013

Magic Magic

Pendant que Roman Polanski faisait défiler son cinéma entre les quatre murs d’un théâtre — La Vénus à la fourrure, choc de la rentrée — le réalisateur chilien de La Nana tentait un hommage au maître avec Magic Magic, essai qui se transforme en échec complet. Alicia (Juno Temple, actrice fascinante,  qui se sauve vaillamment du traquenard) part en vacances au Chili avec des amis qu’elle connaît à peine, et développe une névrose dont le film peine à cerner les contours. Et pour cause : parano comme dans Rosemary’s baby, phobique du sexe comme dans Répulsion, atteinte d’un délire de persécution carabiné comme dans Le Locataire, Alicia est un fantasme cinéphile incarné. Tout le film souffre de cette stratégie d’empilement citationnel, oubliant un ingrédient élémentaire : la crédibilité. Du coup, Magic Magic n’e

Continuer à lire