«Je ne fais pas des films avec des idées»

ECRANS | Cette semaine, l’Institut Lumière termine sa rétrospective consacrée à Michael Cimino avec la version restaurée de La Porte du Paradis, supervisée par Cimino lui-même. Entretien avec cette légende vivante du cinéma américain. Propos recueillis et traduits par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 21 février 2013

Quelle est l'importance pour vous de cette ressortie de La Porte du Paradis ?
Michael Cimino : C'est n'est pas une reprise au sens classique du terme. Cette version est plus qu'une version restaurée, c'est une version améliorée, au niveau du son, de l'image, des couleurs, du montage. Je la vois comme LA sortie du film.

Il y a donc encore des différences avec la précédente version de 220 minutes ?
Oui, car celle-ci a été entièrement refaite en numérique. Il y a des choses que j'ai pu faire en numérique qui étaient impossibles il y a trente ans. Cela donne une clarté que vous n'avez jamais vue auparavant. Certains passages ont l'air d'être en 3D, notamment parce que j'ai utilisé un objectif 30 mm qui permet de voir les détails à l'infini. C'est grandiose pour les paysages, mais aussi pour les gros plans, car ça leur donne un aspect monumental. À l'époque du tournage de La Porte du Paradis, on devait passer par un laboratoire optique pour effectuer des changements sur l'image et cela pouvait durer trois semaines ou un mois. Maintenant, il suffit d'appuyer sur un bouton et le résultat est instantané. C'était un gâchis absolu de temps. Je finissais épuisé dans la salle de montage à y passer vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept. C'est incroyable, aujourd'hui, on peut faire en trois heures ce qui en prenait vingt ! Le résultat donne d'ailleurs le sentiment que le film vient d'être tourné, qu'il ne s'agit pas d'un vieux film, même si c'est un film d'époque.

Souvent, on parle du film comme d'un «western marxiste». Êtes-vous d'accord avec cette définition ?
Non, car je ne fais pas des films avec des idées ou avec de la politique, je fais des films sur des gens. C'est la seule chose qui m'intéresse, c'est comme ça que j'écris.

Pensez-vous alors au genre ?
Non. Je suis autodidacte, je n'ai pas fait d'école de cinéma, j'ai étudié l'architecture, comme Antonioni. Enfin, lui était un critique d'architecture… Pour moi, tout commence et finit par les personnages. Une des raisons qui font que les acteurs aiment travailler avec moi, même si le film ne remporte pas de succès, c'est que toute mon énergie passe dans le fait qu'ils soient bons à l'écran. Si on fait un film sur une idée, qu'elle soit philosophique, politique, ou qu'elle ait un rapport au genre, ce film va vieillir très vite. C'est un mauvais choix. C'est comme faire des films à partir des films des autres. J'ai connu un cinéaste qui passait ses jours et ses nuits à regarder Le Conformiste de Bertolucci, en espérant y voler quelque chose. On n'apprend rien en faisant ça. Les Cahiers du Cinéma ont inventé ce terme d'«auteur» [en Français dans le texte], mais être réalisateur ne fait pas de vous automatiquement un «auteur». Si vous avez écrit un scénario original, que ce sont vos mots et qu'ils viennent de votre vécu, pas de votre cinéphilie, vous pourrez être appelé un «auteur». C'est une erreur des Cahiers d'avoir créé ce culte du réalisateur que je déteste.

Mais vous avez inventé des choses que personne n'avait jamais osé avant. Par exemple, aucun cinéaste n'avait créé une telle interaction entre les figurants et les comédiens, comme dans la scène du mariage de Voyage au bout de l'enfer ou les scènes de bal de La Porte du Paradis
Je déteste le mot figurants. C'est un mot inhumain. Ce sont des personnes ! Dans Voyage au bout de l'enfer, toutes les personnes présentes à la cérémonie de mariage sont d'authentiques Russes et Ukrainiens venus de trois paroisses de cette zone sidérurgique en Pennsylvanie. Ils ont fait ce qu'ils auraient fait à n'importe quel mariage. À la fin de cette séquence, il y avait un vieil homme assis sur la scène ; il avait une bière à la main — j'avais dit à tout le monde de boire et de manger autant qu'ils le voulaient — et il pleurait. Je lui demande pourquoi il pleure, et il m'a répondu simplement : «C'était un si beau mariage…». L'émotion était vraie. Pendant la scène de l'évacuation de Saigon, nous avions 9000 véritables autochtones, sur des kilomètres et des kilomètres, vous les voyez quand De Niro remonte la rivière. J'ai vu ce film, Troie, et on y voit ces milliers de figurants numériques dans les bateaux ; mais les Troyens n'ont jamais eu autant de bateaux ! Les gens se sont habitués à ces mensonges, mais dans Voyage au bout de l'enfer, La Porte du Paradis ou L'Année du dragon, vous ne trouverez jamais ce type de choses. Il n'y a pas de trucages, il y a des interactions entre des personnes sur l'écran, et c'est cela qui émeut les gens à l'arrivée. Avant de faire pleurer le public, il faut d'abord l'avoir fait rire. Spielberg me demandait : «Michael, comment as-tu fait pour mettre autant de tension dans la scène de la roulette russe de Voyage au bout de l'enfer ?». Je lui ai dit que ce n'était pas lié à la scène de la roulette russe, mais que cela provenait de celle du mariage une heure avant. Vous aimez ces gens, vous ne voulez pas qu'il leur arrive quelque chose.

Il faut du temps pour créer ce réalisme…
On ne crée jamais de réalisme. On ne crée qu'un avatar de réalisme !

La Porte du Paradis
À l'Institut Lumière, du 27 février au 3 mars


La Porte du Paradis

De Michael Cimino (1981, EU, 3h36) avec Kris Kristofferson, Christopher Walken...

De Michael Cimino (1981, EU, 3h36) avec Kris Kristofferson, Christopher Walken...

voir la fiche du film


En 1890, dans le Wyoming, de riches éleveurs anglo-saxons s'opposent à la conquête anarchique du territoire américain par les immigrants d'Europe centrale. Ils engagent des mercenaires pour y remédier.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cimino, l’enfer avant l’enfer

ECRANS | Ce mois-ci, la Ciné Collection propose dans les salles indépendantes de l’agglomération rien moins qu’un des plus beaux films du monde, mais aussi un des (...)

Christophe Chabert | Jeudi 2 janvier 2014

Cimino, l’enfer avant l’enfer

Ce mois-ci, la Ciné Collection propose dans les salles indépendantes de l’agglomération rien moins qu’un des plus beaux films du monde, mais aussi un des plus douloureux : Voyage au bout de l’enfer. En 1977, le tout jeune Michael Cimino — qui n’avait réalisé auparavant que le déjà très bon Canardeur avec Eastwood — se lance dans une fresque qui prendrait la guerre du Vietnam pour centre, mais qui la déborderait de part et d’autre pour écrire la chronique d’une petite communauté d’immigrés polonais installés dans une vallée sidérurgique de Pennsylvanie. Avant le départ au front, on assiste au mariage de Steven, entouré de ses amis ouvriers la semaine et chasseurs de daims le week-end (d’où le titre original : The Deer hunter). Dans ce premier acte, Cimino cherche à faire corps avec les personnages en prenant le temps de les immerger dans un mariage où rien n’est simulé, ni les rituels, ni les accidents, ni l’alcool qui coule à flots… On ne parle pas que des "stars" — De Niro, Walken

Continuer à lire

Michael Cimino de retour à Lumière

ECRANS | Après son triomphe l'an dernier pour la présentation de La Porte du Paradis en clôture du festival, Michael Cimino sera de retour pour l'édition 2013 de Lumière (...)

Christophe Chabert | Mardi 8 octobre 2013

Michael Cimino de retour à Lumière

Après son triomphe l'an dernier pour la présentation de La Porte du Paradis en clôture du festival, Michael Cimino sera de retour pour l'édition 2013 de Lumière afin de présenter la copie restaurée de Voyage au bout de l'enfer, mais aussi, comme il l'a indiqué lors d'un message envoyé au festival, "pour être là en personne afin de féliciter Quentin Tarantino pour son Prix Lumière". Pour ceux que cela intéresse, rappelons que Cimino nous avait accordé une interview lors de sa dernière venue à l'Institut Lumière à l'occasion de la rétrospective qui lui était consacrée, que vous pouvez lire ici.

Continuer à lire

Gros ennuis en petite Chine

ECRANS | Dans les années 80, la question asiatique taraude Hollywood. La menace est à la fois économique (de grands groupes industriels japonais lorgnent sur les (...)

Christophe Chabert | Mercredi 30 janvier 2013

Gros ennuis en petite Chine

Dans les années 80, la question asiatique taraude Hollywood. La menace est à la fois économique (de grands groupes industriels japonais lorgnent sur les studios) et esthétique, Tsui Hark commençant à redéfinir les standards des films d’action. Michael Cimino, chez qui la question de l’étranger est centrale trouve dans le script de L’Année du dragon, signé Oliver Stone, de quoi mettre en perspective ce choc annoncé des cultures. Surtout, cela lui offre l’occasion de se remettre en selle cinq ans après le fiasco de La Porte du Paradis. À sa sortie, L’Année du dragon est accueilli par des polémiques sur son supposé racisme ; s’il y a bien une xénophobie dans le film, c’est celle de son personnage principal, Stanley White, flic d’origine polonaise et ancien du Vietnam — comme un cousin éloigné de De Niro dans Voyage au bout de l’enfer. Pour lui, l’Asiatique est l’ennemi naturel, et sa volonté de faire tomber un

Continuer à lire

Les cimes de Cimino

ECRANS | L’Institut Lumière propose un petit événement : la première intégrale consacrée à Michael Cimino. Certes, sept films en quarante ans, ça ne paraît pas compliqué à réunir ; mais les vicissitudes de sa carrière ont longtemps plongé le cinéaste dans un semi oubli. Et pourtant… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 25 janvier 2013

Les cimes de Cimino

La séance de clôture du dernier festival Lumière vit Michael Cimino monter sur la scène de la Halle Tony Garnier pour présenter la version intégrale et restaurée de son film-maudit, La Porte du Paradis. L’émotion manifeste du cinéaste était bien compréhensible : l’œuvre de sa vie, échec monumental à sa sortie, fut longtemps sa douleur ; sa renaissance, devant 7000 spectateurs maintenant conquis par son indéniable splendeur, était comme une revanche. L’Institut Lumière a donc décidé de finir le job en ce début 2013, en proposant aux Lyonnais la première intégrale Cimino. Qui reviendra du coup à Lyon le 20 février. Voyage au bout de Hollywood Alors qu’il n’est que scénariste sur Magnum force, Clint Eastwood se prend d’amitié pour ce type bizarre, déjà gonflé d’ambition et dans les starting blocks pour devenir réalisateur. Eastwood accepte de produire et d’interpréter Le Canardeur et, alors que tout pouvait laisser craindre que ces fortes personnalités allaient se prendre le bec, la collaboration se passe à merveille. Le film est un road movie typique du cinéma 70’s auquel Cimino confère un lyrisme qui signe déjà son en

Continuer à lire

Michael Cimino sur le pas de la porte Lumière

ECRANS | La nouvelle de la diffusion de la version longue de La Porte du Paradis en clôture du festival Lumière était déjà excellente. Voilà qu'elle s'accompagne de la (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 16 octobre 2012

Michael Cimino sur le pas de la porte Lumière

La nouvelle de la diffusion de la version longue de La Porte du Paradis en clôture du festival Lumière était déjà excellente. Voilà qu'elle s'accompagne de la venue de son réalisateur culte, Michael Cimino. Le cinéaste viendra en compagnie d'Isabelle Huppert, déjà annoncée, présenter son film maudit et donc culte face aux 4000 spectateurs de la Halle Tony Garnier, sûrement ravis de rencontrer un artiste plutôt rare. 

Continuer à lire

Paradis retrouvé

ECRANS | Morceau de choix pour terminer le festival : la version restaurée et intégrale de "La Porte du Paradis", film maudit devenu film mythique, date-clé de l’Histoire du cinéma qui marque la fin d’une utopie hollywoodienne mais aussi le purgatoire d’un cinéaste immense, Michael Cimino.

Christophe Chabert | Jeudi 11 octobre 2012

Paradis retrouvé

Qui a vu La Porte du Paradis ? Du moins, qui a vu sa version intégrale ? Aux Etats-Unis, où la sortie du film provoqua la faillite de United Artists, le studio qui l’avait produit, presque personne. En France, sans doute un peu plus puisqu’à l’initiative de Patrick Brion, infatigable animateur du Cinéma de minuit sur France 3, le film fut finalement distribué en 1989 dans le montage de 3h45 souhaité par Michael Cimino. Les bizarreries des droits ont voulu que seul le DVD américain reprenne cette version, le DVD français exploitant celle de 2h20, qui n’est pas seulement un "raccourcissement" mais une véritable réécriture de son propos. De toute façon, qui a envie de voir La Porte du Paradis en DVD ? Car ce film monde et monstre ne prend son sens que sur un très grand écran, avec ses centaines de figurants, sa passion du détail, son ampleur décorative, son sens de l’espace. Dernière frontière Le fiasco du film est resté comme une blessure profonde dans l’histoire hollywoodienne. On a parlé de la mort de United Artists, mais c’est surtout la fin d’une utopie que cet échec entérine : le Nouvel Hollywood, dont Michael Cimino fut le temps d

Continuer à lire

"La Porte du Paradis" en clôture de Lumière

ECRANS | La rumeur courait depuis plusieurs semaines, mais c'est désormais officiel : c'est bien La Porte du Paradis, fabuleux anti-western de Michael Cimino, (...)

Christophe Chabert | Mardi 25 septembre 2012

La rumeur courait depuis plusieurs semaines, mais c'est désormais officiel : c'est bien La Porte du Paradis, fabuleux anti-western de Michael Cimino, dont l'échec provoqua la ruine de United artists et le purgatoire our son auteur, qui sera projeté le dimanche 21 octobre à la Halle Tony Garnier en clôture du festival Lumière. Le film sera présenté par son actrice Isabelle Huppert dans sa version intégrale (de 3h36) et restaurée numériquement : comme vous ne l'avez jamais vu, donc, et c'est inratable. La Porte du Paradis de Michael Cimino par Festival_Lumiere

Continuer à lire