Fedora, star au crépuscule

Christophe Chabert | Lundi 2 septembre 2013

Fedora revient sur les écrans, après une longue absence. Cette phrase marche pour le film de Billy Wilder, quasi-invisible depuis sa sortie en 1978, mais aussi pour l'histoire qu'il raconte : celle d'une star mythique, recluse sur une île à Corfou entourée d'une vieille infirme, d'une gouvernante, d'un garde du corps et d'un médecin alcoolique, qu'un producteur «indépendant» cherche à convaincre de faire son come back dans une nouvelle adaptation d'Anna Karenine.

Tout fait retour dans Fedora, y compris Billy Willder lui-même, qui offre une variation évidente autour d'un de ses plus grands succès, Sunset Boulevard. Le cinéma a changé en un quart de siècle, et la gloire du muet terrassée par le parlant s'est transformée en diva énigmatique, Dorian Gray féminine pour laquelle la chirurgie esthétique remplace le tableau diabolique. En revanche, William Holden est toujours là, mais lui accuse le poids des années, tout comme Hollywood, balayé par «les jeunes cinéastes barbus» et leurs «caméras légères».

La puissance de Fedora tient à son mélange d'anachronisme et de puissante modernité ; la mise en scène de Wilder garde ce classicisme élégant qui permet au film de résister au passage du temps, mais les sujets qu'il aborde et le regard qu'il pose sur ce monde en mutation où l'éternelle jeunesse est la valeur monstrueuse à laquelle on doit tout sacrifier — vie privée, vie amoureuse et même progéniture — sont d'une incroyable acuité. Le parfum mortifère qui se dégage de cette œuvre vraiment crépusculaire constitue ainsi un chant du cygne parfait pour son réalisateur — le navrant remake de L'Emmerdeur n'étant qu'un combat de trop, ce qu'il ne manqua pas de reconnaître en le reniant avant de se retirer définitivement des affaires.

Fedora
De Billy Wilder (1978, ÉU, 1h50) avec William Holden, Marthe Keller…
À l'Institut Lumière jusqu'au 7 septembre


Fedora

De Billy Wilder (1978, Fr-All, 1h56) avec Marthe Keller, William Holden...

De Billy Wilder (1978, Fr-All, 1h56) avec Marthe Keller, William Holden...

voir la fiche du film


Un producteur américain tente de convaincre une star légendaire à la retraite, Fedora, d'effectuer un comeback retentissant.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Ministère à mère : "La Sainte Famille"

Comédie Dramatique | Sa femme s’éloigne, son frère se sépare, son aristocrate de mère le fait tourner en bourrique, sa grand-mère n’est plus très vaillante, sa cousine lui fait de l’œil ; il a du mal avec ses filles… Malgré cet environnement intime bancal, le novice en politique Jean est nommé ministre de la Famille…

Vincent Raymond | Mardi 17 décembre 2019

Ministère à mère :

La particule de son patronyme laisse supposer que l’auteur-interprète principal a pioché dans un décor, disons, familier : celui d’une lignée enracinée dans l’aristocratie ou la grande bourgeoisie, habituée aux parquets point de Hongrie des beaux quartiers parisiens, prenant ses quartiers de campagne dans quelque gentilhommière d’Île-de-France ; où l’usage veut que les enfants voussoient leurs parents. Un contexte où sa silhouette mi-guindée, mi-ébahie, évolue visiblement en pays de connaissance. Si on ne peut dire qu’on n’a jamais vu de films avec des familles de bourges en crise — c’est même le fonds de commerce d’un certain cinéma français —, ce qui tranche ici, c’est « la pudeur des sentiments », pour reprendre Gainsbourg : les situations se résolvent davantage dans l’écoute et l’étreinte que dans l’hystérie collective, tout mucus sorti. Et la fin, d’une infinie tendresse, s’avère un modèle de douceur. Mais La Sainte Famille sonne aussi le glas de ce “monde ancien“, conscient de sa désuétude, qui anticipe sa dissolution en même temps que la disparition de ses aînées : le pa

Continuer à lire

Blues de la blouse : "L'Ordre des médecins"

Urgences | De David Roux (Fr-Bel, 1h33) avec Jérémie Renier, Marthe Keller, Zita Hanrot…

Vincent Raymond | Mardi 22 janvier 2019

Blues de la blouse :

Médecin hospitalier avalé par les urgences quotidiennes d’un métier vocation-passion, Simon fait admettre sa mère pour une rechute cancéreuse. Face à la gravité du mal, à l’inertie de certains collègues et à la résignation de sa mère, il se met en congé pour s’occuper d'elle… Ce premier long-métrage de David Roux mérite de se frayer son chemin singulier dans la jungle des films (et désormais de la série) “médicaux“ initiés par Thomas Lilti. Car en dépit de ce que le titre peut laisser supposer, il s’agit ici surtout des ordre et désordre d’un médecin en particulier ; de sa vie réduite par la force des choses à la pratique hospitalière — par contiguïté, on devine que l’addiction de Simon est largement partagée, même si tous ne vivent pas leur métier comme un apostolat. D’une certaine manière, il est la pathologie de son existence tout en étant son remède — la dose fait le poison, pour reprendre Paracelse. Le grand mérite de ce film est d’opérer (si l’on ose) un virage à 180° à l’intérieur de l’institution, permettant au soignant de la contempler en position distan

Continuer à lire

"L’Économie du couple " : un douloureux huis clos

ECRANS | Un film de Joachim Lafosse (Bel/Fr, 1h40) avec Bérénice Bejo, Cédric Kahn, Marthe Keller…

Vincent Raymond | Mercredi 6 juillet 2016

Déjà qu’il est peu plaisant d’être le témoin privilégié d’une dispute de couple ; alors imaginez une compilation de soupe à la grimace, d’arguties fielleuses, de museaux bouffés servie par un duo jamais à court de reproches mutuels, achoppant sur sa séparation à cause d’une appréciation différente de la valeur du domicile conjugal. Des considérations tristement mesquines, à hauteur de porte-monnaie, montrant combien (sic) la passion est volatil, et ce qu’il peut rester d’un mariage lorsque la communauté amoureuse se trouve réduite… aux acquêts. Douloureux, éprouvant à voir — pour ne pas dire à subir —, ce quasi huis clos est moins insupportable lorsque des amis, invités dans cet enfer domestique, sont pris à témoins par les deux belligérants. Le temps d’une seule séquence, qu’on soupçonne d’être le prétexte du film — un court-métrage aurait suffi. Pour achever la punition, on se mange ici après Camping 3 un nouveau titre de Maître Gims in extenso. Pas très charitable pour le spectateur…

Continuer à lire

Billy Wilder, au plus-que-parfait du jouissif

ECRANS | Un cortège de bon mots et de répliques en platine massif, une farandole de stars et de pin-ups, quelques Oscar pour faire bonne mesure… mais, a priori, (...)

Vincent Raymond | Mardi 10 novembre 2015

Billy Wilder, au plus-que-parfait du jouissif

Un cortège de bon mots et de répliques en platine massif, une farandole de stars et de pin-ups, quelques Oscar pour faire bonne mesure… mais, a priori, pas de raton-laveur dans sa filmographie. Cinéaste typiquement hollywoodien — du fait de sa naissance en Europe, sans doute — Billy Wilder aura donné aux studios quelques-uns de leurs plus grands joyaux, du film noir d’encre avec femme fatale "deluxe" (Barbara Stanwyck, Marlene Dietrich) à la comédie débridée avec femmes et… euh… hommes sexy en diable (Marilyn Monroe, Tony Curtis, Shirley MacLaine). Et puis effleuré avec une sobre élégance les rivages sombres du drame comme de la vilénie humaine. Il faut profiter du cycle proposé par l’Institut Lumière (une presque intégrale de 23 films !) pour visiter La Garçonnière (1960) ou sonder Le Gouffre aux chimères (1951). Noter sur ses tablettes la projection unique de Mauvaise graine (1934) le 5 janvier, son premier film (français !), avec Danielle Darrieux. Sans se priver de revoir les incontournables (Certains l’aiment chaud, Sept ans de réflexion

Continuer à lire

Le Crépuscule des idoles

ECRANS | Pendant que la caméra remonte les rues de Los Angeles direction Sunset Boulevard et une de ces grandes villas où vivent les stars du cinéma, le narrateur (...)

Christophe Chabert | Mardi 11 mars 2014

Le Crépuscule des idoles

Pendant que la caméra remonte les rues de Los Angeles direction Sunset Boulevard et une de ces grandes villas où vivent les stars du cinéma, le narrateur du film se présente en voix-off : Joe Gillis (William Holden), scénariste à la rue dans une ville où l’on en croise dix à chaque carrefour. Surprise : on finit par le découvrir à l’image flottant sur le ventre dans une piscine comme un poisson crevé. Quoi ? Un mort qui parle ? C’est le premier tour de force de Boulevard du crépuscule — proposé en mars dans le cadre de la Ciné-Collection du GRAC : sa narration d’outre-tombe, comme si Gillis se remémorait le film de sa vie en accéléré, et plus précisément le moment fatal où il a atterri chez Norma Desmond, diva du muet sacrifiée sur l’autel du parlant, attendant désespérément de faire son comeback — ce qui est peu ou prou la réalité de son interprète, Gloria Swanson. Elle aussi est un fantôme, sa disparition des écrans s’apparentant à une forme de mort civile. On en croisera d’autres au cours du film, comme Buster Keaton dans son propre rôle ou Erich Von Stroheim dans celui d’un majordome impavide gardant les secrets de la star mais aussi, métaphoriqueme

Continuer à lire

Au galop

ECRANS | De et avec Louis-Do de Lencquesaing (Fr, 1h33) avec Valentina Cervi, Marthe Keller…

Jerôme Dittmar | Jeudi 11 octobre 2012

Au galop

On n'a rien contre les films de dandy parisien, du moment qu'ils sont à la hauteur du dandysme. Beaucoup moins proche d'Eustache que d'Assayas, sans avoir la prétention d'être l'un ou l'autre, le premier long de l'acteur Louis-Do de Lencquesaing rappelle cet adage. Histoire d'un romancier parisien et des trois femmes de sa vie (sa mère, sa fille et sa maîtresse), Au galop n'est pas du genre à savoir tenir sa monture. Platement filmés, ces petits désordres amoureux et existentiels ressemblent à une compilation "tendance du cinéma français" avec au programme : adultère, mort, naissance, liberté, amour, famille et droits de succession. Beaucoup pour un seul homme. L'air de déjà vu n'aurait rien de fâcheux si De Lencquesaing nourrissait ses intrigues autrement que d'un lointain regard sur les choses. Et si son personnage n'était pas qu'un grand vide (plus ou moins voulu, peu importe) qui finalement ne révèle rien. Le manque de matière est ici un peu alarmant. Jérôme Dittmar

Continuer à lire