Vandal

ECRANS | D’Hélier Cisterne (Fr, 1h23) avec Zinedine Benchedine, Chloé Lecerf, Emile Berling…

Christophe Chabert | Mardi 1 octobre 2013

Chérif, ado à problème, est envoyé à Strasbourg pour passer son CAP de maçon, où il est accueilli par son oncle pète-sec — un Jean-Marc Barr très bear — et où il retrouve son père démissionnaire mais sympa — étonnant Ramzy. Il découvre alors, fasciné, que son cousin, sous ses allures de gentil garçon propret, fait partie d'un collectif de graffeurs sévissant la nuit sous le pseudo de Ork, à la recherche de leur rival sans visage, Vandal.

Auteur d'un court-métrage magnifique — Les Paradis perdus — Hélier Cisterne signe un premier long qui ressemble un peu trop à un premier long français : un récit d'initiation que l'on essaye de renouveler par son background plus que dans sa mécanique. C'est bien le problème : le scénario est vraiment trop appliqué, si scolaire que l'on a toujours une bonne longueur d'avance sur les événements.

En revanche, Vandal possède une belle énergie dans sa mise en scène, que ce soit celle de ses jeunes comédiens, excellents, ou celle qui se dégage des scènes de graff, portées par une musique spatiale et emportées par la fascination de Cisterne pour les codes et les rites de cette société secrète. L'urgence de leur activité devient aussi l'urgence d'une narration nerveuse et précise qui, à défaut de surprendre, laisse entrapercevoir un cinéaste prometteur.

Christophe Chabert


Vandal

D'Hélier Cisterne (Fr, 1h24) avec Zinedine Benchenine, Chloé Lecerf...

D'Hélier Cisterne (Fr, 1h24) avec Zinedine Benchenine, Chloé Lecerf...

voir la fiche du film


Chérif, 15 ans, est un adolescent rebelle et solitaire. Dépassée, sa mère décide de le placer chez son oncle et sa tante à Strasbourg, où il doit reprendre son CAP maçonnerie. C'est sa dernière chance.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Tristesses : où va le monde ?

Théâtre | Le monde occidental vit une période de montée des populismes, dont l’une des manifestations les plus récentes est l’arrivée au pouvoir de Donald Trump aux (...)

Aurélien Martinez | Mardi 27 mars 2018

Tristesses : où va le monde ?

Le monde occidental vit une période de montée des populismes, dont l’une des manifestations les plus récentes est l’arrivée au pouvoir de Donald Trump aux États-Unis. Un état de fait qui inquiète pas mal de citoyens, et parmi eux certains artistes qui tentent de dénoncer la situation avec leurs armes – que l’on peut juger dérisoires mais qui sont nécessaires sur le long terme (« s’il a de la chance, l’écrivain peut changer le monde » comme le disait l’Américain Arthur Miller). Anne-Cécile Vandalem fait partie de cette famille d’artistes non résignés. Et son Tristesses, aux Célestins du 27 au 31 mars, se présente autant comme une pièce de théâtre qu’une mise en garde. La metteuse en scène wallonne a ainsi imaginé un polar nordique dans lequel Martha, femme politique populiste danoise, revient sur l’île qui l’a vue naître afin d’enterrer sa mère. Sauf que tout ne se passera pas comme prévu… Une scénographie ambitieuse et froide, des êtres dont on peine à cerner les véritables intentions, un humour qui arrive là où on ne l’attend pas : malgré un arrière-fond didactique trop appuyé, An

Continuer à lire