Les films de l'intranquillité

ECRANS | Pierre Salvadori, cinéaste, a construit une œuvre attachante au sein du cinéma français, osant la comédie pour exorciser les démons de ses personnages et ses démons personnels. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 22 avril 2014

Le jour où l'on rencontre Pierre Salvadori, pour un entretien assez bref et entre deux portes, le cinéaste n'est pas tranquille. Il se dit «fatigué», dit qu'il n'arrive pas à se concentrer et finit même par jeter une poignée de cacahouètes sur son producteur pour lui intimer l'ordre de se taire pendant l'entretien. D'autres indices montreront que Salvadori est, comme la plupart des artistes intègres, un grand angoissé. Par exemple, il sent qu'on aime son dernier film, Dans la cour, contre les précédents — et nous ne sommes pas les seuls, d'après lui…

«Je ne le vis pas bien» commente-t-il. «Après vous, Hors de prix et De vrais mensonges étaient des œuvres très personnelles, très complexes à mettre en place ; celui-là, je l'ai fait par épuisement, pas par renoncement. J'avais envie de me reposer de l'intrigue et de la fiction. Grosse erreur de ma part, car c'était encore plus épuisant.»

Voilà tout Salvadori : même quand il cherche la tranquillité, c'est l'intranquillité qui le rattrape.

«Tous mes personnages sont des êtres blessés»

Ce terme, inventé par Fernando Pessoa, correspond assez bien à son œuvre. On y voit des personnages ordinaires devant affronter des moments de crise ou rencontrant une personne qui est elle-même en crise. Cible émouvante, titre de son premier film, où deux tueurs sont incapables de supprimer une trop charmante voleuse d'œuvres d'art, définit assez bien le cinéma de Salvadori : la visée est tremblante car l'émotion finit toujours par prendre le dessus. Avec Les Apprentis, le film qui l'a mis sur orbite dans le cinéma français, deux losers partagent à la fois un appartement, leurs peines de cœur et leurs galères de fric ; une chronique douce-amère où Salvadori affirme ses qualités d'auteur, jamais prises en défaut même dans ses œuvres les plus faibles. Un excellent scénariste et dialoguiste, capable de conférer une vraie santé à ses personnages pour mieux ensuite sonder leur douleur de vivre et leur difficulté à être.

«Tous mes personnages sont des êtres blessés. Après vous commence par le suicide de José Garcia. Hors de prix, c'est l'histoire d'une prostituée. …Comme elle respire, c'est l'histoire d'une mythomane malade.»

Une fois seulement, Salvadori renonce à l'humour pour tourner un pur film noir, Les Marchands de sable ; dans ce polar urbain qui rappelle, en moins abouti, le Tchao pantin de Claude Berri, la justice sauvage se pratique sur fond de trafic de drogue, et même si elle n'est pas sans défaut, cette commande pour Arte est aussi âpre et violente que les films précédents étaient lumineux et légers.

«Au fond, je ne suis pas un cinéphile»

Avec ce que Salvadori qualifie lui-même de «trilogie» (Après vous, Hors de Prix et De vrais mensonges), on le voit poursuivre un idéal de la mécanique comique rigoureuse dont les figures vénérées seraient Ernst Lubitsch, Billy Wilder et Blake Edwards. Mais ce sens du timing entre en contradiction avec l'inscription réaliste de sa mise en scène : la Bretagne dans Après vous, la Côte d'Azur dans Hors de prix, Sète dans De vrais mensonges. À la sortie de ce dernier, Salvadori revendiquait ouvertement l'influence de Lubitsch, quitte à subir les foudres d'une comparaison peu glorieuse pour lui. Prudent, il dit aujourd'hui :

«Au fond, je ne suis pas un cinéphile».

Et de balayer l'ombre, pourtant flagrante, de Polanski, qui plane au-dessus de Dans la cour, son nouveau film.

«Ce qui a déclenché l'envie de tourner avec Catherine Deneuve, c'est le personnage de Marion dans Le Sauvage, son débit, sa rapidité, sa répartie, sa vitalité, son incohérence que j'adorais. J'ai écrit les dialogues et toute l'ouverture après avoir vu la copie restaurée du film de Rappeneau…»

Une comédie comme horizon, encore, même si Dans la cour est rattrapé en cours de route par la part la plus noire de Salvadori. Les personnages y sont inquiets, déprimés, désespérés : un ex-footballeur blessé, un sans-papier illuminé, un architecte névrosé… Il faut dire que le cinéaste a vu ses deux acteurs fétiches, Guillaume Depardieu et Marie Trintignant, disparaître prématurément ; c'est comme si ce dernier film laissait entrer les fantômes que les précédents maintenaient soigneusement à distance, et avec eux la peur de vieillir, de passer à côté de sa vie, d'être en bout de course… Salvadori raconte une nouvelle de Tchekhov comme source d'inspiration et point de départ de Dans la cour :

«Une jeune mariée surprend son époux en train de dormir avec une grimace. Et le lendemain, au petit-déjeuner, la grimace est encore là.»

Un pur récit d'intranquillité, pour un cinéaste définitivement intranquille.


Dans la cour

De Pierre Salvadori (Fr, 1h37) avec Catherine Deneuve, Gustave Kervern...

De Pierre Salvadori (Fr, 1h37) avec Catherine Deneuve, Gustave Kervern...

voir la fiche du film


Antoine est musicien. A quarante ans, il décide brusquement de mettre fin à sa carrière. Après quelques jours d'errance, il se fait embaucher comme gardien d'immeuble. Jeune retraitée, Mathilde découvre une inquiétante fissure sur le mur de son salon...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Crédit révolver : "En liberté !"

Comédie | Pour compenser ses années de taule, un innocent commet des délits. Sans savoir qu’il est “couvert“ par une policière, veuve de celui qui l’avait incarcéré à tort, elle-même ignorant qu’un collègue amoureux la protège… Encore un adroit jeu d’équilibriste hilarant signé Salvadori.

Vincent Raymond | Mardi 30 octobre 2018

Crédit révolver :

Policière, Yvonne élève son fils dans la légende de son défunt époux Santi, flic héroïque mort en intervention. Découvrant fortuitement que celui-ci était un ripou de la pire espèce, elle entreprend de réhabiliter une de ses victimes, et cause son pesant de dommages collatéraux… Après une parenthèse semi-tendre célébrant les épousailles de la carpe et du lapin (Dans la cour, avec Deneuve et Kervern), Pierre Salvadori revient à ses fondamentaux : une comédie portée par des bras cassés, émaillée d’un franc burlesque et construite autour de mensonges plus ou moins véniels. Qu’ils proviennent de mythomanes pathologiques ou d’affabulateurs·trices d’occasion, qu’ils visent à duper ou à adoucir la vie de ceux qui en sont les destinataires, les gauchissements de la vérité constituent en effet la trame régulière du cinéma salvadorien. Ce qui change toutefois dans En liberté ! — et en juste écho avec le titre — c’est que le mensonge se trouve ici en constante réécriture. En impro(ré)visant la légende dorée de Santi qu’elle raconte chaque soir à son fils, Yvo

Continuer à lire

Pierre Salvadori « c’est le film où Camille me complète et comprend le mieux mon univers »

En liberté ! | L’accord entre un cinéaste et son compositeur est la clef invisible de nombreuses réussites cinématographiques. Pierre Salvadori le confirme en évoquant sa collaboration harmonieuse avec Camille Bazbaz sur En Liberté ! Avec, en prime, un solo de Pio Marmaï…

Vincent Raymond | Mardi 30 octobre 2018

Pierre Salvadori « c’est le film où Camille me complète et comprend le mieux mon univers »

Ce n’est pas la première fois que vous travaillez avec Camille Bazbaz… Pierre Salvadori : C’est le quatrième film ensemble après Comme elle respire, Les Marchands de sable, Hors de prix… Pio Marmaï (surgissant) : Quelle fripouille celui-ci. J’adore ! Il a une identité musicale ce film, c’est un chef-d’œuvre — César ou je meurs ! T’imagines, le roublard ? Je veux voir son costume ! Vous l’auriez vu, à Cannes. On avait un look… PS : Moi je m’en fous de l’avoir, mais je prie pour que Camille retire un peu de gloire. Entre nous, c’est une vieille histoire. Comment vous êtes-vous rencontrés ? Par la musique, dans les années 1990. Dans le XVIIIe arrondissement, il y avait un endroit qui s’appelait l’Hôpital Éphémère, un squat, avec des peintres où il avait son studio de répétition. J’allais voir ses concerts, j’étais un peu fan. Quand j’ai appris qu’il adorait Les Apprentis, on s’est ren

Continuer à lire

Dans la cour

ECRANS | Rencontre dans une cour d’immeuble entre un gardien dépressif et une retraitée persuadée que le bâtiment va s’effondrer : entre comédie de l’anxiété contemporaine et drame de la vie domestique, Pierre Salvadori parvient à un équilibre miraculeux et émouvant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 22 avril 2014

Dans la cour

En pleine tournée et avant même le début du concert, Antoine décide de ne plus chanter dans son groupe de rock. Plus la force, plus le moral. Après un rapide passage par Pôle Emploi, il est engagé comme gardien d’immeuble par Mathilde, nouvellement retraitée. Quelques jours plus tard, Mathilde découvre une fissure dans le mur de son appartement, et cette lézarde va devenir une obsession ; la voilà persuadée que c’est tout l’immeuble qui menace de s’effondrer. Pendant ce temps, Antoine doit faire face aux doléances des autres voisins, dont un architecte à fleur de peau et un marginal trafiquant de vélos. Le dernier film de Pierre Salvadori rompt ainsi avec les tentatives lubitschiennes de Hors de prix et De vrais mensonges pour revenir à ses premières amours : la comédie douce-amère en forme de chronique du temps présent et, surtout, du temps qui passe. Antoine est à bout de souffle social et sentimental, Mathilde en fin de partie existentielle ; ces deux solitaires très entourés vont se prendre d’affection l’un pour l’autre, tentant de comble

Continuer à lire

Berlinale 2014, jour 5. La carte et le territoire.

ECRANS | Inbetween worlds de Feo Aladag. Praia do futuro de Karim Aïnouz. Stratos de Yannis Economides. Dans la cour de Pierre Salvadori. The Darkside de Warwick Thornton. Butter on the latch de Josephine Decker.

Christophe Chabert | Mercredi 12 février 2014

Berlinale 2014, jour 5. La carte et le territoire.

Dernière ligne droite pour la Berlinale 2014, avec une journée de compétition particulièrement éprouvante. Les trois films présentés dans la course à l’Ours d’or représentaient chacun un écueil du "film pour festivals", et s’il reste quelques espoirs dans les jours à venir — avec le Linklater, le Claudia Llosa et les deux films chinois dont on ne sait à vrai dire pas grand chose — on voit mal comment Anderson, Resnais et la révélation ’71 pourrait manquer au palmarès final. La guerre, calme plat Commençons par Inbetween worlds, deuxième film de Feo Aladag après L’Étrangère, qui s’était frayé un chemin dans les salles françaises il y a quelques années. Ça va sans doute être plus dur pour celui-là, tant on y décèle ni personnalité forte derrière la caméra, ni traitement original de son sujet. On y voit un contingent de soldats allemands envoyé en Afghanistan pour sécuriser une zone que se disputent Talibans et villageois résistants. Le lieutenant chargé de l’opération, Jesper, fait appel à un traducteur, Tarik, lui-même pris "entre deux mondes", rêvant de quitter l’Afghanistan où on le prend pour un traître et où on men

Continuer à lire

De vrais mensonges

ECRANS | De Pierre Salvadori (Fr, 1h45) avec Audrey Tautou, Sami Bouajila, Nathalie Baye…

Christophe Chabert | Mercredi 1 décembre 2010

De vrais mensonges

Quand un cinéaste qu’on aime rate un film, cela ne remet pas en cause l’estime qu’on peut avoir pour son travail. C’est le cas de Salvadori avec "De vrais mensonges", où l’on retrouve ce qu’on apprécie d’ordinaire chez lui — une écriture rigoureuse et un regard doux-amer sur des personnages à côté de leurs pompes — mais comme joué par un orchestre aux instruments déréglés. La théâtralité des situations et des dialogues n’est assumée qu’à moitié (par exemple, le choix de décors naturels renvoie à un réalisme hors sujet), l’humour ne fonctionne jamais et le film est plombé par un cruel manque de rythme mal camouflé par un montage hystérique. Quant aux acteurs, si Nathalie Baye est à l’aise en mère déprimée virant femme cougar, Bouajila adopte d’incompréhensibles airs de tragédien et Tautou se perd dans des mimiques qui enlèvent toute spontanéité et tout naturel à son jeu. Un coup d’épée dans l’eau, surtout après l’excellent "Hors de prix". CC

Continuer à lire

Pecynisme

ECRANS | Pierre Salvadori, cinéaste, aime sérieusement faire rire sur des choses pas drôles, et aime désespérément les acteurs et la comédie. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 20 décembre 2006

Pecynisme

«La comédie, c'est le chaos organisé»Henry Mancini, compositeur attitré de Blake Edwards, aimait parler du cinéaste à travers un néologisme qui résumait toute son œuvre : «serendipity». Soit un mélange de sérénité et de compassion pour ses personnages, une manière de détachement face aux situations les plus graves. Ce mercredi, nous sommes dans un grand hôtel de Lyon, une salle de conférence pour cadres en goguettes dans laquelle ont pris place quelques journalistes, et Pierre Salvadori, entouré de ses acteurs Gad Elmaleh et Audrey Tautou, tous deux beaux à se damner. Salvadori, au milieu, fait pouilleux, mal dégrossi, un peu rougeaud et mal rasé, rustre au milieu du luxe. Sait-il qu'il ressemble à son dernier film, Hors de prix, comédie hilarante sur un sujet qui donne envie de se flinguer ? L'impossibilité de l'amour à l'heure du libéralisme triomphant et d'une lutte des classes où il n'y a plus guère de luttes (tout le monde se couche face à l'appât de l'argent), mais encore beaucoup de classes, c'est-à-dire des pauvres et des riches, les aspirations des uns n'étant pas très éloignées de la réalité des autres, pour citer Desproges... Complexe du Saint Bernard

Continuer à lire