Le blanc et le Renoir

Christophe Chabert | Mardi 29 avril 2014

Jean Renoir avait gagné dans le cinéma français le surnom de «patron»… Pourtant, quand sort en 1939 La Règle du jeu, devenu au fil du temps le classique des classiques hexagonaux, la réception est loin d'être unanime face à une œuvre qui choisit de s'inscrire dans une descendance ouvertement théâtrale — influence de Marivaux et de Musset sur la structure de l'intrigue, jeu des comédiens poussés vers la Comedia dell'arte — et dont le sous-texte politique n'est pas aisé à déchiffrer, notamment ses références à l'actualité brûlante — la guerre est proche, le populisme gagne du terrain, le nazisme s'étend à coups d'annexions sauvages.

À l'écran, on voit un ballet amoureux où des aristocrates, des bourgeois et des domestiques se retrouvent pour une partie de chasse en Sologne ; dans chaque caste, il y a des maris, des femmes, des amants et des maîtresses, mais les choses sont soigneusement compartimentées par la topographie des lieux comme par la mise en scène. Seul Renoir lui-même dans le rôle d'Octave, le raté à la peau d'ours, caressera l'espoir — illusoire — d'échapper à sa condition.

La Règle du jeu se tient ainsi entre tradition — valets et maîtres, intrigues amoureuses — et modernité — le pessimisme du film contraste avec le rythme joyeux de ses quiproquos et de ses dialogues enlevés — définissant un "patron" pour le futur du cinéma français, où le réalisme et la théâtralité pourraient faire bon ménage. Cela s'appellera la Nouvelle Vague, et ce n'est pas pour rien que ses animateurs les plus actifs éliront Renoir comme le «patron»…

Christophe Chabert

La Règle du jeu
De Jean Renoir (1939, Fr, 1h45) avec Marcel Dalio, Nora Gregor, Julien Carette, Paulette Dubost…
À l'Institut Lumière, du 3 au 11 mai

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lumière est un long film fleuve tranquille

ECRANS | Plus éclatée que lors des éditions précédentes, la programmation de Lumière 2012 ménagera films monstres, raretés, classiques restaurés, muets en musique et invités de marque. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 6 septembre 2012

Lumière est un long film fleuve tranquille

Elle aura tardé à arriver, mais la voici, presque définitive — manquent encore le film d’ouverture et le film choisi pour la remise du Prix Lumière à Ken Loach : la programmation du festival Lumière 2012. Autant dire tout de suite que par rapport à ce qui avait été annoncé en juin, beaucoup de choses ont changé ou se sont affinées : ainsi, la rétro Ken Loach se concentrera sur la deuxième partie de sa carrière, de Raining stones à Route Irish, avec en guise de curiosité le téléfilm Cathy Come Home. En revanche, plus de traces des raretés du cinéma américain des années 70, remplacées par l’intégrale de la saga Baby Cart, fameux sérial cinématographique hongkongais avec son samouraï promenant un bébé dans une poussette. Six films qui auront droit à une journée de projection au Cinéma opéra, ce qui marque d’ailleurs une des tendances du festival cette année : les marathons cinématographiques. Que ce soient les quinze heures de The Story of film (documentaire monstre sur l’histoire du cinéma), les 4h15 d’Il était une fois en Amérique dans sa versio

Continuer à lire