Qui es-tu, Godzilla ?

ECRANS | Toujours pas à bout de souffle (atomique), Godzilla revient soixante ans après sa création sur les écrans avec une nouvelle adaptation signée Gareth Edwards. Retour sur un monstre emblématique de la culture japonaise et sur un cinéma d’exploitation baptisé "kaiju eiga", aujourd’hui récupéré par Hollywood. Textes : Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 13 mai 2014

À quoi ça tient, un imaginaire collectif ? Sans doute à la répétition respectueuse, dégradée ou abâtardie du même, jusqu'à en faire une mythologie bien calée dans le cerveau de générations entières. La littérature populaire a longtemps travaillé à fabriquer ce type de mythes, et ce sont aujourd'hui la bande dessinée et la télévision qui font figure de laboratoires à icônes contemporaines. Et le cinéma dans tout ça ? Même s'il se sert généreusement dans les autres arts — la condamnation à perpétuité des spectateurs aux super-héros Marvel récemment décrétée par Disney en est l'exemple le plus cruellement frappant — il lui arrive aussi de faire surgir des profondeurs de son imagination une mythologie qui n'appartient qu'à lui. Et parfois, à un pays tout entier.

Des entrailles de la terre ou du fond des océans, c'est bien de là qu'est apparu Godzilla (ou Gojira, si l'on s'en tient à l'orthographe nippone originale) ; mais c'est surtout d'un trauma fondateur de la nation japonaise que le monstre est né : les deux bombes atomiques qui ont dévasté Hiroshima et Nagasaki. Dix ans plus tard, en 1954, le producteur Tomoyoki Tanaka a l'idée de ce reptile érectile à crête dorsale, lointain descendant d'un dinosaure qui fait surface suite à un tremblement de terre — l'autre phobie japonaise — et va aller foutre un souk XXL dans un Tokyo tout de maquettes écrabouillées par ce géant pas content — en fait, un type normal dans un costume taille 58. Le succès fracassant du film signé Ishirô Honda donnera lieu à une brassée de suites, mais va surtout lancer un genre à part entière au Japon, le film de monstre(s) géant(s) ou kaiju eiga, qui nourrira pendant un demi-siècle le cinéma d'exploitation nippon.

N'importe quoi, mais géant

Restons deux secondes encore sur Godzilla lui-même. Au départ, il est une sorte de King Kong qui bousille tout sur son passage et flanque la pétoche aux autochtones avec son souffle atomique, ses grosses paluches griffues et son regard vénér'. Film après film, devenu phénomène culturel chéri par les petits et les grands, il bascule de l'autre côté de la barrière et devient protecteur d'un Japon convalescent, en proie aux doutes et à la culpabilité. Il faut donc lui inventer des ennemis dignes de son rang, fruits de l'imagination débridée de scénaristes visiblement très à l'aise avec les substances en vogue dans les années 60 et 70. Papillon géant — Mothra — dragon géant à trois têtes — King Ghidorah — homard géant — Ebirah — mantes religieuses géantes, bref, n'importe quoi tant que ça mesure entre cinq et dix mètres de haut…

L'origine des bestioles elle-même est variable : tantôt produites par des phénomènes naturels, tantôt par les errements de la technologie humaine, tantôt par des extra-terrestres pas franchement sympas, histoire de croiser opportunément le genre avec de la SF pure et dure, quitte à verser dans la parodie ou dans la série Z. Godzilla ne cesse ainsi, tel un Phœnix écaillé, de renaître de ses cendres, que ce soit littéralement — il clamse régulièrement à la fin des épisodes — ou métaphoriquement, les producteurs de la Toho exploitant le filon jusqu'au non-sens et au désintérêt du public, avant de le ragaillardir quelques années plus tard avec des équipes renouvelées et des effets spéciaux un poil plus soignés.

Hollywood contre Godzilla

Dans son désir rapace et impérialiste de ne jamais laisser une cinématographie se doter de sa propre industrie commerciale, Hollywood a rapidement eu envie de coloniser Godzilla. En important d'abord les films originaux, non sans y avoir rajouté au préalable des stocks shots et des séquences tournées avec des comédiens américains — faudrait quand même pas que les spectateurs de multiplexe se retrouvent une heure trente durant avec des bouffeurs de tofu comme support d'identification, merde ! Puis en sautant le pas, après dix ans de tergiversation, avec une première adaptation signée Roland Emmerich, alors au fait de sa gloire suite au succès d'Independance Day.

Dans son éternel complexe spielbergien, il lorgne surtout du côté des innovations apportées par Jurassic Park — dont le deuxième volet, Le Monde perdu, peut être vu comme un hommage à Godzilla lorsque les dinosaures débarquent à New York ; et, par un de ces paradoxes dont il est coutumier, Emmerich utilise le monstre pour un plaidoyer écolo visant la reprise des essais nucléaires décrétés par le Président Chirac. Hélas ! Cette francisation du contexte pousse Godzilla à affronter Jean Reno, beaucoup plus terrifiant que la bête elle-même. Hollywood aura donc laissé passer une décennie et demie avant de revenir à l'assaut avec la version Gareth Edwards. Entre temps, le génial Guillermo del Toro aura rendu le plus bel hommage qui soit au kaiju eiga avec son sublime (si !) Pacific Rim pétri de déférence envers la culture japonaise, utopie d'un blockbuster mondialisé où la puissance visuelle de l'artiste unit traditions orientales et occidentales dans un même geste de mise en scène.

Pour l'héritage politique, c'est du côté de la Corée du Sud qu'on peut trouver un digne dauphin de Godzilla avec le formidable The Host de Bong Joon-ho. Si le monstre n'a pas grand-chose à voir avec ses antécédents japonais, sa genèse — des produits chimiques déversés par un industriel américain sans scrupule dans le fleuve Han — rappelle que les bestioles les plus dangereuses ne sont que la conséquence de l'irresponsabilité humaine. Eh oui ! Dans toute mythologie qui se respecte, il y a un fond de vérité toujours bonne à rappeler.


Godzilla

De Gareth Edwards (ÉU, 2h03) avec Aaron Taylor-Johnson, Bryan Cranston...

De Gareth Edwards (ÉU, 2h03) avec Aaron Taylor-Johnson, Bryan Cranston...

voir la fiche du film


Le monstre le plus célèbre au monde devra affronter des créatures malveillantes nées de l’arrogance scientifique des humains et qui menacent notre existence.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Hallucinations Collectives : « partager des films dans une salle, c’est un élément constitutif du festival »

Festival | Depuis dix ans que l’Étrange Festival lyonnais est devenu Hallucinations Collectives, il n’a jamais fait faux bond aux amateurs d’“autre cinéma” — et ce, malgré la pandémie. À la veille d’une 14e édition des Hallus adaptée aux circonstances, mais tout aussi alléchante, conversation avec deux des membres du collectif aux manettes, Cyril Despontins et Benjamin Leroy.

Vincent Raymond | Mercredi 25 août 2021

Hallucinations Collectives : « partager des films dans une salle, c’est un élément constitutif du festival »

Commençons par une boutade. Si l’on considère que l'actualité internationale de ces dernières semaines est trustée par les crises climatique, sanitaire, économique, politique et sociale, que Titane a remporté la Palme d’Or ; bref que le monde semble glisser dans une zone bis, doit-on désormais considérer les Hallus comme un festival du cinéma du réel ? Cyril Despontin : Merde ! On s’est fait avoir. Du coup, va falloir faire un autre type de programmation, maintenant (rires). Les gens disent souvent que le fantastique prophétise le futur — dans les films, il est rarement joyeux, donc on espère qu’il n’ira pas toujours dans ce sens là, mais finalement la réalité nous donne tort, mais au moins, on est préparés… Quand il y a eu le premier confinement, les amateurs de fantastique étaient un peu plus préparés à des trucs bizarres… À force de voir ces films, finalement ça arrive et tu dis : « bon bah c’était plus ou moins ce qu’on avait prévu en regardant des films depuis 20, 30 ans». On a peut être été un peu moins choqué parce qu’on était habitué à voir des images bizarr

Continuer à lire

“Godzilla vs Kong” de Adam Wingard : monstres et compagnie

Blockbuster | Malgré ses allures de nom de code pour le second tour de la prochaine présidentielle, Godzilla vs Kong est du genre de Fast and Furious : tout entier contenu dans son titre programmatique. Et monstrueusement convenu. En VOD avant (peut-être) une sortie sur grand écran à la réouverture des salles…

Vincent Raymond | Mercredi 28 avril 2021

“Godzilla vs Kong” de Adam Wingard : monstres et compagnie

En génétique, lorsque l’on croise des individus (animaux, végétaux…) porteurs de caractéristiques différentes et que leurs descendants bénéficient d’une recombinaison favorable les rendant plus performants que leurs parents, ont parle de "vigueur hybride". En cinéma, lorsqu’on a essoré une série et son protagoniste (y compris avec des reboots), on crée un cross over avec une autre série tout aussi usée dans le but de relancer doublement la machine en s’adressant potentiellement à deux audiences. Sur le papier — et d’un point de vue strictement commercial —, l’idée n’a rien de stupide et fonctionne depuis des décennies, des Universal Monsters à Alien vs Predator… jusqu’aux chapitres non encore publiés du MCU contemporain. Pour Godzilla vs Kong lui-même aboutissement d’un double reboot, ce sont en sus des titans issus de deux traditions parallèles qui se rencontrent : la créature maison de la Warner (Kong) et l’emblématique kaijū nippon de la Toho (Godzilla). Une sorte de conférence internationale au sommet, promettant une vis

Continuer à lire

«La peur des monstres est une peur primaire»

ECRANS | Entretien avec Gareth Edwards, réalisateur de Godzilla. Propos recueillis et traduits par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 13 mai 2014

«La peur des monstres est une peur primaire»

Faire un Godzilla «Pour être honnête, quand j’ai reçu ce coup de téléphone me demandant si j’étais intéressé pour faire un remake de Godzilla, je me suis dit «putain de merde». Ensuite, j’ai demandé s’ils ne s’étaient pas trompés de numéro. J’avais beaucoup de craintes car il y avait beaucoup d’attentes ; mais j’avais encore plus peur d’être le type qui a dit non et qui passe le reste de sa vie à regretter cette opportunité de faire un grand film qui aurait lancé ma carrière.» Films de monstres «J’aime tous les genres de films, mais mes genres préférés sont sans aucun doute la science fiction et le fantastique. Et à l’intérieur de ces genres, j’aime encore plus les films de monstres. Mais je ne veux pas faire des films de monstres pendant le reste de ma vie ! Cela vient à mon avis du fait que pendant des années nous avons fait partie d’un ordre naturel. Et nous vivions dans l’angoisse qu’un animal nous attaque. Ces dernières années, nous avons créé des moyens de repousser la nature, mais au plus profond de notre ADN, cette crainte est restée vivante. C’est une peur primaire, mais

Continuer à lire

Godzilla

ECRANS | Gareth Edwards ose un remake gonflé avec cette version plutôt fidèle à la tradition et à ses déclinaisons, mais qui refuse la surenchère dans le spectacle, préférant les hommes aux monstres, la sidération visuelle à l’action pure. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 13 mai 2014

Godzilla

Étrange blockbuster que ce Godzilla, où la frustration le dispute avec le sentiment d’assister à l’éclosion d’un auteur doué et intransigeant, suivant une ligne casse-cou dont il ne s’écarte jamais. C'est donc l’œuvre d’un cinéphile qui a réussi à digérer une tradition pour la synthétiser dans un geste assez gonflé de mise en scène. Car Edwards choisit son camp : celui des humains plutôt que des monstres, réduits la plupart du temps à un hors champ menaçant. Brassant une demi-douzaine de personnages que le film prend soin de présenter dans leur intimité familiale et leur environnement professionnel, le cinéaste semble adopter la voie Abrams pour faire renaître la mythologie Godzilla : on voit donc un père rongé par la culpabilité d’avoir sacrifier son épouse, délaissant un fils qui lui-même privilégie sa carrière militaire à sa présence auprès de sa femme et de son enfant. Cette première demi-heure est un exercice de storytelling d’une évidente élégance formelle — superbe photo de Seamus McGarvey, musique inspirée d’Alexandre Desplat — mais très éloigné du film de monstres promis. Quand ils finissent par débarquer dans les plans, ils sont presque immédi

Continuer à lire