Jean-Charles Hue : son temps des gitans

ECRANS | En deux films ("La BM du Seigneur" et "Mange tes morts", à l’affiche actuellement) Jean-Charles Hue a inventé une nouvelle mythologie, celle d’un monde gitan dont les codes servent à renouveler ceux des genres cinématographiques. Parcours d’un cinéaste aussi vrai que ses films. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 18 septembre 2014

Photo : © Renaud Bouchez


«Je n'ai aucune envie de devenir le monsieur gitans du cinéma français»

dit Jean-Charles Hue de son débit rapide, nerveux, ponctué de «tu vois c'que j'veux dire» qui ne sont pas que des tics d'expression. Pourtant, en deux films, La BM du Seigneur et Mange tes morts, où il plonge sa caméra dans la communauté yéniche des gens du voyage, il a fait de ces gitans les héros les plus imprévisibles d'un cinéma français qui ne cherche rien tant qu'à sortir de son pré carré. Et il y réussit en en faisant des personnages à la Cimino ou à la John Ford, cinéastes admirés qui ont fait de la «communauté» le thème central de leur œuvre. Cela fait quinze ans que Jean-Charles Hue travaille avec eux, d'abord à travers une série de courts-métrages, puis avec ces deux longs percutants où la frontière entre la réalité et la fiction s'estompe au profit d'un geste beaucoup plus ample et, on y reviendra, mythologique.

 

«Une assiette sur la table, ça voulait dire "je t'aime"»

Quand on l'écoute parler, et même s'il aime à le rappeler régulièrement, on ne se douterait pas que Jean-Charles Hue est d'abord passé par la case art contemporain, diplômé de l'École Nationale Supérieure d'Arts de Cergy et récompensé en 2006 à Barcelone. Mais le cinéaste revendique aussi des origines populaires, celles d'un fils de restaurateurs né dans la banlieue nord de Paris. En découvrant qu'il a de lointaines origines dans la communauté yéniche, il décide de se rapprocher de ses "cousins" et de s'immerger dans leur monde, d'apprendre leurs codes et de gagner leur confiance. C'est bien cette idée de communauté qui lui parle et le fascine :

«C'est très prégnant chez les gitans, car ils font leur petite république interne ; ils règlent leurs problèmes entre eux avant de les régler devant la loi. L'histoire d'un type qui prend des risques et qui va faire quinze ans de prison pour nourrir sa famille, moi, ça me cause. Chez moi, ce n'était pas les grands câlins dans le dos, les bisous ; l'amour ne se communiquait pas de manière très claire, de père à fils ou de mère à fils. Dans ma famille, on foutait une assiette sur la table et ça voulait dire "je t'aime"».

Le cinéma, il l'a d'abord abordé gamin devant la télé, à la recherche de clés pour comprendre le monde : 

«Quand je regardais un western quand j'étais petit, je ne me disais pas que j'allais passer un bon moment ; c'était un enseignement. Je me demandais comment on pouvait régler des problèmes».

 

«OK, ma couille !»

Pendant sa période de vidéaste, il trouve un autre territoire de prédilection : le Mexique, où il retourne régulièrement. Il y a tourné son premier long métrage, inédit en salles, Carne Viva.

«Le cinéma, je l'envisage comme une aventure de vie, il y a des gens comme Herzog qui sont des modèles pour moi. Il ne fait pas un film parce qu'il a une bonne idée de scénar', mais parce qu'il sait qu'il va vivre une aventure terrible».

Les tournages de La BM du Seigneur et de Mange tes morts ont en effet été des aventures mouvementées, les comédiens ne faisant pas toujours la différence entre ce qu'ils doivent jouer et leur vie quotidienne. Brûler une voiture, se battre avec les jeunes de la cité d'à côté, tirer avec un flingue : autant de situations tellement quotidiennes pour eux qu'il est difficile de faire semblant de les reproduire à l'écran, même si les choses changent selon les personnalités :

«Les acteurs avaient pris conscience du truc entre La BM du Seigneur et Mange tes morts. Mais ça reste des vrais gitans. Ils ont joué, ils ont refait les prises 14 fois… Michaël [Dauber] par exemple : à partir du moment où il savait qu'il allait être payé, il est allé jusqu'au bout. Je l'ai eu comme ça : "Tu viens faire le film avec moi ? — OK, ma couille, combien tu me donnes ? — 10 000 — OK, ma couille !" Il n'a même pas été voir La BM du Seigneur. Il a fait le film et puis il s'est marié. Sa copine, super jalouse, lui disait "Pas de cinéma, pas de cinéma !". Il ne mesurait pas vraiment le truc : un vrai long métrage, produit, qui allait sortir en salles. Fred [Dorkel], en revanche, c'est une tronche. Il a conscience de témoigner au monde gadjo, il est conscient qu'il va être sur un écran et il fait les choses à fond, même s'il sait qu'il ne sera pas toujours à son avantage».

 

«Une mythologie âpre avec des gens simples»

Ensuite, Jean-Charles Hue cherche à recréer cette vérité sur l'écran, en devenant lui-même un peu gitan :

«Mon boulot, c'est de foutre de l'énergie, l'énergie que je sais d'eux. Boire un petit canon avec quelqu'un, fumer une clope, le prendre par l'épaule, l'embrasser, parfois l'engueuler, mais bien avant la scène. Tu fais monter un truc où ils se sentent bien, car c'est quelque chose qu'ils connaissent».

On en revient à la question de la mythologie, une mythologie populaire et très française, dans la lignée d'un Pagnol ou d'un Renoir.

«Créer de la mythologie, oui, c'est ce qui m'importe. J'aime qu'elle soit âpre, avec des gens simples. Quand je suis allé chez les gitans, ça m'a fait du bien. Ils m'ont offert ça : faire un truc avec la banlieue. J'étais en mal de mythologie : tu as beau regarder John Wayne tous les dimanches, le lundi matin tu prends ton sac pour aller en cours d'anglais. Je n'avais pas envie d'être un consommateur de films toute ma vie, je voulais être dedans, comme un rêve de gosse».

Le rêve, même s'il a dans Mange tes morts des allures de cauchemar halluciné, est en train de se réaliser.


Mange tes morts

De Jean-Charles Hue (Fr, 1h34) avec Jason François, Michaël Dauber, Frédéric Dorkel...

De Jean-Charles Hue (Fr, 1h34) avec Jason François, Michaël Dauber, Frédéric Dorkel...

voir la fiche du film


Jason Dorkel, 18 ans, appartient à la communauté des gens du voyage. Il s’apprête à célébrer son baptême chrétien alors que son demi-frère Fred revient après plusieurs années de prison. Ensemble, accompagnés de leur dernier frère, Mickael, un garçon impulsif et violent, les trois Dorkel partent en virée dans le monde des « gadjos » à la recherche d’une cargaison de cuivre.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Mange tes morts

ECRANS | Après "La BM du Seigneur", Jean-Charles Hue se replonge dans la communauté gitane, mais transcende son docu-fiction en l’emmenant en douceur vers le meilleur des polars, réinventant sans tapage une forme de mythologie populaire bien française. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 16 septembre 2014

Mange tes morts

Ils vivent dans des caravanes sur des terrains vagues, parlent un argot bien à eux, possèdent leurs propres rites et leur propre code d’honneur : bienvenue dans la communauté des gens du voyage qu’on appellera, foin de périphrases, les gitans. Et bienvenue dans la famille Dorkel où le fils, Jason, s’apprête à faire son baptême chrétien ; mais quand son frangin revient après quelques années passées au placard, le jeune garçon est écartelé entre suivre son (mauvais) exemple et se conformer aux préceptes religieux qu’on lui inculque. Mange tes morts (tu ne diras point), dit le titre intégral de ce nouveau film de Jean-Charles Hue, repéré grâce à une première incursion en terre gitane avec La BM du Seigneur. D’un côté, l’insulte suprême, de l’autre le pastiche du commandement chrétien ; soit quelque part entre le trivial et le sublime, mais aussi entre le réel et son commentaire par la fiction. On pense d’abord bien connaître le protocole avec lequel Hue filme ses personnages : au plus près de ce qu’ils sont, de leur langage, de leurs corps massifs, tatoués, burinés ; mais aussi avec suffisamment de mise en scène pour faire comprendre que ce sont les héros

Continuer à lire

Vent de jeunesse sur la rentrée cinéma

ECRANS | Moins flamboyante que l’an dernier, la rentrée cinéma 2014 demandera aux spectateurs de sortir des sentiers battus pour aller découvrir des films audacieux et une nouvelle génération de cinéastes prometteurs. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 2 septembre 2014

Vent de jeunesse sur la rentrée cinéma

Si l’extraordinaire Leviathan ne lui avait ravi in extremis la place de chouchou de la rentrée cinéma, nul doute qu’elle aurait échu à Céline Sciamma et son très stimulant Bande de filles (sortie le 22 octobre). Troisième film de la réalisatrice déjà remarquée pour son beau Tomboy, il suit le parcours de Meriem, adolescente black banlieusarde qui refuse la fatalité d’une scolarité plombée et se lie d’amitié avec une «bande de filles» pour faire les quatre-cents coups, et en donner quelques-uns au passage, afin d’affirmer sa virilité dans un monde où, quel que soit son sexe, la loi du plus fort s’impose à tous. Cette éducation par la rue et le combat n’est pas sans rappeler les deux derniers films de Jacques Audiard ; Un prophète en particulier, puisque Sciamma cherche elle aussi à filmer l’éclosion dans un même mouvement d’une héroïne et d’une actrice — formidable Karidja Touré. S’il y a bien une com

Continuer à lire

Cannes 2014, jour 7. Du côté de la Quinzaine…

ECRANS | Catch me daddy de Daniel Wolfe. These final hours de Zack Hilditch. Queen and country de John Boorman. Mange tes morts de Jean-Charles Hue.

Christophe Chabert | Mardi 20 mai 2014

Cannes 2014, jour 7. Du côté de la Quinzaine…

Comme prévu, la présentation de Deux jours, une nuit des frères Dardenne a électrisé la Croisette et beaucoup séchaient encore leurs larmes dix minutes après la fin de la projection du matin — on n’ose imaginer ce qui va se passer ce soir. Ayant été particulièrement indiscipliné pour suivre la compétition cette année, on ne se hasardera à aucun pronostic concernant le palmarès final ; mais bon, si les Dardenne repartent avec une troisième palme, établissant ainsi un record en la matière, on ne criera pas au scandale.   Comme on avait vu le film il y a déjà quelques temps, cela nous a laissé le loisir d’aller voir un peu de quel bois se chauffait la Quinzaine des réalisateurs, sachant qu’on y avait déjà vu deux de nos films préférés du festival — Bande de filles et Les Combattants. Depuis qu’Edouard Waintrop en a pris les rênes, cette sélection traditionnellement dévolue à l’avenir du cinéma et à ses nouvelles formes est devenue un creuset aussi inégal que réjouissant où l’on trouve à la fois du cinéma d’auteur pur et dur, des cinéastes à la gloire fanée, des comédies qui font le buzz et du pur cinéma de genre fait par de jeunes talents

Continuer à lire