Un Ciné-brunch pour les 100 ans du Comoedia

Benjamin Mialot | Samedi 27 septembre 2014

Rappel : demain, dimanche 28 septembre, au Comoedia, nous vous donnons rendez-vous à 10h45 pour notre désormais traditionnel Ciné-Brunch. Un Ciné-Brunch un peu particulier, puisqu'il se tient dans le cadre des 100 ans du cinéma de l'avenue Berthelot.

Le programme reste toutefois le même :

  • présentation, par Christophe Chabert et bandes annonces à l'appui, des films les plus attendus des prochains mois 
  • projection en avant-première d'un film mystère ;
  • brunch, courtoisie du Café Cousu.

A ceci près que le brunch est complet. Il reste toutefois des places pour la projection, au tarif de 4, 80€ (à réserver directement au guichet du Comoedia). A demain !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Plein soleil sur les classiques au Comœdia

Programmation Estivale | Si l’on ne hasarde plus à émettre le moindre oracle quant à la météo estivale, on peut cependant prévoir avec certitude un temps au beau fixe dans les salles (...)

Vincent Raymond | Mercredi 6 juillet 2016

Plein soleil sur les classiques au Comœdia

Si l’on ne hasarde plus à émettre le moindre oracle quant à la météo estivale, on peut cependant prévoir avec certitude un temps au beau fixe dans les salles du Comœdia durant toute la saison. Chaque semaine en effet, le cinéma de l’avenue Berthelot proposera la reprise d’un classique dans le cadre de son cycle patrimonial entamé avec l’intégrale du Décalogue de Krzysztof Kieślowski. Loin d’être une illustration sottement linéaire ou gentiment religieuse des injonctions de la Table de la Loi, cet ensemble de dix courts-métrages d’une heure initialement conçu pour la télévision polonaise se présente plutôt comme une variation morale et philosophique de ses préceptes fondateurs dans le monde contemporain — un must. Suivront quelques perles et raretés, à commencer par Vacances à Venise (13 juillet) avec Katharine Hepburn, dernière réalisation de David Lean avant qu’il ne bascule vers les grandes fresques. Puis le magistral Little Big Man du géant Arthur Penn, histoire de s’offrir un résumé *presque réaliste* de la Conquête de l’Ouest (20 juillet).

Continuer à lire