Massacre à la tronçonneuse, l'art du cinéma sciant

Christophe Chabert | Mardi 28 octobre 2014

Dans un festival de Cannes 2014 bien morne, mais au sein d'une Quinzaine des réalisateurs qui pétait la santé, une projection a littéralement mis tout le monde à genoux : celle de Massacre à la tronçonneuse. Quoi ? Un film d'horreur vieux de quarante ans qui dame le pion aux grands auteurs festivaliers ? Ben oui… L'introduction, brillante, drôle et émouvante, de Nicolas Winding Refn, puis l'interminable standing ovation réservée au réalisateur, Tobe Hooper, n'étaient rien par rapport au choc face à la copie restaurée (en 4K) du film. Si le numérique n'a pas que des avantages — loin de là — il faut reconnaître que le boulot effectué sur Massacre à la tronçonneuse tient du miracle : en conservant l'aspect cracra de l'image originale, son caractère cheap et ses stridences sonores — les dix dernières minutes vous vrillent le crâne comme si on vous le découpait façon sapin des Vosges — cette restauration n'a pas trahi l'esprit initial de l'œuvre.

Œuvre oui, œuvre d'art même, mais arte povera, cinéma fait avec rien sinon pas mal de génie et une approche viscérale de son sujet : comment une famille de bouchers au chômage perpétue la tradition en transformant en morceaux de bidoches d'innocents teenagers égarés au fin fond du Texas. Non seulement on entend les mouches voler sur la bande-son comme si elles tournaient autour d'une viande avariée et jaunâtre, mais on sentirait presque la putréfaction suinter de l'image et la chaleur moite s'immiscer dans la salle. La ligne claire du récit — devenue canonique à force d'être remakée, directement ou indirectement — est pour Hooper l'occasion d'un travail graphique plus subtil qu'il n'y paraît : des flashs révélant les ossements au cours du générique jusqu'à l'apparition de Leatherface lors du premier meurtre, surgissement fugace se terminant par une porte fermée sèchement au nez d'un spectateur choqué par la sauvagerie de ce qu'il vient de voir, tout se déroule ici comme dans un cauchemar, entre angoisse latente et tachycardie terrorisante.

Ce chef-d'œuvre, Hooper n'en a jamais retrouvé la magie, même lors d'une suite qui tentait de faire subir aux années Reagan ce que le premier volet administrait à l'Amérique pétrifiée par le conflit vietnamien. Qu'on se le dise : ceci est la reprise de la saison, à ne rater sous aucun prétexte.

Christophe Chabert

Massacre à la tronçonneuse
De Tobe Hooper (1974, ÉU, 1h23) avec Marylin Burns, Allen Danziger…


Massacre à la tronçonneuse

De Tobe Hooper (1974, ÉU, 1h23) Marylin Burns, Allen Danziger...

De Tobe Hooper (1974, ÉU, 1h23) Marylin Burns, Allen Danziger...

voir la fiche du film


Jeunes et insouciants, cinq amis traversent le Texas à bord d'un minibus. Ils s'aperçoivent bien vite qu'ils sont entrés dans un territoire étrange et malsain, à l'image du personnage qu'ils ont pris en stop, un être vicieux en proie à des obsessions morbides. Ce dernier ne tarde pas à se faire menaçant...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

We Blew It

ECRANS | Nul besoin de vous rappeler à quel point nous avions apprécié le documentaire de Jean-Baptiste Thoret, We blew it (consacré à l’évolution des États-Unis des années (...)

Vincent Raymond | Mercredi 17 janvier 2018

We Blew It

Nul besoin de vous rappeler à quel point nous avions apprécié le documentaire de Jean-Baptiste Thoret, We blew it (consacré à l’évolution des États-Unis des années 1970 à Trump) et combien nous avions déploré que ce road-movie analytique, chargé de témoignages précieux et débordant d’amour pour le cinéma (starring Peter Bodganovitch, Jerry Schatzberg, Tobe Hooper…), n’ait été programmé sur aucun écran lyonnais lors de sa sortie nationale. Miracle ! Le cinéma Jeanne-Mourguet répare cet oubli en conviant le réalisateur lors d’une soirée spéciale. Au Cinéma Jeanne-Mourguet à Saint-Foy-lès-Lyon le mercredi 17 janvier à 20h

Continuer à lire

Les USA, entre le road movie et la mort : "We blew it"

Le Film de la Semaine | Comment a-t-on pu passer de sex, summer of love & rock’n’roll au conservatisme le plus radical ? Sillonnant la Route 66, Jean-Baptiste Thoret croise les témoignages d’Étasuniens oubliés des élites et désillusionnés avec ceux de hérauts du Nouvel Hollywood. Balade amère dans un pays en gueule de bois.

Vincent Raymond | Mardi 7 novembre 2017

Les USA, entre le road movie et la mort :

Sans doute Thoret aurait-il aimé ne jamais avoir à réaliser ce documentaire. Mais par l’un de ces étranges paradoxes dont l’histoire des idées et de la création artistique regorge, son édification a découlé d’une déprimante série de constats d’échecs — ou d’impuissance. Elle se résume d’ailleurs en cette sentence laconique donnant son titre au film : « We Blew it », « On a merdé ». Empruntée à Peter Fonda dans Easy Rider (1969) de Dennis Hopper, la réplique apparaît à bien des égards prémonitoire, voire prophétique. Roots et route La route est longue de Chicago à Santa Monica : 2450 miles. Prendre le temps de la parcourir permet de mesurer (au sens propre) l’accroissement incessant de la distance entre les oligarques du parti démocrate et la population. De constater la paupérisation et la fragilité de celle-ci. D’entendre, également, son sentiment de déshérence ainsi que sa nostalgie pour un “âge des possibles” — et de toutes les transgressions — révolu. Une somme de frustrations capitalisées par un Trump prompt à faire miro

Continuer à lire

Massacre à la tronçonneuse

Horreur | Quelle mauvaise idée Tobe Hooper a eue de disparaître au mois d’août ! Le réalisateur texan manquera cette cérémonie qui unira dans une même ferveur tous ses (...)

Vincent Raymond | Mardi 17 octobre 2017

Massacre à la tronçonneuse

Quelle mauvaise idée Tobe Hooper a eue de disparaître au mois d’août ! Le réalisateur texan manquera cette cérémonie qui unira dans une même ferveur tous ses admirateurs (de plus de 16 ans) autour de son slasher-culte, projeté pour une séance exceptionnelle sur grand écran. Massacre à la tronçonneuse (1974) tient la promesse de son titre : on y voit une bande d’adolescents pourchassés, tués (pas seulement à la tronçonneuse), dépecés par le sinistre Leatherface, inspiré d’un authentique serial killer. Comme dans Delivrance (1972), ce voyage suintant d’hémoglobine aux confins les plus reculés du pays (et aux tréfonds de l’horreur) révèle sans complaisance le refoulé des États-Unis, encore traumatisés par la guerre du Vietnam. Âmes sensibles et véganes, abstenez-vous. Au Pathé Vaise et au Pathé Carré-de-Soie le jeudi 19 octobre à 20h

Continuer à lire

Les enfants du massacre

ECRANS | Film d’horreur séminal ayant connu suites, remakes et suite de remakes, "Massacre à la tronçonneuse" se voit consacrer un Épouvantable vendredi à l’Institut Lumière… qui, dans la foulée, accouche d’un petit frère : L’Épouvantable bis. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 13 janvier 2010

Les enfants du massacre

1974. L’Amérique est encore embourbée dans le conflit vietnamien. Son cinéma connaît un âge d’or avec l’apparition du Nouvel Hollywood, une génération de cinéastes qui revendiquent leur liberté créative face à une industrie vieillissante. À l’ombre des Scorsese, De Palma, Coppola, le cinéma d’exploitation est aussi en plein bouillonnement. Depuis qu’un nommé Romero a flanqué un coup de pied réaliste au cinéma d’horreur avec La Nuit des morts-vivants, le genre mesure que l’absence de moyens n’est pas un handicap mais un atout. Tobe Hooper s’empare donc d’une caméra 16 mm et va tourner en plein Texas un «petit» film où une bande de djeun’s se font décimer par une famille d’ex-bouchers devenus cannibales après le licenciement du fils, un gaillard beuglant des onomatopées avec un masque en cuir humain sur la tronche. L’image est sale, les acteurs semi-amateurs, l’intrigue programmatique et l’horreur viscérale, mais Massacre à la tronçonneuse est une bombe. Des premiers plans où de bons Texans armés font la nouba jusqu’à cette (s)cène interminable où un vieillard presque momifié doit assommer d’un coup de maillet une pimbêche hurlante pour en faire le plat de résist

Continuer à lire