Sea Fog

ECRANS | L’équipage d’un chalutier coréen en faillite doit transporter clandestinement des immigrés chinois. Entre le drame et le thriller, un premier film de Shim Sung-bo imparfait mais parfois très fort, où plane l’ombre de son scénariste et producteur Bong Joon-ho. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 22 avril 2015

Photo : © 2014 - The Jokers film


En 1998, la Corée du Sud, dans une situation proche de celle de la Grèce aujourd'hui, subit les diktats du FMI pour remettre à flot son économie. Ce qui, bien entendu, a l'effet inverse sur ses habitants, qui plongent dans la précarité ou sont menacés de faillite.

C'est ce qui arrive à Kang — Kim Yun-seok, fabuleux comédien vu dans The Chaser et The Murderer — capitaine poissard d'un chalutier, méprisé par sa femme qui le trompe sans complexe et contraint par le propriétaire de son bateau à accepter un contrat illicite : transporter des clandestins chinois dans la cale de son bateau. Il embringue donc son équipage dans cette "mission" périlleuse, sans trop lui demander son avis — mais comme la plupart sont de jeunes chiens fous pensant essentiellement à lever les filles lors des escales, ils ne trouvent d'abord pas grand chose à y redire. Sauf que la traversée tourne à la tragédie et ce qui se présentait comme un drame social vire en cours de route au thriller maritime.

Lutte des classes en eaux troubles

Fidèle à ce qui a fait la puissance du cinéma sud-coréen, Shim Sung-bo prépare patiemment ce mélange des genres durant la première heure de Sea Fog, plus portée sur l'observation quotidienne des rapports de force à l'intérieur du bateau que sur les morceaux de bravoure — il y en a un, toutefois, lors de l'abordage des immigrés sous une pluie battante. Confiant dans les vertus de son crescendo, il prend le risque de laisser de l'air dans un récit qui met du temps à perdre ses nerfs. C'est le principal défaut du film, sa façon de reporter longuement un incident déclencheur que l'on devine assez vite.

Lorsqu'il se décide à rentrer dans le vif de son sujet, Shim Sung-bo s'engage dans un film de survie qui monte en puissance et en intensité, libérant au même rythme les pulsions de ses personnages et la violence de son discours, où il y a toujours plus faible que soi sur qui s'acharner.

D'une noirceur totale malgré la lueur d'espoir qu'incarne le couple formé par le jeune "apprenti" du chalutier et une des immigrées chinoises, Sea Fog porte la trace de son scénariste et producteur Bong Joon-ho. Le réalisateur de The Host et de Snowpiercer aurait sans doute poussé la mise en scène vers plus d'expérimentations et de liberté — Shim Sung-bo est beaucoup plus sage, même si les trente dernières minutes sont très inspirées visuellement.

Mais on retrouve ici le grand thème de son cinéma : un monde où les classes sociales, loin d'être abolies, continuent de se cannibaliser entre elles, encouragées par un ordre économique impitoyable et aveugle.

Sea Fog
De Shim Sung-bo (Corée du Sud, 1h51) avec Kim Yun-seok, Park Yu-chun…


Sea Fog - Les Clandestins

De Sung Bo Shim (Corée-sud, 1h45) avec Yun-seok Kim, Park Yu-chun...

De Sung Bo Shim (Corée-sud, 1h45) avec Yun-seok Kim, Park Yu-chun...

voir la fiche du film


L'équipage d'un bateau de pêche va prendre des risques en acceptant à bord des immigrés chinois souhaitant entrer en Corée.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Coucous, c’est nous ! : "Parasite"

Palme d'Or | Une famille fauchée intrigue pour être engagée dans une maison fortunée. Mais un imprévu met un terme à ses combines… Entre Underground et La Cérémonie, Bong Joon-Ho revisite la lutte des classes dans un thriller captivant empli de secrets. Palme d’Or 2019.

Vincent Raymond | Mardi 4 juin 2019

Coucous, c’est nous ! :

Recommandé par un ami étudiant, Kevin devient le professeur d’anglais de la fille de riches Coréens, les Park. Ce faisant, il tire un peu sa famille de sa misère. Puis, grâce à d’habiles ruses, sa sœur, son père et sa mère finissent par se placer chez les Park. Jusqu’où cela ira-t-il ? Un film asiatique montrant une famille soudée vivant dans la précarité, devant astucieusement flirter avec la légalité pour s’en sortir… Les ressemblances avec Une affaire de famille s’arrêtent là : quand Kore-eda privilégiait la dramédie, Joon-Ho use du thriller psychologique teinté d’humour noir pour raconter une fable sociale corrosive bien qu’elle ne soit pas exempte de traits caricaturaux — après tout, la persistance d’une dichotomie franche entre une caste de super-riches et une d’infra-pauvres ne constitue-t-elle pas une aberration grotesque pour une société censément civilisée ? Certes, la famille Ki-taek se rend bien coupable de faux en écriture ainsi que de quelques machinations visant à congédier les employés occupant les places qu’ils convoitent, mais leur mal

Continuer à lire

Mother

ECRANS | Après avoir dépoussiéré le polar dans "Memories of murder" et le film de monstre dans "The Host", le sud-coréen Bong Joon-ho donne sa vision, très personnelle, du mélodrame, avec ce portrait d’une mère prête à tout pour rétablir l’honneur de son fils. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 20 janvier 2010

Mother

On avait laissé Bong Joon-ho sur son segment, très beau, du film collectif Tokyo ! Un adolescent ne sortait plus de chez lui depuis trois ans, vivant en autarcie, avec pour seul contact humain la visite du livreur de pizzas. Son retour dans le monde s’accompagnait d’une pirouette puissante : l’humanité avait disparu, remplacée par de belles androïdes. Comme s’il avait poussé au maximum l’idée d’un futur post-humain, Bong revient dans Mother a ce qui relève d’une humanité viscérale et intemporelle : l’instinct maternel. Quelque part entre le polar et le drame, avec même des pointes de comédie, le nouveau film du réalisateur de The Host cherche en fait à lifter le mélodrame, en l’éloignant au maximum des canons hollywoodiens du genre, y compris des maîtres Sirk et Minnelli. À plat, l’histoire ressemble pourtant à un digest parfait : une mère élève seule son fils unique, un peu attardé et plutôt mal entouré. Après une altercation avec des bourgeois qui jouent au golf, il rentre chez lui. Le lendemain, on découvre le cadavre d’une jeune fille sur le trajet qu’il a emprunté. Le garçon est un coupable désigné par la justice, mais pas aux yeux de sa mère, qui

Continuer à lire