Mad Max : les routes furieuses de George Miller

ECRANS | Avant la sortie de Fury road, une soirée au Méliès Saint-François pour revoir Mad Max et Mad Max 2.

Christophe Chabert | Mardi 12 mai 2015

Élu meilleur film de l'année par tout ce qu'Internet compte de critiques de bande-annonces à la simple vue de ses innombrables trailers, Mad Max Fury road sera visible en version longue — en version film, quoi — dès le 14 mai. Histoire de rappeler que le culte autour du personnage ne date pas d'aujourd'hui, UGC Ciné Cité Internationale organise le mardi 12 mai une soirée avec les deux premiers volets de la saga signée George Miller — le troisième, où le cinéaste amorce un virage humaniste qu'il maintiendra ensuite via Lorenzo, Babe, le cochon dans la ville ou les deux Happy feet, est plus embarrassant.

Dans Mad Max, on fait donc la connaissance de Max Rockatansky (Mel Gibson), flic badass arpentant les routes australiennes où des punks complètement vrillés sèment la terreur — viols, meurtres et tutti quanti — à la poursuite d'un or noir devenu denrée rare. À grands coups de scènes de poursuite spectaculaires, de violence et de nihilisme, Miller pose les bases d'un univers où la folie semble prendre le dessus sur tout autre sentiment, mais le circonscrit encore dans un périmètre réaliste, celui d'un futur proche où l'humanité prépare sa destruction.

Celle-ci intervient entre le premier et le deuxième volet, celui-ci baignant dans une ambiance post-apocalyptique qui fera école et reste indépassée jusqu'à aujourd'hui : les bandes sont composées d'individus dégénérés revenus quasiment à l'âge de pierre — mais de la pierre qui aurait l'odeur du pétrole — et Max lui-même laisse libre cours à ses pulsions les plus sauvages pour défendre une communauté encore préservée de cette régression barbare. Malgré son caractère brutal et presque gore, Mad Max 2 est le sésame qui ouvre à Miller les portes du cinéma mainstream et d'Hollywood, même s'il en restera un drôle de specimen aux projets inclassables et personnels.

Christophe Chabert

Soirée Mad Max 1 et 2
À l'UGC Ciné Cité Internationale, mardi 12 mai à 20h



entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Des Intergalactiques post-apocalyptiques

Science-Fiction | Au-delà du divertissement, la science-fiction a toujours eu pour fonction de nous prévenir des risques encourus en cas de futur mal négocié. Mais depuis un (...)

Vincent Raymond | Mardi 23 avril 2019

Des Intergalactiques post-apocalyptiques

Au-delà du divertissement, la science-fiction a toujours eu pour fonction de nous prévenir des risques encourus en cas de futur mal négocié. Mais depuis un bon demi-siècle — et grâce aux progrès exponentiels de la connaissance —, le futur a changé d’échelle : jadis horizon éloigné, il jouxte désormais le moment présent au point de se confondre parfois avec lui. Il arrive même que l’avenir soit moins anxiogène que l’époque contemporaine : l’ambiance géopolitique délétère nous indique 23h58 à l’horloge de la fin du monde. Une belle atmosphère collapsogène qui a sans doute incité les programmateurs des Intergalactiques à composer pour 2019 une sélection cinématographique totalement post-apocalyptique. Point d’orgue le samedi 27 avril, la double séance de Mad Max 2 (1982) et Mad Max : Fury Road (2015) présentés par Jean-Pierre Dionnet et séparés par une table ronde tentant d’établir si Fury Road est (ou non) le meilleur film du monde. Meilleur ne veut pas dire seul ; aussi, vous pourrez découvrir les autres gâteries exhumées pour l’occasion. C

Continuer à lire

Nuit super héroïnes

ECRANS | Voici le genre de soirée auquel on aimerait convier Martin Solveig. Surtout pas pour le charger d’ambiancer les séances — il serait capable de demander (...)

Vincent Raymond | Mardi 11 décembre 2018

Nuit super héroïnes

Voici le genre de soirée auquel on aimerait convier Martin Solveig. Surtout pas pour le charger d’ambiancer les séances — il serait capable de demander aux spectatrices si elles veulent pogoter à l’entracte au bar ou tektoniker sur les génériques — mais pour lui prouver par l’image que ses réflexes paternalistes de fin de banquet appartiennent résolument à un autre âge. Cela fait bien longtemps que diverses amazones (mise d’ailleurs à l’honneur de la nouvelle livraison de la revue Carbone) en remontrent aux machos sur la toile, et il ne suffirait pas d’une nuit pour s’en convaincre. Celle programmée par l’Institut Lumière réunit cependant un joyeux panel de ces héroïnes ayant imposé leur marque dans un monde résolument taillé pour l’autre sexe. On commencera à 20h30 avec la complexe Lisbeth Salander version Rooney Mara dans Millénium : les hommes qui n'aimaient pas les femmes signé par Fincher, incarnation d’une perfection clinique parasitée par les né

Continuer à lire

Le Booooom #2 : places aux jeunes !

Actu Cinéma | Réunissant 145 salles de Rhône-Alpes acceptant la carte M’ra, permettant aux élèves et aux apprentis d’accéder au cinéma à des conditions préférentielles, le Réseau (...)

Vincent Raymond | Mardi 17 mai 2016

Le Booooom #2 : places aux jeunes !

Réunissant 145 salles de Rhône-Alpes acceptant la carte M’ra, permettant aux élèves et aux apprentis d’accéder au cinéma à des conditions préférentielles, le Réseau Médiation Cinémas M’ra avait lancé en 2015 le Boooom !, un événement incitant les titulaires de ladite carte à profiter de leurs avantages avant son échéance (fin mai). Le succès de l’initiative a entraîné sa reconduction cette année, dans une forme plus étoffée : pour le Boooom #2, 45 salles organisent une manifestation spécifique, ludique ou festive ayant pour thème central “le futur”. Les Amphis de Vaulx-en-Velin ont ainsi choisi un bon vieux classique, Alien, le huitième passager (1979) de Ridley Scott précédé d’une présentation et suivi d’un pot pour ceux qui auraient encore de l’estomac vendredi 20 à 18h. Le Toboggan de Décines quant à lui rendra hommage au président du jury cannois George Miller avec une soirée rétrospective Mad Max (1 & 2) le samedi 21 à 18h suivie d’animations concoctées par le ToboGanG ; tandis qu’au même moment le Ciné la Mouche de Saint-Genis-Laval projettera Mad Max Fury Road (choisissez votre épo

Continuer à lire

Mad Max : Fury Road

ECRANS | Une date dans le cinéma d’action ? Non, mais un bon blockbuster… Un grand film de George Miller ? Non, juste une efficace remise à jour de la franchise "Mad Max"… Bref, entre excitation et frustration, Fury Road laisse autant repu que sur sa faim. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 15 mai 2015

Mad Max : Fury Road

Seul face au désert, Max Rockatansky soliloque sur les êtres qu’il n’a pas pu sauver, les temps qui sont devenus fous et lui-même, peut-être plus cinglé encore que ceux qui veulent sa peau. Mad Max est de retour et, pour signer une bonne fois pour toutes l’entrée dans le XXIe siècle (cinématographique) de son héros légendaire, George Miller lui offre un lézard à deux têtes qu’il décapite puis dévore à pleines dents. Comme dit l’affiche : «Le futur appartient aux fous.» C’est vrai et c’est faux dans Fury Road : vrai, car la folie est bel et bien omniprésente à l’écran, par la création d’un univers où effectivement, la raison semble avoir définitivement hissé le drapeau blanc, où les pénuries en série (pétrole, eau, verdure) ont donné naissance à une lignée d’êtres dégénérés, à la peau blanchâtre et au vocabulaire proche de celui d’Idiocracy, corps monstrueux, difformes et malades qui arrivent encore à se diviser en castes, alors qu’il n’y a manifestement plus grand chose à gouverner. Folie aussi dans le projet, assez dément, de faire de Fury Road une sorte de film d’action ultime, sans temps morts, comme une énorm

Continuer à lire

L’Amérique au firmament…

ECRANS | Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas : de janvier à juin, c’est le retour des super auteurs du cinéma américain avec des films qu’on dira, par euphémisme, excitants. À l’ombre de ces mastodontes vrombissants, une poignée de cinéastes d’ici devraient leur donner le change. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 6 janvier 2015

L’Amérique au firmament…

Les Wachowski, Eastwood, Gonzalez Iñarritu, Paul Thomas Anderson, Michael Mann, Tim Burton, George Miller, à qui on ajouterait bien James Wan et Josh Whedon : le premier semestre 2015 se pose en miroir inversé du dernier semestre 2014. Fini le renouvellement générationnel, les cinéastes du monde entier qui arrivent à une forme de maturité créative, les francs-tireurs décidés à faire trembler le cinoche mainstream ou son frère jumeau, le world cinéma… Certes, il y en aura quelques-uns d’ici à fin mai ; mais ce sont bien les superauteurs américains qui risquent de faire la pluie et le beau temps sur l’actualité cinématographique d’ici là. Après un mois de janvier en forme de tour de chauffe, ce sont donc Larry et Lana Wachowski qui ouvrent le bal avec leur Jupiter Ascending le 4 février — que son distributeur français a, de manière particulièrement débile, rebaptisé Jupiter : le destin de l’univers. Après la fresque spatio-temporelle de Cloud Atlas, génial puzzle d’une ambition folle, les Wachowski s’envoient en l’air pour

Continuer à lire

Max le dingue et George le punk

ECRANS | Cinéma / Pour bien commencer l’année, rien de tel que la reprise dans le cadre de la Ciné-collection du Mad Max de George Miller, road-western australien nourri à l’ultra-violence, comme si John Wayne s’était réincarné dans le futur en Inspecteur Harry ! CC

Christophe Chabert | Mardi 30 décembre 2008

Max le dingue et George le punk

Le «Il était une fois» qui ouvre Mad Max résonne comme un avertissement : «Quelques années après aujourd’hui…». Nous voilà donc dans un futur proche — 30 ans plus tard, on ne sait pas s’il est déjà passé ou encore bien présent. L’insécurité routière et l’insécurité tout court s’y confondent au point d’avoir créé des polices du bitume bien organisées : il y a ceux qui poursuivent et ceux qui interceptent. Max fait partie des «intercepteurs», Ray-Bans sur le nez, bottes au pied et cuir sur le dos, il pilote un bolide débridé pour chopper les chauffards déments écrasant tout sur leur passage. Max en a sa claque et décide de prendre une retraite anticipée avec femme et enfant dans la campagne australienne. Pas de répit pour les braves, et Mad Max va se transformer en cours de route en film de vengeance extrêmement cruel et violent. Autos défenseL’idée de George Miller derrière Mad Max, qui lui permit de conquérir un public international comme aucun cinéaste australien ne l’avait fait auparavant, est une simple question d’actualisation. Le western, ses espaces vierges, ses méchants caricaturaux et ses héros iconiques chevauchant de fiers destriers, trouve dans les lignes de

Continuer à lire