Williams / Spielberg : terrain d'entente

ECRANS | Trois ciné-concerts à l'Auditorium par l'ONL et Leonard Slatkin pour faire entendre la riche collaboration entre John Williams et Steven Spielberg.

Christophe Chabert | Mardi 16 juin 2015

Le cinéma regorge de duos fameux formés par un compositeur et un metteur en scène : Bernard Hermann et Alfred Hitchcock, Philippe Sarde et Claude Sautet, Georges Delerue et François Truffaut, Pino Donaggio et Brian De Palma, Howard Shore et David Cronenberg ou encore Carter Burwell et les frères Coen. De tous, le couple John Williams et Steven Spielberg est de loin le plus fidèle : Williams a orchestré toutes les bandes originales du cinéaste, à l'exception du futur Bridge of Spies pour des raisons de santé.

Surtout, le musicien a écrit des scores qui ont participé à la popularité des films : le thème des Dents de la mer avec son crescendo inquiétant, les partitions symphoniques d'Indiana Jones, E.T., Jurassic Park, les cinq notes à la base de Rencontres du troisième type… Leurs collaborations récentes sont même parmi les plus surprenantes : la musique épurée et sombre de Munich, virevoltante et "mancinienne" des Aventures de Tintin, ambitieuse et complexe de Cheval de guerre, montre que le tandem est encore capable de se réinventer.

Il faut dire que Williams, venu du jazz — il était pianiste — avant d'élargir son répertoire vers les classiques russes et la musique contemporaine américaine, possède un éclectisme qui lui a permis d'écrire la même année le thème mythique de Star Wars ou la partition très John Adams de Furie pour De Palma. Au cours de trois ciné-concerts où l'Orchestre National de Lyon dirigé par Leonard Slatkin interprètera les musiques de Williams — avec en support des extraits des films cités — c'est une page d'histoire du cinéma américain qui se fera entendre.

Christophe Chabert

Ciné-concerts John Williams / Steven Spielberg
À l'Auditorium, du 18 au 20 juin


Spielberg et les musiques de J. Williams

Ciné-concert. Extraits de films de Spielberg joués par l'Orchestre national de Lyon et Leonard Slatkin (dir)

Ciné-concert. Extraits de films de Spielberg joués par l'Orchestre national de Lyon et Leonard Slatkin (dir)

voir la fiche du film

voir la fiche du film

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Tintin à l'Auditorium

Tintinophilie | Une journée consacrée à Tintin à l'Auditorium le samedi 10 octobre : on valide !

Stéphane Duchêne | Mercredi 7 octobre 2020

Tintin à l'Auditorium

On peut se contenter de lire ou relire Tintin uniquement à l'aune des innombrables citations musicales qui parsèment l'œuvre d'Hergé. Histoire de mettre les choses à plat, l'Auditorium, l'ONL, et Lyon BD Festival ont eu la savoureuse idée d'un concert sis au cœur d'une journée BD où l'on retrouve chacune de ces musiques qui sont autant d'incontournables de la grande musique. Madame Butterfly de Puccini, le Faust de Gounod (le fameux "Air des bijoux" de la Castafiore), la très martiale Danse du sabre de Khatchatourian, le plus méconnu Atlas Eclipticalis de John Cage. À cela on peut ajouter quelques clins d'œil à la musique de cinéma (Les Sept mercenaires, Le Dernier Empereur...) et d'autres grands noms comme Charles Ives, John Williams, Arturo Vasquez, Dirk Brossé, Mason Bates. Baptisé

Continuer à lire

John Williams vs. Hans Zimmer

ECRANS | Cinq Oscar d’un côté, un seul en face ; le cinéma de Spielberg, Lucas, mais aussi l’univers d’Harry Potter ou de Superman d’une part, de l’autre celui de (...)

Vincent Raymond | Mardi 14 janvier 2020

John Williams vs. Hans Zimmer

Cinq Oscar d’un côté, un seul en face ; le cinéma de Spielberg, Lucas, mais aussi l’univers d’Harry Potter ou de Superman d’une part, de l’autre celui de Christopher Nolan (donc Batman), de Gladiator ou du Roi Lion… en attendant celui de James Bond dont il va signer la B.O. du prochain film, Mourir peut attendre. John Williams et Hans Zimmer comptant parmi les “monstres“ de la composition cinématographique, les musiciens du Yellow Socks Orchestra dirigés par Nicolas Simon jouent sur du velours en reprenant leurs thèmes en version symphonique… et en faisant croire qu’il s’agit d’un fight. John Williams vs. Hans Zimmer À l'Amphi 3000 les samedi 18 et dimanche 19 janvier

Continuer à lire

Tu vas fondre, bébé

Only Porn | Le festival Only Porn est devenu l'incontourable rendez-vous pour causer cul, mater original et penser le sexe d'aujourd'hui : effeuillage d'une programmation toute en dentelle.

Sébastien Broquet | Mardi 10 décembre 2019

Tu vas fondre, bébé

Jeudi Bien entendu, la place de choix en ouverture de cette huitième édition de Only Porn est réservée à Ilona Staller, alias La Cicciolina, icône du X, de la libération des mœurs et ex-femme d'un symbole des dérives de l'art contemporain, Jeff Koons. Mais ce n'est pas tout ce que le Lavoir Public et Olivier Rey nous ont concocté, car comme chaque année les collisions seront multiples entre figures du passé et questionnements actuels. Vendredi Ainsi, après que l'ancienne députée italienne ait parlé de son passé d'actrice X, de sa carrière politique, peut-être même chanté si nous sommes gentils et assurément pris beaucoup de selfies (c'est semble-t-il une passion pour elle), la semaine se poursuivra vendredi avec le festival Snap ! (Sex Workers Narratives, Arts & Politics), en présence de Carmina, rédactrice en chef du site Le Tag Parfait, pour une projection et discussion suivie de deux performances.

Continuer à lire

La Cicciolina : « il faudrait d’abord faire l’amour avec sa tête »

Only Porn | Femme libre et engagée, Ilona Staller a été et demeure une personnalité à part dans la société italienne : artiste insoumise, modèle, actrice pornographique, députée… La Cicciolina revendique une libération des mœurs aujourd’hui menacée. Sans cesser le combat.

Vincent Raymond | Mardi 10 décembre 2019

La Cicciolina : « il faudrait d’abord faire l’amour avec sa tête »

Est-ce facile d’être une icône ? Ilona Staller, alias la Cicciolina : Sans aucun doute je suis une icône de l’art contemporain et de la liberté sexuelle. Pas seulement, à mon avis, mais surtout dans l’opinion des experts du secteur. C’est un honneur de pouvoir être considérée comme telle, je ne le nie pas ; au contraire je suis fière de recevoir ce titre que je prends comme un prix. Être une icône, c’est ce qui caractérise les multiples facettes de ma carrière, de mannequin à actrice, jusqu’à muse de grands artistes de renommée mondiale. Ilona, supportez-vous toujours bien votre alter ego, La Cicciolina ? Y a-t-il quelque chose dans ce qu’elle est, comme une sorte de mystère, qui vous impressionne et qui vous échappe ? Dans ma vie je n’ai jamais aimé me mettre en compétition avec qui que soit ; j’aime juste ce que je fais et chaque fois, ça se révèle nouveau et différent. J’aime mon travail, j’aime être la Cicciolina, muse ainsi qu’artiste de mes propres œuvres d’art contemporain. Ce n’est pas facile d’être une icône, toutefois je trouve très simple d

Continuer à lire

Fantasmes au Lavoir

Only Porn | Tour d'horizon du festival qui permet d'ausculter les cultures pornographiques sous toutes leurs formes et convie Brigitte Lahaie en guest star au Lavoir Public : Only Porn.

Sébastien Broquet | Mardi 11 décembre 2018

Fantasmes au Lavoir

Au Lavoir Public, rien ne se passe comme ailleurs dans la ville. En ce petit lieu brut de décoffrage des pentes de la Croix-Rousse, Olivier Rey continue d'expérimenter, alternant théâtre épatant, clubbing exigeant et donc, festival de culture pornographique. Only Porn, cette année, est concocté en compagnie de Cédric Duroux - ancien de la Villa Gillet - et Aleks Von Ürban, du festival Burning Man : c'est peu dire que la rencontre est explosive. Voici donc une édition placée sous l'égide de l'icône du porno frenchy, madame Brigitte Lahaie elle-même, celle qui fit les grandes heures du film de fesse en 35mm avant de faire frémir une génération d'adolescents le samedi soir à minuit sur Canal Plus. Et enfin, de se faire confidente intime des auditeurs sur RMC puis Sud Radio. Brigitte La star de Parties de chasse en Sologne (1979) sera donc l'invitée d'honneur, présentant dans un premier temps Caligula, péplum mêlant gore et érotisme réalisé en 1979 par Tinto Brass, avec Malcolm McDowell dans le rôle titre et Peter O'Toole, dans celu

Continuer à lire

The Fresh & Onlys, à la fraîche au Sonic

Garage Pop | Alors que revoilà du garage de San Francisco, véritable incubateur du genre : après le passage de Sonny & The Sunsets, se présente The Fresh & Onlys, mené par l'omnipotent Tim Cohen, qui explore ce genre avec une geste toute personnelle.

Stéphane Duchêne | Mercredi 19 septembre 2018

The Fresh & Onlys, à la fraîche au Sonic

C'est un fait bien connu des amateurs de rock indé, la scène garage et plus si affinités de San Francisco est si riche qu'elle déborde de tous côtés. Si bien qu'après Sonny & The Sunsets la semaine passée, Lyon accueille une autre belle formation de la Bay Area : The Fresh & Onlys dont on a pu croiser le leader, Tim Cohen, aux côtés de... Sonny & The Sunsets justement – preuve que le monde est petit. Ce n'est guère étonnant quand on sait que ledit Cohen a œuvré au sein de multiples projets mais aussi en solo, en parallèle ou en amont de ses Fresh & Onlys. Mais ce sans jamais récolter tout à fait la reconnaissance qui lui siérait – et qui est par exemple celle d'un John Dwyer (Thee Oh Sees) ou d'un

Continuer à lire

Soirée culte aux 400 Coups avec Spielberg et del Toro

Fantastique | Il n’y a pas si longtemps, le Mexicain Guillermo Del Toro et l’Américain Steven Spielberg étaient tous les deux nommés pour l’Oscar du meilleur film... (...)

Margaux Rinaldi | Mardi 29 mai 2018

Soirée culte aux 400 Coups avec Spielberg et del Toro

Il n’y a pas si longtemps, le Mexicain Guillermo Del Toro et l’Américain Steven Spielberg étaient tous les deux nommés pour l’Oscar du meilleur film... Malheureusement pour Pentagon Papers, c’est La Forme de l’eau qui l’a emporté. Et si on remettait en compétition ces deux réalisateurs sur le ring du film fantastique, qui gagnerait ? Voyons ça dans le Beaujolais, aux 400 Coups, lors d'une soirée dédiée à ce genre. Pour un duel intense, mieux vaut choisir deux films cultes. Côté Steven Spielberg, même si la série des Indiana Jones pourrait faire l’affaire, l’un des chefs-d ‘œuvres du réalisateur reste l’histoire de E.T l’Extraterrestre, réalisé en 1982. Alors que le petit Elliot se lie d’amitié avec l’extraterrestre et fait tout pour le cacher au gouvernement, E.T cherche à rentrer parmi les siens. Et si tout le monde retient sans problème la réplique « E.T téléphone maison », on en oublie parfois les quatre Osc

Continuer à lire

La rentrée des illustrés

Littérature jeunesse | Un chien rigolo, un ours qui parle et un cocodrile… la rentrée est chargée pour les petits qui vont se faire plein de nouveaux amis.

Lisa Dumoulin | Vendredi 29 septembre 2017

La rentrée des illustrés

L’évènement de la rentrée c’est l’arrivée de Graou Magazine, petit frère du Magazine Georges, destiné aux 3-6 ans. Comme son aîné il est beau, graphique, original (“nous choisissons volontairement des illustrateurs aux univers singuliers” indique la directrice Anne-Bénédicte Schwebel), futé, ludique, imprimé sur papier offset et sans publicité. Réclamé dès les débuts de Georges (plutôt adapté aux 7-12 ans), il est enfin arrivé dans toutes les bonnes librairies le 21 août dernier. Au menu : 36 pages de jeux pour apprendre à lire, écrire, compter, observer, sans oublier une histoire à déchiffrer, un méli-mélo à découper et même une recette de goûter. Pour le découvrir, rendez-vous à la librairie A Titre d’Aile samedi 30 septembre dès 10h30 pour un atelier Pantin Graou avec Gwé, l’illustratrice de ce premier numéro, avant les séances de dédicace (11h30-12h30 et 16h-18h). Le lendemain direction L’Astragale pour un petit-déjeuner dédicace avec Laure Monloubou, illustratrice de nombreux albums, notamment “Je veux un cocodrile!” et “La diamanterie ou les vacances d’une f

Continuer à lire

Insomniaque : où danser ce week-end ?

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 26 septembre 2017

Insomniaque : où danser ce week-end ?

29.09.17 > LE SUCRE SHAKE YOUR CLASSICS Est-il possible de clubber avec votre maman voire de partager des gin-to avec votre grand-mère ? Grâce au Sucre, à l'Auditorium et au GRAME, c'est oui : le cycle de soirées mêlant musique classique et techno reprend, conviant-là l'Orchestre National de Lyon dirigé par le chef américain Leonard Slatkin avant un live de Birth Of Frequency, dont la techno est sous perfusion Détroit. Collision. 30.09.17 > NINKASI RAGGATEK NIGHT On a vu surgir avec un peu de surprise cet hybride costaud entre vocaux raggamuffin et techno dure, emmené en particulier par DJ Vandal... Puissance du beat, caresse du skank : le Ninkasi consacre une nuit à ce style très free party en conviant Guigoo (des Narcotek, qui a lui-même collaboré avec le suscité Vandal), l'Italien Pitch (de Mad Attack) en live, Astifleure et Asco (Total Reez).

Continuer à lire

Panthers convie Moka Only au Sonic

Hip-Hop | Respecté au Canada, le rappeur, DJ et producteur Moka Only pose ses valises à Lyon pour un live puisant aux sources du hip-hop indé.

Corentin Fraisse | Mardi 6 juin 2017

Panthers convie Moka Only au Sonic

On rallume les Technics, on dépoussière le diamant et on se prépare à plonger dans les années 1990. Originaire de Vancouver, Daniel Denton aka Moka Only est l’un des artistes hip-hop canadiens les plus respectés et récompensés : en bientôt trente ans de carrière, il a amassé huit récompenses nationales et onze nominations aux Western Canadian Music Awards. Excessivement productif, il compte quatorze EPs et cinquante-huit albums à son actif, dont dix pour la seule année 2016. Cette folle cadence et de nombreuses collaborations lui ont permis de s’imposer sur la scène indé internationale. S’il doit encore se faire un nom en Europe, ce MC et producteur multi-casquettes est immensément respecté outre-Atlantique où il est acclamé par la critique. Moka Only puise son inspiration à la source des monstres sacrés du hip-hop, de J Dilla et Pete Rock à Opio, en s’approchant du flow d’A Tribe Called Quest et des instrus de Cunninlynguists. D’indéniables influences jazz, mais aussi des samples r&b, pop et du hip-hop pur, pour livrer des productions léchées et inspirantes. Mo

Continuer à lire

Les Trois Lumières

ECRANS | Si chacun connaît la partie d’échecs entre le Chevalier et la Mort dans Le Septième Sceau de Bergman, l’affrontement composé par Fritz Lang dans Les Trois (...)

Vincent Raymond | Mardi 7 mars 2017

Les Trois Lumières

Si chacun connaît la partie d’échecs entre le Chevalier et la Mort dans Le Septième Sceau de Bergman, l’affrontement composé par Fritz Lang dans Les Trois Lumières (1921) a quelque peu été oublié — à tort. Une femme défie la Camarde pour tenter de lui arracher son amoureux. Elle dispose de trois chances ; trois vies qu’elle peut sauver à différentes époques matérialisées chacune par une flamme. Tant que l’une brûle, son amant peut être sauvé… Monument de l’expressionnisme muet, ce film trouvera ce dimanche un accompagnement à sa hauteur : Thierry Escaich improvisera sa bande originale en direct sur l’orgue Cavaillé-Coll de l’Auditorium. Les Trois Lumières À l’Auditorium le dimanche 12 mars

Continuer à lire

Un Homme de chœurs

Classique | Bernard Tétu quitte ses fonctions de directeur artistique au sein de Spirito. Rencontre avec un homme généreux, un bouillonnant tranquille, un musicien très éclairé.

Pascale Clavel | Mardi 3 janvier 2017

Un Homme de chœurs

Chef de chœur et chef d’orchestre reconnu à travers le monde, fondateur dans les années 80 des Chœurs de l’Orchestre National de Lyon, Bernard Tétu a révolutionné le chant choral français et a su donner une identité sonore singulière à chacun de ses ensembles. Il peut partir fier et tranquille de Spirito : nous savons qu’il poursuit son chemin de chef et de pédagogue avec ce qui l’anime depuis toujours : la transmission du beau. Vous allez donner samedi prochain vos derniers concerts avec Spirito. Dans quel état d’esprit abordez-vous ce moment ? Bernard Tétu : J’ai pris depuis longtemps l’habitude de vivre à plusieurs vitesses, je suis en ce moment dans la préparation d’autres concerts. Il y a Spirito, mais ma vie de chef se poursuit. Serge Baudo m’invite à diriger l’orchestre de l’Opéra de Toulon en juin. Je continue à être le directeur artistique du Festival Les Voix du Prieuré au Bourget-du-Lac, je dirige cet été le Requiem de Duruflé à Silvanes… mais oui, il faut bien l’avouer, c’est un pincement au cœur de quitter Spirito parce que je dirigerais bien un concert par semaine avec les chanteurs et les

Continuer à lire

Only Porn fête ses cinq ans

Festival | « Un focus sur des artistes dont le corps et la sexualité constituent le thème principal de recherche » : telle est la baseline du festival Only (...)

Sébastien Broquet | Mardi 29 novembre 2016

Only Porn fête ses cinq ans

« Un focus sur des artistes dont le corps et la sexualité constituent le thème principal de recherche » : telle est la baseline du festival Only Porn, qui fête ses cinq ans du jeudi 15 au dimanche 18 décembre avec un programme... alléchant. Lukas Zpira, chantre des corps modifiés et du body art, en est l'invité d'honneur ; nous l'avons interviewé. Le shibari, cet art japonais des cordes, sera le... fil rouge de toute l'édition ; outre la performance de Flozif, empreintE, le vendredi 16, il sera possible de s'initier en sirotant un bourgogne aligoté/à ligoter lors de la Nuit des Vins Nus, lancée à Paris par Antonin Iommi-A

Continuer à lire

Lukas Zpira : s'engager par le corps

body hacktivisme | Fondateur et maître à penser du body hacktivisme, Lukas Zpira revient en quelques questions sur les fondements de son mouvement. Des influences d'hier aux questions de demain, notamment celles posées par le transhumanisme, il évoque son art sous toutes ses coutures.

Gabriel Cnudde | Mardi 29 novembre 2016

Lukas Zpira : s'engager par le corps

Comment, sous l'impulsion de Riyochi Maeda *, en êtes-vous venu à créer le body hacktivisme ? Lukas Zpira : Jusqu'au début des années 2000, les pratiques de modifications corporelles étaient mal définies, mal comprises. Peu de personnes percevaient vraiment l'importance des questions que ces pratiques soulevaient — aussi bien au niveau du rapport social au corps (de par l'aspect transgressif) que du point de vue prospectif de ces pratiques (de par la démystification de ce corps). Nous étions simplement jugés avant d'être compris, presque personne ne se posant les bonnes questions. Je passais de plateaux télé en interviews, devant me justifier et répondre à des attaques absurdes par rapport à ma démarche avant même de pouvoir l'expliquer... Ou bien, on essayait de faire de moi le freak de service. Je n'étais pas le seul à subir ceci. J'ai donc arrêté de parler à la presse et j'ai commencé à poser mon propos sous la forme de manifestes. Beaucoup de personnes qui ne pratiquaient pas les modifications corporelles avançaient sur des réflexions parallèles aux nôtres. Il est devenu important de sortir du g

Continuer à lire

L’art de s’accorder et de s’encorder

Shibari | Souvent considérée comme du fétichisme ou du BDSM, cette discipline qui consiste à attacher une personne à l’aide d’une corde avant de la suspendre est en réalité un art ancestral japonais empli de sensualité.

Julie Hainaut | Mardi 29 novembre 2016

L’art de s’accorder et de s’encorder

« C’est une discipline, mais également un art. Il n’y a rien de mystique ni de sale dans le shibari. Il n’y a que des gens mystiques ou sales. C’est l’individu qui fait la corde, pas l’inverse » explique Hwajae Yong, alias Dragon, qui a créé Lyon Shibari en 2013 : la première structure associative en France entièrement consacrée à cet art. FloZif, performeuse et organisatrice d’ateliers autour des cordes, complète : « La pratique des cordes se démocratise depuis quelques années, elle devient moins taboue, mais les préjugés persistent car cette discipline est souvent assimilée au sexe, à la soumission et à la douleur. » Historiquement, quatre pôles ont influencé la pratique du shibari : la torture pendant l’époque Sengoku (la corde servait notamment à écarteler les individus), la justice lors de la période Edo (la corde était un moyen de punir), les arts martiaux (la technique hojõjutsu permettait d’immobiliser un prisonnier) et la sexualité (la corde servait aux viols conjugaux). « L’unique point commun entre ces quatre pôles est le fait que la corde n’était pas du tout consensuel

Continuer à lire

Le plus russe des Russes

Auditorium de Lyon | C’est un événement : en plein cœur du Festival Russe proposé par l’Auditorium, Leonard Slatkin dirige les six symphonies de Tchaïkovski.

Pascale Clavel | Mardi 15 novembre 2016

Le plus russe des Russes

À l’affiche, c’est un beau festival. L’âme slave révélée sous toutes les coutures : Borodin, Chostakovitch, et leur fantastique musique de chambre ; Moussorgski et ses Tableaux d’une exposition ; Grigori Sokolov, pianiste fascinant, aux interprétations quasi mystiques et profondément poétiques. Des festivités russes aussi, autour de musiques populaires où l’on comprend en trois mesures toute la mélancolie slave. En point d’orgue du festival, Tchaïkovski : compositeur éclectique, mélodiste hors pair. Son langage musical, fortement influencé par les romantiques allemands et par Berlioz pour l’orchestration, n’est pas vue d’un très bon œil par les compositeurs russes — en particulier ceux du Groupe des Cinq — parce que pour eux, le style doit être russe, uniquement, radicalement. L’âme humaine scrutée Entre symphonie classique et poème symphonique, les six symphonies de Tchaïkovski sont inclassables. Une dimension métaphysique pour chacune et une question en boucle pour toutes : quid

Continuer à lire

Voilà l'été : un jour, une sortie #3

SAISON ESTIVALE | Durant toutes les vacances, c'est un bon plan par jour : concert ou toile, plan canapé ou expo où déambuler.

La rédaction | Mercredi 20 juillet 2016

Voilà l'été : un jour, une sortie #3

15 / Mercredi 20 juillet : cirque Obludarium Puisque les gens normaux n'ont rien d'exceptionnel (et l'urbanité en juillet ça va bien cinq minutes), hâtez-vous au domaine de Lacroix-Laval voir les grosses caboches toutes biscornues et étranges d'Obludarium. Signé des fils jumeaux du cinéaste Miloš Forman, ce spectacle qui a fait le tour du monde s'arrête depuis hier et jusqu'au 31 juillet dans ce village dédié au cirque. Si vous le pouvez, venez même dès 18h profiter des lampions, du bar digne d'un diners US et du plancher en bois où vous pourrez faire résonner vos tongs (en bois, les tongs). Fourvière version campagne : c'est ici ! Au domaine de Lacroix-Laval dans le cadre des Nuits de Fourvière 16 / Jeudi 21 juillet : chanson Michel Polnareff Moins on l'attend, plus il revient, le Polnaroïde. On a arrêté de compter avant même notre naissance, mais le

Continuer à lire

"Le BGG – Le Bon Gros Géant" : la nouvelle créature de Spielberg

ECRANS | Un film de Steven Spielberg (É-U, 1h55) avec Ruby Barnhill, Mark Rylance, Rebecca Hallplus… (sortie le 20 juillet)

Vincent Raymond | Mercredi 6 juillet 2016

Ni club de foot, ni grand magasin parisien ; ni philosophe va-t-en guerre et encore moins chaîne de fast food, l’acronyme BGG désigne la nouvelle créature intégrant l’écurie de Spielberg — déjà fort remplie. Né en 1982 dans l’esprit fécond de Roald Dahl, le Bon Gros Géant avait tout pour l’inspirer, puisqu’il convoque dans un conte contemporain les solitudes de deux “doubles exclus” — une petite orpheline et un monstre rejeté par les siens —, du merveilleux spectaculaire et de l’impertinence. Le cinéaste en tire une œuvre conventionnelle au début, qui s’envole et s’anime dans sa seconde moitié, lorsqu’entre majestueusement en scène une Reine d’Angleterre à la cocasserie insoupçonnée. Spielberg est coutumier de ces films hétérogènes, changeant de ton après une ligne de démarcation nette — voir A.I. Intelligence Artificielle (2001)—, comme d’intrigantes scènes de sadisme sur les enfants, qu’il semble apprécier de recouvrir de détritus ou de mucosités : les crachats de brontosaures dans Jurassic Park (1993) étant ici remplacés par de la pulpe infâme de “schnocombre”. L’humour pot-de-chambre ira d’ailleurs assez loin — jusqu’au

Continuer à lire

Rentrée classique 2016 : Lyon va piano

MUSIQUES | On vous a offert un agenda tout neuf pour 2016 ? Entre autres bonnes résolutions, vous allez pouvoir noter les rendez-vous classiques immanquables (...)

Philippe Yves | Mardi 5 janvier 2016

Rentrée classique 2016 : Lyon va piano

On vous a offert un agenda tout neuf pour 2016 ? Entre autres bonnes résolutions, vous allez pouvoir noter les rendez-vous classiques immanquables des mois à venir. Et ce sont les amoureux du piano qui seront les mieux servis tant les organisateurs de concerts ont convoqué à Lyon le gratin pianistique international. À l’Auditorium, on applaudira les padawans (l’Autrichien Till Fellner, de Beethoven à Berio le 11 mars, et Lang Lang, dont on vérifiera le 11 avril si la démesure sied au Concerto italien de Bach) comme le maître Murray Perahia, accompagné de l’Academy of Saint Martin-in-the-Fields le 4 juin. En attendant la réouverture de la Salle Molière, le piano s’écoute aussi Salle Rameau avec Ravel par Bertrand Chamayou le 5 février et un récital d’Alexandre Tharaud le 11 mai. À l’encre indélébile, vous noterez le double récital de Martha Argerich et Nicolas Angelich le 13 avril dans un monstrueux programme avec la version deux pianos du Sacre du Printemps. Ça ne se refuse pas. Et comme il n’y a pas que le piano dans la

Continuer à lire

Rentrée cinéma 2016 : une timide bobine ?

ECRANS | Après une année cinématographique 2015 marquée par une fréquentation en berne —plombée surtout par un second semestre catastrophique du fait de l’absence de films qualitatifs porteurs —, quel sera le visage de 2016 ? Outre quelques valeurs sûres, les promesses sont modestes…

Vincent Raymond | Mardi 5 janvier 2016

Rentrée cinéma 2016 : une timide bobine ?

L’an dernier à pareille époque se diffusaient sous le manteau des images évocatrices illustrant la carte de vœux de Gaspar Noé et extraites de son film à venir, Love ; le premier semestre 2015 promettait d’être, au moins sur les écrans, excitant. Les raisons de frétiller du fauteuil semblent peu nombreuses en ce janvier, d’autant que, sauf bonheur inattendu, ni Desplechin, ni Podalydès, ni Moretti ne devraient fréquenter la Croisette à l’horizon mai — seul Julieta d’Almodóvar semble promis à la sélection cannoise. Malgré tout, 2016 recèle quelques atouts dans sa manche… Ce qui est sûr... Traditionnellement dévolu aux films-à-Oscar, février verra sortir sur les écrans français The Revenant (24 février) de Iñarritu, un survival dans la neige et la glace opposant Tom Hardy (toujours parfait en abominable) mais surtout un ours à l’insubmersible DiCaprio. Tout le monde s’accorde à penser que Leonardo devrait ENFIN récupérer la statuette pour sa prestation — il serait temps : même Tom Cruise en a eu une jadis pour un second rôle. S’il n’est pas encore une fois débordé par un outsider tel que

Continuer à lire

Only Porn, c'est le pied

CONNAITRE | Only Porn, le «festival des cultures pornographiques» du Lavoir Public, remet le couvert pour la quatrième fois. Insolite et nécessaire.

Benjamin Mialot | Mardi 8 décembre 2015

Only Porn, c'est le pied

Et soudain, tout fut à refaire. James Deen et Stoya étaient un peu les Brad Pitt et Angelina Jolie de l'industrie pornographique : de beaux gens jeunes gens cultivés et successful dont les débats oxymoriques (physiques next door/pratiques hardcore, caresses/gifles, sourires/plaintes) et, de fait, "réalistes", chauffaient les bas ventres des diggers de tubes pour adultes comme ceux des transgresseurs hip à la petite semaine – magazines genrés, presse lifestyle et autres news culturels en tête. Las, c'était avant qu'elle n'accuse récemment son partenaire (à la ville comme à la scène) de viol et que d'autres actrices n'en profient pour faire état d'abus similaires, dénonçant au passage un milieu qui, profitant de l'essor d'une génération de performers inhabituellement représentatifs de leurs contemporains (d 'abord incarnée à elle seule par Sasha Grey) pour se faire une respectabilité, demeure pour l'essentiel une phallocratie régie par la loi du silence. Pour Only Porn, une telle actualité a a priori tout d'une mauvaise publicité. En vérité, c'est une aubaine, ce festival pluridisc

Continuer à lire

Le Pont des Espions

ECRANS | Quand deux super-puissances artistiques (les Coen et Steven Spielberg) décident de s’atteler à un projet cinématographique commun, comment imaginer que le résultat puisse être autre chose qu’une réussite ?

Vincent Raymond | Mardi 1 décembre 2015

Le Pont des Espions

Voir côte-à-côte les noms des Coen et celui de Spielberg fait saliver l’œil avant même que l’on découvre leur film. Devant l’affiche aussi insolite qu’inédite, on s’étonne presque de s’étonner de cette association ! Certes, Spielberg possède un côté mogul discret, façon "je suis le seigneur du château" ; et on l’imagine volontiers concevant en solitaire ses réalisations, très à l’écart de la meute galopante de ses confrères. C’est oublier qu’il a déjà, à plusieurs reprises, partagé un générique avec d’autres cinéastes : dirigeant Truffaut dans Rencontres du troisième type (1977) ou mettant en scène un scénario de Lawrence Kasdan/George Lucas/Philip Kaufmann pour Les Aventuriers de l’arche perdue (1981) voire, bien entendu, de Kubrick dont il acheva le projet inabouti A.I. Intelligence artificielle (2001). Et l’on ne cite pas le Steven producteur, qui avait proposé à Scorsese de réaliser La Liste de Schindler, avant que Marty ne le convainque de le tourner lui-même. Bref, Spielberg s’avère totalement compatible avec ceux chez qui vibre une fibre identique à la sienne. Drôles de cocos Avec les C

Continuer à lire

La rentrée musique côté classique

MUSIQUES | Cette saison, tous les lieux lyonnais consacrés aux musiques dites savantes affichent un programme qui ose, qui revendique, qui dénonce une époque contemporaine en plein repli. De belles expériences en perspective.

Pascale Clavel | Mardi 22 septembre 2015

La rentrée musique côté classique

Peter Pan, Jean-Sébastien Bach et Matrix sont dans un bateau. Rien d’halluciné dans ces propos, juste une lecture aiguë de la nouvelle saison de l’Auditorium. Depuis l’arrivée du très décomplexé Jean-Marc Bador à la tête de la maison, la programmation s’affole, s’emballe et le choix semble si vaste qu’on pourrait s’y perdre. Il faudrait tout tester, devenir un mélomane glouton. Certains diront qu’il y en a pour tous les goûts, d’autres que, franchement, c’est trop. Partons de l’idée que la proposition est alléchante. Les portes se sont ouvertes sur l’inoxydable Symphonie n°9 de Beethoven dirigée par Léonard Slatkin. Cerise sur le gros gâteau, le public s'est vu investi d’une belle mission : chanter l’Hymne à la joie à tue-tête, avec ses tripes et ses convictions, acte quasi politique en ces temps où la fraternité entre les peuples est plutôt mise à mal – Jean-Marc Bador et Léonard Slatkin martèlent d'ailleurs d’une seule voix leur volonté d'«effacer les distances et gommer le temps» ; vaste ambition, utopie régalante. L’énigmatique pianiste Hélène Grimaud et l’indémodable Ton Koopman seront tous deux artist

Continuer à lire

Dans la tête de Ravel

MUSIQUES | Plonger dans l’écoute de ses deux concertos composés pour le piano, c’est s’immiscer dans la tête de Maurice Ravel. Ultimes partitions du compositeur, elles (...)

Benjamin Mialot | Mardi 9 juin 2015

Dans la tête de Ravel

Plonger dans l’écoute de ses deux concertos composés pour le piano, c’est s’immiscer dans la tête de Maurice Ravel. Ultimes partitions du compositeur, elles sont écrites alors qu’il souffre déjà des troubles cérébraux qui l’éloigneront de la musique les cinq dernières années de sa vie. On peut, sans fabuler, entendre dans leurs tourments quasi schizophrènes (superpositions de métriques et tonalités contraires) les maux qui affectaient Ravel. Á ces collisions s’ajoutent des tensions entre tendresse et âpreté, classicisme et modernité. Si Ravel respecte la structure classique du concerto, il l’enrichit d’influences jazz glanées lors de son récent séjour aux États-Unis. Le Concerto pour la main gauche est écrit pour le pianiste Paul Wittgenstein. Amputé de la main droite pendant la Grande guerre, celui-ci commande à Ravel une œuvre qu’il puisse jouer d’une main. Le compositeur imagine une pièce au climat maléfique qui donne l’illusion que ce sont bien deux mains qui parcourent le clavier. Quant au Concerto pour piano en sol, c’est un chef-d’œuvre absolu où le soliste et l’orchestre rivalisent de virtuosité. Son mouvement central, l’Adagio a

Continuer à lire

La saison 2015/2016 de l'Auditorium

ACTUS | L’Orchestre National de Lyon et l’Auditorium viennent de dévoiler une saison 2015/2016 monumentale et foisonnante dont les promesses vont ravir les mélomanes avertis comme ceux qui voudraient faire leurs premiers pas dans le répertoire symphonique. Philippe Yves

Benjamin Mialot | Mercredi 29 avril 2015

La saison 2015/2016 de l'Auditorium

Du côté des monuments symphoniques, Leonard Slatkin dirigera les épiques 5ème (les 12 et 14 novembre) et 9ème (le 12 septembre) Symphonies de Beethoven avant de s'attaquer, plus tard, à Ainsi Parlait Zarathoustra (le 4 février 2016), la plus kubrickienne des œuvres de Richard Strauss. Plus généralement, les pianistes tiendront le haut de l’affiche, en témoignent les invitations aux solistes Hélène Grimaud (les 17 et 19 septembre), Nikolaï Luganski (18 et 19 décembre), Lang Lang (le 11 janvier) ou encore Murray Perahia, qui se produira avec la Londonienne Academy of Saint Martin in the Fields (le 4 juin). Parmi les pépites de la saison, notons les Kindertotenlieder, le chef d’œuvre endeuillé de Mahler, sous la jeune baguette de Lionel Bringuier (19 et 21 mai) ou encore la venue du chef d’orchestre Charles Dutoit à la tête du Royal Philharmonic Orchestra de Londres (le 20 octobre) ainsi que le retour de T

Continuer à lire

Stephen Sayadian : porno, morale et mise en scène

CONNAITRE | Événement au festival Only porn du Lavoir public : une soirée en hommage à Stephen Sayadian, un des rares auteurs du cinéma pornographique, dont les films ont tous cherché à mettre le porno en abyme dans une démarche pop et subversive. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 9 décembre 2014

Stephen Sayadian : porno, morale et mise en scène

Quelle place pour le cinéma porno dans l’histoire du cinéma ? Du point de vue de la qualité, mineure, mais pas inexistante. Les cinéastes X dignes de son nom ne sont pas nombreux, et peu peuvent s’enorgueillir d’avoir construit une "œuvre". Stephen Sayadian fait donc figure d’exception, et les trois films qui ont assuré sa gloire culte — Night Dreams, Café Flesh et Dr Caligari — démontrent une approche du genre résolument personnelle. Sayadian, qui officiait sous le pseudonyme de F. X. Pope, ne se cache pas derrière son petit doigt : dans ses films, les actes sexuels ne sont pas simulés — mais, trente-cinq ans plus tard, les canons du hard ont bien évolué, et les toisons pubiennes très drues sont clairement moins à la mode. En revanche, ils sont toujours mis en abyme par la mise en scène : dans Night Dreams, une jeune femme est soumise à une expérience médicale novatrice : elle est droguée pour pouvoir enregistrer ses rêves érotiques ; le film avance donc par une suite de scènes qui tiennent autant de l’hallucination psychédélique que de la représentation fantasmatique. Dans le café du sexe perdu Chez Sayadian, le spe

Continuer à lire

L'Auditorium à la fête

MUSIQUES | A l'Auditorium cette saison, c’est champagne. Quarante bougies pour le lieu, soixante-dix pour son chef Leonard Slatkin, de nouveaux événements étonnants... De la musique comme s’il en pleuvait, de l’Amérique en découverte, de la danse, et même une intégrale des symphonies de Brahms. Une saison qui risque le trop ? Pascale Clavel

Pascale Clavel | Mardi 23 septembre 2014

L'Auditorium à la fête

Jean-Marc Bador, directeur de l’Auditorium, a posé son style et la maison doit suivre. Il dépoussière, a envie, pense vite... Trop selon certains. Pourtant, il offre au public un choix inouï, varié, éclectique, sans perdre pour autant de vue l’option symphonique. «Une saison toute en couleurs qui porte au plus haut l’exigence artistique tout en s’aventurant avec délectation hors des sentiers battus». C'est ainsi qu'il nous résume son programme. Le décor étant posé, regardons de plus près ce patchwork musical. A commencer par les dix jours de fête qui marqueront les quarante années d’existence de l’Auditorium et qui verront, comme un cadeau, Serge Baudo donner le 8 février La Symphonie fantastique, lui qui avait dirigé cette même œuvre le 14 février 1975 à l’ouverture de l’Auditorium. Séquence émotion donc. Plusieurs fils rouge traversent le reste de la programmation. Les compositeurs américains, chers à Slatkin, vont ainsi côtoyer leurs homologues français, explorant ensemble les univers musicaux particuliers des deux pays. On entendra notamment Porgy and Bess (le 11 décembre) et We

Continuer à lire

Léonard Slatkin, 70 ans de génie

MUSIQUES | Quand il ne mène pas son monde à la baguette, Leonard Slatkin, en bon Yankee, taquine un tout autre type de bout de bois, beaucoup plus robuste celui-ci : (...)

Benjamin Mialot | Mardi 16 septembre 2014

Léonard Slatkin, 70 ans de génie

Quand il ne mène pas son monde à la baguette, Leonard Slatkin, en bon Yankee, taquine un tout autre type de bout de bois, beaucoup plus robuste celui-ci : la batte de base-ball. Si bien qu'à l'occasion de son soixante-dixième anniversaire, qui coïncide avec les Journées européennes du patrimoine, le chef de l'ONL animera ce week-end à l'Auditorium une initiation au plus abscons des sports américains – rappelons par exemple que les matchs se jouent en neuf manches, rien que ça, on dirait une règle de Kamoulox. Ce n'est pas la seule activité au programme de ces "Happy Days"(du 18 au 21 septembre) décalés et gratuits (et un rien égocentriques) : outre un pique-nique made in USA et des visites guidées du Saint des saints de la musique orchestrale, l'Auditorium proposera un prolongement sous forme d'exercices d'adresse de l'opération Fauteuil & tribune, initiée avec l'OL en 2005. Et bien sûr des concerts dirigés par le maître, dont un triple-programme au féminin (avec un concerto de Beethoven par la pianiste Olga Kern, la violoniste Baiba Skride et la violoncelliste Sol Gabetta, habituées des lieux) et un pot-pourri transatlantique avec l'Harmonie du Rhô

Continuer à lire

Vent de jeunesse sur la rentrée cinéma

ECRANS | Moins flamboyante que l’an dernier, la rentrée cinéma 2014 demandera aux spectateurs de sortir des sentiers battus pour aller découvrir des films audacieux et une nouvelle génération de cinéastes prometteurs. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 2 septembre 2014

Vent de jeunesse sur la rentrée cinéma

Si l’extraordinaire Leviathan ne lui avait ravi in extremis la place de chouchou de la rentrée cinéma, nul doute qu’elle aurait échu à Céline Sciamma et son très stimulant Bande de filles (sortie le 22 octobre). Troisième film de la réalisatrice déjà remarquée pour son beau Tomboy, il suit le parcours de Meriem, adolescente black banlieusarde qui refuse la fatalité d’une scolarité plombée et se lie d’amitié avec une «bande de filles» pour faire les quatre-cents coups, et en donner quelques-uns au passage, afin d’affirmer sa virilité dans un monde où, quel que soit son sexe, la loi du plus fort s’impose à tous. Cette éducation par la rue et le combat n’est pas sans rappeler les deux derniers films de Jacques Audiard ; Un prophète en particulier, puisque Sciamma cherche elle aussi à filmer l’éclosion dans un même mouvement d’une héroïne et d’une actrice — formidable Karidja Touré. S’il y a bien une com

Continuer à lire

Jean-Marc Bador, la force tranquille

MUSIQUES | Jean-Marc Bador, le discret et efficace directeur général de l’Orchestre national de Lyon, est en poste depuis fin 2012. Arrivé dans un contexte difficile après le mandat houleux de Laurent Langlois mais pleinement dans ses fonctions cette saison, ses partis pris rassurent. Pascale Clavel

Pascale Clavel | Mardi 25 mars 2014

Jean-Marc Bador, la force tranquille

Jean-Marc Bador ne sort pas de nulle part : acteur des débuts de La Folle Journée de Nantes, il est passé par l’Orchestre de Bretagne puis l’Orchestre de Chambre de Paris, qu’il a su moderniser et singulariser. A quelques jours d'un beau programme maritime - on y entendra notamment La Mer de Debussy, symphonie impressionniste parmi les plus jouées du compositeur, et Towards the Sea II, sublime illustration pour flûte, harpe et cordes du Moby Dick de Melville imaginée par le Japonais Toru Takemitsu - c'est un homme passionné, visionnaire et généreux que nous rencontrons.  Vous êtes à Lyon depuis peu. Que diriez vous de l’ambiance de la ville ? De sa culture ?Jean-Marc Bador : Je suis content d’être à Lyon, c’est une ville dans laquelle je me sens bien. Une ville qui investit 20% de son budget dans sa culture et qui fait en sorte de porter des institutions culturelles de très haut niveau, ce n’est pas si courant. Pour être plus spécifique sur l’établissement, c’est aujourd’hui l’un des plus beaux à diriger en France. L’ONL est le seul orchestre symphonique de grande taille qui di

Continuer à lire

Only lovers left alive

ECRANS | Retour en grande forme de Jim Jarmusch avec ce film à la force tranquille qui imagine des vampires dandy, rock’n’roll, amoureux et dépressifs, gardiens d’une culture mise en péril par la révolution numérique. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 18 février 2014

Only lovers left alive

Adam et Eve ne sont ni le premier homme, ni la première femme de la Création, mais les derniers amants-vampires sur Terre ; c’est le premier scoop du nouveau film de Jim Jarmusch, joliment ironique. Eve s’est retirée à Tanger, où elle fréquente rien moins que Christopher Marlowe — qui, en plus d’avoir écrit les pièces de Shakespeare, est lui aussi une créature de la nuit, éternelle quoique mal en point ; Adam vit à Detroit au milieu de sa collection de guitares et de son studio analogique, reclus et phobique face aux «zombies» qui l’entourent — on ne saura pas si le terme qualifie péjorativement le commun des mortels ou si effectivement l’humanité est désormais divisée en deux catégories de morts-vivants. Les liens qui les unissent relèvent autant d’un héritage romantique que d’une réalité qui passe par les moyens de communication contemporains : Eve et son iPhone en FaceTime, Adam avec un bricolage mêlant câbles, télé et caméra. C’est en fait surtout la mise en scène de Jarmusch qui les réunit, comme lors de ces travellings en spirale enchaînés et fondus avec le mouvement d’un antique 33 tours. Son scénario aussi va les obliger à se retrouver : alors qu’Adam, t

Continuer à lire

2014 : autant en emporte le Vent…

ECRANS | Après une année 2013 orgiaque, 2014 s’annonce à son tour riche en grands auteurs, du maître Miyazaki à une nouvelle aventure excitante de Wes Anderson en passant par les vampires hipsters croqués par Jarmusch et les flics tarés de Quentin Dupieux. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 2 janvier 2014

2014 : autant en emporte le Vent…

Le Vent se lève, il faut tenter de vivre… disait le titre intégral du dernier film d’Hayao Miyazaki qui, après 25 ans au service de l’animation japonaise, a décidé de tirer sa révérence avec cette œuvre effectivement testamentaire. Réduite au seul Vent se lève pour sa sortie le 22 janvier, cette fresque narre les années d’apprentissage d’un ingénieur féru d’aviation, passion qui l’aveuglera sur la réalité de la guerre dans laquelle le Japon s’engage, mais aussi sur l’amour que lui porte une jeune fille qu’il a sauvée lors d’un spectaculaire tremblement de terre. En assumant la part la plus adulte de son cinéma et en se livrant en transparence à un troublant autoportrait en créateur obsessionnel, coupé du monde et de la vie, Miyazaki signe un chef-d’œuvre alliant splendeur plastique, force émotionnelle et intelligence du regard. Les Belles et les Bêtes Il sera le premier en cette rentrée à illuminer les écrans, mais 2014 ne sera pas en rade de grands auteurs, au contraire. On ronge bien sûr notre frein en attendant de découvrir la deuxième partie du Nymphomaniac de Lars von Trier (29 janvier), dont le

Continuer à lire

Du cul

CONNAITRE | Pourquoi s’embarrasser de convenances ? Quand on baptise un festival Only porn, on a beau y mettre tous les vernis possibles et appeler ça des «cultures (...)

Christophe Chabert | Mercredi 4 décembre 2013

Du cul

Pourquoi s’embarrasser de convenances ? Quand on baptise un festival Only porn, on a beau y mettre tous les vernis possibles et appeler ça des «cultures pornographiques», c’est bien de cul dont il est question. Du côté du Lavoir public — où l’on lave donc son linge à la main — du 12 au 15 décembre, l’affaire se déclinera sur tous les modes : ludique (un Gango Bingo annoncé très chaud), spectaculaires (un cabaret et la reprise de La Sortie se trouve à l’intérieur, la performance de Laure Giappiconi), docte (une conférence avec l’ami Didier Roth-Bettoni et Fred Pailler, qui étudie à l’EHESS les nouvelles pratiques pornos sur internet), festif (du clubbing avec Le Bruit rose) et enfin cinématographique. Ainsi, un double programme permettra de voir le recueil des courts tournés par Anthony Hickling (en sa présence) et, petit événement, la projection unique à Lyon d’Interior. Leather Bar. Poursuivant sa productivité délirante et ses recherches arty, James Franco s’associe au vidéaste Travis Matthews pour reconstituer les mythiques scènes coupées de

Continuer à lire

20 ans d’écart

MUSIQUES | Et de deux revivals pour Chokebore. Après la tournée de reformation en 2011, la tournée des 20 ans cette année… Voilà qui commence à ressembler furieusement à un (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 5 novembre 2013

20 ans d’écart

Et de deux revivals pour Chokebore. Après la tournée de reformation en 2011, la tournée des 20 ans cette année… Voilà qui commence à ressembler furieusement à un début de syndrome Âge tendre et tête de bois (de mule ?). Qui s’en plaindra, quand on sait que cet anniversaire double décennal s’accompagne de la réédition – en vertu de la nouvelle équation largement répandue : "20 pions = réédition" - des premiers albums du groupe ?   A croire qu’il s’agit effectivement, contrairement à ce qu’écrivait ce rabat-joie de Paul Nizan, «du plus bel âge de la vie», fut-ce uniquement pour les groupes de rock – mais qui y-a-t-il d’autre qui compte en ce bas monde ? C’est Motionless, cri primal du groupe hawaïen, qui fête donc ses 20 ans via une ressortie vinyle chez Vicious Circle, entraînant avec lui son successeur Anything Near Water, de deux ans son cadet. Deux albums qui devraient logiquement figurer en bonne place dans les sets proposés par Troy Von Balthazar & co. pour cette tournée des grands ducs, l

Continuer à lire

Home sweet home

MUSIQUES | Après quelques mois de travaux et autant de temps d’exil pour ses musiciens, l'Orchestre National de Lyon revient chez lui, à l'Auditorium. Pour fêter (...)

Pascale Clavel | Vendredi 11 octobre 2013

Home sweet home

Après quelques mois de travaux et autant de temps d’exil pour ses musiciens, l'Orchestre National de Lyon revient chez lui, à l'Auditorium. Pour fêter l’événement, Leonard Slatkin a concocté un moment de musique qui promet d'éclabousser plus d’un spectateur : deux soirées Tchaïkovski d’une grande et belle densité, l'une autour de son célèbre Concerto pour piano n°1, que magnifiera le  jeune et brillantissime pianiste russe Andeï Korobeïnikov, l'autre centrée sur son hypnotique Symphonie n° 5, sinistre et néanmoins d’une élégance absolue. Ce sont là deux œuvres déjà bien inscrites dans l’inconscient collectif que programme l'ONL, déroulant au passage l’un des fils rouges de sa saison, celui consacré aux compositeurs russes. Le concerto, pourtant méprisé dès l’origine par le pianiste Nikolaï Rubinstein - qui déclarait sans honte que cette musique était simplement mauvaise - est en effet devenu vite populaire. Leonard Slatkin ne pouvait en trouver meilleur interprète que le prodige Korobeïnikov. Vainqueur du concours Tchaïkovski en 2003, il est un musicien hors normes et hors conventions, un virtuos

Continuer à lire

Ça bouge chez les classiques

MUSIQUES | Signe d’une grande et belle vitalité artistique, cette saison encore les plus grands interprètes seront à Lyon. De Grame à l’Auditorium en passant par l’Opéra, Piano à Lyon et tant d’autres, tous s’y mettent pour proposer à public exigeant toujours plus, encore mieux. Petit tour d’horizon… Pascale Clavel

Pascale Clavel | Vendredi 20 septembre 2013

Ça bouge chez les classiques

Quelle autre ville que Lyon peut s’enorgueillir d’abriter en son sein autant de propositions musicales généreuses et surprenantes ? Pour son 31e Festival de musique baroque, Eric Desnoues surprend encore et fait venir à Lyon les immenses Savall (le 12 octobre à la Chapelle de la Trinité), Jaroussky (le 12 décembre), Minkowski (le 15 avril) et Herrweghe (le 11 juin). Cerise sur le gâteau, il accueillera le 20 mars le chef d’orchestre japonais Masaaki Suzuki, qui dirigera des cantates de Bach. Suzuki à la baguette et le Kapellmeister renait de ses cendres. Piano à Lyon, qui se délocalise pour une saison salle Rameau, offre de son côté dix concerts de haute volée, Jérôme Chabanne ayant tissé un programme où anciens et nouveaux se croisent. Gautier Capuçon et son complice Frank Braley reviendront ainsi ébouriffer le public lyonnais le 7 février tandis que l’hypnotique Alexandre Tharaud se frottera à l’Adagietto de la 5e symphonie de Mahler - qu’il a lui même transcrit pour piano - le 24 avril. Les Percussions Claviers de Lyon, quant à

Continuer à lire

"Blackmail" en ciné-concert au festival Lumière

ECRANS | Comme chaque année, le festival Lumière investira l'Auditorium pour un ciné-concert où l'Orchestre National de Lyon, sous la direction de Lenoard Slatkin, (...)

Christophe Chabert | Jeudi 5 septembre 2013

Comme chaque année, le festival Lumière investira l'Auditorium pour un ciné-concert où l'Orchestre National de Lyon, sous la direction de Lenoard Slatkin, mettra en musique un chef-d'œuvre du muet. Pour l'édition 2013, ce sera donc Blackmail d'Alfred Hitchcock, fraîchement restauré par le British Film Institute grâce à son programme "Rescue the Hitchcock 9" — neuf films muets du cinéaste dont les copies étaient menacées de disparition — dans la partition composée en 2008 par Neil Brand et orchestrée par Timothy Brock. Le ciné-concert se déroulera le mercredi 16 octobre à 20h15, et Lumière programmera durant le festival le remake parlant de Blackmail, tourné quelques années plus tard par Hitchcock lui-même.

Continuer à lire

Une fête au diapason

MUSIQUES | Le 21 juin, à moins d'être complètement sourd, on sent bien qu’il se passe quelque chose, que la musique est partout, qu’elle remplit les moindres espaces (...)

Pascale Clavel | Jeudi 13 juin 2013

Une fête au diapason

Le 21 juin, à moins d'être complètement sourd, on sent bien qu’il se passe quelque chose, que la musique est partout, qu’elle remplit les moindres espaces publics, qu’elle traverse les pores des peaux les plus imperméables, qu’elle se veut universelle, fraternelle voire conviviale. La musique dite classique, qui a longtemps boudé l’affaire, s’y colle depuis peu et quelques rares propositions valent le coup d’être écoutées cette année. Il faut d'abord chercher du côté de l’Auditorium pour tomber sur une programmation simple, drôle et décalée. En deux fois quarante-cinq minutes, le centre commercial de la Part-Dieu vibrera en effet, grâce à lui, aux sons du "cancan" de Jacques Offenbach, se pliera aux rythmes endiablés des suites d’orchestre de L’Arlésienne de Georges Bizet. Au beau milieu de ce temple de la consommation, Leonard Slatkin et l’Orchestre National de Lyon donnent rendez-vous à tous ceux qui passent par là, pour un vrai moment de joie musicale, à midi et à 18h, comme un petit moment d’apéritif en suspend. Si vous aimez l’orgue, rendez-vous plutôt au CNSMD, p

Continuer à lire

Cannes, à la Vie, à l’amour…

ECRANS | En couronnant ce qui est incontestablement le meilleur film de la compétition, "La Vie d’Adèle" d’Abdellatif Kechiche, Steven Spielberg et son jury ont posé un beau point final à un 66e festival de Cannes passionnant en son centre, sinon dans ses périphéries. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 27 mai 2013

Cannes, à la Vie, à l’amour…

Y croyait-on vraiment ? Imaginait-on Steven Spielberg se lever de sa chaise durant la cérémonie du palmarès cannois pour annoncer, du haut de sa stature de cinéaste mondialement reconnu et présentement président du jury, la Palme à La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche, chef-d’œuvre du naturalisme à la française relatant la passion entre Adèle et Emma à coups de grands blocs de réalité réinventée, des premiers regards à la dernière étreinte en passant par de longs moments d’intimité physique ? C’est pourtant ce qui s’est passé, et on en est encore ému. Car si La Vie d’Adèle n’était pas notre film préféré de la compétition — on dira lequel plus tard — c’était d’évidence le meilleur, le plus incontestablement ample et abouti, le plus furieusement contemporain, que ce soit dans sa matière romanesque, ses personnages ou son dispositif. Kechiche est aujourd’hui l’héritier direct de Pialat, même s’il développe aussi sa propre singularité et même si, avec ce film-là, il dévoile sa part la moins sombre, la plus solaire, comme une antithèse absolue de son précédent et terrible

Continuer à lire

Cannes – Jour 10 : Bouquet final

ECRANS | "The Immigrant" de James Gray. "Only lovers left alive" de Jim Jarmusch. "La Vénus à la fourrure" de Roman Polanski.

Christophe Chabert | Samedi 25 mai 2013

Cannes – Jour 10 : Bouquet final

Au moment où n’importe quel festivalier voit apparaître sur son visage des rides de fatigue qui le font ressembler à Bruce Dern dans Nebraska, il fallait pourtant se ressaisir d’urgence, car Thierry Frémaux, dans un hallucinant tir groupé final, avait placé en fin de compétition de très gros morceaux signés par de très grands cinéastes. C’est d’ailleurs à l’aune de cette attente, pour le coup gigantesque, que The Immigrant de James Gray a déçu. Attention, tout de même… Gray, dont les quatre derniers films ont tous été présentés en compétition, y a systématiquement récolté les mêmes commentaires perplexes ou frustrés, avant que lesdits films, à leur sortie, ne reçoivent un accueil enthousiaste d’une presse ayant revu son jugement à la hausse, et de spectateurs qui ont l’avantage considérable de ne pas s’être empiffré 35 films en dix jours. Mais la déception est soigneusement entretenue par Gray lui-même. En effet, The Immigrant part sur une piste qu’on identifie immédiatement comme coppolienne façon Parrain 2. Plan sur la stat

Continuer à lire

Only God forgives

ECRANS | Nicolas Winding Refn rate le virage post-Drive avec ce film vaniteux qui ressemble à l’œuvre d’un chef décorateur surdoué cherchant sans y parvenir quelque chose à raconter. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 22 mai 2013

Only God forgives

Quand on avait découvert Drive, Nicolas Winding Refn n’était plus un inconnu : la trilogie Pusher et le génial Bronson avaient déjà montré l’étendue de son talent et de ses ambitions. Si surprise il y avait, c’était celle d’un cinéaste qui synthétisait dans une forme pop et romantique un creuset d’influences et de codes qu’il arrivait à régénérer. Avec Only God forgives, Winding Refn tombe dans son propre maniérisme et ce qui hier relevait du plaisir se transforme ici en effort désespéré pour faire autre chose que de l’imagerie pure et simple. L’argument, en soi, n’est pas plus original que celui de Drive : en Thaïlande, deux frères vivotent entre matchs de boxe et trafics de drogue. Le plus âgé, dans un coup de folie, tue une prostituée, avant d’être à son tour massacré par le père éploré, poussé dans son geste par un flic sadique adepte du karaoké. Débarque alors la maman de la fratrie, qui va pousser le frangin survivant à accomplir sa vengeance. Destockage à Bangkok Passons sur le sous-texte

Continuer à lire

L’invention du tube

MUSIQUES | Leonard Slatkin a un rêve : enregistrer toute l’œuvre avec orchestre de Ravel. Ce pari fou est déjà bien avancé, l’intégrale se fabriquant chez Naxos au fil (...)

Pascale Clavel | Lundi 6 mai 2013

L’invention du tube

Leonard Slatkin a un rêve : enregistrer toute l’œuvre avec orchestre de Ravel. Ce pari fou est déjà bien avancé, l’intégrale se fabriquant chez Naxos au fil des saisons. En novembre, nous avons pu en entendre deux extraits, L’Heure espagnole et L’Enfant et les Sortilèges, deux délicieux opéras interprétés pour l'occasion en version concert. Pour les deux soirées à venir, tubes garantis avec le très (trop ?) connu Boléro de Ravel, La Mer de Debussy et quelques pages musicales plus intimes mais tout aussi exaltantes. Par exemple Pavane pour une infante défunte et Rapsodie espagnole, pièces dans lesquelles Ravel déploie tout son génie de coloriste, livrant le portrait d'une Espagne féérique. Quant au Boléro, Ravel disait de lui qu’il devrait porter en exergue : «Enfoncez-vous bien cela dans la tête». Et le compositeur d’expliquer : «en 1928, sur la demande de Mme Rubinstein, j'ai composé un boléro pour orchestre. C'est une danse d'un mouvement très modéré et constamment uniforme… Le seul élément

Continuer à lire

Steven Spielberg, une rétrospective

CONNAITRE | Richard Schickel Éditions de la Martinière

Christophe Chabert | Mardi 5 février 2013

Steven Spielberg, une rétrospective

Aussi étrange que cela puisse paraître, peu d’ouvrages ont été consacrés à la filmographie pourtant conséquente de Steven Spielberg. La réponse à ce mystère est partiellement avancée par Richard Schickel dans cette «rétrospective», beau livre richement illustré où l’auteur ne cache pas son admiration pour l’œuvre, même s’il émet parfois des réserves surprenantes concernant certains opus — Minority report, notamment. Le succès remporté par Spielberg tout au long de sa carrière et sa capacité à passer d’un registre "sérieux" à un autre plus léger et ouvertement divertissant a longtemps rendu le cinéaste suspect aux yeux de la critique. De fait, on découvre dans ce travail made in USA que la défiance envers le cinéma de Spielberg n’est pas seulement l’apanage d’une partie de la critique française — qui s’est exprimée, encore, lors de la sortie de Lincoln. La presse américaine aussi lui a toujours cherché des poux dans la tête, lui reprochant tantôt de se complaire dans le cinéma pop corn, tantôt de s’aventurer vers des sujets qui le dépassent. Or, c

Continuer à lire

Spielberg et les autres

ECRANS | Qu'est-ce qui peut hanter Spielberg pour revenir plusieurs fois sur l'esclavage ? Bien avant Lincoln, La Couleur pourpre puis Amistad annonçaient déjà un (...)

Jerôme Dittmar | Vendredi 25 janvier 2013

Spielberg et les autres

Qu'est-ce qui peut hanter Spielberg pour revenir plusieurs fois sur l'esclavage ? Bien avant Lincoln, La Couleur pourpre puis Amistad annonçaient déjà un sujet qui en dit long sur son auteur. Sur deux fronts, l'un la condition féminine des afro-américaines au début du XXe siècle, l'autre le procès des esclaves qui mena à la guerre de Sécession, Spielberg s'est évertué à filmer son pays et le peuple noir américain. Avec une telle vigueur volontariste que les deux films figurent parmi les plus décriés de sa filmographie. En cause une représentation épineuse qui, entre le mélo biblique Oprah Winfreyisé - La Couleur pourpre, mal reçu par la communauté noire à sa sortie - et l'exercice de pénitence vantant les valeurs de la Constitution américaine - Amistad, tourné pour corriger la réception critique du premier, chaque film fait de cet Autre, l'esclave, le noir, une drôle de figure. On s'explique : en se penchant sur l'esclavage ou la ségrégation, Spielberg vante moins les vertus des Droits de l'homme qu'il traite de sa plus grande angoisse, la perte identitaire. Au fond, peu importe qu'il s'agisse des noirs, des femmes, d'un na

Continuer à lire

Lincoln

ECRANS | On pouvait craindre un film hagiographique sur un Président mythique ou une œuvre pleine de bonne conscience sur un grand sujet, mais le «Lincoln» de Spielberg est beaucoup plus surprenant et enthousiasmant, tant il pose un regard vif, mordant et humain sur les arcanes de la démocratie américaine. Une merveille, qui conclut une (inégale) trilogie spielbergienne sur l’esclavage. Texte : Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 23 janvier 2013

Lincoln

Ce n'est peut-être qu’un hasard… Toujours est-il que ce film sur Abraham Lincoln au début de son second mandat de Président des États-Unis est sorti au moment où Barack Obama, qui n’a jamais caché son admiration pour Lincoln, était lui-même réélu Président. Hasard aussi, Lincoln affronte sur les écrans (et aux Oscars) Django unchained, Spielberg et Tarantino se disputant ainsi un même sujet : celui de l’esclavage. Tarantino n’a pas caché au cours de ses interviews avoir souhaité faire avec Django un anti-Amistad, c’est-à-dire un film où les Noirs ont vraiment la parole et n’ont pas besoin de porte-voix blancs pour plaider leur cause. De fait, Spielberg, à l’époque un peu écartelé entre ses grands films sérieux, sa franchise jurassique et ses productions télé, était passé à côté de son affaire. Lincoln pourrait tomber exactement sous le coup de la même critique : un film qui se dissimule derrière la vérité historique — car, scoop, ce sont bien des blancs qui ont mis fin à l’esclavage — pour mieux réduire au silence sur l’écran les princi

Continuer à lire

1 Ravel, 2 opéras

MUSIQUES | L’Heure espagnole et L’Enfant et les sortilèges, les deux opéras en un acte de Ravel, ne sont que très rarement donnés et encore plus rarement programmés (...)

Pascale Clavel | Jeudi 17 janvier 2013

1 Ravel, 2 opéras

L’Heure espagnole et L’Enfant et les sortilèges, les deux opéras en un acte de Ravel, ne sont que très rarement donnés et encore plus rarement programmés ensemble dans une même soirée. Précipitons-nous donc à l’Auditorium les 24 et 26 janvier prochains pour entendre ces deux petits bijoux bouffis de poésie et de drôlerie. L’Heure espagnole, comédie musicale enlevée, a été créée à l’opéra comique en 1911. L’intrigue en est simple : une Espagnole veut profiter de l’heure d’absence hebdomadaire de son mari pour inviter ses amants. L’Enfant et les sortilèges, sur un livret de Colette, est une fantaisie lyrique savoureuse et décalée. Ces deux opéras sont proposés en version concert, ce qui peut paraitre étonnant lorsqu’on sait que la mise en scène souvent magnifie une œuvre lyrique. Le procédé peut cependant se révéler très efficace si la distribution est parfaite, l’auditeur se concentrant alors sur l’essence même de la musique. Pour ce programme attendu (et qui s’exportera dès le 29 janvier à la salle Pleyel à Paris), celle imaginée par Leonard Slatkin s'avère très cohérente. Musicalement, les deux opéras montrent comment Ravel s’inspire

Continuer à lire

Universal : 100 ans, toujours à flot !

ECRANS | Un siècle qu'Universal a planté son drapeau à Hollywood. Si le doyen des studios encore en activité méritait bien son petit hommage, quel meilleur film que le (...)

Christophe Chabert | Vendredi 12 octobre 2012

Universal : 100 ans, toujours à flot !

Un siècle qu'Universal a planté son drapeau à Hollywood. Si le doyen des studios encore en activité méritait bien son petit hommage, quel meilleur film que le mythique Jaws (Les Dents de la mer) dans une copie flambant neuve pour fêter ça ? Archi revu et commenté mais toujours aussi fascinant, il est une date clé du cinéma américain. Film souche pour Steven Spielberg et son œuvre, qui n'a cessé de traiter ensuite du grand Autre sous toutes ses formes : ici animalière et dangereuse comme elle reviendra décalée dans Cheval de guerre ; ou plus volontairement naïve mais pas moins symptomatique dans E.T. (projeté également en copie restaurée durant le festival). Film providentiel pour Universal, qui voit en son succès massif la lueur d'espoir tant attendue pour relancer des studios alors exsangues au début des années 70 : il sera l'instigateur du blockbuster hollywoodien, inventant une nouvelle manière de faire des films repris par tous depuis. Mais si Jaws s'impose aujourd'hui dans ce cadre, c'est qu'il est aussi un bel hommage de

Continuer à lire

Slatkin trouve l’ouverture

MUSIQUES | Le nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lyon, Leonard Slatkin, a mijoté une saison qui tranche avec le passé. Pour l’ouverture, il a pris le pari audacieux de faire sonner le Requiem de Berlioz. Œuvre d’une puissance exceptionnelle et d’une religiosité toute singulière. Pascale Clavel

Pascale Clavel | Vendredi 24 août 2012

Slatkin trouve l’ouverture

On ne l’attendait pas là ce Requiem. Peut-être pouvions-nous l’imaginer quelque part dans la saison, entre une œuvre symphonique et un concerto pour piano... Mais c’est peut-être cela le style Slatkin : un langage direct, un geste musical vigoureux et subtil à la fois. On connait son amour pour la musique américaine contemporaine, son penchant pour la musique française du début du XXe siècle. Nous ne connaissions pas encore le chef d’orchestre amoureux d’oratorio, prenant à bras le corps l’un des monuments de la musique religieuse d’une époque romantique en pleine révolution orchestrale. Slatkin et Berlioz réunis, c’est 350 musiciens sur scène, une masse orchestrale imposante, une fanfare de cuivres et des choristes comme s’il en pleuvait : le Chœur de Lyon-Bernard Tétu, un ensemble de Washington, un chœur de Londres. Que connaissent les mélomanes de Berlioz ? Son extravagante chevelure, son tempérament volcanique, sa Symphonie fantastique, son Traité d’harmonie, mais son Requiem, beaucoup moins. En pleine époque romantique, là où les sentiments les plus exacerbés s’expriment, Berlioz apparait comme LE compositeur providentiel même s

Continuer à lire

Summer rose

MUSIQUES | «Avec le temps va, tout s'en va», disait le poète qui, tel Florent Pagny, n'avait pas que ça à faire de «rester planté là». Tout s'en va, sauf quand le temps (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 29 juin 2012

Summer rose

«Avec le temps va, tout s'en va», disait le poète qui, tel Florent Pagny, n'avait pas que ça à faire de «rester planté là». Tout s'en va, sauf quand le temps est beau et que la programmation est alléchante. Comme au Transbordeur dont on vous informait qu'avant de prendre des vacances bien méritées, il avait pris ses quartiers d'été en extérieur pour une poignée de Summer sessions. Commencées en douceur avec le folk de Bower Birds et St Augustine, le Saint patron clermontois des folkeux, les choses se poursuivent de manière légèrement plus musclée. Ou disons, moins bucolique. D'abord avec la new-wave extrêmement rassérénante – ce qui est plutôt rare dans cette discipline où l'on a plutôt tendance à marcher droit dans les murs en lisant du Sylvia Plath et à porter des manteaux même en été – de God ! Only Noise – les amateurs de calembours et des Beach Boys, souvent les mêmes, auront perçu le clin d'œil à l'un des chefs d'œuvres des Plagistes. Quelque part entre Taxi Girl à la plage et des Lightning Seeds en kite-surf (music), God ! Only Noise vous fera hésiter entre la danse et le punch, sa

Continuer à lire

Cheval de guerre

ECRANS | Comme s’il avait fait de cette odyssée d’un cheval du Devon à travers la Première Guerre mondiale le prétexte à une relecture de tout son cinéma, Steven Spielberg signe avec "Cheval de guerre" un film somptueux, ample, bouleversant, lumineux et inquiet, où l’on mesure plus que jamais l’apport d’un metteur en scène qui a réinventé le classicisme. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 15 février 2012

Cheval de guerre

Il y a d’abord le souffle fordien des premières séquences. Quelque part dans le Devon, au début du XXe siècle, un jeune garçon voit naître un cheval, qu’il va tenter d’apprivoiser en quelques plans muets mais d’une grande force d’évocation. Ce cheval sera mis aux enchères et un fermier obstiné, alcoolique et sous le joug d’un propriétaire inflexible, s’entête à l’acheter, au grand dam de son épouse. Sauvage, le cheval doit servir pour labourer un champ à l’abandon, sec et rocailleux ; personne n’y croit sauf Albert, le fils, qui va arriver à le dresser, nouant une relation quasi-amoureuse avec lui. Steven Spielberg est alors de plain-pied dans le conte enfantin, le territoire naïf des productions Amblin et de son cinéma dans les années 80. S’il se mesure à ses maîtres (Ford donc, mais aussi David Lean), il rabat cependant cette première demi-heure sur ses propres thèmes (la générosité de l’enfance contre la cruauté des adultes) et ses figures habituelles de mise en scène, notamment ces travellings recadrant un visage qui s’illumine au contact du merveilleux. D’une certaine manière, toute cette exposition tient dans les interventions ponctuelles d’une oie de comédie qui mord les

Continuer à lire