The Duke of Burgundy

ECRANS | Peter Strickland met en scène une fable sado-masochiste au féminin comme un rituel répétitif et fétichiste, faisant écho à sa propre cinéphilie mais aussi à son goût pour les récits clos à tous les sens du terme : un exercice fascinant et, presque par nature, lassant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 16 juin 2015

À une époque indéfinissable et dans un monde où les hommes semblent avoir été bannis, une servante vient quotidiennement rendre visite à sa maîtresse dans une grande bâtisse restée dans son jus des temps victoriens. Le rituel social vire au jeu d'humiliation, mais tout cela n'est qu'un faux-semblant : le vrai rapport qui unit les deux femmes est avant tout érotique et cette mise en scène est celle, longuement préparée, de deux êtres unis par un goût commun pour le sado-masochisme. Quoique, le "commun" est fragile : tandis qu'Evelyn se plaît dans son rôle de dominée, Cynthia désire au contraire que cet amour-là prenne une forme moins extrême et plus conventionnelle.

Peter Strickland articule ainsi son récit, comme une spirale discrète où les différences entre chaque scène sont moins flagrantes que leur répétition. Ce n'est pas le cas seulement pour les séquences entre Evelyn et Cynthia, mais aussi pour ses passages très mystérieux où Cynthia donne des conférences sur les papillons devant un parterre exclusivement féminin — ça et là, le cinéaste dispose quelques mannequins de cire, renforçant l'étrangeté de la situation. En cela, il donne sans doute la meilleure représentation possible du SM au cinéma : un rituel qui n'est palpitant que pour ceux qui le pratiquent.

SM, fétichisme et enfermement

Strickland y ajoute deux données : son propre fétichisme de cinéphile, déjà sensible dans Berberian Sound Qtudio où il rendait hommage aux giallos italiens. Ici, les séries B érotiques des années 70, notamment celles de l'Espagnol Jess Franco, sont dans sa ligne de mire esthétique ; l'autre, c'est son goût de la claustrophobie, des histoires en vase clos où l'enfermement est autant physique que moral. Au cœur de The Duke of Burgundy se trouve ainsi une malle, instrument de punition mais aussi de plaisir qui marque l'ultime limite du jeu pervers qu'entretiennent Cynthia et Evelyn.

Ce cocktail-là — SM + fétichisme + huis clos — rend le film peu aimable malgré la beauté de sa direction artistique. Strickland semble lui-même pris au piège de son concept et attend longuement de pouvoir s'en libérer. Il le fera le temps d'une scène admirable, où son envie d'abstraction et d'expérimentation plastique éclatera à la manière d'un Bergman lors de l'ouverture de Persona. On peut être fasciné par un tel projet, radical et sans concession ; mais de la fascination à la lassitude, il n'y a qu'un pas que The Duke of Burgundy franchit à plus d'une reprise.

The Duke of Burgundy
De Peter Strickland (Ang, 1h46) avec Sidse Babett Knudsen, Chiara D'Anna…


The Duke of Burgundy

De Peter Strickland (Angl, 1h46) avec Sidse Babett Knudsen, Chiara D’Anna...

De Peter Strickland (Angl, 1h46) avec Sidse Babett Knudsen, Chiara D’Anna...

voir la fiche du film


Une lépidoptériste (spécialiste des papillons) austère entretient une relation sadomasochiste avec sa femme de ménage, jeune et soumise à tous ses désirs.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La petite horreur des boutiques : "In Fabric"

Horreur | Divorcée, tirant le diable par la queue, Sheila héberge chez elle son feignant de fils et son atroce petite amie. Un jour, elle succombe aux réclames d’une luxueuse échoppe de prêt-à-porter, Dentley & Soper’s, et se laisse persuader par la vendeuse d’acheter une robe. Elle le regrettera…

Vincent Raymond | Mardi 19 novembre 2019

La petite horreur des boutiques :

Sans doute le plus vénéneux easter egg de l’édition 2019 du festival Hallucinations Collectives, ce conte noir de Peter Strickland ne dissimule pas un instant ses intentions horrifiques. Baignant dans une ambiance majoritairement nocturne et des lumières artificielles crues accentuant la dureté des traits ou des teints, In Fabric conditionne le public à vivre une situation cauchemardesque. Voire méphistophélique : magasin maudit peuplé d’une clientèle mesmérisée où trône une vendeuse obséquieusement raide et au parler désuet, Dentley & Soper’s exhale une délicieuse odeur de soufre. De bon aloi pour un film travaillant au corps jusqu’à l’os des motifs faustiens et faisant preuve d’une stylisation plastique extrême. Dans cette variation contemporaine sur le thème de la Tunique de Nessus, en plus gore, Strickland use d’un symbole de vanité pour, à la fois, montrer l’emprise séductrice opérée par la société ultra-consumériste et la complicité passive des clients et clientes ne résistant pas à la tentation. Leur f

Continuer à lire

"La Fille de Brest" : potion amère

ECRANS | de Emmanuelle Bercot (Fr, 2h08) avec Sidse Babett Knudsen, Benoît Magimel, Charlotte Laemmel…

Vincent Raymond | Mardi 22 novembre 2016

Une pneumologue brestoise découvre une corrélation entre prise d’un médicament, le Mediator, et atteinte cardiaque. Elle se battra quasi-seule face au lobby pharmaceutique et à ses confrères parisiens pour que les autorités reconnaissent la nocivité du produit… Bien moins inspirée que pour son viscéral La Tête haute (2015), Emmanuelle Bercot signe une adaptation longue, pesante et scolaire du combat acharnée du Dr Frachon. À sa décharge, un tel exercice n’a certes rien d’une sinécure. Et pour qu’une histoire “reposant-sur-des-faits-réels” récente farcie de procédures judiciaires et de jargon technique se transmute en épopée attractive, il faut au moins l’écriture divergente d’un Aaron Sorkin (The Social Network, Steve Jobs) ! Si Sid

Continuer à lire

Hallucinations Collectives : une compet' hallucinante

ECRANS | Cette année, Hallucinations Collectives a fait une récolte proprement mirifique en ce qui concerne les inédits et avant-premières soumis à appréciation du jury, (...)

Christophe Chabert | Mardi 31 mars 2015

Hallucinations Collectives : une compet' hallucinante

Cette année, Hallucinations Collectives a fait une récolte proprement mirifique en ce qui concerne les inédits et avant-premières soumis à appréciation du jury, du public et, pour la première année, du Petit Bulletin, puisque notre fine équipe remettra un prix lors de la cérémonie de clôture. On notera tout d’abord le retour de Peter Strickland, qui avait remporté le Grand Prix en 2013 avec Berberian Sound Studio, pour The Duke of Burgundy, exploration hallucinée d’une relation lesbienne et sado-maso. Le film est produit par Ben Wheatley, titulaire du Grand Prix du festival en 2012 pour son magnifique Kill List. Le génial Alex De La Iglesia avait pour sa part été lauréat de la distinction avec son chef-d’œuvre, Balada Triste, en 2011

Continuer à lire