Le Grand Jeu

ECRANS | Trop rares, les incursions du cinéma français dans les sphères du pouvoir et les coulisses de l’appareil d’État donnent pourtant lieu à des films aussi palpitants que réussis. En voici un de plus — une première œuvre, de surcroît.

Vincent Raymond | Mardi 15 décembre 2015

Grands commis de l'État retrouvés "suicidés", sombres rivalités gouvernementales, macrostratégie politique et influences occultes… Les salons dorés et les couloirs feutrés des palais ou siège l'exécutif fourmillent d'anecdotes propices à alimenter des thrillers rivalisant avec les meilleurs polars. Parce qu'elles touchent de près au cœur sacré de notre monarchie républicaine, ces histoires ont la saveur fascinante de l'interdit et nous placent dans la situation d'enfants pénétrant à leur insu dans la chambre des parents. Lorsque l'histoire se révèle documentée, c'est comme un flash de réalité augmentée qui nous submerge, prolongé par cette illusion folle d'avoir compris — voire partagé ! — le destin des puissants.

Comme le chef-d'œuvre de Pierre Schoeller L'Exercice de l'État (2011) ou, dans une moindre mesure, Quai d'Orsay (2013) de Tavernier, Président (2005) de Delplanque et Une affaire d'État de Valette (2008), Le Grand Jeu révèle petites intrigues comme grandes manœuvres. Et dispose, pour servir son matériau remarquable, d'interprètes d'exception : Dussollier jouant le matois marionnettiste des coulisses, Poupaud dans le rôle du candide précipité dans la nasse.

Ciné cynisme

Leur relation trouble, quasi père-fils, initiateur-initié, débute par une entreprise de séduction appuyée (formidable échange d'ouverture), menée par cet homme de l'ombre lors d'une rencontre en apparence fortuite. En réalité, elle a été ourdie par ce dernier : on apprendra grâce à lui que gouverner, ce n'est pas prévoir, mais plutôt savoir abolir le hasard afin d'être maître de toutes les initiatives. Et comment un fait d'actualité, authentique ou fabriqué (ici, inspiré de l'Affaire de Tarnac) peut, selon la manière dont on l'instrumentalise, affermir ou déstabiliser les forces aux affaires.

Pion halluciné découvrant l'échiquier cynique sur lequel on l'a posé, le personnage d'écrivaillon joué par Poupaud tente tardivement de s'en échapper, alors que la partie a été lancée. Sa naïveté désabusée a quelque chose de touchant, rappelant ces antihéros souvent campés par Amalric, revenus d'une idéologie trotsko-gauchiste pour habiter au milieu des mégots, vêtus comme l'as de pique. Malgré son caractère velléitaire, il a pour lui une sincérité dévorante le rendant incompatible avec le monde hypocrite des dominants. C'est (peut-être) ce qui pourra le sauver de la forfaiture…

Le Grand Jeu
De Nicolas Pariser (Fr, 1h39) avec Melvil Poupaud, André Dussollier, Clémence Poésy…


Le Grand Jeu

De Nicolas Pariser (Fr, 1h39) avec Melvil Poupaud, André Dussollier...

De Nicolas Pariser (Fr, 1h39) avec Melvil Poupaud, André Dussollier...

voir la fiche du film


Pierre Blum, un écrivain de quarante ans qui a connu son heure de gloire au début des années 2000, rencontre, un soir, sur la terrasse d'un casino, un homme mystérieux, Joseph Paskin. Influent dans le monde politique, charismatique, manipulateur, il passe bientôt à Pierre une commande étrange...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Pensée commune : "Alice et le maire" avec Fabrice Luchini

Comédie dramatique | Un maire à bout d’idées se régénère grâce aux perfusions intellectuelles d’une philosophe. Levant un coin du voile sur les coulisses de nos institutions, Nicolas Pariser raconte aussi l’ambition, la sujétion, le dévouement en politique, ce métier qui n’en est pas un…

Vincent Raymond | Mardi 1 octobre 2019

Pensée commune :

Usé, fatigué… vieilli ? Paul Théraneau, maire de Lyon, éprouve en tout cas un passage à vide intellectuel incitant son cabinet à recruter une jeune philosophe, Alice Heimannn, pour lui redonner des idées. Dans les arcanes du pouvoir, Alice se fait sa place et devient indispensable… L’époque impose de dénigrer les dirigeants politiques, lesquels donnent bien volontiers le bâton pour se faire battre (dans les urnes). Aussi, chaque film s’intéressant à la chose publique et révélant la réalité d’une gouvernance, loin des fantasmes et des caricatures, est salutaire. Alice et le Maire s’inscrit ainsi dans le sillage de L’Exercice de l’État (2011) de Pierre Schoeller. Sans angélisme non plus puisque les manœuvres d’appareil, les mesquineries et jalousies de cabinet ne sont pas tues — mais n’est-ce pas là le quotidien de n’importe quelle entreprise où grenouillent les ambitieux ? Ce sur quoi Pariser insiste, c’est la nécessité pour le responsable politique d’être animé par une inspiration, un souffle ; de disposer d’un socle philosophique et d’un ou une sparring partner int

Continuer à lire

Roger Vailland : bon pied, bon œil

Meillonnas - Ain | L'auteur du Regard Froid, essai essentiel paru en 1963, a longtemps vécu dans l'Ain. Originaire de Reims, il a découvert la région pendant la guerre, (...)

Sébastien Broquet | Mardi 5 avril 2016

Roger Vailland : bon pied, bon œil

L'auteur du Regard Froid, essai essentiel paru en 1963, a longtemps vécu dans l'Ain. Originaire de Reims, il a découvert la région pendant la guerre, en 1942, alors qu'il s'était engagé dans la Résistance (lire à ce sujet le tout aussi essentiel Un jeune homme seul) et s'était réfugié à Chavannes-sur-Reyssouze, après un passage par Lyon suite à la défaite en 1940. Roger Vailland reviendra s'installer dans le Bugey en 1951 avec sa compagne et donnera cette région pour cadre à plusieurs de ses romans, dont 325 000 francs, qui explore les affres d'une usine de plastique d'Oyonnax. L'écrivain s'installe ensuite à Meillonas, où celui qui fut aussi grand reporter et scénariste pour Roger Vadim et René Clément, fut enterré à sa mort en 1965, à une centaine de mètres de la maison qu'il occupa dès 1954 dans ce petit village du Revermont. Une association basée à Bourg-en-Bresse, Les Amis de Roger Vailland, organise des colloques chaque année autour de son œuvre et parfois des visites sur les traces du co-fondateur du Grand Jeu et prix Goncourt (en 1957, pour La Loi). Pour marcher dans sa foulée et trouver l'inspiration dans le vill

Continuer à lire