Jodorowsky's Dune

ECRANS | de Frank Pavich (É-U, 1h30) avec Alejandro Jodorowsky, Michel Seydoux, H.R. Giger…

Vincent Raymond | Mardi 15 mars 2016

Photo : © DR


Faut-il remercier Pavich, ou bien le maudire d'avoir permis à Jodorowsky de dévoiler les coulisses de son film maudit Dune ? Restée à l'état de projet très avancé, cette adaptation du roman de Frank Herbert avait tout pour devenir l'œuvre prophétique qu'il ambitionnait : un credo artistique, des moyens considérables alloués par un producteur esthète, un contexte mystique favorable (nous somme en 1975) et une distribution réunissant Pink Floyd, Dalí, Welles ou Mick Jagger… À ce stade, on est déjà à l'agonie ; Jodo nous achève en expliquant la genèse de son armée de “guerriers” (Mœbius, Dan O'Bannon, HR Giger…).

Si son Dune n'a pas vu le jour, ce qui faisait son ferment (à défaut d'épice…) à ensemencé toute la SF des années suivantes, de Alien à Matrix. En cela, le projet initial de révolutionner l'histoire du cinéma a bien été accompli… sans que Jodo n'ait eu besoin de recourir lui-même à la pellicule, comme un contributeur de l'ombre. Ce documentaire lui renvoie l'ascenseur et la lumière : à l'instar de Lost in la Mancha consacré au désastre du Don Quichotte de Terry Gilliam, Jodorowsky's Dune transforme l'échec d'un non-tournage en un film abouti. Mais il accroît notre frustration. VR


Jodorowsky's dune

De Frank Pavich (EU, 1h25) documentaire

De Frank Pavich (EU, 1h25) documentaire

voir la fiche du film


En 1975, le producteur français Michel Seydoux propose à Alejandro Jodorowsky une adaptation très ambitieuse de "Dune" au cinéma. Ce dernier, déjà réalisateur des films cultes "El Topo" et "La Montagne sacrée", accepte. Il rassemble alors ses "guerriers" artistiques, dont Jean Giraud (Moebius), Dan O'Bannon, Hans-Ruedi Giger et Chris Foss qui vont être de toutes les aventures cinématographiques de science-fiction de la fin du siècle ("Star Wars", "Alien", "Blade Runner", "Total Recall" etc.).Le casting réunit Mick Jagger, Orson Welles, Salvador Dali, David Carradine ou Amanda Lear, mais également son jeune fils Brontis Jodorowsky, Pink Floyd et Magma acceptent de signer la musique du film… L'équipe de production recherche 5 millions de dollars pour finaliser le budget et se heurte à la peur des studios hollywoodiens qui craignent le tempérament de Jodorowsky...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter