Cinéma italien : l'esprit de la Péninsule au Ciné-Caluire

Vincent Raymond | Mardi 15 novembre 2016

Photo : © DR


Portée par une poignée prodigieuse de comédiens aussi polyvalents que complémentaires (dont Sordi et Gassman) la comédie transalpine a connu à la fin des années cinquante un essor inégalé. La revisiter étant une garantie de plaisirs infinis, on souscrit bien volontiers à la proposition du Ciné-Caluire qui en programme une joyeuse sélection dans le cadre de son festival annuel. Du Pigeon (1959) de Monicelli, merveille de charme et de légèreté, au romanesque absurde de Mon Dieu, comment suis-je tombée si bas ? (1974) de Comencini, en passant par la cruauté de L'Argent de la vieille (1972) du même Luigi — où s'illustre une machiavélique Bette Davis —, ou par la fantaisie de Il Vigile (1960) de Zampa, présenté en avant-première de sa ressortie.

Un second axe sous-tend cette semaine : une mini-rétrospective Marco Bellocchio. Associé au renouveau “politique” du cinéma italien pendant les Nouvelles vagues, le réalisateur avait marqué le pas à l'orée des années 1990, mais son obstination à traiter l'histoire immédiate depuis quinze ans l'a replacé au premier plan. On reverra donc son film fondateur Les Poings dans les poches (1965), Le Saut dans le vide (1980), Le Metteur en scène de mariages (2006) ainsi que son dernier en date en avant-première, Fais de beaux rêves.

Et s'il fallait encore donner un argument décisif pour inciter les indécis à se hisser sur les hauteurs caluirardes, précisons que chaque séance vespérale (à 20h30, ou 19h30 le dimanche) est précédée d'une présentation, suivie d'une discussion autour du verre de l'amitié et agrémentée de tirages de sorts divers et variés. Voilà une invitation que vous ne pouvez décemment pas refuser.

3e Festival du Cinéma italien
Au Ciné-Caluire du 16 au 22 novembre


Fais de beaux rêves

De Marco Bellocchio (It-Fr) avec Barbara Ronchi, Bérénice Bejo...

De Marco Bellocchio (It-Fr) avec Barbara Ronchi, Bérénice Bejo...

voir la fiche du film


Turin, 1969. Massimo, un jeune garçon de neuf ans, perd sa mère dans des circonstances mystérieuses. Quelques jours après, son père le conduit auprès d’un prêtre qui lui explique qu’elle est désormais au Paradis. Massimo refuse d’accepter cette disparition brutale. Année 1990. Massimo est devenu un journaliste accompli, mais son passé le hante. Alors qu’il doit vendre l’appartement de ses parents, les blessures de son enfance tournent à l’obsession…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Projections à l'italienne

Cycle | Les 3e Rencontres autour du Cinéma italien vont vous botter : en 48 heures, elles vont saturer votre agenda de séances (six au total), parmi lesquelles (...)

Vincent Raymond | Mardi 30 janvier 2018

 Projections à l'italienne

Les 3e Rencontres autour du Cinéma italien vont vous botter : en 48 heures, elles vont saturer votre agenda de séances (six au total), parmi lesquelles moult avant-premières en présence de scénaristes, cinéastes, comédiennes ou spécialistes vous permettant d'approfondir votre vision des films. Comptez donc sur La Vita possibile de Ivana de Matteo, Easy de Andrea Magnani, L'Ordre des choses de Andrea Segre, Indivisibili de Edoardo De Angelis, Il Figlio (Manuel) de Dario Albertini et Un Bacio de Ivan Cotroneo. Ce n'est jamais mauvais de finir sur un baiser. 3e Rencontres autour du Cinéma italien Au Cinéma Comœdia du 31 janvier au 2 février

Continuer à lire

La saison des festivals est ouverte

Grand Lyon | Bientôt quadragénaire, le doyen des festivals de l’agglomération lyonnaise n’a rien d’un autarcique : depuis des années, il propose des séances délocalisées dans des (...)

Vincent Raymond | Mardi 14 novembre 2017

La saison des festivals est ouverte

Bientôt quadragénaire, le doyen des festivals de l’agglomération lyonnaise n’a rien d’un autarcique : depuis des années, il propose des séances délocalisées dans des salles amies : au Théâtre Astrée, à la MLIS et l’ENM de Villeurbanne, mais aussi au Comœdia, au Ciné-Meyzieu et au Ciné Mourguet de Sainte-Foy-lès-Lyon. La période coïncide également avec le lancement d’autres événements locaux d’importance, qui bénéficient donc d’une dynamique croisée : pas de rivalité entre les salles indépendantes ! Le Mois du Film Documentaire fait ainsi escale jusqu’au 30 novembre au Toboggan de Décines avec quatre projections agrémentées de débats. Grégory Gomes accompagnera Frères Ennemis qu’il a tourné dans la proximité d’un derby Lyon-Saint-É ; quant à Charlotte Pouch, elle racontera la genèse de Des bobines et des hommes, une (més)aventure humaine et industrielle. Plus au nord de la Métropole, le Ciné-Caluire programme son Festival du cinéma italien. Une semaine placée sous le signe de l’amour,

Continuer à lire

"Fais de beaux rêves" : L’incompris et le non-dit

ECRANS | de Marco Bellocchio (It-Fr, 2h10) avec Valerio Mastandrea, Bérénice Bejo, Guido Caprino…

Vincent Raymond | Mardi 20 décembre 2016

En charge de la cession de l’appartement familial, Massimo, un journaliste, replonge dans son passé et notamment un événement le hantant depuis l’enfance : cette nuit fatale où sa mère mourut subitement, sans l’avoir bordé… Tout à la fois portrait psychologique empli de subtile délicatesse et traversée dans l’Italie des quarante dernières années, cette nouvelle réalisation de Marco Bellocchio témoigne de sa virtuosité tranquille comme de l’importance de ce mémorialiste discret. Si l’Histoire est une toile de fond (en plus d’être la “matière première” dont se nourrit le héros au quotidien), elle n’a rien d’une surface lisse : on y lit les soubresauts d’un État chahuté, marqué par les crises et les collusions entre sport, affaires, criminalité — est-ce d’ailleurs un hasard si un ancien Président du Conseil a brillé dans les trois catégories ? Alternant les séquences de passé(s) et de présent dans une construction “en lasagne”, Fais de beaux rêves accouche d’une vérité évidente pour tout spectateur, mais aussi sans doute pour Massimo : sa révélation tient de la délivrance. C’est contre ce silence qu’il a bâti son existe

Continuer à lire

Le classique aux trousses

ECRANS | La rentrée cinéma, c’est aussi celle du cinéma de patrimoine. Et il y en a partout : à l’Institut Lumière, chez UGC, dans les salles du GRAC… Du rare, du classique, des incontournables : que du bon ! Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 2 septembre 2014

Le classique aux trousses

Qui dit cinéma de patrimoine dit la désormais incontournable Ciné-Collection, soit un classique qui circule chaque mois dans salles (indépendantes) du GRAC, à Lyon et dans l’agglomération. Joli programme, cette saison encore, d’un bel éclectisme, qui débutera avec La Mort aux trousses d’Alfred Hitchcock, qu’on ne présente plus — enfin, on le fera quand même la semaine prochaine ! et qui se poursuivra en octobre avec la grande redécouverte de l’été cinématographique : Seconds de John Frankenheimer. Film inouï, renversant, qui en 1966 passait au crible d’un thriller paranoïaque l’illusion de la deuxième chance américaine, miroir aux alouettes que le cinéaste transforme en cauchemar halluciné par une mise en scène multipliant les déformations d’image et les audaces graphiques — notamment une scène de bacchanales qui repousse les limites de la censure en matière de nudité. Tout aussi essentiel, Johnny Got his Gun, seul film réalisé par le scénariste blacklisté Douglas Trumbo, prendra la suite en novembre, au pic des commémorations de la Première Guerre mondiale. C’est le contexte du film, mais son

Continuer à lire