Costa-Gavras ou la preuve par 9

ECRANS | La première partie de l’indispensable œuvre de Costa-Gavras est à redécouvrir en DVD. Et l’homme, prodigieux d’humanité comme d’humilité, à rencontrer.

Vincent Raymond | Mardi 22 novembre 2016

Photo : © DR


Comme Roman Polanski, Costa-Gavras est de ces auteurs multiculturels dont le cinéma français peut s'enorgueillir. Et qui a pu accomplir une carrière aussi diverse grâce à l'ouverture d'esprit et l'accueil bienveillant de la profession hexagonale à son égard dans ses jeunes années — c'est, en tout cas, le constat que le cinéaste opère aujourd'hui dans le passionnant entretien réalisé par Edwy Plenel, bonus de L'Intégrale Volume 1 (1965 – 1983) (Arte Cinéma). Un coffret réunissant ses neuf premiers longs-métrages, dont la parution vaut la visite lyonnaise de cet indispensable géant.

Gavras, de Costa à Z

À la fois conteur et conscience de son époque, Costa-Gavras n'a cessé de secouer des mentalités assoupies par des œuvres lucides sur l'état du monde. Son cinéma, qui ne se réduit pas au champ du seul “cinéma politique”, est davantage celui de plusieurs interrogations : peut-on s'affranchir des carcans et des idéologies barbares — voir la “trilogie Montand” avec Z (1969), L'Aveu (1970) et État de siège (1973) — ; comment aller au-delà des alternatives données pour limitées — se reporter à l'extraordinaire Un homme de trop (1967), splendidement restauré par Lumières Numériques ou à Hanna K. (1983)…

Mais la singularité de Costa-Gavras réside surtout dans cette manière de conserver une rigueur absolue dans la précision historique, tout en se ménageant une distance parfois ironique avec les personnages. Un ton caustique qui, ajouté à son sens du rythme et du montage — Z en est, à cette enseigne, un chef-d'œuvre à ériger au rang de classique absolu —, distingue ses films des pensums moralisateurs destinés à culpabiliser ou tirer des larmes. Section Spéciale (1975), féroce vision des abominables mesures du gouvernement de Vichy, est également un portrait des caciques du régime empli de sarcasmes, bien plus opérant par ce mélange qu'une stricte reconstitution d'époque.

La polyvalence du cinéaste s'apprécie également dans le polar pur avec Compartiment tueurs (1965), d'après Sébastien Japrisot, son coup d'essai réussi, ainsi que dans sa belle adaptation de Romain Gary, Clair de femme (1979), tous deux à nouveau sous le signe de Montand. On n'oublie d'autant moins dans ce rapide inventaire Missing (1982), Palme d'Or à Cannes, que le soir même, à 21h, l'Institut Lumière en proposera une projection. Vous pourrez donc prolonger le plaisir de la rencontre…

Rencontre avec Costa-Gavras
À la FNAC Bellecour le vendredi 25 novembre à 17h30


Costa-Gavras

Autour de la sortie de "Costa Gavras l'intégrale partie 1"

Autour de la sortie de "Costa Gavras l'intégrale partie 1"

voir la fiche du film


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

AKAA : à l’avant-garde de l’art contemporain africain

Art Contemporain | Treize artistes issus du continent africain, ou inspiré par lui, ont pris leurs quartiers chez Manifesta, galerie hybride qui a invité la foire parisienne AKAA. Une exposition réussie qui bouleverse quelques idées reçues.

Sarah Fouassier | Lundi 17 mai 2021

AKAA : à l’avant-garde de l’art contemporain africain

La première fois qu’on a poussé la porte de Manifesta, on a été comme subjugués par ce lieu hybride composé de différents espaces qui ressemblent tour à tour à un bureau ultra design, à un appartement aux lignes résolument contemporaines et à une galerie décidée à rendre accessible la création contemporaine au public et aux entreprises. Une visite qui donne le vertige et qui mérite une explication de texte. En imaginant Manifesta, Céline Melon et Marie Ruby souhaitaient sortir des carcans d’une galerie classique. Elles ont par conséquent composé un lieu de rencontre entre le public et des institutions, foires et galeries peut enclines à exposer en "province" pour les plus Parisiens ou en "région" pour les moins snobs. La fracture entre nous et la capitale est réelle dans bien des domaines et l’art contemporain n’y échappe pas. Alors quand une foire parisienne décide de venir à nous avec dans ses bagages des artistes et œuvres visibles pour la première fois en France, on ne se fait pas prier pour s’y rendre. AKAA c’est quoi ? AKAA, pour Also Know As Africa, est une foire d’a

Continuer à lire

Lyon : la Biennale de la Danse dévoile son programme

Danse | Repoussée, remodelée, raccourcie, la 19e Biennale de la Danse aura cependant bien lieu. Et c’est avec une certaine joie que nous vous en présentons les grands axes et quelques spectacles à ne pas manquer.

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 3 mai 2021

Lyon : la Biennale de la Danse dévoile son programme

Réduite à quinze jours, la 19e Biennale de la Danse n’en reste pas moins foisonnante dans sa programmation, avec vingt-eux créations et une quarantaine de compagnies internationales invitées ! Nouveauté remarquable, la Biennale propose cette année aux anciennes usines Fagor ("L’expérience Fagor" du 8 au 16 juin) une multitudes de pièces ou formes expérimentales gratuites, ouvrant la danse contemporaine à un public possiblement plus large, et sans pour autant lésiner sur la qualité des intervenants : le chorégraphe français Noé Soulier, deux anciens danseurs de William Forsythe, Brigel Gjoka et Rauf Yasit, le Collectif Es… Pour le reste, l’ADN de la Biennale demeure le même : un savant mélange des genres chorégraphiques, et de grandes pointures et de chorégraphes moins connus… Même si, période oblige, certains créations phares ont été annulées comme Le Lac des cygnes d’Angelin Preljocaj (mais il sera présenté cet automne à la Maison de la Danse). Le défilé associé à la Biennale, sous les couleurs de l’Afrique (comme une partie de la programmation) aura lieu, quant à lui, ex

Continuer à lire

Lyon : Nuits de Fourvière, le grand retour

Festival | Oui – trois fois youpi ! – les Nuits de Fourvière auront bien lieu cette année en juin et juillet. Avec au menu, une édition quelque peu adaptée – horaires, jauges, mesures barrières – mais surtout une édition en vrai, avec des gens. On vous détaille la programmation ici, où vous pourrez retrouver une bonne partie des têtes d'affiche et spectacles empêchés l'an dernier.

La rédaction | Lundi 3 mai 2021

Lyon : Nuits de Fourvière, le grand retour

La Biennale de la Danse, des fidélités, quelques reports de l’édition avortée et au final pas moins de onze propositions théâtre-cirque-danse aux Nuits de Fourvière cette année qui se dérouleront en très grande partie aux amphithéâtres et puis tout près, chez les voisins du 5e arrondissement (ENSATT et Point du Jour) jusqu’à faire un pas à la Renaissance d’Oullins. L’ouverture du festival se fera le 1er et 2 juin à 19h30 (attention horaires avancés en raison du couvre-feu), en collaboration avec la Biennale de la Danse devenue estivale, avec Alarm clocks are replaced by floods and we awake with our unwashed eyes in our hands … a piece about water without water signé de la chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin qui retrouve pour l’occasion la chanteuse Camille après leur première collaboration sur l’album Ilo Veyou de cette dernière. L’interprète (qui se fait aussi danseuse) sera également au générique de Comprendre, en tant que co-compos

Continuer à lire

Jazz à Vienne : les derniers noms dévoilés

Festival | Jazz à Vienne complète sa programmation avec quatre nouvelles soirées de choix.

Stéphane Duchêne | Mardi 27 avril 2021

Jazz à Vienne : les derniers noms dévoilés

Bien décidé à se tenir à peu près normalement, à partir de fin juin Jazz à Vienne avait annoncé la majeure partie de sa programmation début avril. La voici désormais complète avec l'ajout de quelques noms et non des moindres, qui avancent le début des festivités au 23 juin. Le festival allobroge vient en effet d'annoncer la tenue de quatre nouvelles soirées au théâtre antique. Le 24 juin d'abord, une soirée New Generation en compagnie du Portico Quartet et du Tigran Hamasyan trio (plus les talents Adami Jazz Gauthier Toux et Nils Petter Molvaer). Le 26 juin ensuite pour une soirée Brésil avec deux amis de longue date Seu Jorge & Rogê, enfin sur scène ensemble, et une carte blanche à Lucas Santana. Le samedi 3 juillet sera lui consa

Continuer à lire

“Godzilla vs Kong” de Adam Wingard : monstres et compagnie

Blockbuster | Malgré ses allures de nom de code pour le second tour de la prochaine présidentielle, Godzilla vs Kong est du genre de Fast and Furious : tout entier contenu dans son titre programmatique. Et monstrueusement convenu. En VOD avant (peut-être) une sortie sur grand écran à la réouverture des salles…

Vincent Raymond | Mercredi 28 avril 2021

“Godzilla vs Kong” de Adam Wingard : monstres et compagnie

En génétique, lorsque l’on croise des individus (animaux, végétaux…) porteurs de caractéristiques différentes et que leurs descendants bénéficient d’une recombinaison favorable les rendant plus performants que leurs parents, ont parle de "vigueur hybride". En cinéma, lorsqu’on a essoré une série et son protagoniste (y compris avec des reboots), on crée un cross over avec une autre série tout aussi usée dans le but de relancer doublement la machine en s’adressant potentiellement à deux audiences. Sur le papier — et d’un point de vue strictement commercial —, l’idée n’a rien de stupide et fonctionne depuis des décennies, des Universal Monsters à Alien vs Predator… jusqu’aux chapitres non encore publiés du MCU contemporain. Pour Godzilla vs Kong lui-même aboutissement d’un double reboot, ce sont en sus des titans issus de deux traditions parallèles qui se rencontrent : la créature maison de la Warner (Kong) et l’emblématique kaijū nippon de la Toho (Godzilla). Une sorte de conférence internationale au sommet, promettant une vis

Continuer à lire

Mathieu Diez, directeur de Lyon BD : « il est temps pour moi de me redéfinir »

Mercato | À la tête du festival Lyon BD depuis sa création en 2006, Mathieu Diez annonce son départ pour de nouveaux horizons… Il laisse une enviable place vacante pour une institution culturelle riche de projets, solidement amarrée dans le paysage lyonnais, contribuant à son rayonnement international et produisant un festival réputé, à l’édition 2021 prometteuse…

Vincent Raymond | Mardi 13 avril 2021

Mathieu Diez, directeur de Lyon BD : « il est temps pour moi de me redéfinir »

Nous sommes à trois mois de la prochaine édition du Lyon BD Festival. Alors que les annulations de manifestations pleuvent, le festival est-il bien maintenu ? Mathieu Diez : Il est maintenu et confirmé aux 11-12-13 juin pour le cœur de la manifestation. Tous les partenaires du festival sont à nos côtés parce qu'on pense qu’il y a un espace raisonnable et de bonnes chances. Bien sûr, cela tient à la réouverture des lieux culturels à la mi-juin (et donc de l’Hôtel de Ville, qui n'est pas vraiment un lieu culturel mais il faut qu'il puisse nous accueillir, de concert avec les institutions culturelles), ce qui est assez crédible. Et si elle s’accompagnait de contraintes fortes, on a montré qu'on savait faire lors de la Saison d’automne l’an dernier — notamment le concert Acid Arab. On saura faire, autant pour pour le week-end que durant tout le mois de juin. Parce que ce ne sera pas un “mini“ Lyon BD : on a quand même un programme important. Même si on doit supprimer les stands éditeurs, intenables pour des raisons sanitaires, le festival se tiendra sur 60 lieux dans la ville, ave

Continuer à lire

Jazz à Vienne dévoile sa programmation 2021, malgré les incertitudes

Festival | Et si le monde d'après commençait le 25 juin en l'antique théâtre de Vienne avec pour bande-son un peu (beaucoup) de jazz ? Alors que sonne la débandade au royaume des festivals estivaux, Jazz à Vienne veut y croire en dévoilant une programmation à l'ancienne avec de vrais musiciens à présenter à un public en chair et en os. Les promesses n'engageant que ceux qui y croient, eh bien on y croit. Un peu.

Stéphane Duchêne | Mardi 6 avril 2021

 Jazz à Vienne dévoile sa programmation 2021, malgré les incertitudes

18 soirées, trois hommages, huit cartes blanches, voilà ce que nous promet Jazz à Vienne pour son édition 2021 placée sous le signe de la « relance », du « combat », et de la « générosité ». Il faudra au moins ça pour que le festival débute bien le 23 juin (prochain, pas 2022) et se termine comme une fleur le 10 juillet. Ça, de bonnes doses de vaccins et accessoirement de chance aussi. Car quand on dit « voilà ce que nous promet Jazz à Vienne », il faut bien admettre qu'il s'agit davantage d'un vœu pieu déguisé en promesse de la part d'un événement malgré tout conscient du caractère incertain de l'avenir quand on se trimballe un présent pareil. Mais enfin bon puisque programmation il y a, alors parlons de programmation sans nous attarder, ça nous changera, sur les moyens de la mettre sur scène cet été et devant un public avec ça. Tout commencerait donc le 23 juin avec une soirée qui commence à trouver le temps long puisque déjà prévue pour l'an dernier : celle de l'ouverture qui accueillera le petit fiancé de Jazz à Vienne, Jamie Cullum, et

Continuer à lire

Collège Truffaut : Lyon BD au tableau d’honneur

Bande Dessinée | Parmi les futurs locataires du Collège Truffaut réhabilité figure Lyon BD Organisation, l’association à la tête du festival homonyme depuis quinze ans et à la manœuvre d’une foultitude d’événements en lien avec les univers graphiques tout au long de l’année. Son projet ? Le Collège Graphique.

Vincent Raymond | Lundi 22 mars 2021

Collège Truffaut : Lyon BD au tableau d’honneur

Un (presque) retour aux sources géographiques pour Lyon BD Organisation. À l’origine créée sur le plateau de la Croix-Rousse, où s’étaient tenues les premières édition du festival, l’association avait dévalé la colline pour trouver refuge sur les quais du Rhône. La manifestation initiale a depuis pris l’ampleur que l’on sait, travaillé avec tous les lieux culturels de la Métropole ou presque, coproduit des spectacles, des expositions ; édité des ouvrages, tendu des passerelles entre Lyon et le monde, en tissant des liens entre auteurs, autrices, lecteurs, lectrices… Actrice incontournable du paysage — de l’écosystème — BD lyonnais, Lyon BD Organisation se positionne également comme un partenaire économique de nombreux artistes et membres de la filière BD locale (scénaristes, coloristes, illustrateurs, éditeurs…), tout particulièrement auprès des talents émergents. L’équipe ne pouvait être qu’intéressée par le cahier des charges du Collège Truffaut.

Continuer à lire

Au pôle Arts vivants de Vaise, toujours des craintes quant à l’avenir

Bibliothèque | Dans nos colonnes, l’adjointe à la culture Nathalie Perrin-Gilbert, interpellée via une pétition des usagers du département Art vivants de la médiathèque de Vaise, affirmait le mois dernier qu’il n’était « pas question de démanteler ce pôle Arts vivants, bien au contraire ! ». Une partie du personnel doute de l’application de cette volonté.

Nadja Pobel | Jeudi 18 février 2021

Au pôle Arts vivants de Vaise, toujours des craintes quant à l’avenir

Le pôle Arts vivants de Vaise est en réorganisation. Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la Culture de la Ville de Lyon, a récemment présenté son projet pour sa refonte. Marc Fintzi, délégué syndical SUD, en est « très content » — mais il dit « craindre que l’administration ne bouge pas » et soit sourde aux paroles de l'élue, qui affirme notamment que le « même nombre de personnes dédiées au pôle » serait conservé, notamment en recrutant un bibliothécaire dédié suite au départ à la retraite de la personne qui occupait le poste précédemment. C’est là que le bât blesse pour le syndicaliste. La fiche de recrutement est selon lui trop vague : « c’est un poste qui s’occupe de coordination transversale et non de la création. Ce n’est pas tellement "arts vivants " ». Plus précisément, il est question d’assurer « la gestion, l’animation et le développement du pôle Arts vivants et Création — Ce pôle couvre les domaines suivants : Littérature

Continuer à lire

Efix, le type à la typo

Bande Dessinée | Graphiste, illustrateur polyvalent, spécialiste en « petits mickeys et lettrages », mais aussi expert en battles dessinées, Efix a fêté il y peu vingt ans de BD… ce que sa juvénile silhouette ne laisse pas supposer. Un bonheur ne venant jamais seul, il va investir sous peu la ville de Givors à l’initiative du Lyon BD Festival pour une intervention qui a des airs de rétrospective…

Vincent Raymond | Vendredi 5 février 2021

Efix, le type à la typo

« Bonjour messieurs-dames… Oh ! Pardon messieurs ! » De sa voix douce, Efix s’empresse de rassurer la vieille dame confuse de sa méprise : « c'est pas grave, j’ai l’habitude… Et puis, avec le masque, hein… » Déambuler avec Efix et sa longue crinière au vent (…enfin, quand il y a du vent) vous permet de confirmer deux de ses traits de caractère soulignés par Mathieu Diez, le directeur du Lyon BD Festival : la bienveillance — « l’un des types les plus foncièrement gentils dans le sens le plus noble du terme que j’ai rencontrés en quinze ans » — et la volubilité — « chaque fois qu’il m’écrit, je dois bloquer une demi-heure car il ne sait pas faire un mail de moins de 2000 signes, même pour dire juste bonjour, mais je le fais avec plaisir parce qu’à chaque fois je me plonge avec ses mots dans son âme de poète et il me fait rire comme personne. » Allons au-delà des qualités humaines. L’illustratrice Sandrine Deloffre voit en lui « le BG du 9

Continuer à lire

Le désarroi des artistes dans des théâtres fermés

Théâtre | Lors du deuxième confinement, les théâtres ont pu rester ouverts — pour les artistes. Ces derniers ont occupé les plateaux pour répéter ce qui aurait dû se créer ces derniers mois. Comment traverse-t-on cette période qui ne dit pas sa fin ? Réponses avec les comédiens / metteurs en scène Philippe Caubère, Catherine Hargreaves et Laurent Ziserman.

Nadja Pobel | Mercredi 27 janvier 2021

Le désarroi des artistes dans des théâtres fermés

Une deuxième annulation ? Et combien d’autres ? Catherine Hargreaves devait présenter son Happy Hours avec sa complice Adèle Gascuel en octobre. Puis mi-décembre. Elle-même s’embrouille dans les dates : tout se mêle, entre confinement à demi, couvre-feu à 20h, à 18h, réouverture avortée le 15 décembre... Au final, rien. « Je ne sais pas quoi penser. On ne sait plus, avec ma compagnie des Sept sœurs, comment axer le travail de production. On tourne en rond — alors je reste dans mon coin et j’écris ». Elle devait partir en résidence d’écriture durant l’hiver 2020 en Angleterre. C’est sans cesse différé : « je pourrais y aller mais je serai enfermée dans un appartement. Or mon projet est basé sur la rencontre avec des gens. De plus, le Brexit influe sur nos capacités à renouveler des histoires » constate la Franco-Britannique qui refuse de se plaindre — sa compagnie étant subventionnée. Être empêchée de travailler ne la dis

Continuer à lire

Nuits de la Lecture : une battle BD, en ligne et en live

Bande Dessinée | La cinquième édition des Nuits de la Lecture, coordonnées par le Ministère de la Culture, se déroule malgré tout jusqu'au 24 janvier. Zoom à Lyon sur le riche volet bande dessinée...

Vincent Raymond | Vendredi 22 janvier 2021

Nuits de la Lecture : une battle BD, en ligne et en live

« Relire le monde »… Tel est le thème de la 5e édition des Nuits de la Lecture. Un œil distrait et rapide pourrait déchiffrer « relier le monde » sans pour autant se fourvoyer, puisque cette manifestation culturelle nationale se trouve relayée par les médiathèques de la Métropole de Lyon dans leurs murs d’une part, via leurs réseaux numériques de l’autre. L’année 2020-2021 étant de surcroît dévolue à la bande dessinée, celle-ci bénéficie d’une légitime exposition à travers notamment une découverte de l’œuvre de Nicolas Wild à la MLIS de Villeurbanne où il réalisera une fresque ce samedi 23 à 14h, tandis qu’à Meyzieu Benjamin Reiss effectuera le même jour à 10h30 une performance dessinée sur les vitres de la bibliothèque ; Théo Grosjean

Continuer à lire

Disparition de l'ancienne rédactrice en chef du Petit Bulletin Lyon, Dorotée Aznar

ACTUS | Les amateurs lyonnais de spectacle vivant étaient sans doute familiers des papiers de Dorotée Aznar sur le théâtre... Elle était entrée au Petit (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 13 janvier 2021

Disparition de l'ancienne rédactrice en chef du Petit Bulletin Lyon, Dorotée Aznar

Les amateurs lyonnais de spectacle vivant étaient sans doute familiers des papiers de Dorotée Aznar sur le théâtre... Elle était entrée au Petit Bulletin en 2005 après des études à Sciences Po Lyon pour prendre en charge cette rubrique avant de s'en voir confier rapidement la rédaction en chef en 2006. Dynamique, pour le moins, jonglant sans mal le même soir entre une conférence de rédaction et un bouclage ; passionnée évidemment ; à l'écoute de sa rédaction en laquelle elle avait une confiance aveugle, toujours prête qu'elle était à monter au créneau pour soutenir ses journalistes ; infiniment rigoureuse jusque dans sa chasse des virgules mal placées et férocement drôle — dans ses éditos notamment — sont quelques-unes des qualités venant à l'esprit de ceux qui ont pu la côtoyer ou ont eu le bonheur de travailler à ses côtés. Certains d'entre nous, comme votre serviteur, lui doivent de s'être vu donner la chance d'intégrer l'équipe de ce journal, de s'y être épanoui sans entrave et lui en seront éternellement reconnaissants. Si le Petit Bulletin est aujourd'hui ce qu'il est : une institution culturelle et médiatique l

Continuer à lire

Jazz à Vienne 2021, premiers noms

Festival | Armés de notre plus solide perche d'espoir (et bientôt peut-être d'un vaccin) sautons par dessus la crise sanitaire comme Armand Duplantis efface 6m à (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 8 décembre 2020

Jazz à Vienne 2021, premiers noms

Armés de notre plus solide perche d'espoir (et bientôt peut-être d'un vaccin) sautons par dessus la crise sanitaire comme Armand Duplantis efface 6m à l'entraînement et projetons nous vers l'été prochain. C'est à cette date que Jazz à Vienne gonflé d'optimisme nous propose d'atterrir aux alentours du 23 juin en dévoilant, comme si de rien n'était (ou ne sera), les premiers noms de son édition 2021, sise du 23 juin, donc, au 10 juillet prochain. à commencer par l'ami Jamie Cullum qui se verra ce jour précédé sur scène par la batteuse et chef d'orchestre Anne Paceo. Deux jours plus tard, se tiendra une soirée délicieusement africanisante avec la légende Salif Keita, le prince (et Dorian Gray) du blu-funk Keziah Jones et la mezzo-soprano Julia Sarr qui viendra livrer un message de paix à l'occasion de Sénégal en Isère 2021. On continue les 28 juin et 05 juillet avec d'autres habitués de la scène allobroge parce que furieusement incontpurnables d'abord les trompettistes Ibrahim Maalouf et Erik Truffaz en un double plateau d'envergure, puis le contrebassist

Continuer à lire

TCL : Une gratuité partielle et beaucoup de coups à peu de frais

Mobilité | À la surprise quasi générale, le Sytral (autorité organisatrice des transports de l’agglomération lyonnaise) a voté le 23 novembre dernier la mise en place de deux abonnements supplémentaires dits “solidaires“, dont l’un gratuit, destinés aux personnes disposant de faibles ressources. Une décision très politique suscitant des réactions pas forcément bienveillantes, et des divergences chez les spécialistes des mobilités urbaines…

Vincent Raymond | Mercredi 9 décembre 2020

TCL : Une gratuité partielle et beaucoup de coups à peu de frais

Bruno Bernard a donc tranché. À celles et ceux qui se demandaient encore pourquoi le nouveau président EELV de la Métropole, pourtant peu favorable au cumul des mandats chez ses colistiers, avait tant tenu à s’asseoir dans un autre fauteuil présidentiel, la réponse apparaît aujourd’hui comme doublement politique. Car il fallait bien le poids d’un élu d’importance pour infléchir la trajectoire du paquebot Sytral avant le début 2021 et son changement de gouvernance. En jeu, la question des mobilités à court et moyen termes, bien sûr, mais aussi des mesures plus immédiatement visibles et symboliques, comme cette création pour les étrennes de deux abonnements “solidaires“ sur le réseau TCL. Attribués sur strictes conditions de ressources, le “solidaire réduit“ (10€/mois) est principalement destiné aux usagers non-imposables et bénéficiaires d’une allocation Pôle Emploi ; quant au “solidaire gratuit“, il vise les personnes bénéficiaires du RSA et leurs ayants-droit.

Continuer à lire

Lionel Martin : rhino féroce

Jazz | C'est aux commandes d'un EP tellurique en faux Solo(s) entièrement enregistré en extérieur avec Bertrand Larrieu qu'est réapparu cet automne, sans jamais avoir pourtant disparu, le saxo tellurique de Lionel Martin à la conquête des vibrations du monde et de ses dimensions parallèles.

Stéphane Duchêne | Mercredi 9 décembre 2020

Lionel Martin : rhino féroce

Quiconque a un jour évoqué la personne de Lionel Martin aura souligné à quel point l'animal est singulier. Dans ses recherches musicales comme dans ses manières de les restituer et d'occuper le terrain, à commencer par la rue. Car c'est précisément, dans la rue, son jardin de grand enfant préféré que Lionel Martin est allé enregistrer son dernier projet. Un EP sobrement baptisé Solo(s). Après, entre deux embardées éthio-machinchose avec Ukandanz, un duo avec le pianiste bulgare Mario Stantchev à la remorque de la musique de Louis Moreau Gottschalk et un détour du côté de chez Count Basie et son Afrique, en compagnie de Sangoma Everett (un bon jazzeux est d'abord un jazzeux qui sait s'entourer), Martin est donc descendu en bas de chez lui — on exagère à peine — pour se livrer à une expérimentation

Continuer à lire

La Villa Gillet déroule un Mode d'Emploi 100% Web

Festival des Idées | Faute de pouvoir se tenir en "présentiel", selon l'infâme expression un peu trop consacrée, Mode d'Emploi s'avance donc virtuellement jusqu'au 21 novembre pour ne pas nous sevrer totalement de débats d'idées et de réflexions sur notre espace contemporain, déjà sacrément chamboulé. Comme pour les Assises Internationales du Roman au printemps, l'événement est à retrouver tous les soirs à partir de 19h sur le site de la Villa Gillet. Si vous voulez un conseil — autre que de défense —, faites-y donc un tour. Voici le programme.

Stéphane Duchêne | Mardi 17 novembre 2020

La Villa Gillet déroule un Mode d'Emploi 100% Web

Confinée au moment des Assises Internationales du Roman, la Villa Gillet en avait livré une version virtuelle sur son site Web. Reconfinée au moment de Mode d'Emploi, son festival des idées, la voici contrainte mais néanmoins enthousiaste de remettre le couvert avec un programme qui, sur la forme, se calque quelque peu sur le couvre-feu et, sur le fond, embrasse les thématiques auxquelles cette drôle d'année 2020 est venue donner davantage de relief. Ainsi chaque jour, sauf exception, Mode d'Emploi proposera un programme en trois temps. À 19h, il sera question de Libertés d'expression, sous la forme de capsules sonores ou vidéo avec des artistes et citoyens engagés. À 19h30 — de 16h à 19h pour la journée, copieuse, du samedi —, on enchaînera avec Les idées sous couvre-feu, soit une heure quotidienne de débats et conversations thématiques avec é

Continuer à lire

Avec L’Émile, le Zola suit son cours

Villeurbannne | Confinement, acte 2. Alors qu’il aurait dû se préparer au 41e Festival du Film Court — ajourné, mais pas annulé —, le cinéma Le Zola de Villeurbanne (...)

Vincent Raymond | Mardi 10 novembre 2020

Avec L’Émile, le Zola suit son cours

Confinement, acte 2. Alors qu’il aurait dû se préparer au 41e Festival du Film Court — ajourné, mais pas annulé —, le cinéma Le Zola de Villeurbanne rebondit comme en mars dernier, lorsqu’il avait ouvert sa salle virtuelle sur la plateforme de VOD La Toile (réactivée pour l’occasion) avec un projet numérique, L’Émile. Version blog de son journal maison, ce nouveau lien propose aux spectateurs des chroniques, interviews de personnes “faisant le cinéma“, critiques, films courts, infos diverses et playlist de B.O.F. L’ensemble rend compte de cette pluralité des goûts de l’équipe qui avait fait merveille lors de la dernière programmation estivale et possède un je-ne-sais-quoi d’estudiantin dans sa présentation — le fait que les articles soient signés des seuls prénoms des rédacteurs n’y est pas étranger. Alimentée quotidiennement, L’Émile s’avère en tout cas une heureuse initiative ainsi qu’une copieuse mise en appé

Continuer à lire

La Gonette : à quoi ça sert, une monnaie locale ?

Économie | Elle a été baptisée la Roue à Marseille, l’Eusko au Pays Basque, le Sol-Violette à Toulouse, et même la Bristol Pound outre-Manche… À Lyon, elle se fait appeler La Gonette. Il ne s’agit pas des noms des dernières bières artisanales du coin, mais des Monnaies Locales Citoyennes (MLC). Enquête sur une autre sorte d’argent, celui qui ne dort pas.

Manon Ruffel | Mardi 8 décembre 2020

La Gonette : à quoi ça sert, une monnaie locale ?

Imaginez. J’achète mes provisions chez l’épicier en Gonettes. Ce même épicier, le lendemain, va dîner au restaurant pour l’anniversaire de sa sœur. Il règle l’addition en Gonettes. Le restaurateur, lui, s’était fourni la veille chez le boucher, qu’il avait payé en Gonettes. Ce même boucher qui avait réglé ses provisions chez l’épicier… en Gonettes. La boucle est bouclée, et l’argent n’en est pas sorti. Tel est le modèle économique circulaire auquel aspirent les 82 Monnaies Locales Citoyennes sur le territoire français. Reconnues légales en 2014 par la loi relative à l’Économie Sociale et Solidaire, elles foisonnaient déjà depuis 2010. Effet de mode ou initiative collective ? Il n’empêche que l’objectif premier de maintenir l’argent dans un cercle restreint, celui de la ville (ou de la région), afin qu’il n’alimente pas la sphère financière — l’autre nom pour désigner banques, multinationales, traders et autres lobbies qui s’en mettent plein les poches — est louable. Car payer en MLC favorise l’économie réelle (l'activité économique locale et concrète) et ne nourrit pas l’économie spéculative qui représente à ce jour environ 98% des transactions monétai

Continuer à lire

"Quand passent les cigognes" : un chef d'œuvre russe dans les salles du GRAC

Reprise | Il reste quelques ultimes séances pour découvrir dans le cycle “Octobre rouge“ programmé par la Ciné-Collection du GRAC Quand passent les cigognes de Mikhaïl (...)

Vincent Raymond | Mercredi 21 octobre 2020

Il reste quelques ultimes séances pour découvrir dans le cycle “Octobre rouge“ programmé par la Ciné-Collection du GRAC Quand passent les cigognes de Mikhaïl Kalatozov, un classique soviétique Palme d’Or 1958 déjouant tous les clichés attachés au cinéma produit par l’URSS. Normal : il s’agit tout simplement d’un chef-d’œuvre de réalisation, d’innovation technique, esthétique et visuelle, dépourvu de surcroît de cette complaisance idéologique dont ce brave propagandiste d’Eisenstein faisait preuve. Sept ans avant ses affolants plans-séquences de Soy Cuba, Kalatozov était déjà ce sorcier dirigeant avec une fluidité inédite sa caméra dans d’interminables mouvements de foule, créant l’illusion d’un steady-cam — lequel ne serait inventé que… vingt ans plus tard. Chaque image s’avère ici composée et savamment contrastée ; la netteté est cristalline du premier plan à l’infini de la profondeur de champ… Cette beauté virtuose en ferait presque oublier l’h

Continuer à lire

La Fête des Lumières, Jean-François Zurawik l’a porté haut

Disparition | Jean-François Zurawik, maître d'œuvre de la Fête des Lumières depuis 2005, est décédé hier à 67 ans. L'Alsacien, à qui Gérard Collomb avait confié cet événement, a été retrouvé mort à son domicile. Il était l'un des précurseurs du mapping vidéo. Des artistes comme Damien Fontaine aux politiques de la cité comme Loïc Graber lui rendent hommage depuis ce vendredi matin. Nadja Pobel, qui couvre chaque année la Fête pour le PB, raconte ce qu'il a apporté artistiquement à la Ville de Lyon.

Nadja Pobel | Vendredi 9 octobre 2020

La Fête des Lumières, Jean-François Zurawik l’a porté haut

Sasn le connaître vraiment, on a beaucoup cotoyé Jean-François Zurawik, en de très nombreuses Fêtes des Lumières dont il avait fait ce qu'elle est depuis 2005, sous le premier mandat de Gérard Collomb. Une certaine Najat Vallaud-Belkacem animait les conf’ de presse et nous donnait le programme via sa délégation des grands événements, vie associative et jeunesse … Elle était une gamine. On nous souffle qu'elle n'a pas fini de grandir par ici. Avec ce maire, il a fait de Lyon une vitrine parfaite pour le tourisme : des gens débarquent de partout en cars, remplissent les hôtels, se gavent de vin chaud et nous oblige à déambuler fléchés dans notre ville (bien avant le Covid). Cette Fête, qui réunit presque deux millions de spectateurs, a aussi permis l'envolée des prix de Airbnb qui n'avaient plus de limites pendant quatre jours. On n'a pas aimé ça, on l'a beaucoup écrit au PB. Mais on a aussi su décrire ce que Zurawik a fabriqué d'original par ici avant de l'envoyer dans des pays lointains qui avaient des sous (Les Émirats, la Chine...). Car la Fête des Lumière et donc Zurawik (ou vice-vers

Continuer à lire

Amel Lacombe : « notre métier, c’est de sortir les films en salles »

Eurozoom | Elle fait beaucoup pour la japanimation en France, mais aussi beaucoup ces derniers mois pour rappeler aux spectateurs qu'il y a de bons films dans les salles. La distributrice Amel Lacombe n'y est pas étrangère : sa société Eurozoom a sorti, avant "Lupin III", quelques perles cette année.

Vincent Raymond | Mercredi 7 octobre 2020

Amel Lacombe : « notre métier, c’est de sortir les films en salles »

Vous sortez Lupin III sur 300 copies. Parce que c’est une figure iconique ou bien parce qu’il s’agit du premier anime où la 3D est enfin à la hauteur de ses ambitions ? Amel Lacombe : Eurozoom existe depuis vingt ans, et travaille sur l’animation japonaise depuis toujours. Nous avons fait découvrir en France de grands réalisateurs comme Mamoru Hosoda. Accompagner des films cultes et sur des personnages iconiques de la culture japonaise s’inscrit dans notre ADN, comme par exemple Akira que nous avons sorti cet été en 4K. Lupin III est un film d’une grande qualité, ce qui nous intéressait c’était à la fois de faire plaisir aux fans du personnage, aux fans d’animation mais aussi de faire venir en salles les familles, les enfants. C’est aussi ça notre travail, de ne pas laisser l’animation japonaise dans une case mais d’élargir son public, les choses ont évolué depuis vingt ans, il y a une démocratisation de la culture japonaise, nous l’avons constaté avec par exemple Your Name

Continuer à lire

Flic ou voyou ? : "A Dark-Dark Man" de Adilkhan Yerzhanov

Policier | Un polar avec Daniar Alshinov, qui se distingue par sa radicalité formelle.

Vincent Raymond | Mercredi 14 octobre 2020

Flic ou voyou ? :

Au fin fond des steppes kazakhes, bien loin de la capitale, un commissaire corrompu qui a pris l’habitude de régler toutes les affaires vite et à sa façon, a “contaminé” Belzat, un jeune flic. L’arrivée d’une journaliste à l’occasion d’une enquête sur des meurtres pédophiles sort Belzat de sa sujétion et lui ouvre les yeux sur ses pratiques douteuses. Mais est-ce encore temps de changer ? Si ce combat d’un flic pour la restauration de son intégrité morale (et la réhabilitation d’un probable innocent) rappelle La Promesse de Dürrenmatt, il se distingue surtout par sa radicalité formelle : plans fixes, mouvements et travellings lents créant une tension qui se sublime dans l’abstraction d’un finale à revolvers tirés. L’âme de l’Homme seule est sombre dans ces décors en demi-teinte et ces extérieurs superbement photographiés. A Dark-Dark Man ★★☆☆☆ Un film de Adilkhan Yerzhanov (Kaz-Fr, 1h50) avec Daniar Alshinov, Dinara Baktybaeva, Teoman Khos…

Continuer à lire

À voleur, voleur compte triple : " Lupin III: The First" de Takashi Yamazaki

Animation | "Lupin III" ? Le film d’animation du mois.

Vincent Raymond | Mercredi 7 octobre 2020

À voleur, voleur compte triple :

Voleur comme son illustre grand-père Arsène, Lupin III cherche à s’emparer d’un journal intime menant à une arme surpuissante convoitée par des nazis (si si !) ; il peut heureusement compter sur le soutien de son équipe et d’une archéologue, la ravissante Lætitia… Longue est déjà la liste des anime tirés du manga de Monkey Punch, ainsi que celle des talents ayant concouru à sa réussite — Takahata et Miyazaki y figurent en bonne place. Mais Yamazaki a su relever le gant avec panache pour cette première adaptation en 3D, sans rien sacrifier au fondamentaux de la série : un mélange d’humour et d’aventures mâtiné d’élégance (Lupin III est tout de même l’héritier d’un gentleman-cambrioleur), dépourvu de cette grivoiserie à la nippone qu’on laisse à Nicky Larson. Bien sûr, la trame (l’enjeu, les opposants…) et le mode semi-comique aux limites de l’absurde évoquent furieusement un décalque d’Indiana Jones ; Lupin III possède suffisamment d’atouts propres par ailleurs pour s’en démarquer. Enlevé, bien écrit, doté de décors soignés et d’une palette harmonieuse, c’est sans barguigner l

Continuer à lire

La mort en direct ? : "Yalda, la nuit du pardon" de Massoud Bakhshi

Drame | "Yalda, la nuit du pardon" : une rencontre entre Ionesco, Jafar Panahi et Philip K. Dick...

Vincent Raymond | Vendredi 9 octobre 2020

La mort en direct ? :

Un programme de télévision durant lequel une condamnée à mort tente d’obtenir sa grâce auprès de la fille de son défunt époux, le tout devant les caméras, en direct et en temps réel… Cela pourrait être une pièce de théâtre de l'absurde contemporaine ; quelque chose comme la rencontre entre Ionesco, Jafar Panahi (la scène se déroulant dans l’Iran d’aujourd’hui) et Philip K. Dick, allant au-delà de ce que Le Prix du danger (1983) et Running Man (1988) extrapolaient avec l’avénement de la société du spectacle et du capitalisme. Ici, la loi religieuse se soumet à ces nouveaux maîtres (ce qui en dit long sur son élasticité morale) et c’est étonnamment le représentant de la justice — de l’État ! — qui porte la voix la plus modérée et la plus humaine, dépassé qu’il est par l’immondice du procédé incitant les téléspectateurs à infléchir le sort de la malheureuse, comme aux jeux du cirque. Sauf qu’en 2020, la responsabilité de chacun est diluée et la mise à mort, virtuelle. Avec son huis clos propice à une adaptation sur les planches, Yalda serait-il une parabole ? Hélas non : les émi

Continuer à lire

L’eau à la bouche : "Ondine" de Christian Petzold

Romance | Songe fantastique et romantique en milieu aquatique : Ours d’argent à Berlin pour la fiévreuse Paula Beer.

Vincent Raymond | Mercredi 23 septembre 2020

L’eau à la bouche :

Conférencière spécialisée dans l’urbanisme de Berlin, Ondine est brutalement quittée par son amant. Christoph, un scaphandrier, tombe alors sous son charme et entame avec elle une romance. Mais la belle, encore rongée par sa blessure, doit en finir avec son ex-… Histoire sentimentale néo-romantique, songe fantastique rêvé par le scaphandrier, cette variation sur le mythe de la nixe — ou sirène — troquant par amour son royaume contre la terre ferme, évoque (en version aquatique) la situation des anges wendersiens des Ailes du désir, condamnés à porter la mémoire de la ville qu’il survolent, dépositaires de l’histoire des hommes mais incapables d’en partager les affects ni les plaisirs mortels. Ondine est aussi de ces êtres de passage si fréquents dans le cinéma de Petzold permettant à leur partenaire d’accomplir une traversée, mais dont la destinée revêt une dimension sacrificielle les rendant d’autant plus tragiques et… désirables, horrible paradoxe ! Pas étonnant que la fiévreuse Paula Beer ait, pour ce rôle de gardienne de Berlin, conquis l’Ours d’argent de la meilleure interprète à la Be

Continuer à lire

Dans un fauteuil : la saison de l'Auditorium

Classique | La saison de l'Auditorium, un lieu où l'on peut s'assoir et garder ses distances, vient tout juste de reprendre. Au menu, un nouveau chef, des cheffes, des classiques, une taupe, Tintin, Et de la musique en veux tu, en voilà. Panorama.

Stéphane Duchêne | Jeudi 24 septembre 2020

Dans un fauteuil : la saison de l'Auditorium

On avait bien compris que, cet automne, la saison musicale ne serait pas comme les autres et qu'il allait falloir avancer masqué en restant assis (un peu de souplesse ne nuit pas) ou bien rester chez soi à regarder Culturebox ou de vieux concerts de Herbert Von Karajan tentant de faire atterrir des avions à la Philharmonie de Berlin. Mais à l'Auditorium si la saison s'annonce particulière, ce n'est pas à cause d'un vulgaire (et néanmoins grossier) virus. Car voici la saison du changement, le mercato des grands orchestres ayant fait atterrir à la direction de l'ONL le jeune chef israëlo-danois Nikolaj Szeps-Znaider, qui a mené à la baguette certaines des formations les plus prestigieuses. Le chef aura débuté la saison du côté des Subs pour les Journées du Patrimoine mais on pourra le retrouver le 25 septembre pour un Expresso du chef, ces concerts en 55 minutes chrono pour gens pressés et dès le lendemain où il délaissera la baguette pour le violon (pas d'Ingres, car son

Continuer à lire

Mais qu’a fait la police ?! : "Josep" de Aurel

Animation | Premier long-métrage d’un illustrateur (Aurel) sur un de ses confrères (Josep Bartolí), en animation de surcroît.

Vincent Raymond | Mercredi 30 septembre 2020

Mais qu’a fait la police ?! :

Premier long-métrage d’un illustrateur (Aurel) sur un de ses confrères (Josep Bartolí), en animation de surcroît, Josep raconte comment le personnage-titre, républicain espagnol réfugié en France fut en fait parqué dans un camp par les autorités et maltraité par tous les gendarmes — sauf un. Voilà qui résonne terriblement avec l’actualité des violences policières : y aurait-il une “tradition“ de comportements individuels racistes, d'omerta, d’obligation de suivre le groupe, d’absence de contrôle par la hiérarchie ? Tout cela pèse violemment sur le récit, par ailleurs édifiant, éclairant l’existence mal connue des camps de concentration destinés aux réfugiés anti-franquistes — cette autre tache sur l’Histoire hexagonale. En confrère respectueux, Aurel efface ici son trait pour ne pas faire ombrage à celui de son devancier. Et l’animation, qui préfère un mouvement saccadé à une trop grande fluidité, fait bien écho au style tourmenté, expressionniste, de Josep. On saluera enfin un joli travail sur le magma des souvenirs, qui fait survenir la présence fluctuante de Frida Kahlo.

Continuer à lire

Aime ma sœur : "Éléonore" de Amro Hamzawi

Comédie | "Éléonore" ? Désuet et dispensable, avec Nora Hamzawi.

François Cau | Vendredi 25 septembre 2020

Aime ma sœur :

Bavarde impénitente, gaffeuse patentée, en panne d’amour, Éléonore accepte un job alimentaire d’assistante chez un éditeur de romans érotiques. Elle va mettre le souk, mais dans l’intérêt général… Transposant son histoire pour que sa sœur Nora puisse l’interpréter, Amro Hamzawi signe une comédie sentimentale désuète pour l’export, pleine de cartes postales et de Parisiennes trop agaçantes mais sexy (ô-l’amûr-jolie-madmoizel). Hors d’âge et relativement dispensable. Éléonore ★☆☆☆☆ Un film de Amro Hamzawi (Fr, 1h25) avec Nora Hamzawi, Julia Faure, Dominique Reymond…

Continuer à lire

Une Venise et son canal

Savoie | À l'extrémité septentrionale du lac du Bourget, non loin de l'abbaye, les plaisanciers peuvent embarquer sur le canal de Savières. Et découvrir ses merveilles et sa Venise, Chanaz. Là où le temps a effectivement suspendu son vol.

Gabriel Cnudde | Lundi 28 septembre 2020

Une Venise et son canal

C'est un petit canal vieux comme le monde, ou presque. Déjà utilisé comme voie navigable au Néolithique, ce petit cours d'eau a longtemps été l'un des seuls liens entre la France et la Savoie. Déversoir naturel du lac du Bourget vers le Rhône, son cours peut s'inverser lors des crues du fleuve. Sur ses eaux turquoises s'accrochent les souvenirs des passages d'illustres personnages : Jules César, le pape Innocent IV ou encore Napoléon III. On y faisait aussi passer des raretés venues d'Orient, du sel, entre autres. Au cœur de la Chautagne Aujourd'hui, on ne le remonte qu'au pas, sans faire de remous. On préserve ainsi l'écosystème fragile de ses berges et le calme romantique qui nous happe sur un peu plus de quatre kilomètres. On y croise de petites barques, des canoës et de plus grands bateaux de croisière. On passe de maisons bucoliques à roseaux sauvages sans un bruit sinon celui des clapotis de l'eau. Et au détour d'un ultime virage, Chanaz, la petite Venise savoyarde, se dévoile. Son pont à l'architecture si particulière, ses habitations d'antan et ses terrasses au bord de l'eau en font un havre de paix unique en son genre. Sa maison

Continuer à lire

Quand Guillermo Guiz régale le public lyonnais

Humour | Retour sur le passage de Guillermo Guiz à l'Espace Gerson, avant son retour à Lyon le 24 avril prochain au Radiant cette fois.

Léa Zaïdat | Mercredi 14 octobre 2020

Quand Guillermo Guiz régale le public lyonnais

Fort de deux saisons au Point-Virgule qui ont affiché complet et trois Bataclan à guichets fermés, Guillermo Guiz a fait un détour par Lyon pour jouer son nouveau spectacle à l’Espace Gerson : Au suivant !. L’humoriste, connu pour ses chroniques dans La Bande Originale sur France Inter, nous plonge dans son enfance. C’est accompagné de deux verres de vins et d’un saucisson lyonnais que nous découvrons Guillermo Guiz, seul sur scène. Du petit appartement insalubre dans lequel il grandit avec son père à Bruxelles, en passant par ses déboires amoureux ou bien ses vacances avec Vincent Cassel, le chroniqueur belge enchaîne les anecdotes, les blagues graveleuses et envoie au tapis le politiquement correct. Durant 1h30, le stand-upper questionne la paternité et la pertinence de donner la vie, balance sur ses parents sans s’économiser sur l’autodérision, sensibilise aux dangers (et aux joies expérimentées) de l’alcool, songe à sa reconversion en homme moderne et féministe… Derrière les saillies a

Continuer à lire

Jeanne Moreau ouvre le bal

Théâtre | La rentrée au Théâtre de la Croix-Rousse se fait en musique, avec cette pièce inspirée d'une émission de télévision, "Discorama", qui conviait Jeanne Moreau en 1968.

Nadja Pobel | Lundi 28 septembre 2020

Jeanne Moreau ouvre le bal

Avant qu’il ne file refaire le monde au Teil en terres sismiques, Olivier Rey avait, au Lavoir Public, redonné vie aux Radioscopies de Jacques Chancel. Cet intérêt pour les émissions phares de la radio et de la télévision de l’époque en noir et blanc, se retrouve dans Je suis vous tous (qui m’écoutez) où Jacques Verzier et Patrick Laviosa enfilent les costumes d’un numéro de Discorama : nous sommes en 1968, Denise Glaser reçoit Jeanne Moreau. La rentrée au Théâtre de la Croix-Rousse se fait donc en musique avec cette création prévue initialement au studio en avril dernier. Basculé en grande salle pour une distanciation respectable, ce travail reste centré sur ces deux femmes qui se rencontrent à l’occasion du disque Chansons de Clarisses, écrites par le poète Eugène Guillevic

Continuer à lire

Christian Petzold et Paula Beer : « le cinéma, c’est soit le Rhin, soit la Wupper. Ce film, c’est la Wupper. »

Ondine | Hors des courants, Christian Petzold mène sa barque dans le cinéma allemand — ce qui ne l’empêche pas de tourner en France (voir Transit, son film précédent). Alors qu’il bénéficie d’une rétrospective parisienne, il évoque Ondine en compagnie de celle qui l’interprète et a glané pour ce rôle l’Ours d’argent à Berlin l’hiver dernier, Paula Beer. Rencontre.

Vincent Raymond | Mercredi 23 septembre 2020

Christian Petzold et Paula Beer : « le cinéma, c’est soit le Rhin, soit la Wupper. Ce film, c’est la Wupper. »

Paula, qu’est ce qui était le plus difficile : ingérer tous les textes de l’historienne ou interpréter des scènes sous l’eau ? Paula Beer : À leur manière, les deux étaient difficiles, et demandaient bien sûr une préparation particulière, parce que sous l’eau on ne peut pas parler : il faut se sentir sûre de soi. Et pour les conférences, bien sûr tout le texte demande plus de préparation, mais il faut savoir qu’Ondine ne va pas seulement tenir une conférence : elle raconte son histoire en racontant celle de la ville. On doit comprendre que cette vieille figure de conte, ce personnage, avait accès à l’eau avant que la ville ne soit construite ; Ondine sait donc pratiquement tout sur la ville. Pour cette raison, tourner sous l’eau et tenir de grandes conférences sont deux difficultés que l’on prévoit avant le tournage bien sûr. Mais il y a des scènes dont on pense parfois qu’elles seront faciles et qui s’avèrent plus compliquées. Le monologue est complexe au cinéma ; or ici, il y en a beaucoup… PB : Dans la plupart des films il y a plutôt des dialogues que de longs textes. C’était particulier et e

Continuer à lire

Décines : à l’Est, du nouveau

Avant-Première | La rentrée des salles se poursuit sur tous les écrans de la Métropole. Au tour des Alizés de Bron de proposer une soirée spéciale à destination de ses adhérents, avec (...)

Vincent Raymond | Vendredi 25 septembre 2020

Décines : à l’Est, du nouveau

La rentrée des salles se poursuit sur tous les écrans de la Métropole. Au tour des Alizés de Bron de proposer une soirée spéciale à destination de ses adhérents, avec une séance mercredi 23 septembre à 19h30 du film Les Apparences et un buffet (si vous voulez y assister, bah adhérez). Toujours à l’Est, le Toboggan de Décines fait coup double avec deux avant-premières et donc deux soirées inaugurales pour cette nouvelle saison : ADN de Maïwenn jeudi 24 à 14h et Un triomphe d’Emmanuel Courcol le lendemain à 19h — un duo se parant du label Cannes 2020, au passage. Chacune des séances étant accompagnée d’une présentation des temps forts à venir pour la saison. Là, il suffit juste de prendre son billet.

Continuer à lire

Aux Clochards Célestes : Miz B & Mr G, enchanteurs

Cabaret | Cabaret parfaitement ficelé, Miz B & Mr G est aussi rigoureux que divertissant. De surcroît politique et féministe. On a connu des rentrées moins aimables !

Nadja Pobel | Mercredi 23 septembre 2020

Aux Clochards Célestes : Miz B & Mr G, enchanteurs

Peut-être bien que ce spectacle est la quintessence de tout ce qui nous a manqué et nous manque. Ce qui nous a manqué à cause de la Covid : se serrer dans une salle, rire, applaudir ensemble, se sourire, regarder celui/celle qui nous accompagne et lui faire lire sur notre visage que ce que nous voyons sur scène nous relie. Ce qui nous manque : sortir du conformisme d’une France qui n’en finit plus de se recroqueviller. Alors Johan Boutin, musicien, diplômé du Conservatoire de théâtre de Lyon, attrape son micro et chante accompagné du pianiste Tom Georgel, issu du Cons’ supérieur de Paris. Le duo excelle à enchaîner des textes parfois d’autres générations (Ginette Garcin, Jacques Brel…) à celle de maintenant (Stromae et ses rendez-vous aux prochaines règles séduit toujours). Gainsbourg, Barbara, l’incontournable Brigitte Fontaine passent par là, les bluettes de Michel Berger font office de sucrerie au même titre que la Foule sentimentale d’un Souchon qui n’est qu’un chanteur – pas un poète comme s’emballe Télérama – et c’est déjà bien comme ça. Ces gens-là Mais il ne s’agit pas là d’un juke box fa

Continuer à lire

Wauquiez et la culture : c'est compliqué (bis)

Covid-19 | Laurent Wauquiez est passé à deux doigts de se remettre l'ensemble du monde culturel à dos. Il est retombé lundi, à peu près, sur ses pattes. Mais comment a-t-il fait pour glisser ainsi sur une peau de banane, après des semaines de mesures concrètes et de com' massive pour s'instaurer en "sauveur" du milieu culturel post-Covid ? On vous raconte.

Sébastien Broquet | Mercredi 9 septembre 2020

Wauquiez et la culture : c'est compliqué (bis)

Dès le début du confinement, la vice-présidente à la Culture Florence Verney-Carron capte l'ampleur de la crise à venir dans son secteur et mobilise ses services. Son président joue le jeu et la com' se met en branle : étonnement dans les milieux culturels, mais c'est bel et bien la Région qui s'affirme comme moteur de l'aide au secteur — avec une communication au cordeau, comme tout au long de la crise. Début mai, Laurent Wauquiez annonce 32 M€ d’aides au secteur culturel. Une élue de gauche nous confie alors : « ça me fait mal de le dire, mais faut avouer qu'ils font le boulot. » C'est d'autant plus flagrant que l'État est alors à la ramasse sur le sujet. Tout n'est pas parfait, certains producteurs pointent la faiblesse du montant maximum de l'aide, mais d'autres lieux non subventionnés apprécient a contrario l'aide exceptionnelle. Sur

Continuer à lire

Au Zola, des Reflets du cinéma ibérique et latino-américain diffractés

Villeurbanne | Et puis, tout d’un coup, la quinzaine des Reflets du cinéma ibérique et latino-américain annulée à la veille de son lancement en mars, renaît en septembre. (...)

Vincent Raymond | Mercredi 9 septembre 2020

Au Zola, des Reflets du cinéma ibérique et latino-américain diffractés

Et puis, tout d’un coup, la quinzaine des Reflets du cinéma ibérique et latino-américain annulée à la veille de son lancement en mars, renaît en septembre. Certes, dans une forme allégée pour respecter les nouvelles règles en vigueur, sans la foultitude d’animation et de rencontres qui font son piquant (même s’il y en a quelques-unes), mais avec quantité de films inédits, en avant-première ou récemment sortis, ainsi qu’une compétitions. On vous recommande le focus brésilien (La Vie invisible d’Euridice Gusmão, Aquarius, Bacurau, Les Bruits de Recife…), le très douloureux Canción sin Nombre, l’étonnant portrait Mamacita… et de vous laisser porter pendant deux semaines pour en voir le maximum. Il y a bien des étés indiens ; pourquoi pas un été ibérique et latino-américain ? Ce sera du 16 au 30 septembre au Zola à Villeurbanne.

Continuer à lire

"Adolescentes", un miracle signé Sébastien Lifshitz

Documentaire | Le cinéaste Sébastien Lifshitz accompagne deux adolescentes pendant cinq ans. Précieux, grave, sensible, ce portrait sociologique d’une incroyable acuité photographie désarrois et évolutions de la jeunesse contemporaine ainsi que du pays. Immanquable.

Vincent Raymond | Mercredi 9 septembre 2020

Brive-la-Gaillarde. Emma et Anaïs entrent en classe de 5e. Aussi dissemblables physiquement que socialement (l’une est issue d’une famille plutôt aisée, l’autre d’un milieu populaire), les deux copines de 13 ans seront suivies par la caméra de Sébastien Lifshitz jusqu’à leur bac. Chronique… La télévision a par le passé développé des séries documentaires suivant des groupes d'enfants au fil du temps — l'iconique Seven Up ! de Michael Apted (1964-2019…) en Grande-Bretagne puis Que deviendront-ils ? de Michel Fresnel de notre côté de la Manche (1984-1996). Une fiction pour le grand écran a également su intégrer le processus de la métamorphose adolescente au cœur de sa démarche artistique, Boyhood de Richard Linklater — d’ailleurs, l’affiche d’Adolescentes, avec sa vue plongeante sur les protag

Continuer à lire

Elle en connaît un rayon : "Honeyland" de Tamara Kotevska & Ljubomir Stefanov

Documentaire | Où l'on suit l'ultime apicultrice traditionnelle des montagnes macédoniennes, Hatidze Muratova.

Vincent Raymond | Mercredi 16 septembre 2020

Elle en connaît un rayon :

Ultime apicultrice traditionnelle des montagnes macédoniennes, Hatidze vit isolée en compagnie de sa vieille mère impotente. Sa relation apaisée à la nature est chamboulée par l’installation à côté de chez elle d’une smala folklorique et inconséquente qui va parasiter ses ruches… Ce documentaire étonne à plus d’une enseigne. Par son esthétique, tout d’abord : miracle d’une photographie parfaitement composée et contrastée, capable de magnifier l’âpreté des décors, la misère des intérieurs, l’ingratitude des physiques. Par sa forme, ensuite : si l’on sait qu’un documentaire est souvent scénarisé, celui-ci présente une construction dramatique d’une impeccable linéarité pouvant rivaliser avec nombre de fictions (donc celles de Kusturica, pour rester dans l’ambiance et la proximité géographique ; mais sans la musique) tant la caméra sait anticiper certaines séquences-clefs, tant les rebondissements sont variés. Un hymne à l’or liquide des travailleuses du miel, à une lisière aussi floue que troublante entre cinéma et réel. Honeyland ★★ύ

Continuer à lire

Niches en série : "Les Nouvelles Aventures de Rita et Machin" de Pon Kozutsumi et Jun Takagi

Animation | ★★☆☆☆ Un film d'animation de Pon Kozutsumi & Jun Takagi (Fr-Jap, 0h45)

Vincent Raymond | Mercredi 9 septembre 2020

Niches en série :

Une fillette et son toutou en proie à leur imagination fertile, vivent des aventures extraordinaires sans quitter leur maison ni leur jardin… Cette salve de courts-métrages fait suite à un programme sorti l’an dernier, se caractérisant par un trait minimaliste, une palette également restreinte (du blanc, du noir, un ou deux dégradés colorés) et… un trame un poil répétitive. Comme les protagonistes sont un peu des pendants de Calvin & Hobbes, que le public visé a 3 ans et que l’ensemble dure 3/4 d’heure, ça passe… Les Nouvelles Aventures de Rita et Machin ★★☆☆☆ Un film d'animation de Pon Kozutsumi & Jun Takagi (Fr-Jap, 0h45)

Continuer à lire

Au temps pour lui : "Tenet" de Christopher Nolan

Thriller | Attendu comme le Messie, le nouveau Nolan peut exploser le box-office si les spectateurs consentent à voir plusieurs fois ce "Mission : Impossible" surnaturel pour être sûr de bien le comprendre. Il y aura donc un avant et après "Tenet". Encore que…

Vincent Raymond | Mardi 25 août 2020

Au temps pour lui :

Agent travaillant pour une organisation gouvernementale, Tenet est chargé d’enquêter sur un trafic de matériaux aux propriétés physiques insolites puisqu’ils inversent le cours du temps. Derrière tout cela se cache un mafieux russe cruel, Sator, doté d’une belle femme malheureuse… Quand un concept surpasse la chair de l’intrigue… Nolan nous a habitués à manipuler — et de façon osée — les deux composantes “deleuziennes“ du cinéma : l’image-temps et l’image-mouvement. À modeler la texture de la première pour qu’elle accueille la seconde. Une démarche aussi productive qu’inventive entamée avec Inception, poursuivie avec Interstellar et étrangement Dunkerque (où le montage approfondissait différemment l’intrication d’espaces temporels disjoints et cependant parallèles). Tenet suit logiquement cette ligne, aussi sûrement qu’une obsession proustienne pour le temps perdu, avec donc ce qu’elle comp

Continuer à lire

Élan des siens et liens du sang : "Antigone" de Sophie Deraspe

ECRANS | Pour sauver son frère et sa famille, une jeune fille endosse son identité. Son sacrifice émeut les foules et la transforme en icône. Une relecture impeccable de Sophocle par Sophie Deraspe, couronné de nombreux prix au Québec et qui représenta le Canada à l’Oscar.

Vincent Raymond | Mercredi 2 septembre 2020

Élan des siens et liens du sang :

Québec, de nos jours. Après la mort de son premier frère Étéocle et l’arrestation du second Polynice, la jeune réfugiée kabyle Antigone Hipponomes sacrifie ses études et son avenir pour prendre la place du détenu. Son geste fait d’elle l’égérie d’un mouvement générationnel… Attention, découverte(s) ! Découverte tardive de Sophie Deraspe, tout d’abord. Près de quinze ans après les débuts de cette réalisatrice québécoise dont l’impressionnante filmographie de fiction et de documentaire a déjà emballé les principaux festivals du monde entier mais qui, par on-ne-sait quelle aberration, n’a jamais trouvé le chemin des salles hexagonales — l’occasion de rappeler, au passage, l’importance des distributeurs, ces indispensables intermédiaires achetant les films aux producteurs afin que les exploitants puissent les projeter. Découverte (bis) de Nahéma Ricci, comédienne débutante et interprète du rôle-titre investissant un personnage aux résonances multiples puisqu’il doit à la fois justifier son charisme auprès des foules (comme de la caméra) et renvoyer, dans un inconscient lointain, à la vi

Continuer à lire

Sandrine Bonnaire, sage femme dans "Voir le jour" de Marion Laine

Comédie Dramatique | À l’hôpital de Marseille, Jeanne est auxiliaire dans un service de maternité. Son quotidien, entre les arrivées, les départs, les naissances ; les relations tantôt coulantes, tantôt houleuses avec les collègues ou l’administration… Et puis la vie à côté, avec sa fille de 18 ans, presque autonome…

Vincent Raymond | Vendredi 28 août 2020

Sandrine Bonnaire, sage femme dans

Qu’elles soient documentaires ou fictionnelles, issues d’un long-métrage (comme Hippocrate) ou non, les séries thématiques hospitalières nous ont familiarisé depuis deux décennies avec les couloirs aseptisés et le vocabulaire spécifique ou l’adrénaline qui les parcourent. Faisant partie de la cohorte des films décalés par la pandémie, Sages femmes tombe à point nommé dans la mesure où il s’articule autour des difficultés récurrentes de fonctionnement du service : la continuité des soins, l’usure des personnels, le manque de suivi des stagiaires, les risques, la vétusté sont compensés par l’investissement surhumain des équipes plaçant leur mission au-dessus de leur vie personnelle — ce qui n’empêche pas, hélas, les fautes. L’eût-on vu avant la crise de la Covid-19 (ce qui est le cas pour le public de quelques festivals), qu’on l’eût perçu comme un signal d’alerte ; il n’en prend que plus de valeur aujourd’hui. Et puis, Marion Laine habille son tract

Continuer à lire

Zoo Art Show revient dans un bâtiment Tony Garnier

Street Art | Le festival de street art Zoo Art Show revient pour une troisième édition et aura lieu dans un bâtiment dessiné par Tony Garnier, l’ancien siège de Panzani. Un axe semble se dessiner, celui de l’immersion par le spectacle vivant. Décryptage d’une annonce partielle.

Sarah Fouassier | Mardi 7 juillet 2020

Zoo Art Show revient dans un bâtiment Tony Garnier

Les informations tombent au compte-goutte, Zoo Art Show aime laisser planer le mystère autour de sa prochaine édition et teaser le public. Nous avons enfin quelques certitudes depuis qu’une liste de journalistes a reçu un communiqué en début de semaine : Zoo Art Show prépare une édition 2020 qui se tiendra cet automne dans l’ancien siège de Panzani, rue Boileau dans le 6e arrondissement. Ce bâtiment de plus de 5000m² pensé par Tony Garnier est exceptionnel puisque l’architecte n’a conçu qu’un seul ouvrage de bureaux. Une incertitude tout de même demeure : la date exacte du début et de fin des festivités. Tout comme le festival Peinture Fraîche qui devait se tenir en mai 2020 et qui a été reporté du 2 au 25 octobre, Zoo Art Show promet une expérience immersive, mais ne semble pas faire le pari de la techn

Continuer à lire

François Ozon : « il n’y a pas une manière pour diriger les acteurs »

Été 85 | Retenu dans la sélection officielle du Festival de Cannes 2020, en compétition au Festival de San Sebastien, Été 85 séduit… Sans doute parce qu’il parle de séduction et renvoie à l’adolescence des spectateurs. En tout cas, à celle de son auteur, François Ozon. Rencontre.

Vincent Raymond | Vendredi 10 juillet 2020

François Ozon : « il n’y a pas une manière pour diriger les acteurs »

La réalisation de ce film a-t-elle été pour une manière d’exécuter un pacte que vous auriez contracté avec vous-même, lecteur de 17 ans découvrant le roman de Aidan Chambers https://fr.wikipedia.org/wiki/Aidan_Chambers? François Ozon : Quand j’ai lu le livre, je n’étais pas encore cinéaste, c’est vrai, j’étais lycéen rêvant de faire du cinéma et je me suis dit que j’adorerais faire ce film, raconter cette histoire… En même temps, j’avais presque plus envie d’en être le spectateur. Peut-être que, déjà, je me sentais trop proche des personnages, je n’aurais pas été capable de raconter l’histoire. J’étais quasiment sûr qu’un réalisateur comme Gus Van Sant, John Hughes ou Rob Reiner aurait pu s’en emparer et faire un teen movie à l’américaine. Mais ça ne s’est jamais fait. Quand j’en ai parlé à Aidan Chambers, qui a 85 ans aujourd’hui, il m’a dit que trois réalisateurs avaient essayé de l’adapter pendant toute cette période, sans succès. Après

Continuer à lire

Fin de l'aventure pour Le Nid de Poule, qui devient couveuse

Théâtre | Fin de partie pour Le Nid de Poule. Après trois d'activité, ses fondateurs partent développer une agence d'accompagnement artistique, imaginée avant le Covid : le Grand Nid de Poule. En espérant que le lieu reste une scène artistique. Et que leur festival à l'Amphi des 3 Gaules, la Basse-Cour, connaisse une seconde édition l'an prochain...

Nadja Pobel | Vendredi 10 juillet 2020

Fin de l'aventure pour Le Nid de Poule, qui devient couveuse

Quelles étaient vos intentions quand vous ouvrez le lieu — non subventionné — en novembre 2017 ? Joseph Elbaz : On voulait professionnaliser des pratiques qu'on avait en amateurs. On était assez étrangers à l'écosystème du théâtre. On faisait partie d'une association, Le Clap, qui présentait des spectacles vivants et audiovisuels. Ç'a pris de l'ampleur (partenariat avec les Subsistances) et on a voulu ensuite avoir un local pour l'asso ; ç'a pris du temps, celui de la maturation du projet. Finalement, on s'est monté en coopérative pour se professionnaliser et on a créé le Nid de Poule en achetant le fond de commerce de l'ancien Théâtre de l’Étoile Royale, rue Royale. On a travaillé ici avec des compagnies en cours de professionnalisation, certaines sortaient d'écoles. On s'est inscrit dans les réseaux professionnels, car la structuration de la filière salle et rue nous intéresse. Marion Viquesnel : On a toujours eu la volonté de mêler théâtre et musique car l'objectif était d'avoir un lieu festif : on voulait mixer le public, faire en sorte

Continuer à lire

Lilian Auzas : Ein Berliner

Portrait | Avec son quatrième roman, Nina Hagen interprète Bertolt Brecht, l'auteur lyonnais Lilian Auzas poursuit une œuvre singulière qui se penche sur les destins de grandes figures féminines berlinoises. Et les délivre d'un certain nombre de malentendus.

Stéphane Duchêne | Vendredi 10 juillet 2020

Lilian Auzas : Ein Berliner

Quand on a grandi dans les années 80 avec une télé à trois chaînes, on peut n'avoir vu Nina Hagen que comme une Gorgone punk, un happening peinturluré sur pattes, juste bonne à choquer le (petit) bourgeois et un animateur généralement emballé de tergal. Ignorant qu'au minimum elle tentait là de reprendre avec force gesticulations et grimaces un pouvoir d'expression trop longtemps confisqué par la phallocratie : en effrayant les hommes. Et plus encore que ce sympathique petit cirque charriait aussi tout un pan de l'Histoire d'une Allemagne reconstruite à la va-vite et en double sur les cendres du nazisme, entre rêve européen et mirage d'un universalisme socialiste échoué dans la réclusion. Au milieu : un mur. Du mauvais côté duquel était née Nina. Cela Lilian Auzas, qui vient de consacrer à la diva punk allemande son troisième roman biographique, Nina Hagen interprête Bertolt Brecht, l'ignore aussi lorsqu'il la déc

Continuer à lire

"Femme assise sur la plage", 1937, de Pablo Picasso

Une œuvre dans l'expo | C’est parfois sur la plage, là où tout devrait être clair et précis sous la lumière et dans le dénuement, que les choses paradoxalement peuvent se révéler (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 9 juillet 2020

C’est parfois sur la plage, là où tout devrait être clair et précis sous la lumière et dans le dénuement, que les choses paradoxalement peuvent se révéler complexes, confuses, en devenir… Rappelons-nous, par exemple, le meurtre commis par Meursault dans un éclat de soleil, dans L'Étranger de Camus, ou bien la baignade en mer de Thomas l’obscur (Maurice Blanchot) où dedans et dehors s’inversent sans cesse. Esseulée dans une clarté sans ombre ou presque, la Femme assise sur la plage (1937) de Picasso se gratte un pied. C’est aussi simple et trivial que cela. Mais, plus avant, est-ce vraiment une femme ou est-ce un monstre quasi extra-terrestre, est-elle de profil ou est-elle de face, est-elle débordante de chair et de vie ou figée dans la pierre et la mort, est-elle en deux ou en trois dimensions ? Est-elle un peu simplette concentrée sur sa tâche triviale ou plongée dans une profonde boucle mélancolique ? Avec Picasso ce type d’alternatives semble s’ouvrir sur un rap

Continuer à lire

Picasso, vamos a la playa

Musée des Beaux-Arts | L’exposition Picasso, baigneuses et baigneurs réunit quelque 150 dessins, sculptures et peintures de Picasso sur ce motif et… de nombreux autres artistes l’ayant influencé (Ingres, Cézanne, Manet, Degas...) ou ayant été influencés par lui (Francis Bacon, Niki de Saint Phalle…). Soit une double et passionnante traversée au fil de l’eau : de la modernité et de l’œuvre profuse de Picasso.

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 8 juillet 2020

Picasso, vamos a la playa

« Cela fait des années que je désirais faire une exposition autour de la Femme assise sur la plage de Picasso » s’enthousiasme Sylvie Ramond devant la presse. Un rêve qui se réalise presque idéalement en plein mois de juillet pour la directrice du musée et co-commissaire de Picasso. Baigneuses et baigneurs, avec Émilie Bouvard, ancienne conservatrice du Musée Picasso à Paris. Dans l’exposition, ce tableau de Picasso (voir notre encadré) côtoie deux autres baigneuses, peintes elles-aussi en février 1937, et très rarement réunies ensemble. Cette même année, Picasso s’attellera à la composition de... Guernica. Pour l’heure, en février, le peintre renoue avec son goût pour les baigneuses, dont les premières dataient de 1908, et les plus connues jusqu’alors étaient celles de la série dite des baigneuses de Dinard de 1928. À travers ce motif, comme Sylvie Ramond nous le rappelle, « Picasso voulait rivaliser avec ses maîtres (Ingres, Manet,

Continuer à lire

Cherchez le garçon : "Eté 85" de François Ozon

Drame | Généalogie d’une histoire d’amour entre deux garçons à l’été 85 qui débouchera sur un crime. François Ozon voyage dans ses souvenirs et lectures d’ado et signe son Temps retrouvé. Sélection officielle Cannes 2020.

Vincent Raymond | Mercredi 8 juillet 2020

Cherchez le garçon :

Normandie, été 1985. David sauve Alexis d’un naufrage. Très vite, une amitié profonde se noue entre les deux adolescents, qui se mue en romance passionnée. Mais les amours d’été sont souvent éphémères et celle-ci débouchera sur un drame ainsi que sur un crime… Nul ne guérit jamais de son enfance — et encore moins de son adolescence. L’une comme l’autre laissent une marque indélébile et invisible sous la peau adulte, pareille à une scarification intérieure. D’aucuns apprennent à apprivoiser leurs cicatrices en les caressant quand d’autres les torturent en les creusant ; tous les conservent néanmoins à portée de main. Ou d’inspiration lorsqu’il s’agit d’artistes. François Ozon ne fait évidemment pas exception. En adaptant La Danse du coucou, un roman découvert en 1985 alors qu’il avait peu ou prou l’âge des protagonistes, le cinéaste effectue une sorte “d’autobiographie divergée”. Non qu’il s’agisse ici de raconter au premier degré son propre vécu d’ado, mais plutôt d’user du substra

Continuer à lire