"Wolf and Sheep" : la terre est fronde

ECRANS | Un film de Shahrbanoo Sadat (Afg-Dan-Fr-Sue, 1h26) avec Sediqa Rasuli, Qodratollah Qadiri, Amina Musavi…

Vincent Raymond | Mardi 29 novembre 2016

Photo : © DR


Pendant que leurs maigres troupeaux paissent, des bergers afghans à peine sortis de l'enfance s'exercent à lancer des pierres et perpétuent des légendes orales pleines de loups. Ils trompent ainsi leur ennui, tout en maintenant vive la menace fantomatique du prédateur…

Un pays d'aridité, un peuple dont les traditions comme l'espace ne cessent d'être battus en brèche par ceux qui font et défont la loi dans les vallées. Et puis des enfants confrontés à l'éternelle peur du loup — pas théorique, celle-là, bien tangible, puisque l'animal peut d'un coup de croc menacer plus que la richesse : la subsistance de la famille. Ces gamins ont sur leurs petites épaules des responsabilités bien gigantesques, et peu de territoire pour vivre leur enfance. Même leurs bêtises revêtent immédiatement une gravité et des proportions considérables : imaginez ce qu'il advient lorsque l'on maîtrise mal une fronde !

Chronique d'un clan en voie d'extinction, Wolf and Sheep mêle le futile au grave en restant toujours du côté de l'innocence : c'est la force de la réalisatrice d'avoir su restituer le regard de ses petits protagonistes. Jadis, elle fut l'une d'entre eux…


Wolf and sheep

De Shahrbanoo Sadat (Afg-Dan-Fr-Sue, 1h26) avec Sediqa Rasuli, Qodratollah Qadiri...

De Shahrbanoo Sadat (Afg-Dan-Fr-Sue, 1h26) avec Sediqa Rasuli, Qodratollah Qadiri...

voir la fiche du film


Dans les montagnes d’Afghanistan, les enfants bergers obéissent aux règles : surveiller le troupeau et ne pas fréquenter le sexe opposé. Mais l’insouciance n’est jamais loin ; alors que les garçons chahutent et s’entraînent à la fronde pour éloigner les loups, les filles fument en cachette, jouent à se marier, et se moquent de la petite Sediqa, considérée comme maudite.Les légendes que racontent leurs aînés se mêlent à la vie, et éclairent les mystères de leur monde protégé – mais jusqu’à quand ?


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Kids of Kabul : "L'Orphelinat"

Drame | Kaboul, fin des années 1980. Errant dans les rues, Qoadrat vit d’expédients et n’a qu’une passion : les films de Bollywood. Serré par la police, il est expédié dans un orphelinat d’État où, entre rêve et réalité, il assiste aux prémices de la révolution islamique qui va renverser le régime…

Vincent Raymond | Mardi 26 novembre 2019

Kids of Kabul :

Après Wolf and Sheep (1996) — premier opus d’une série qui devrait compter cinq épisodes —, Shahrbanoo Sadat poursuit à hauteur d’adolescent sa relecture de l’histoire afghane contemporaine en changeant à la fois de décor et de style : fini, l’ambiance rurale et aride du conte pastoral, place à un décor urbain plus complexe puisque qu’il encapsule l’univers mental de Qoadrat habité par les “films qu’il se fait”, transpositions des productions bollywoodiennes dont il se gave et devient le héros. En l’intégrant dans des séquences reprenant les codes des comédies musicales héroïsantes indiennes, la réalisatrice signe davantage que d’habiles parodies ou contrefaçons : elle le dote d’un territoire et d’un imaginaire personnels, outrancièrement fictifs mais esthétiquement différents de la fiction tenue pour authentique qu’assènent d’abord les représentants de l’État puis les révolutionnaires. Les premiers colportent le mirage soviétique (avec une jolie propagande et un déplacement dans le pays grand-frère),

Continuer à lire