"The Birth of a Nation" : Black Spartacus

ECRANS | Dans la Virginie du XIXe siècle, un esclave éduqué devenu prédicateur puise dans La Bible les arguments convaincant ses frères de chaîne de les briser. Le destin tant tragique que méconnu de Nat Turner inspire à Nate Parker un film digne, sans haine ni émollient. Ça change !

Vincent Raymond | Mardi 10 janvier 2017

Photo : © Fox Searchlight


Au commencement était le Verbe”, énonce l'Évangile selon Jean dans La Bible, livre polysémique et contradictoire, justifiant comme il condamne l'esclavage. C'est justement par son savoir de ces textes aussi réversibles que paradoxaux que Nat Turner va s'élever et enclencher la première rébellion massive d'Afro-américains à l'échelle d'une région. Cultivé, ayant conscience de l'injustice frappant les siens et maîtrisant la parole, le prêcheur est devenu tel un Messie, la plus puissante des armes ; il connaîtra un destin similaire.

Sollicitée pour chanter lors de l'investiture de Donald Trump, Rebecca Ferguson a posé comme condition de pouvoir également interpréter Strange Fruit de Billie Holiday.

À ceux qui ignoreraient le sens de cette chanson à peine métaphorique, on conseillera le finale de The Birth of a Nation, illustration frontale des coutumes punitives jadis en vigueur chez les suprémacistes blancs. L'image de ces dizaines de corps lynchés pour avoir suivi la révolte de Nat Turner, conclut un film où l'humanité des esclaves est niée. Rappelant l'extrême jeunesse d'une démocratie atteignant à peine l'âge de raison — la liberté et l'égalité réelle entre les citoyens étasuniens datant de la seconde moitié du XXe siècle — et qui, à l'instar des tout-petits a pu prendre pour argent comptant d'avantageuses fables.

De Nate à Nat

Telle celle déroulée dans l'antique Naissance d'une nation (1915) de Griffith. Longtemps intouchable car signée par l'un des pères fondateurs du cinéma, cette œuvre plus qu'ambiguë vantant les mérites du Ku Klux Klan (dont elle favorisa la réémergence) a depuis perdu de son lustre, minée par ses inexactitudes historiques et sa partialité.

Bien sûr, Nate Parker peut aussi être considéré comme partial, puisqu'il apporte un contrepoint notable à Griffith en détournant son titre et en se plaçant du côté des opprimés, dont il est un descendant. Toutefois, son film n'adopte pas pour autant un discours victimaire ou revanchard : il élargit le champ de la connaissance historique, dans une perspective dialectique et… critique. De fait, il envoie également se rhabiller le surévalué et démonstratif 12 Years a Slave de Steve McQueen, cet exercice de bon élève respectueux du cadre et des limites, produit autant pour complaire aux académies que pour soulager les consciences.

Ce qui blesse le plus ici, ce ne sont pas des coups de fouet filmés pour faire spectacle, mais les regards des personnages et ce qu'ils supportent comme charge : de face, de biais, de sang.


The Birth of a nation

De Nate Parker (EU, 1h50) avec Nate Parker, Armie Hammer...

De Nate Parker (EU, 1h50) avec Nate Parker, Armie Hammer...

voir la fiche du film


En un temps précédant la Guerre Civile américaine, Nat Turner est un prédicateur et un esclave cultivé. Son propriétaire, Samuel Turner, financièrement sous pression, accepte une offre visant à utiliser les dons de prédication de Nat dans le but d'assujettir des esclaves indisciplinés. Après avoir été témoin des atrocités commises à l'encontre de ses camarades opprimés, Nate conçoit un plan qui peut conduire son peuple vers la liberté.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Smooth Operator : "Sorry To Bother You"

Fantastique | Quand une entreprise de télé-marketing prolifère sur une traite humaine d’une genre nouveau… Pour son premier long-métrage bouillonnant d’inventivité formelle, le rappeur Boots Riley imagine un bizness no limit dans un société jumelle de la nôtre. Allô, quoi…

Vincent Raymond | Mardi 29 janvier 2019

Smooth Operator :

Cassius vit dans le garage de son oncle, accumulant les échecs sans gloire. Son destin change lorsqu’il commence à travailler pour une plateforme d’appels : il se découvre alors un pouvoir de conviction qui lui fait grimper les échelons. Mais cette ascension a un prix moral et personnel… À la lointaine époque où il ne se prenait pas encore trop au sérieux, Spike Lee aurait pu réaliser un film de cette trempe, empli d’un désir si intense de cinéma qu’il ne se prive d’aucune expérimentation, saute de genre en genre pour ne pas être réduit à une catégorie. Démarrant comme une gentillette comédie suburbaine entre potes fauchés, Sorry to Bother You glisse rapidement vers une satire corrosive, sans jamais perdre sa fantaisie ni sa capacité à se renouveler : le fantastique s’insinue à la Gondry, comme une astuce esthétique, avant de devenir une composante de fond de l’intrigue. Raccrochez, c’est une horreur Se déploie alors une puissante fable métaphorique pour temps de crise généralisée, une sorte d’extrapolation à peine

Continuer à lire

WTF ? à l’italienne : "Call Me By Your Name"

Ciao Bello | de Luca Guadagnino (Fr-It-E-U-Br, 2h11) avec Armie Hammer, Timothée Chalamet, Michael Stuhlbarg…

Vincent Raymond | Mardi 27 février 2018

WTF ? à l’italienne :

Italie, dans la moiteur de l’été 1983. Elio traîne ses 17 ans entre son piano, ses doctes échanges avec ses parents, et un flirt avec Marzia. L’arrivée du nouveau doctorant de son père, Oliver, le met étrangement en émoi. D’abord distant, celui-ci se montre aussi sensible à ses appâts… Cette roublardise de moine copiste, aux forts relents de Maurice, Chambre avec vue ou Mort à Venise entre autres films avec éphèbes torse nu et/ou James Ivory au générique et/ou Italie vrombissante de cigales, a beaucoup fait parler d’elle dans tous les festivals où elle a été distillée depuis un an — même Hugh Jackman a succombé à son charme. Ah, c’est sûr que Luca Guadagnino ne lésine pas sur les clichés pour fédérer dans un même élan les publics quadra-quinqua (indécrottables nostalgiques, toujours ravis qu’

Continuer à lire

"Free Fire" de Ben Wheatley : trop de la balle !

ECRANS | Un hangar, quelque part dans les années 1970. Justine a organisé une rencontre entre des membres de l’IRA et des trafiquants d’armes. Au moment de la (...)

Vincent Raymond | Mardi 13 juin 2017

Un hangar, quelque part dans les années 1970. Justine a organisé une rencontre entre des membres de l’IRA et des trafiquants d’armes. Au moment de la transaction, un grain de sable en forme d’histoire d’honneur familial (donc de fesses) met le feu aux poudres. Et c’est l’hallali… Certes moins composé que le précédent opus de Ben Wheatley, le vertigineux High Rise (2016), Free Fire y fait écho par son ambiance vintage (ah, les looks croquignolets de Brie Larson, Armie Hammer et Cillian Murphy !) et son inéluctable spirale de violence dévastatrice. À ceci près que le ton est ici à la comédie : les traits comme les caractères sont grossis, les répliques énormes fusent autant que les projectiles, mais il faut moult pruneaux pour faire calancher un personnage : c’est un FPS revu par Tex Avery. N’en déduisez pas une expurgation de toutes les scènes gore : Scorsese figurant tout de même au générique en qualité de producteur exécutif, l’hémoglobine coule dru ; certaines exécutions valent même leur pesan

Continuer à lire