Caroline Deruas : « Je suis très contente de sentir des gens qui ont envie de faire des choses barrées »

Entretien | Fantômes et sculptures se confondent à la Villa Médicis et les tourments intérieurs des personnages troublent un peu plus la frontière entre fantasme et réalité. Eléments de réponse sur ce théâtre sensoriel avec la réalisatrice de L’Indomptée, Caroline Deruas.

Julien Homère | Lundi 20 février 2017

Photo : Caroline Deruas © Ad Vitam


Pourquoi la Villa Médicis est le lieu du film ?
Caroline Deruas :
J'ai été en pensionnat dans cet endroit durant une année. Pour m'approprier davantage le lieu, j'ai décidé d'en faire une déclaration d'amour filmée. J'ai eu tout de suite des scènes en tête, très baroques et irréalistes. Dans le film, la Villa est un personnage à part entière. Pour moi, elle est une mère à la fois protectrice et étouffante dont la voix serait la musique du film. C'est une sorte de chant des sirènes qui attire les artistes dans son ventre et les mange. Après, je reconnais qu'il peut y avoir beaucoup de choses inconscientes dans le film.

Les références culturelles dans L'Indomptée sont-elles réfléchies ?
Elles sont multiples mais dans mes court-métrages, je vois qu'il y avait toujours un film phare qui donnait une direction. Pour celui là, ce n'était pas du tout le cas. J'avais l'impression de me libérer de mes influences, même si je suis une passionnée de cinéma depuis que je suis gosse. Le seul film que je revoyais un peu était Mulholland Drive de David Lynch. Comme je parle souvent d'Argento, il y a sans doute aussi des références pour mille et une raisons, notamment pour le côté fantastique.

Vous reconnaissez-vous dans cette génération actuelles de réalisatrices qui s'approprient le cinéma de genre comme Julia Ducournau avec Grave ou Lucile Hadzihalilovic avec Innocence et Evolution ?
Oui et je me sens très bien dans ma génération de cinéastes françaises. J'en ai marre du cinéma réaliste et naturaliste même s'il y a de temps à autre un bon film. Yann Gonzalez est mon meilleur ami et a fait Les Rencontres d'après-minuit, un pied de nez au cinéma réaliste. Ça, c'est le cinéma qui me fait du bien !
Tous les projets que j'ai dans le futur ont un univers onirique : l'un sera italien et fera le portrait de l'écrivaine Elsa Morante à travers ses rêves et un autre, en France, sera sur le double féminin. Je suis très contente de sentir des gens qui ont envie de faire des choses barrées : il n'y avait pas ça dans les deux générations précédentes. Pour moi, c'est un combat personnel comme celui de défendre le cinéma artistique. Si je fais un film sur la Villa Médicis, c'est pour montrer qu'il faut faire attention à la culture en France.

L'Art et la culture sont-ils les principaux sujets du film ?
C'est plus l'imagination que l'art à qui je rends hommage. Le personnage d'Axèle incarne pour moi l'imagination. Je vois ça comme ce qu'il y a de plus sublime chez l'être humain. C'était intéressant pour moi de montrer son côté laborieux, car on la voit toujours de manière héroïque. Je me sens laborieuse aussi lorsque j'écris mes scénarios, parce que j'ai l'impression qu'il faut que j'y revienne 150 fois. Par contre, je ne me suis jamais retrouvée paralysée devant une feuille blanche. Je sens qu'il n'y a pas de génie mais beaucoup de travail. Il faut être très exigeant même s'il y en a qui donnent l'impression que c'est facile.


L'Indomptée

De Caroline Deruas (Fr, 1h38) avec Clotilde Hesme, Jenna Thiam...

De Caroline Deruas (Fr, 1h38) avec Clotilde Hesme, Jenna Thiam...

voir la fiche du film


Axèle est photographe, Camille, écrivain. Elles partent pour un an en résidence à la Villa Médicis à Rome. Camille est accompagnée de son mari, l’écrivain réputé, Marc Landré. Alors qu’une étrange rivalité s’installe entre eux, Camille se lie à Axèle. Mais qui est vraiment Axèle ? Une artiste complète, sans concession, qui se confond avec son œuvre ? Ou le fantôme des lieux ? De cette année à la Villa Médicis, où les corps et les esprits se libéreront, personne ne sortira indemne...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

“Titane” de Julia Ducournau : au lit, motors !

Palme d'Or 2021 | Une carrosserie parfaitement lustrée et polie, un moteur qui rugit mais atteint trop vite sa vitesse de croisière pépère… En apparence du même métal que son premier et précédent long-métrage, Grave, le nouveau film de Julia Ducournau semble effrayé d’affronter la rationalité et convoque le fantastique en vain. Dommage.

Vincent Raymond | Jeudi 15 juillet 2021

“Titane” de Julia Ducournau : au lit, motors !

Victime enfant d’un accident de voiture dont elle a été la cause, Alexia vit depuis avec une plaque de titane dans le crâne. Devenue danseuse, elle se livre en parallèle des meurtres affolant le sud de la France et “s’accouple” avec une voiture. Pour se faire oublier après une soirée très sanglante, Alexia endosse l’identité d’Adrien, un adolescent disparu depuis dix ans. Son père, un commandant de pompiers détruit, va cependant reconnaître ce “fils” prodigue et l’accueillir… Programmé par la Semaine de Critique en 2016, le sympathique Grave avait instantanément transformé Julia Ducournau, dès son premier long-métrage, en nouvelle figure de la hype cinématographique française. Sans doute les festivaliers, déjà peu coutumiers des œuvres se revendiquant d’un “autre cinéma” louchant vers le fantastico-gore, la série B et les séances de minuit, avaient-il été titillés par le fait que ce film soit signé non pas par l’un des olibrius vaguement inquiétants fréquentant les marches du Palais (Gaspar

Continuer à lire

"Grave" : tu vas prendre chair !

Le Film de la Semaine | Parabole initiatique apprêtée en conte ogresque, la première réalisation de Julia Ducournau conjugue gore soft avec auteurisme arty. Un galop d’essai qui vaut une pinte de bon sang, même s’il finit, hélas, en eau de boudin. À réserver à celles et ceux qui ont de l’estomac.

Vincent Raymond | Mardi 14 mars 2017

Débarquant en école vétérinaire, la frêle Justine est saisie d’une étrange pulsion : elle se découvre un goût soudain pour la viande… humaine. Cet appétit contre-nature, qui surgit parmi moult perturbations et dérèglements, affecte dans un premier temps cette jeune femme issue d’une famille de végétariens. Avant de lui ouvrir de nouveaux horizons… Pour asseoir leur aura horrifique, les œuvres d’épouvante font volontiers précéder leur sortie de rumeurs insolites censément survenues lors des premières séances publiques, nourries d’évanouissements, syncopes et autres catalepsies. Grave n’échappe pas à cette tradition (commerciale) ; il tranche cependant par son origine “exotique” pour un film de genre — la France — et ses aspirations esthétiques revendiquées. Le fait qu’il ait en sus été présenté à la Semaine de la Critique l’a nimbé d’emblée d’un prestige de ravissant monstre, qui a alléché tous les assoiffé(e)s d’hémoglobine scandaleuse et de transgressions sur grand écran. Le grand écarlate Julia Ducournau use avec délices des lignes de fuites et des profondeurs offertes par le décor de l

Continuer à lire

Julia Ducournau : « je parle d’abord aux corps des spectateurs avant de parler à leur tête »

3 questions à... | D’ores et déjà assuré de figurer parmi les concurrents au prix du meilleur premier long-métrage l’an prochain, Grave est avant même sa sortie un phénomène international.

Vincent Raymond | Mercredi 15 mars 2017

Julia Ducournau : « je parle d’abord aux corps des spectateurs avant de parler à leur tête »

D’où vous vient cet attachement viscéral à la question du corps et l’organique ? Julia Ducournau : La question de l’organique est depuis toujours au centre de ce que je fais — même dans mon premier court-métrage pourri à la Fémis ! C’est une thématique très personnelle : l’intérêt pour le corps existe depuis que je suis toute petite. Mes parents sont médecins, ça a nourri beaucoup de fantasmes chez moi et mes premières amours cinéphiles (Cronenberg, dont je parle tout le temps) traduisent bien le fait que pour moi, le corps a toujours été un sujet passionnant par sa trivialité et son aspect ontologique, humaniste. Quand je fais mes films, je parle d’abord aux corps des spectateurs avant de parler à leur tête. J’aime beaucoup l’idée de ressentir des choses avant de les analyser. Les films où je prends le plus de plaisir sont comme ça. C’est ce que j’essaye de faire en général

Continuer à lire

L’Indomptée

ECRANS | Co-scénariste de Philippe Garrel sur Un été brûlant et La Jalousie, Caroline Deruas signe avec L’Indomptée son premier long-métrage. Rome, la Villa Médicis : (...)

Julien Homère | Mardi 14 février 2017

L’Indomptée

Co-scénariste de Philippe Garrel sur Un été brûlant et La Jalousie, Caroline Deruas signe avec L’Indomptée son premier long-métrage. Rome, la Villa Médicis : les destins de Camille et son mari Marc Landré, tous deux écrivains et d’Axèle, une photographe, s’entrechoquent. Dans le couple comme dans la résidence, les tensions vont monter jusqu’à l’explosion finale. Volontairement elliptique, cet essai tient plus du cinéma abstrait de Lynch que du film de chambre d’Eustache. Sans compromis dans son traitement expérimental, L’Indomptée est un beau brouillon, un exercice de style prometteur plus qu’un travail accompli. Si la réalisatrice reste encore prisonnière de ses influences, le trio d’acteurs (Hesme, Thiam, Karyo) donne corps et vie à ce qui aurait pu ressembler à un étalage de références un peu guindé.

Continuer à lire

Cinéma saignant

ECRANS | Programmé par la Semaine de la Critique, Grave fut la sensation gore du dernier festival de Cannes — il faut dire qu’il n’y a pas beaucoup de cinéma de (...)

Vincent Raymond | Mardi 7 février 2017

Cinéma saignant

Programmé par la Semaine de la Critique, Grave fut la sensation gore du dernier festival de Cannes — il faut dire qu’il n’y a pas beaucoup de cinéma de genre sur la Croisette. Pour comprendre pourquoi les festivaliers ont eu le cœur au bord des lèvres devant les tribulations de cette étudiante en école vétérinaire saisie d’une pulsion carnivore, rendez-vous à l’avant-première en présence de la réalisatrice Julia Ducournau. Bon appétit, bien sûr ! Grave Au Comœdia le mercredi 8 février à 20h

Continuer à lire