13e Prix Jacques-Deray : voyez plutôt "Credo" que "Diamant Noir"

Vincent Raymond | Mardi 28 février 2017

Photo : © DR


Quand la perle rare n'est pas où on l'attend… Un mixte de stupeur et d'incrédulité accompagne souvent la révélation du Prix Jacques-Deray, remis cette année à Diamant noir.

Aussitôt balayé, heureusement, par l'annonce du titre complétant le programme de la soirée de remise de la récompense à l'Institut Lumière : le second film est choisi dans la filmographie de Jacques Deray, grand maître du genre policier, mais aussi de la tension psychologique. Tel Credo (1983), œuvre inconnue de la plupart des spectateurs — ou plutôt des télespectateurs, car ce huis clos fut tourné pour le petit écran — mettant en scène Alexandre Lenski, un professeur de sociologie convoqué par le commissaire d'un quelconque “État frère” pour répondre de sa foi catholique et y renoncer comme l'on consent à se défaire d'une sale manie.

D'une pesanteur beige glaçante, cette dramatique écrite par Jean-Claude Carrière (qui fourbit ici des arguments théologiques avant La Controverse de Valladolid) se réduit à l'essentiel : les mots et les voix — mais quels mots, et quelles voix ! Pas de lampe opaline verte, ni de staccato de machine à écrire pour meubler le décor d'une inquisition commençant comme une joute rhétorique engagée par un policier minéral (Bernard Haller, étonnant clone de Jean-Marc Barr), poursuivie par une psychologue ambiguë (Nicole Courcel) puis un prêtre quasiment agnostique (Jean-Bouise).

Face à eux, en fidèle ne demandant qu'à exercer sa liberté de conscience, Jean-Louis Trintignant renoue avec la figure du chrétien intègre, retrouvant les contours de son personnage de Ma nuit chez Maud (1969) de Rohmer. Du grand art.

Et si vraiment vous y tenez, Diamant noir de Arthur Harari sera projeté dans la foulée.

13e Prix Jacques-Deray
À l'Institut Lumière le samedi 4 mars à 16h


Credo

De jacques Deray (1983, Fr, 1h30) avec Jean-Louis Trintignant, Nicole Courcel...

De jacques Deray (1983, Fr, 1h30) avec Jean-Louis Trintignant, Nicole Courcel...

voir la fiche du film


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Point trop final : "Happy End" de Michael Haneke

Drame | de Michael Haneke (Fr-Aut-All, 1h48) avec Isabelle Huppert, Jean-Louis Trintignant, Mathieu Kassovitz…

Vincent Raymond | Mardi 3 octobre 2017

Point trop final :

Après avoir causé la mort de sa mère dépressive par surdose d’anxiolytique, une pré-adolescente débarque chez son chirurgien de père, qui partage la demeure familiale calaisienne avec un patriarche réclamant l’euthanasie, une sœur entrepreneuse en plein tracas professionnels… Toujours aussi jovial, Michael Haneke convoque ici des figures et motifs bien connus pour une mise en pièce classique d’une caste déclinante, résonnant vaguement avec l’actualité grâce à l’irruption un tantinet artificielle de malheureux migrants. Dans le rôle du patriarche appelant la mort, Trintignant joue une extension de son personnage de Amour — il y fait explicitement allusion ; quant à Huppert, elle fronce le museau, écarquille les sourcils et incarne un bloc de béton congelé — quelle surprise ! Happy End ressemble hélas à du Haneke en kit : si tous les éléments habituels dérangeants sont là, manque un liant — comme la durée obstinée des plans, par exemple. Privé des longues séquences de tension fais

Continuer à lire

"Diamant noir" : Arthur Harari se frotte au thriller

ECRANS | de Arthur Harari (Fr, 1h55) avec Niels Schneider, August Diehl, Hans Peter Cloos…

Vincent Raymond | Mardi 7 juin 2016

Un cadre réputé prestigieux et impénétrable — le monde dynastique des diamantaires d’Anvers —, de la spoliation d’héritage, des truands, un cousin épileptique, une thésarde boxeuse, un négociant indien prêchant le jaïnisme, une bonne vengeance des familles bien remâchée, des cas de conscience en veux-tu-en-voilà et une séquence d’ouverture sanglante… Arthur Harari avait suffisamment d’éléments attrayants en mains pour signer un thriller original ou, à tout le moins, vif, sauf qu’il a dû égarer en cours de route sa notice de construction. Cela reste dépaysant pour qui aime entendre causer flamand ou allemand, même si l’on attendait davantage des personnages et surtout du rythme, rivalisant ici en tonus avec un ressort distendu.

Continuer à lire

Au lit avec Eric Rohmer

ECRANS | Un coffret DVD regroupant l’intégrale de son œuvre, une biographie, la réédition de ses nouvelles inédites et la ressortie en salles d’une partie de ses (...)

Christophe Chabert | Mardi 4 février 2014

Au lit avec Eric Rohmer

Un coffret DVD regroupant l’intégrale de son œuvre, une biographie, la réédition de ses nouvelles inédites et la ressortie en salles d’une partie de ses films restaurés : 2014, c’est l’année Éric Rohmer, à laquelle participe la Ciné-collection du GRAC en proposant en février dans les salles participantes Ma nuit chez Maud. Que l’on soit inconditionnel ou sceptique face à Rohmer, ce film-là est de toute évidence un des sommets de son œuvre, en tout cas le meilleur des Six contes moraux qui posèrent les bases de son cinéma. Un ingénieur trentenaire s’installe à Clermond-Ferrand ; le dimanche, ce catholique convaincu va à la messe mais il ne fait pas que réciter le Notre Père, il mate aussi la jolie blonde debout quelques bancs devant lui, avant de la suivre avec son automobile dans les rues de la ville. Une nuit peu après Noël, un de ses anciens amis de lycée, devenu professeur de philosophie à la fac, l’entraîne chez Maud, mère divorcée qui se définit comme «athée» et «petite-bourgeoise». Avec elle s’engage une joute verbale où la foi, le pari pascalien et la philosophie des sentiments tissent un étonnant jeu de la séduction.

Continuer à lire

La traversée du "Désert"

ECRANS | Le retour sur les écrans, dans une copie restaurée à pleurer de beauté, du Désert des tartares, film maudit qui marque à la fois le point d’orgue et le point (...)

Christophe Chabert | Vendredi 14 juin 2013

La traversée du

Le retour sur les écrans, dans une copie restaurée à pleurer de beauté, du Désert des tartares, film maudit qui marque à la fois le point d’orgue et le point final de la carrière de Valerio Zurlini, tient du miracle autant que du mirage. En 1976, le cinéaste tourne, avec un casting impressionnant (Trintignant, Gassman, Noiret, von Sydow, Terzieff et, dans le premier rôle, un Jacques Perrin éblouissant) cette adaptation hallucinée du roman de Dino Buzzati aux confins de l’Iran, dans une citadelle en ruine au milieu du désert. Mais le film ne cherche pas l’épique, au contraire : affecté à Bastiano, sur une "frontière morte", un jeune lieutenant y découvre un microcosme militaire figé dans ses cérémoniaux, attendant une guerre qui ne vient pas, se construisant ses légendes et ses chimères pour donner un sens à sa présence et ne pas sombrer dans la folie. L’espace-temps du film tire constamment vers l’abstraction : à quelle époque sommes-nous ? Dans quel pays ? De quelle armée s’agit-il ? La citadelle devient ainsi un théâtre inquiétant d’où personne ne cherche vraiment à partir ; et quand le héros réussit en

Continuer à lire

Prix Jacques Deray 2013

ECRANS | Chaque année depuis 2005, le Prix Jacques Deray, créé par l'Institut Lumière et par l'Association des Amis de Jacques Deray (cinéaste qui fut vice-Président de (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 30 janvier 2013

Prix Jacques Deray 2013

Chaque année depuis 2005, le Prix Jacques Deray, créé par l'Institut Lumière et par l'Association des Amis de Jacques Deray (cinéaste qui fut vice-Président de l'Institut), récompense le meilleur film policier français de l’année. Pour 2013, le Prix est attribué à Une Nuit, film qui, on le confesse, a échappé à notre vigilance et au générique duquel figurent Roschdy Zem, Sara Forestier, Samuel Le Bihan et Richard Bohringer. Il succède au navrant Polisse de Maïwenn. Il sera remis à son réalisateur, Philippe Lefebvre, en sa présence et en celle de Bertrand Tavernier, le président de l'Institut, samedi 16 février au terme de la projection d'une oeuvre de Deray.

Continuer à lire

Amour

ECRANS | Avec «Amour», Michael Haneke filme le crépuscule d’un couple face à la maladie et l’approche de la mort. Mais son titre n’est pas trompeur : sans perdre ni sa lucidité, ni sa mise en scène au cordeau, Haneke a réalisé son film le plus simple, émouvant et humain, grâce notamment à ses deux acteurs, Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva. Texte : Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 18 octobre 2012

Amour

Au milieu du Ruban blanc, on voyait un des enfants de cette communauté rigide et protestante offrir à son pasteur de père un oiseau pour remplacer celui qui venait de mourir. C’était un acte d’amour, un instant sentimental dans une œuvre où, justement, le mal qui rongeait les personnages était alimenté par la répression de leurs émotions. C’est d’ailleurs ce qui se passait à l’écran : le père retenait des larmes que la caméra de Michael Haneke, à la bonne distance, ne manquait pas de laisser deviner. Le cinéaste est trop lucide et pessimiste sur la nature humaine pour faire croire au spectateur que ces larmes-là auraient changé la face du monde ; mais il n’y a aujourd’hui plus de doute à la vision d’Amour : cette pointe de pathos, aussi discrète soit-elle, a changé la face de son cinéma. L’inéluctable, ces ténèbres qui viennent engloutir les vies humaines, sont ici atténués par quelque chose de plus grand et de plus fort qui va même, lors de la sidérante scène finale du film, résister à la mort : l’amour donc, regardé comme une réalité empirique, un

Continuer à lire

"Polisse", Prix Jacques Deray 2012

ECRANS | Après À bout portant l'an dernier, c'est Polisse de Maïwenn qui recevra le Prix Jacques Deray récompensant le meilleur film policier français de l'année. Il (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 26 janvier 2012

Après À bout portant l'an dernier, c'est Polisse de Maïwenn qui recevra le Prix Jacques Deray récompensant le meilleur film policier français de l'année. Il sera remis à la réalisatrice le samedi 11 février à 19h à l'Institut Lumière. La remise du prix et la projection du film seront précédées à 16h45 du très rareDoucement les basses de Jacques Deray.

Continuer à lire

Un homme, des poètes et des musiciens

SCENES | Théâtre / «Notre père qui êtes aux cieux, 
restez-y». Après avoir présenté des textes d'Aragon, des poèmes d’Apollinaire et "le Journal de Jules Renard", (...)

Dorotée Aznar | Dimanche 3 octobre 2010

Un homme, des poètes et des musiciens

Théâtre / «Notre père qui êtes aux cieux, 
restez-y». Après avoir présenté des textes d'Aragon, des poèmes d’Apollinaire et "le Journal de Jules Renard", Jean-Louis Trintignant propose aux spectateurs de redécouvrir trois poètes majeurs du xxe siècle : Jacques Prévert, Boris Vian et Robert Desnos. De leurs œuvres qui toutes ont joué avec les mots, il a sélectionné des poèmes qui évoquent la guerre, la mort et l’amour. Des jolies filles, des vieux cons, la misère, la mort d’un enfant, la mort dans un camp, mais pas de pathos dans le spectacle de Trintignant. Une voix familière, des poèmes familiers aussi, pour certains, et une émotion qui ne naît pas d’une impression de nostalgie, mais, au contraire, de la grande sérénité de l’acteur dont la voix est souvent éclairée d’un sourire. Pour ce «tour de poésie», Jean-Louis Trintignant est accompagné de deux musiciens exceptionnels. Grégoire Korniluk, violoncelliste soliste, mais aussi l’accordéoniste Daniel Mille. Grâce à lui, on peut entendre le fameux Prélude de la première Suite pour violoncelle de Bach… à l’accordéon. Une version à même de faire aimer cet instrument au plus récalcitrant de tous les spectateurs ! Simplicité de la

Continuer à lire

Promenade en Italie

ECRANS | La Ciné-collection met à l’honneur un chef-d’œuvre de la comédie italienne, ‘Le Fanfaron’ de Dino Risi, où un timide étudiant s’encanaille un quinze août avec un truculent Romain, hâbleur et dragueur. Au bout de la ligne droite, une grande mélancolie… CC

Christophe Chabert | Jeudi 29 octobre 2009

Promenade en Italie

Venu à Lyon parler de son premier film ‘La Grande Vie’, Emmanuel Salinger payait son tribut à la comédie italienne, un cinéma qu’il qualifie de «populaire et ambitieux formellement». En France, où la critique a toujours préféré Rossellini et Visconti à Risi et Scola, un tel jugement fait plaisir à entendre. Car ce que les metteurs en scène italiens des années 60 et 70 ont su inventer, c’est justement un cinéma qui ne transige ni sur le plaisir du spectateur, ni sur son intégrité artistique. ‘Le Fanfaron’, tourné en 1962, est un des films les plus emblématiques du mouvement. Dino Risi était encore au début de sa prolifique carrière (il n’avait pas encore entamé sa série de films à sketchs ‘Les Monstres’, mais avait déjà signé quelques œuvres importantes comme ‘Il Veduvo’ et ‘Une vie difficile’) ; ‘Le Fanfaron’ va la mettre sur les rails et influencé profondément le ton de ses films suivants. Tragique farniente Nous sommes à Rome un 15 août, jour férié et chômé, mais surtout jour de désœuvrement et de rues désertes. Bruno (Vittorio Gassman), cliché de l’Italien beau parleur, frimeur et dragueur, débarque par effraction dans la v

Continuer à lire