Citoyen d'honneur : Inspirez ; expi(r)ez !

ECRANS | De retour dans son village natal pour être célébré, un Prix Nobel voit se télescoper ses œuvres avec ceux dont il s’est inspiré… à leur insu. Il va devoir payer, ou au moins, encaisser. Un conte argentin subtil et drôle sur cet art de pillard sans morale qu’on appelle la littérature.

Vincent Raymond | Mardi 7 mars 2017

Photo : Memento Films Distribution


Reclus dans sa villa espagnole depuis l'attribution de son Prix Nobel de littérature, Daniel Mantovani n'écrit plus et ne répond guère aux invitations. Lorsque survient la proposition de Salas, son village natale d'Argentine, de le faire "citoyen d'honneur", il accepte autant par nostalgie que curiosité. Mais était-ce une si bonne idée que cela ?

Mariano Cohn et Gastón Duprat n'étaient pas trop de deux pour signer ce film jouant simultanément sur autant de tableaux : s'engageant comme une comédie pittoresque teintée de chronique sociale, Citoyen d'honneur change au fur et à mesure de tonalité. L'aimable farce tourne en effet à l'aigrelet, transformant un auteur habitué depuis des lustres à gouverner son destin (et celui de ses personnages, en bon démiurge) en sujet dépendant du bon vouloir de ses hôtes. Mantovani semble alors propulsé dans un épisode inédit de la série Le Prisonnier, qu'on jurerait ici adaptée par Gabriel García Márquez, avant de plonger dans une inquiétante transposition du film Delivrance – cette fois retouchée par Luis Sepúlveda !

Comme un boomerang

L'œuvre de l'écrivain est-elle le produit de son existence, ou bien son existence résulte-t-elle de ce qu'il crée ? À cette éternelle interrogation, Citoyen d'honneur répond malicieusement, montrant l'inextricable interdépendance entre ces deux sphères où l'artiste navigue ; chacun des actes qu'il commet dans l'une connaissant une répercussion dans l'autre.

Figure duale et duplice, Mantovani (formidablement campé par Oscar Martinez) est illégitime dans son village d'origine : il l'a certes rendu célèbre dans le monde entier, mais au prix de tellement trahisons que le voilà devenu pareil à un "corps étranger". Pas étonnant que les "défenses immunitaires" les plus belliqueuses de Salas aient envie de lui faire la peau.

La morale, en admettant qu'il y en ait une à tirer de ce film picaresque, est qu'un écrivain demeure la dernière personne à qui faire des confidences ou en qui placer sa confiance : à l'instar du feu, il s'alimente indifféremment de tout ce qu'on laisse à sa porté. Et s'il délivre en contrepartie un peu de chaleur résiduelle, la proximité immédiate de cet être hautement narcissique expose à bien des brûlures.

Elles semblent toutefois réciproques, si l'on en croit les stigmates de l'artiste : quelle que soit sa faculté de résilience, ce dernier est toujours consumé par sa propre œuvre. Maigre consolation pour sa victime ; quant au lecteur : peu lui importe !

Citoyen d'honneur
de Mariano Cohn & Gastón Duprat (Arg., 1h 57) avec Oscar Martinez, Dady Brieva, Andrea Frigerio…


Citoyen d'honneur

De Mariano Cohn, Gastón Duprat (Arg, 1h57) avec Oscar Martinez, Dady Brieva...

De Mariano Cohn, Gastón Duprat (Arg, 1h57) avec Oscar Martinez, Dady Brieva...

voir la fiche du film


L’Argentin Daniel Mantovani, lauréat du Prix Nobel de littérature, vit en Europe depuis plus de trente ans. Alors qu'il refuse systématiquement les multiples sollicitations dont il est l’objet, il décide d'accepter l'invitation reçue de sa petite ville natale qui souhaite le faire citoyen d'honneur. Mais est-ce vraiment une bonne idée de revenir à Salas dont les habitants sont devenus à leur insu les personnages de ses romans ?


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

“La Conspiration des belettes“ de Juan José Campanella

Comédie | Dans une grande demeure à l’écart de la capitale argentine vit un ménage à quatre de vieilles gloires du cinéma qui s’insupportent mutuellement : un réalisateur, (...)

Vincent Raymond | Jeudi 15 juillet 2021

“La Conspiration des belettes“ de Juan José Campanella

Dans une grande demeure à l’écart de la capitale argentine vit un ménage à quatre de vieilles gloires du cinéma qui s’insupportent mutuellement : un réalisateur, un scénariste, un comédien paraplégique ainsi que son épouse, actrice à la mémoire défaillante. Leur haine routinière est perturbée par l’irruption d’admirateurs : des agents immobiliers désireux de faire main basse sur leur bâtisse. Mais on ne s’attaque pas si aisément à des experts en construction dramatique… Jadis lauréat d’un Oscar pour un thriller politico-sentimental — Dans ses yeux — et vieux routier des plateaux étasuniens où il a tourné bon nombre de séries, Juan José Campanella concocte ici un délice de manipulation auto-réflexive et métafilmique jouant autant avec les règles du genre policier qu’avec le public. En découle une comédie noire sardonique très Sunset Boulevard sur les vieilles peaux encapsulées dans leur passé, une réflexion mélancolique sur l’éphémère de la séduction (et à ses faux-semblant troubles), ainsi qu’un éloge vachard et jouissif du pouvoir absolu de la création artistique,

Continuer à lire

Vieilles canailles ! : "Un coup de maître"

Comédie | De Gastón Duprat (Esp-Arg, 1h41) avec Guillermo Francella, Luis Brandoni, Raúl Arévalo…

Vincent Raymond | Mardi 5 février 2019

Vieilles canailles ! :

Galeriste à Buenos Aires, Arturo est las de soutenir Renzo, un ami peintre jadis à la mode, mais aujourd’hui dépassé et aigri. Alors qu’il vient de saborder une magnifique chance de se refaire, Renzo est victime d’un accident qui le laisse amnésique. Pour Arturo, c’est une occasion en or… Coréalisateur de l’excellent Citoyen d’honneur, Gastón Duprat continue d’explorer les saumâtres coulisses de la création artistique, jetant ici son dévolu sur un plasticien et son nécessaire double, conjointement homme-lige et parasite, le galeriste. Car dans ce duo complexe (l’un s’acquitte de l’art, l’autre des chiffres), bien malin qui saurait les départager en termes de filouterie : le peintre se vante d’être ontologiquement ambitieux et égoïste (il prétend que c’est une condition sine qua non pour exercer son métier), le marchand ne fait pas mystère de sa passion pour les dollars. À partir de ces deux personnages en apparenc

Continuer à lire

"Kóblic" de Sebastián Borensztein

Thriller | de Sebastián Borensztein (Arg-Esp, 1h32) avec Ricardo Darín, Oscar Martinez, Inma Cuesta…

Vincent Raymond | Mercredi 5 juillet 2017

Argentine, sous la dictature. Pilote dans l’armée, Kóblic déserte après avoir dû larguer des opposants au-dessus de l’océan. Pensant se fondre dans l’anonymat d’un village du Sud, il est identifié par un flic local retors et vicieux, qui veut connaître la raison de sa présence chez lui… Si le point de départ — c’est-à-dire les méthodes d’élimination — rappelle Le Bouton de nacre de Patricio Guzmán, évoquant la dictature du voisin chilien, ce puissant contexte historique reste à l’état de lointain décor. La menace qu’il représente s’avère plus que diffuse, les personnages se retrouvant, dans ce Sud profond, livrés à eux-mêmes et à leurs passions. Incontournable interprète du cinéma argentin, Ricardo Darín donne du flegme tourmenté au héros-titre, dans une prestation honorable mais prévisible. Heureusement qu’il a face à lui ce caméléon d’Oscar Martinez, déjà impressionnant ce début d’année dans

Continuer à lire

L’Homme d’à côté

ECRANS | De Mariano Cohn et Gaston Duprat (Arg, 1h50) avec Rafael Spregelburd, Daniel Araoz…

Dorotée Aznar | Lundi 2 mai 2011

L’Homme d’à côté

Designer à succès, Leonardo a tout ce dont on pourrait rêver : une famille, une belle bagnole, de la thune en pagaille, la seule demeure jamais conçue par Le Corbusier sur le continent américain… Le jour où son voisin Victor décide de percer une fenêtre donnant directement sur son intimité, ses fragiles assises vont vaciller jusqu’au vertige. D’un canevas de comédie en apparence classique, reposant en grande partie sur un choc des cultures, le scénario de Rafael Spregelburd (excellent dans le rôle principal, tout comme l’imposant Daniel Araoz) brode une variation enlevée sur le thème de la lutte des classes, dont l’humour corrosif naît d’un retournement de perspective que les deux réalisateurs maîtrisent par ailleurs parfaitement : on a beau voir l’action du point de vue de Leonardo, et donc subir à son rythme les événements causés par son voisin, on perçoit vite qui est le gros con de l’autre. Sans foncer pour autant dans une lecture binaire de cette subtile guerre des nerfs aux irrésistibles ponctuations comiques, L’Homme d’à côté fait de plus en plus sens au fil des scènes, déroule une construction jubilatoire avant de céder à la facilité d’une conclusion expéditive – dommage

Continuer à lire