"Chacun sa vie" : un Lelouch treize embrouillé

ECRANS | Entièrement récoltée à Beaune, la 46e cuvée de Claude Lelouch a un goût de déjà-bu. Pas étonnant, venant d'un réalisateur ayant autant de bouteille…

Vincent Raymond | Mardi 14 mars 2017

Photo : © Metropolitan Filmexport


Attendre de Lelouch qu'il fasse autre chose que du Lelouch reviendrait à espérer d'un chat et d'une souris un concert d'aboiements. Si le cinéaste s'est jadis montré capable de détonner, pour répondre à un violent désamour du public (en témoigne le singulier Roman de gare), il ferait plutôt en règle générale sien l'aphorisme de Cocteau : « Ce qu'on te reproche, cultive-le : c'est toi ».

Chacun sa vie est, à cette enseigne, un parfait exemple de monoculture lelouchienne — certes “hors-sol”, puisque totalement tourné à Beaune, où le virevoltant réalisateur a installé son école de cinéma. Il troque donc ses plans de Tour Eiffel ou de Champs-Élysées contre de larges vues de la Place Carnot, microcosme valant ici pour le monde entier.

La Beaune année

Autour de cette esplanade noyée sous le piano-jazz ininterrompu d'un assommant festival estival gravitent donc des êtres divers, soumis aux petits ou grands tracas de la vie, qui auront pour point commun de se retrouver tous témoins, jurés, juges, défenseur ou public dans une salle d'audience lors d'un procès final…

Faut-il s'étonner que les meilleurs comédiens du film soient ceux qui pratiquent la comédie en dilettante de leur activité principale, tel l'avocat Me Dupond-Moretti (en juge amoureux transi d'une prostipute) ou le chanteur Johnny Hallyday (en sosie de lui-même) ? Pas forcément. Privés de repères et d'habitudes, ils se conforment sans problèmes aux règles de Lelouch, qui contreviennent à toutes les lois du cinéma.

Quant aux pros, ils surjouent un naturel qui, de fait, apparaît contrefait. Rien de neuf sous le soleil, exception faite de ces quelques séquences d'humour graveleux décomplexées, façon sortie de route beauf et misogyne, semblant arrachées au pire des années soixante-dix. Un reflet de notre époque ? En tout cas “treize” éloigné du Lelouch dabada-badin…

de Claude Lelouch (Fr., 1h53) avec Éric Dupond-Moretti, Johnny Hallyday, Nadia Farès…


Chacun sa vie

De Claude Lelouch (Fr, 1h53) avec Éric Dupond-Moretti, Johnny Hallyday...

De Claude Lelouch (Fr, 1h53) avec Éric Dupond-Moretti, Johnny Hallyday...

voir la fiche du film


Ils ne se connaissent pas, mais tous ont rendez-vous pour décider du sort d’un de leurs semblables. Avant d’être juges, avocats ou jurés, ils sont d’abord des femmes et des hommes au tournant de leurs existences, avec leurs rêves et leurs secrets, leurs espoirs et leurs limites, tous sous un même soleil, chacun avec sa part d’ombre. Dans une jolie ville de province, le temps d’un festival de jazz, la vie va jongler avec les destins…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

François Beaune à l'ENS

Littérature | On l'avait adoré dès Un homme louche, paru chez Verticales, et son écriture n'a jamais cessé de nous captiver jusqu'à la parution récente de sa bande (...)

Sébastien Broquet | Mardi 3 décembre 2019

François Beaune à l'ENS

On l'avait adoré dès Un homme louche, paru chez Verticales, et son écriture n'a jamais cessé de nous captiver jusqu'à la parution récente de sa bande dessinée Dans ma ZUP (Nouvel Attila), faisant suite au très remarqué Omar et Greg l'an dernier, archétype de sa technique consistant à accumuler les entretiens pour construire un récit faisant sens et contant l'époque, où il écoutait et donnait voix à un ancien chasseur de skins et un adepte du nationalisme qui avaient trouvé moyen de prendre langue et de construire ensemble. François Beaune, dans le cadre des rencontres De vive voix de l'ENS, viendra expliquer cette utilisation de l'entretien comme pâte à modeler littéraire. François Beaune À la bibliothèque Diderot le mercredi 4 décembre à 17h

Continuer à lire

Peau d’âme : "Le Daim"

Le Film de la Semaine | Revenant de quelques infortunes artistiques, Jean Dujardin se prend une belle veste (au sens propre) taillée sur mesure par Quentin Dupieux en campant un monomaniaque du cuir suédé. Un conte étrange et intriguant totalement à sa place à la Quinzaine des Réalisateurs.

Vincent Raymond | Mardi 18 juin 2019

Peau d’âme :

Ça a tout l’air d’une tocade, et pourtant… Georges, 44 ans, a tout quitté pour acheter une fortune la veste en daim de ses rêves, au fin fond d’une région montagneuse. Ainsi vêtu, il se sent habité par une force nouvelle et se lance dans un projet fou, aidé par Denise, la barmaid du coin… Propice aux films de zombies (plus nombreux que des doigts sur un moignon de mort-vivant), l’année serait-elle aussi favorable aux récits de fringues maudites ? Après In Fabric de Peter Strickland (la déclinaison sur-diabolique de La Robe de Van Warmerdam vue notamment au festival Hallucinations Collectives), Le Daim renoue avec cette vieille tradition héritée de la mythologie où l’habit influe sur l’humeur ou la santé de celui qui le porte. À l’instar de la tunique de Nessus fatale à Hercule, ou de la tiare d’Oribal pour les lecteurs d’Alix, le blouson ocre va conditionner Georges, le menant à supprimer ses semblables — comprenez ceux du porteur de daim ainsi que tous les autres blousons du monde. Vaste programme, aurait pu dire de Gaulle.

Continuer à lire

Faible fable : "I Feel Good" de Benoît Delépine & Gustave Kervern

Bad Trip | de Benoît Delépine & Gustave Kervern (Fr, 1h43) avec Jean Dujardin, Yolande Moreau, Jean-Benoît Ugeux…

Vincent Raymond | Lundi 24 septembre 2018

Faible fable :

Partisan du libéralisme et du moindre effort depuis sa naissance, Jacques est aussi convaincu qu’il aura un jour l’idée qui le fera milliardaire. C’est pourtant en peignoir qu’il débarque chez sa sœur Monique, à la tête d’une communauté Emmaüs. Fauché comme les blés, mais avec une idée… Les Grolandais ont fait suffisamment de bien au cinéma ces dernières années pour qu’on ne leur tienne pas rigueur de cet écart, que l’on mettra sous le compte de l’émotion suscitée par la disparition prématurée de leur président Salengro le 30 mars dernier. Le fait est que la greffe Dujardin ne prend pas chez eux, même si son personnage est censé porter des valeurs totalement étrangères à leur cosmos habituel. Sans doute s’agit-il de deux formes d’humour non miscibles, faites pour trinquer hors plateau, pas forcément pour s’entendre devant la caméra. I Feel Good se trouve aussi asphyxié par son manque d’espace(s). Baroque et hétéroclite, le décor de la communauté est certes inspirant, avec ses trognes explicites et son potentiel architectural (hélas sous

Continuer à lire

Claude Lelouch : « je crois à l’incroyable fertilité du chaos »

4 questions à... | Claude Lelouch n’en a pas fini avec l’envie de filmer. Et ce n’est pas parce qu’il tourne autour des Hospices qu’il songe à l’hospice : son truc à lui, ce serait plutôt les bons auspices…

Vincent Raymond | Mardi 14 mars 2017

Claude Lelouch : « je crois à l’incroyable fertilité du chaos »

Comment avez-vous repéré les talents d’acteur de Me Dupond-Moretti ? Claude Lelouch : C’est mon métier, je ne sais rien faire d’autre (sourire). C’est quelqu’un que j’ai admiré. J’avais l’impression de voir Lino Ventura : ce type a une force incroyable ! Si je pouvais la conserver derrière une caméra, ce serait génial. Je l’ai rencontré par un copain, on a sympathisé et il m’a invité à une audience. Sa plaidoirie a duré 1h30, le temps d’un long-métrage. J’ai regardé tous les gens qui jugeaient l’accusé et je me suis dit que c’était eux qu’il fallait juger : l’avocat général qui réclame la perpétuité, le président qui se prend pour Dieu, les gens dans la salle qui viennent pour déguster le malheur des autres, les jurés… J’ai imaginé que tous avaient des casseroles : on a tous les qualités de nos défauts, on a tous des jardins secrets. Est-ce la vie qui vous donne l’envie de faire du cinéma, ou bien le cinéma qui vous donne le plaisir de la vie ? Je vie une double histoire d’amour avec le cinéma et la vie. L’un renforce l’autre, ils sont complémentaires. La vie est le plus grand

Continuer à lire

Lelouch : des hauts et des bas-dabadaba

ECRANS | Ce n’est pas parce que son dernier opus sorti, Un + Une, nous a consternés, qu’il faut vouer Claude Lelouch aux gémonies. En plus d’un (...)

Vincent Raymond | Mardi 5 janvier 2016

Lelouch : des hauts et des bas-dabadaba

Ce n’est pas parce que son dernier opus sorti, Un + Une, nous a consternés, qu’il faut vouer Claude Lelouch aux gémonies. En plus d’un demi-siècle de cinéma, l’homme a heureusement pour lui — et pour nous — fait mieux… et parfois bien pire. Plantée d’une cinquantaine de films de toutes tailles, la forêt de son œuvre de fiction se dissimule derrière quelques arbres dont le surestimé L’Aventure, c’est l’aventure (1972), le pudique La Bonne Année (1973) ou le plaisant Itinéraire d’un enfant gâté (1988), qui figurent parmi la rétrospective que l’institut Lumière lui consacre. Si l’on comprend que Viva la vie !, Les Parisiens ou le récent Salaud, on t’aime, sans doute les plus bancals de ses films, aient été “oubliés”, on regrette que l’audacieux Roman de gare (2007) ou le scoliotique mais sincère La Belle Histoire (1992) n’aient pas été retenus. On se consolera en appréciant “l’autre” Lelouch ; celui qui, lorsqu’il s’écarte de sa propre redite et ne cherche pas à contrefaire la vérité, se fait surprendre de bonne foi par

Continuer à lire

Un + une

ECRANS | De Claude Lelouch (Fr, 1h53) Avec Jean Dujardin, Elsa Zylberstein, Christopher Lambert…

Vincent Raymond | Mardi 8 décembre 2015

Un + une

Le vétéran à la caméra virevoltante puise ici dans sa pire veine : l’auto-caricature ravie. Choix délibéré et paresseux pour celui qui se félicite de ne savoir faire que de «des films de Lelouch» (c’est-à-dire mettant en scène un homme et une femme succombant à une passion réciproque alors que rien ne laissait présager la naissance d’une idylle entre eux), oubliant sa capacité à se réinventer lorsqu’il s’en donne la peine — voir son Roman de gare (2007). Cherchant à insuffler de l’exotisme à son scénario, à défaut d’originalité, l’auteur l’a donc tourné en Inde. Mais cette délocalisation se révèle inopérante : elle semble avoir l’unique vocation d’offrir un cadre bariolé et folklorique aux interminables palabres du duo Zylberstein-Dujardin, enchaînant les aphorismes philosophico-romantiques, et aux chevrotements du pauvre Christophe Lambert, tandis que Francis Lai déverse son piano-bar. À se demander qui, du compositeur en roue libre ou des comédiens se regardant jouer à faire de l’impro dirigée, est le plus embarrassant.

Continuer à lire

La Halle Tony Garnier a 100 ans

MUSIQUES | C'était en 1914, souvenez-vous (mais si, faites un effort) : sur une commande du maire Edouard Herriot, Tony Garnier mettait la touche finale à la fameuse (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 2 octobre 2014

La Halle Tony Garnier a 100 ans

C'était en 1914, souvenez-vous (mais si, faites un effort) : sur une commande du maire Edouard Herriot, Tony Garnier mettait la touche finale à la fameuse halle qui porte aujourd'hui son nom, censée abriter abattoirs et marché aux bestiaux. La Première Guerre mondiale en décida temporairement autrement. Réquisitionnée, elle  casernes et usine d'armement avant de retrouver sa fonction. Devenu à terme une salle de spectacles, l'endroit fête donc ses cent ans. Et c'est nous qui sommes bien contents. Déjà parce que la Halle en profitera, comme vous le savez, pour "investir" toutes les salles qui comptent à Lyon (Breton au Marché Gare le 21 novembre, Deltron 3030 au Transbordeur le 27, Owen Pallett à l’Épicerie Moderne le 6 décembre...). Mais aussi parce que la fête se prolongera en 2015 avec l'accueil de belles pointures parmi lesquelles le duo blues-rock The Black Keys (7 mars), les vieilles gloires du nu-metal System of a Down (14 mars, date unique en France qu'on espère plus calme que celle de 2005), Ennio Morricone (18

Continuer à lire

Salaud, on t’aime

ECRANS | De Claude Lelouch (Fr, 2h04) avec Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Sandrine Bonnaire…

Christophe Chabert | Mardi 1 avril 2014

Salaud, on t’aime

En hommage à son ami Georges Moustaki — «qui vient de nous quitter», est-il dit deux fois dans le dialogue au cas où on ne serait pas au courant — Claude Lelouch fait entendre sur la bande-son de Salaud, on t’aime Les Eaux de mars. Jolie chanson qui dit le bonheur du temps qui s’écoule, de la nature et des plaisirs fugaces. Soit tout ce que le film n’est pas, torture ultime où en lieu et place de cascade, on a surtout droit à un grand robinet d’eau froide déversant les pires clichés lelouchiens sur la vie, les hommes, les femmes, l’amitié, le tout en version "vacances à la montagne". La vraie star du film, ce n’est pas Johnny, marmoréen au possible, mais un aigle que Lelouch filme sous toutes les coutures. Se serait-il découvert un caractère malickien sur le tard ? Pas du tout ! Cette fixette sur l’animal est une des nombreuses stratégies pour remplir cette interminable histoire de retrouvailles entre un mauvais père et ses quatre filles — qu’il a appelées Printemps, Été, Automne, Hiver ; Claude, arrête la drogue ! Son meilleur ami et médecin — Eddy Mitchell, tout content de faire du playback sur la scène chantée de Rio Bravo, et c’est

Continuer à lire

Le Loup de Wall Street

ECRANS | La vie de Jordan Belfort, courtier en bourse obsédé par les putes, la coke et surtout l’argent, permet à Martin Scorsese de plonger le spectateur trois heures durant en apnée dans l’enfer du capitalisme, pour une fresque verhovenienne hallucinée et résolument burlesque, qui permet à Di Caprio de se transcender. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 27 décembre 2013

Le Loup de Wall Street

«Greed is good». C’était la maxime de Gordon Gecko / Michael Douglas dans le Wall Street d’Oliver Stone. Un film de dénonce balourd qui a eu pour incidence contre-productive de transformer Gecko en héros d’une meute d’abrutis cocaïnés et irresponsables, trop heureux de se trouver un modèle ou un miroir selon le degré d’avancement de leur ambition. Jordan Belfort, auquel Martin Scorsese consacre cette bio filmée de trois heures et à qui Leonardo Di Caprio prête ses traits, est de cette génération-là, celle qui a eu Gecko pour modèle et son slogan comme obsession. Le film, passé son prologue provocateur — grosse bagnole et coke à même l’anus d’une prostituée — attrape d’ailleurs son héros dans un instant paradoxal : le lundi noir de 1989 où, alors qu’il s’apprête à concrétiser son rêve et devenir courtier à Wall Street, la bourse plonge et avec elle une partie de l’économie mondiale. Faux départ, retour à zéro : l’itinéraire de Jordan Belfort s’édifie sur un moment de purge financière supposée assainir le système et qui ne fait que préparer l’avènement d’une corruption plus grande encore, par de jeunes loups ayant tiré les leçons du passé… L’important, ma

Continuer à lire

Möbius

ECRANS | D’Éric Rochant (Fr, 1h43) avec Jean Dujardin, Cécile De France, Tim Roth…

Christophe Chabert | Lundi 18 février 2013

Möbius

La carrière d’Éric Rochant restera comme un énorme crash ; ce Möbius, qui devait sonner son grand retour après un exil télévisuel du côté de Canal +, ressemble au contraire à un terrible chant du cygne. Revenant au film d’espionnage (qui lui avait permis d’être à son meilleur au moment des Patriotes), Rochant se contente d’en offrir une lecture approximative et purement illustrative. Qu’a-t-il à dire sur la mondialisation des échanges financiers et sur son corollaire, la nécessaire coopération des services secrets pour en endiguer les fraudes ? Rien. Se concentre-t-il alors sur un divertissement ludique où les frontières de la manipulation resteront floues jusqu’à la conclusion ? Même pas, Möbius étant plus confus que virtuose dans son écriture et se contentant souvent d’aligner mollement les plans plutôt que de mettre en scène les séquences. Que reste-t-il ? Une histoire d’amour entre Cécile De France (très moyenne) et Jean Dujardin (qui s’en tire déjà mieux) aux dialogues impossibles (ah ! les «bras concrets»…), à l’érotisme grotesque et à la crédibilité très limite (la fin, notamment, est dure à avaler). Le gâchis est total et l’espoir de v

Continuer à lire

Les Infidèles

ECRANS | De Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Michel Hazanavicius, Emmanuelle Bercot, Éric Lartigau, Alexandre Courtès, Fred Cavayé (Fr, 1h48) avec Jean Dujardin, Gilles Lellouche…

Christophe Chabert | Dimanche 26 février 2012

Les Infidèles

Film à sketches dans la tradition des comédies italiennes (Les Monstres, surtout), Les Infidèles s’apprécie en dehors de ce qui en forme la colonne vertébrale : son prologue et son épilogue, qui labourent un humour beauf dont on ne sait trop si Dujardin et Lellouche se moquent ou s’ils le célèbrent. Sans parler des saynètes trash signées Alexandre Courtès, pas très drôles et surtout prétexte à inviter les copains (Canet, Payet…). C’est bel et bien quand de vrais cinéastes s’emparent de certains épisodes que le film s’avère étonnant (et franchement grinçant, dans la lignée du Houllebecq des débuts). Michel Hazanavicius dans La Conscience réussit le segment le plus étrange et dépressif, remarquablement mis en scène avec un Dujardin que le réalisateur utilise comme un stradivarius, développant un comique de l’embarras proche des OSS 117. Emmanuelle Bercot s’offre son Eyes wide shut avec le même Dujardin et sa compagne Alexandra Lamy, un peu appuyé mais là enc

Continuer à lire

The Artist

ECRANS | Hommage déférent et fétichiste au cinéma muet hollywoodien, le nouveau film de Michel Hazanavicius échoue à dépasser son maniérisme pour raconter une histoire forte et attachante, et la fantaisie de départ se transforme en cours de route en ennui. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 6 octobre 2011

The Artist

The Artist commence par un tour de force très impressionnant : nous regardons un film muet avec dans le rôle de la star Georges Valentin. C’est une comédie un peu inepte, mais le pastiche est réussi. Le rideau se ferme, le cadre s’élargit et l’on découvre les spectateurs du film. Et là, stupeur, leurs applaudissements ne produisent aucun son. Astucieuse mise en abyme qui permet à Michel Hazanavicius de justifier instantanément le postulat arbitraire de The Artist : faire en 2011 un film à la manière des muets hollywoodiens des années 30. La période n’est pas innocente, car il s’agit du moment où le parlant va faire son apparition, balayant ainsi toute une génération de comédiens incapables de s’adapter à cette révolution dans leurs codes de jeu. Si Chantons sous la pluie de Stanley Donen envisageait la chose du point de vue des metteurs en scène, si Sunset boulevard en inspectait les conséquences tardives et névrotiques chez une star persuadée qu’elle pouvait encore faire son come back, The Artist saisit le désa

Continuer à lire

L’art lyonnais du roman

CONNAITRE | Alexis Jenni, Éric Sommier et François Beaune ont placé Lyon au centre de la rentrée littéraire nationale. Au-delà de leur commune origine géographique, les trois auteurs ont fait de leurs romans des laboratoires où la fiction et la réalité, le local et le global s’affrontent et se complètent. Christophe Chabert & Stéphane Duchêne

Dorotée Aznar | Vendredi 23 septembre 2011

L’art lyonnais du roman

Même si, depuis quelques années, des écrivains lyonnais se font remarquer à chaque nouvelle rentrée littéraire, on n’imaginait pas qu’en 2011, ils feraient à ce point la Une des suppléments Livres nationaux. Mieux, que l’un d’entre eux (Alexis Jenni) se retrouve sur la liste des candidats au Prix Goncourt (et figure même parmi les favoris). Deux constats s’imposent : d’abord, L’Art français de la guerre, Dix et Un ange noir sont de très bons romans, étonnants, novateurs, très éloignés des canons de la littérature «à la française» ; ensuite, ce sont des romans très français, au sens où ils n’hésitent pas à s’inscrire dans une réalité française très concrète (et même lyonnaise, parfois, voir les réflexions incisives sur Lyon chez Jenni ou l’utilisation du Progrès chez Beaune). Ce jeu entre le local et le national, le particulier et l’universel, l’intime et le politique ou la métaphysique, s’avère par trois fois passionnant.« Guerre » épaixL’Art français de la guerre d’Alexis Jenni commence par le réveil brutal de son narrateur, au moment où la guerre du Golfe débute. Réveil social : il vomit son existence d’homme marié, de père et de cadre parisien, rentre à

Continuer à lire

Faiseur d'ange noir

CONNAITRE | Interview / Un dimanche soir de mai dernier, quelques mois avant la sortie d'Un Ange Noir, François Beaune nous racontait la genèse de son deuxième roman et de son héros, Alexandre Petit. Où il est question d'Ellroy, de Kubrick, de Robbe-Grillet et des Leningrad Cowboys. Propos recueillis par Stéphane Duchêne.

Stéphane Duchêne | Vendredi 23 septembre 2011

Faiseur d'ange noir

Du point de vue de son créateur, qui est Alexandre Petit ? François Beaune : En apparence, c'est un gars assez timide de 37 ans, un vieux garçon qui vit avec sa mère, dont le père est mort et qui a des problèmes de sociabilité. Et puis on découvre au fur et à mesure que c'est un vrai sale type et peut-être pire encore. Autant j'avais beaucoup de sympathie pour Jean-Daniel Dugommier, le héros d'Un Homme Louche, un matérialiste un peu fou qui passait son temps à regarder de l'extérieur le monde qui l'entoure, à l'analyser, à l'expérimenter, autant Alexandre Petit, je le déteste. C'est quelqu'un qui est dans la rumination, l'intériorisation permanente, centré sur lui-même et la façon dont le monde devrait être. C'est un idéaliste dans le mauvais sens du terme. Un mystique. Contrairement à Un Homme Louche, Un Ange Noir est vraiment le portrait d'un mauvais. Comment est venu l'idée de ce personnage détestable et de ce roman ?Ça fait très longtemps que je travaille dessus. En fait, c'est mon vrai premier roman. Je l'ai terminé cet hiver à l'Hôtel Voland à Manosque, mais j'avais une vingtaine d'années quand je l'ai commencé, après avoir écrit une partie d'Un Homme

Continuer à lire

D’un film à l’autre

ECRANS | De Claude Lelouch (Fr, 1h45) documentaire

Christophe Chabert | Mardi 5 avril 2011

D’un film à l’autre

Voir Claude Lelouch revisiter l’intégralité de son œuvre alors qu’il est, à nos yeux, un des plus redoutables cinéastes français, n’était pas forcément un cadeau. Surprise : D’un film à l’autre se laisse regarder, ne serait-ce que d’un point de vue cinéphile et historique. Passé ce plaisir-là, il y a beaucoup à redire sur la vision que Lelouch donne de ses films : s’il avoue volontiers ses faux-pas initiaux, s’il ne peut passer outre ses ratages les plus spectaculaires (Un homme et une femme vingt ans déjà, Une pour toutes…), il fait diversion lorsqu’il évoque des navets genre Viva la vie ou Hommes-femmes mode d’emploi. Plus ennuyeux, le cinéaste continue à penser que le public a le dernier mot, rappelant ainsi qu’il est autant producteur qu’auteur de ses films. Confirmation quand il parle de politique : pour lui, les années 70 étaient une époque où les idéologies servaient à masquer les plus grandes escroqueries. Il n’a pas complètement tort : aujourd’hui, leur soi-disant faillite révèle au grand jour les cinéastes escrocs. Christophe Chabert

Continuer à lire

Un balcon sur la mer

ECRANS | De Nicole Garcia (Fr, 1h45) avec Jean Dujardin, Marie-Josée Croze…

Christophe Chabert | Lundi 13 décembre 2010

Un balcon sur la mer

Marc, agent immobilier à Aix, voit ressurgir dans sa vie la fille qu’il a aimée enfant dans les rus d’Oran, et avec elle le souvenir de la guerre d’Algérie. "Un balcon sur la mer", c’est un canevas parfait pour que Nicole Garcia déploie son habituel cinéma psychologique à la mise en scène guindée et surdramatisée. Cette fois, elle est allée chercher "Vertigo" à la rescousse, dont elle réagence tous les éléments (la brune / la blonde, le fantôme du souvenir et même le complot, la part la plus faible du film) sans faire surgir aucun mystère, aucun trouble, aucune passion. Seule satisfaction : dans ce cinéma où la légèreté est absolument interdite, Dujardin arrive toutefois à rapatrier un peu de sa sympathie naturelle, et à faire exister un personnage juste et touchant. CC

Continuer à lire

Lucky Luke

ECRANS | De James Huth (Fr, 1h44) avec Jean Dujardin, Michael Youn, Melvil Poupaud, Alexandra Lamy…

Dorotée Aznar | Vendredi 16 octobre 2009

Lucky Luke

Seule l’Italie a su déterritorialiser le western en préférant le baroque au respect des traditions. Mais on se souviendra que ces relectures transalpines ont aussi méchamment viré à la parodie : ce fût l’heure de gloire des Trinita avec Terence Hill. Ce dernier, justement, signait en 1991 une première adaptation de Lucky Luke. Si James Huth et Dujardin font mine de l’avoir oublié, leur horizon est pourtant semblable. Rien à attendre donc de cette nouvelle version. Par vague fidélité au matériau d’origine, le film ressert une soupe parodique indigeste, hystérique et lourdingue. Acteurs en roue libre, récit chaotique aux enjeux flous, seule la mise en scène dévoile quelques fulgurances. Entre Jan Kounen et Jean-Marie Poiré, ce Lucky Luke tient de l’ovni volant à très basse altitude. JD

Continuer à lire

Vengeance

ECRANS | Cinéma / Johnnie (To) et Johnny (Hallyday) réunis avec une pléiade de stars de Hong Kong pour un polar au scénario minimaliste mais à la mise en scène flamboyante. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 18 mai 2009

Vengeance

Les derniers films de Johnnie To nous avaient laissés sur notre faim. Depuis Le sommet Election 2, il semblait vivre de projets mineurs, distractions qui rejoignaient les œuvres cosignées avec son associé Wa Ka-Fai. Vengeance, dont l'influence revendiquée est celle de Jean-Pierre Melville, augurait d'un retour aux choses sérieuses. Ce n'est pas le cas, mais ça ne l'empêche pas d'être un fort agréable film mineur. Samouraï amnésique Commençons par la grande faiblesse du film : son scénario minimaliste, d'ailleurs écrit par Ka-Fai, où un restaurateur français, qu'on devine charriant un lourd passé mafieux, débarque à Macao pour venger sa famille dessoudée par une triade chinoise. Étranger dans la ville, il devra faire équipe avec trois gangsters caractérisés avec la patte Johnnie To, et incarné par une bande de stars locales fidèles du cinéaste. C'est à peu près tout, et ce serait un peu maigre si le cinéaste ne déployait une artillerie visuelle absolument somptueuse ; sa manière de filmer Macao comme une mégalopole aux néons irisés et aux perspectives monstrueuses a quelque chose à voir avec le L.A. futuriste

Continuer à lire

Au fond Dujardin

ECRANS | Portrait / Dans Rio ne répond plus, une séquence montre l’art éclatant de Jean Dujardin quand il s’agit de créer physiquement un personnage de pur burlesque : il traverse une pluie de balles en se tenant légèrement accroupi, avec son bras droit au-dessus de son visage comme seul bouclier.

Christophe Chabert | Lundi 6 avril 2009

Au fond Dujardin

Portrait / Dans Rio ne répond plus, une séquence montre l’art éclatant de Jean Dujardin quand il s’agit de créer physiquement un personnage de pur burlesque : il traverse une pluie de balles en se tenant légèrement accroupi, avec son bras droit au-dessus de son visage comme seul bouclier. On se souvient alors que ce bras était déjà celui qui «cassait» dans Brice de Nice ; à la souplesse du surfeur répond ici la rigidité de l’espion, mais l’efficacité comique est à peu près égale. En France, on voit peu de comédiens capables de tenir un personnage avec cette seule aisance physique, cette prodigieuse manière de faire parler son corps plutôt que sa voix. Dans ce deuxième OSS 117, il est passionnant de voir comment par exemple, avant d’éclater de rire, le visage de Dujardin s’ouvre en une grimace d’inquiétude et de perplexité, sans qu’on sache s’il s’agit de retenir le fou-rire à venir ou s’il y a là une hésitation quant à savoir si ce que dit son interlocuteur est drôle ou non. Dujardin explique qu’entre le premier et le deuxième épisode, «le personnage ne m’a pas quitté pendant trois ans». Et il ajoute : «J’ai l’impression de moins poser que dans le premier où j’étais encore dans la

Continuer à lire

OSS 117 : Rio ne répond plus

ECRANS | "Rio ne répond plus", deuxième volet des aventures d’OSS 117 revues et pastichées par Michel Hazanavicius et Jean Dujardin est une réussite étonnante, politiquement féroce et plastiquement remarquable : un pavé dans la mare de la comédie française. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 6 avril 2009

OSS 117 : Rio ne répond plus

Il y a trois ans, OSS 117, Le Caire nid d’espions avait provoqué un mini-séisme. En France, on pouvait donc faire de la comédie avec une réelle ambition, un humour qui n’est pas qu’un recyclage poussif de recettes usées en one-man-show mais véhiculant des idées politiques et critiques gonflées. On attendait, logiquement, la suite des aventures d’Hubert Bonisseur de la Bath, espion des services secrets français et incarnation des pires travers de son pays. Rio ne répond plus est à la hauteur, et même plus, des attentes. Premier coup de génie : l’action s’est transportée douze ans plus tard, en 1967. Les temps ont donc changé, notamment la République Française, la IVe et son emblème René Coty ayant été balayée par la Ve du Général de Gaulle. Mais OSS 117, lui, n’a pas bougé d’un iota. Du point de vue de ses idées, rances et conservatrices, source principale des irruptions comiques du film ; mais physiquement surtout, l’incroyable Jean Dujardin paraît toujours plus lisse, figé dans ses mimiques grotesques et ses sourires factices. La clé du dispositif inventé par Michel Hazanavicius et le scénariste Jean-François Halin est là : OSS 117 est une pure surface travers

Continuer à lire