Julia Ducournau : « je parle d'abord aux corps des spectateurs avant de parler à leur tête »

3 questions à... | D’ores et déjà assuré de figurer parmi les concurrents au prix du meilleur premier long-métrage l’an prochain, Grave est avant même sa sortie un phénomène international.

Vincent Raymond | Mercredi 15 mars 2017

Photo : © Pieter De Ridder


D'où vous vient cet attachement viscéral à la question du corps et l'organique ?
Julia Ducournau : La question de l'organique est depuis toujours au centre de ce que je fais — même dans mon premier court-métrage pourri à la Fémis ! C'est une thématique très personnelle : l'intérêt pour le corps existe depuis que je suis toute petite. Mes parents sont médecins, ça a nourri beaucoup de fantasmes chez moi et mes premières amours cinéphiles (Cronenberg, dont je parle tout le temps) traduisent bien le fait que pour moi, le corps a toujours été un sujet passionnant par sa trivialité et son aspect ontologique, humaniste. Quand je fais mes films, je parle d'abord aux corps des spectateurs avant de parler à leur tête. J'aime beaucoup l'idée de ressentir des choses avant de les analyser. Les films où je prends le plus de plaisir sont comme ça. C'est ce que j'essaye de faire en général, et ça a d'autant plus d'importance dans Grave, où la personne avec qui je lie ombilicalement le spectateur est une jeune fille qui devient cannibale. La grammaire du body horror permet de poser ces questions-là de manière vraiment organique et profonde.

Le travail sur le son, notamment par l'utilisation des basses fréquences, participe également de cette écriture sensorielle…
Il y a un travail colossal qui est fait pour que l'on éprouve une sensation physique. Même la pensée de la lumière rejoint cette dynamique : comment montrer telle ou telle chose ? Comment réussir à créer une empathie pour mon héroïne ? Toutes les scènes de cannibalisme sont traitées à la lumière de manière très réaliste. Je ne dis pas “naturaliste”, mais “réaliste” : les sources sont dans le champ. On les voit, elles sont légitimées ; on n'a pas un bleu électrique, un vert qui pète, ni un orange. Mais quelque chose qui donne une impression d'immédiateté, parfois de suffocation. Cette manière que Ruben Impens, le chef-opérateur, a de l'éclairer permet de ne pas la montrer comme un monstre, bien que ce qu'elle fasse soit absolument intolérable. À l'opposé, toutes les scènes domestiques et de comédie, plus “acceptables”, vont avoir un twist à la lumière, pas du tout réaliste ni naturaliste.

Pourquoi cette “gestation” de neuf mois à travers les festivals étrangers avant de sortir Grave en France, alors qu'il est prêt depuis la Semaine de la Critique à Cannes ?
Notre distributeur international est une filiale d'Universal. Quand on a des partenaires aussi gros qu'un tel studio, on est soumis à quelques négociations. Comme chez Wild Bunch, mon distributeur français, tout le monde voulait qu'il y ait tournée de festivals. On s'attendait à en faire moins, mais vu qu'avec Universal on s'est dit que ça serait bien d'aller à Sundance en janvier, on a été obligés de se calquer sur la sortie américaine, le 10 mars, pour plein de raisons sur lesquelles je n'ai pas beaucoup de prises. J'imagine que s'ils ont décidé qu'il fallait que je sorte maintenant, c'était une bonne idée.


Grave

De Julia Ducourneau (Fr-Bel, 1h38) avec Garance Marillier, Ella Rumpf...

De Julia Ducourneau (Fr-Bel, 1h38) avec Garance Marillier, Ella Rumpf...

voir la fiche du film


Dans la famille de Justine tout le monde est vétérinaire et végétarien. À 16 ans, elle est une adolescente surdouée sur le point d’intégrer l’école véto où sa sœur ainée est également élève. Mais, à peine installés, le bizutage commence pour les premières années. On force Justine à manger de la viande crue. C’est la première fois de sa vie. Les conséquences ne se font pas attendre. Justine découvre sa vraie nature.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

“Titane” de Julia Ducournau : au lit, motors !

Palme d'Or 2021 | Une carrosserie parfaitement lustrée et polie, un moteur qui rugit mais atteint trop vite sa vitesse de croisière pépère… En apparence du même métal que son premier et précédent long-métrage, Grave, le nouveau film de Julia Ducournau semble effrayé d’affronter la rationalité et convoque le fantastique en vain. Dommage.

Vincent Raymond | Jeudi 15 juillet 2021

“Titane” de Julia Ducournau : au lit, motors !

Victime enfant d’un accident de voiture dont elle a été la cause, Alexia vit depuis avec une plaque de titane dans le crâne. Devenue danseuse, elle se livre en parallèle des meurtres affolant le sud de la France et “s’accouple” avec une voiture. Pour se faire oublier après une soirée très sanglante, Alexia endosse l’identité d’Adrien, un adolescent disparu depuis dix ans. Son père, un commandant de pompiers détruit, va cependant reconnaître ce “fils” prodigue et l’accueillir… Programmé par la Semaine de Critique en 2016, le sympathique Grave avait instantanément transformé Julia Ducournau, dès son premier long-métrage, en nouvelle figure de la hype cinématographique française. Sans doute les festivaliers, déjà peu coutumiers des œuvres se revendiquant d’un “autre cinéma” louchant vers le fantastico-gore, la série B et les séances de minuit, avaient-il été titillés par le fait que ce film soit signé non pas par l’un des olibrius vaguement inquiétants fréquentant les marches du Palais (Gaspar

Continuer à lire

"Grave" : tu vas prendre chair !

Le Film de la Semaine | Parabole initiatique apprêtée en conte ogresque, la première réalisation de Julia Ducournau conjugue gore soft avec auteurisme arty. Un galop d’essai qui vaut une pinte de bon sang, même s’il finit, hélas, en eau de boudin. À réserver à celles et ceux qui ont de l’estomac.

Vincent Raymond | Mardi 14 mars 2017

Débarquant en école vétérinaire, la frêle Justine est saisie d’une étrange pulsion : elle se découvre un goût soudain pour la viande… humaine. Cet appétit contre-nature, qui surgit parmi moult perturbations et dérèglements, affecte dans un premier temps cette jeune femme issue d’une famille de végétariens. Avant de lui ouvrir de nouveaux horizons… Pour asseoir leur aura horrifique, les œuvres d’épouvante font volontiers précéder leur sortie de rumeurs insolites censément survenues lors des premières séances publiques, nourries d’évanouissements, syncopes et autres catalepsies. Grave n’échappe pas à cette tradition (commerciale) ; il tranche cependant par son origine “exotique” pour un film de genre — la France — et ses aspirations esthétiques revendiquées. Le fait qu’il ait en sus été présenté à la Semaine de la Critique l’a nimbé d’emblée d’un prestige de ravissant monstre, qui a alléché tous les assoiffé(e)s d’hémoglobine scandaleuse et de transgressions sur grand écran. Le grand écarlate Julia Ducournau use avec délices des lignes de fuites et des profondeurs offertes par le décor de l

Continuer à lire

Caroline Deruas : « Je suis très contente de sentir des gens qui ont envie de faire des choses barrées »

Entretien | Fantômes et sculptures se confondent à la Villa Médicis et les tourments intérieurs des personnages troublent un peu plus la frontière entre fantasme et réalité. Eléments de réponse sur ce théâtre sensoriel avec la réalisatrice de L’Indomptée, Caroline Deruas.

Julien Homère | Lundi 20 février 2017

Caroline Deruas : « Je suis très contente de sentir des gens qui ont envie de faire des choses barrées »

Pourquoi la Villa Médicis est le lieu du film ? Caroline Deruas : J’ai été en pensionnat dans cet endroit durant une année. Pour m’approprier davantage le lieu, j’ai décidé d’en faire une déclaration d’amour filmée. J’ai eu tout de suite des scènes en tête, très baroques et irréalistes. Dans le film, la Villa est un personnage à part entière. Pour moi, elle est une mère à la fois protectrice et étouffante dont la voix serait la musique du film. C’est une sorte de chant des sirènes qui attire les artistes dans son ventre et les mange. Après, je reconnais qu’il peut y avoir beaucoup de choses inconscientes dans le film. Les références culturelles dans L’Indomptée sont-elles réfléchies ? Elles sont multiples mais dans mes court-métrages, je vois qu’il y avait toujours un film phare qui donnait une direction. Pour celui là, ce n’était pas du tout le cas. J’avais l’impression de me libérer de mes influences, même si je suis une passionnée de cinéma depuis que je suis gosse. Le seul film que je revoyais un peu était Mulholland Drive de David Lynch. Comme je

Continuer à lire

Cinéma saignant

ECRANS | Programmé par la Semaine de la Critique, Grave fut la sensation gore du dernier festival de Cannes — il faut dire qu’il n’y a pas beaucoup de cinéma de (...)

Vincent Raymond | Mardi 7 février 2017

Cinéma saignant

Programmé par la Semaine de la Critique, Grave fut la sensation gore du dernier festival de Cannes — il faut dire qu’il n’y a pas beaucoup de cinéma de genre sur la Croisette. Pour comprendre pourquoi les festivaliers ont eu le cœur au bord des lèvres devant les tribulations de cette étudiante en école vétérinaire saisie d’une pulsion carnivore, rendez-vous à l’avant-première en présence de la réalisatrice Julia Ducournau. Bon appétit, bien sûr ! Grave Au Comœdia le mercredi 8 février à 20h

Continuer à lire

Supergrave

MUSIQUES | La cassette audio fêtait il y a peu ses 50 ans. L'occasion de souligner le regain d'intérêt que lui témoignent non seulement les mélomanes les plus avertis (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 27 septembre 2013

Supergrave

La cassette audio fêtait il y a peu ses 50 ans. L'occasion de souligner le regain d'intérêt que lui témoignent non seulement les mélomanes les plus avertis (du régionaliste Gnar Tapes, basé à Portland, au modèle de cohérence DIY The Tapeworm, on ne compte plus les labels indé éditant des morceaux exclusivement sous ce format), mais aussi les fossoyeurs de la sous-culture que sa démocratisation a engendré (quoi de plus ridicule qu'une coque pour smartphone en forme d'objet vintage ?). L'occasion, aussi, de se remémorer avec nostalgie les bruits propres à ce support : le claquement quand on l'enfourne dans le baladeur, le ronron quand on le rembobine, l'effet

Continuer à lire

L'île aux grands enfants

SCENES | Avec deux reprises et une nouvelle création (Smart Faune, que nous vous recommandons à l'aveuglette) au Complexe du Rire et une résidence au Karavan (pour (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 13 septembre 2013

L'île aux grands enfants

Avec deux reprises et une nouvelle création (Smart Faune, que nous vous recommandons à l'aveuglette) au Complexe du Rire et une résidence au Karavan (pour une comédie footballistique intitulée Carton rouge), le prolifique Jacques Chambon est l'un des hommes forts de la rentrée café-théâtrale. Nous vous le sous-entendions la semaine passée, nous vous le confirmons maintenant que nous l'avons vu à l’œuvre dans Fin de race, délirant huis clos post-apocalyptique que Gilles Graveleau met en scène et co-interprète avec lui à Gerson jusqu'à la fin du mois. Car Chambon y est, avec sa voix de doubleur de séries d'animation japonaises et son physique de gamin tombé dans une fontaine de sénescence, tout simplement désopilant en last man on Earth amnésique et régressif prêt à tout pour se taper avant le mythomane qui lui sert de compagnon d'infortune (Graveleau, impeccable mais plus timoré) une belle blonde chargée de perpétuer la race humaine (Alexandra Bialy, qui aurait pour le coup mérité un rôle un peu moins bateau). Sa performance n'empêche pas Fin de race d'être perfectible e

Continuer à lire

La danse s’éclate

SCENES | Après le passé (le Boom des années 80), la Maison de la danse se tourne vers l’avenir avec le festival Sens dessus dessous. Et invite cinq compagnies «qui (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 16 mai 2013

La danse s’éclate

Après le passé (le Boom des années 80), la Maison de la danse se tourne vers l’avenir avec le festival Sens dessus dessous. Et invite cinq compagnies «qui questionnent les formes scéniques, qui s’interrogent sur la fonction de l’art aujourd’hui et jouent avec les frontières des disciplines». On passera ainsi allégrement du nouveau one woman show (chant, danse, humour) d’Eugénie Rebetez, toute en rondeurs et truculences, aux manipulations mentales du magicien Thierry Collet ou à la "nature morte" dansée par le Nigérian Qudus Onikeku… Pour mieux brouiller les frontières encore, la compagnie belge Fabuleus reprendra son spectacle We Dance to Forget, fête déjantée nourrie pêle-mêle d'électro dancefloor, de rock et des grands classiques de la danse ! Au-delà de la révolte des chorégraphes de la non-danse des années 1990 (Alain Buffard, Boris Charmatz…), éclot une nouvelle génération d’artistes ouverts à bien des influences, bourrés d’énergie et n’hésitant pas à renouer avec l’expressionnisme, la narration, la "danse qui danse". On sera particulièrement attentif à la venue du Québécois Frédéri

Continuer à lire

Talbot Horizon

MUSIQUES | Certes quand on dit "Talbot", on pense immédiatement aux voisins obèses de nos parents dans les années 80, dont on se demande comment ils faisaient pour (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 18 mai 2012

Talbot Horizon

Certes quand on dit "Talbot", on pense immédiatement aux voisins obèses de nos parents dans les années 80, dont on se demande comment ils faisaient pour s'entasser à six dans une Horizon pour parcourir le trajet jusqu'en Calabre avec le pare-choc arrière quasi en feu à force de frotter sur le bitume. Ca prouve que même si à l'époque il n'y avait pas la clim' et que la marque a disparu, ce nom est gage de qualité. La preuve avec deux autres Talbot : Joby, auteur de bien des arrangements classieux pour Paul McCartney et surtout The Divine Comedy. Et celui qui nous intéresse ici Nick, leader de Gravenhurst. S'il a un peu un look à fabriquer des Talbot sur une chaîne d'Europe de l'Est, le songwriter est pourtant à classer dans la catégorie mélodies fines et complexes (écoutez The Prize sur son tout dernier album et vous y trouverez tout, le folk à la Bert Jansch et les attaques de guitares électriques en piqué comme sur le précédent album, The Western Lands). Signe de la singularité de cet Anglais, son appartenance au label électro Warp qui ne fait d'exception que pour des ov

Continuer à lire