"Going to Brazil" : apocalypse girls

Julien Homère | Mardi 21 mars 2017

Photo : © Ocean Films


Après un drame césarisable (Mauvaise Fille), virage à 180° pour Patrick Mille qui s'essaie à la comédie populaire moderne. Invitées au mariage de leur amie enceinte Katia à Rio de Janeiro, Agathe, Chloé et Lily voient leur séjour virer au cauchemar lorsqu'elles défenestrent accidentellement un homme dans une soirée.

Assumant sans gêne sa filiation avec la farce US trash (Todd Phillips), le film brasse tous ses codes visuels et narratifs, frôlant presque le racolage. On peut déplorer ici et là les facilités des gags gores, certains d'entre eux étant vus ailleurs en mieux, mais un plaisir sincère s'en dégage.

Le trip possède un rythme soutenu, venant de répliques jouissives, larguées par un quatuor d'actrices habité. Naviguant dans les zones risquées de la comédie dramatique avec une certaine aisance, le concept a le mérite d'aller jusqu'au bout de ses ambitions.

Going to Brazil
de Patrick Mille (Fr, 1h34) avec Alison Wheeler, Vanessa Guide, Margot Bancilhon…


Going to Brazil

De Patrick Mille (Fr, 1h34) avec Vanessa Guide, Alison Wheeler...

De Patrick Mille (Fr, 1h34) avec Vanessa Guide, Alison Wheeler...

voir la fiche du film


La folle aventure de trois copines invitées au mariage de leur meilleure amie au Brésil. À peine arrivées à Rio, elles tuent accidentellement un jeune homme trop insistant. Dès lors, tout s'emballe..!


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Pareil, et en moins bien : "Alad'2"

Comédie | de Lionel Steketee (Fr, 1h38) avec Kev Adams, Jamel Debbouze, Vanessa Guide…

Vincent Raymond | Mardi 2 octobre 2018

Pareil, et en moins bien :

Sofia a quitté Sam. Dans l’avion pour la rejoindre, Sam imagine la suite des aventures d’Aladdin, chassé de Bagdad par le cruel Shah Zaman qui, de surcroît veut épouser la princesse Shalila. Aidé par son génie, le rusé voleur repart en conquête de sa promise et de Bagdad… La coutume veut que la suite d’un succès cherche à le superlativer — en y parvenant rarement, d’ailleurs — grâce à une histoire plus époustouflante, la montée en gamme de la réalisation et une distribution de prestige. C’est visiblement ce troisième point qui a été privilégié avec le recrutement de Jamel Debbouze comme co-star (par ailleurs intercesseur idéal pour qui souhaite tourner au Maroc, semble-t-il). Mais associer les deux humoristes revient à mélanger de l’eau et de l’huile (ou l’inverse) ; de fait, chacun déroule son one man show à sa sauce dans son segment de film sans qu’il y ait réellement de rencontre. On suit donc en alternance des sketches où Kev, aventurier aux adbos souriants, croise pléthore de stars venues faire des caméos, et d’autres où Djamel, en félon, b

Continuer à lire

Julien Hallard : « Ce qui m’intéresse, c’est que le message passe »

Comme des garçons | S’il n’a tourné aucune image de son film inspiré de l’équipe de foot féminine de Reims dans la ville de ses exploits, Julien Hallard est bien allé à Avignon pour parler aux Rencontres du Sud de "Comme des garçons"…

Vincent Raymond | Mardi 24 avril 2018

Julien Hallard : « Ce qui m’intéresse, c’est que le message passe »

Y a-t-il a un lien entre le foot et votre mère, à qui vous avez dédié ce film ? Julien Hallard​ : C’est une dédicace affective avant tout. S'il y en avait un, ce serait sur la cause féministe — ma mère était très engagée. Et comme elle aimait le cinéma, je me devais de lui dédier mon premier film. Quel est votre propre rapport au foot ? J’ai joué dans le Calvados chez les poussins, j’aime ça depuis l’enfance. Et je m’intéresse vraiment au football féminin, ce n’est pas un truc opportuniste : je suivais Lyon et l’équipe de France, ça joue bien. Au moment où les hommes plongeaient en 2010, les filles faisaient une bonne coupe du monde, ça m’a inspiré. Elles vont trouver leur place dans ce sport majeur, avec beaucoup d’argent. Et si elles arrivent à s’imposer, elle s’imposeront dans le sport le plus populaire sur la planète. Donc j’aimerais bien que ça arrive. À partir de quand la fiction prend-elle ici le pas sur l’histoire authentique ? La majeure partie de ce que vous voyez dans le film est vraie, final

Continuer à lire

Droites aux buts : "Comme des garçons"

Comédie | de Julien Hallard (Fr., 1h30) avec Max Boublil, Vanessa Guide, Bruno Lochet…

Vincent Raymond | Mardi 24 avril 2018

Droites aux buts :

1969, Reims. Journaliste sportif sûr de lui et macho, Paul Coutard écope d’un sanction : trouver une attraction pour la kermesse annuelle. Boutade au départ, l’idée d’un match de foot féminin est retenue, et se mue en croisade pour le droit aux femmes de jouer comme des garçons… Réunir dans un même film le foot (en année de Coupe du monde), le vintage sixtize-séveuntize et le féminisme, voilà ce qui s’appelle faire un panier à trois points. Ou un strike. Enfin un truc de sportif drôlement fortiche augmentant sensiblement les chances d’attirer les regards sur son travail. L’opération est à double tranchant : s’il ne répond pas aux attentes qu’il cherche à susciter, Comme des garçons ne sera pas qu’un film bancal. Mais LE film raté sur le foot féminin, c’est-à-dire une raison supplémentaire pour ses détracteurs de s’en gausser — on ne sait trop ce qui l’emporte chez eux entre puérilité et l’ignorance. Cela dit, vu que Mohamed Hamidi commence ces prochains jours le tournage des Footeuses avec Kad Merad, il faut qu’ils s’habituent.

Continuer à lire

Viens pas chez moi, j’habite avec une copine : "Ami-ami"

Comédie | Vaste famille ayant donné naissance au meilleur (L’Auberge espagnole) comme au pire (Five), la comédie-de-colocation-entre-potes s’enrichit d’un nouveau (...)

Vincent Raymond | Mercredi 17 janvier 2018

Viens pas chez moi, j’habite avec une copine :

Vaste famille ayant donné naissance au meilleur (L’Auberge espagnole) comme au pire (Five), la comédie-de-colocation-entre-potes s’enrichit d’un nouveau rejeton tentant le vaudeville contemporain sans pour autant recourir à la grivoiserie. Louable effort compensant les maladresses d’usage d’un premier film alternant potacherie classique et audaces scénaristiques. Le cœur brise par son ex-, le “héros” de ce badinage s’installe avec sa meilleure copine, en tout bien tout honneur. Une nouvelle histoire d’amour lui cause un double embarras : il n’ose avouer à sa conquête qu’il “vit“ avec une amie, laquelle se montre plus que jalouse : possessive. Si le côté “Guerre des Rose” avec saccage majuscule de l’appartement sent le réchauffé, reconnaissons que le réalisateur Victor Saint Macary surprend en renversant une situation très convenue : ici, ce n’est plus le mec qui rompt un pacte d’amitié homme-femme et en détruit l’harmonie mais bien l’amie éconduite — sortir du schéma du mâle forcément prédateur a d’ailleurs pour effet de désorienter cert

Continuer à lire

Five

ECRANS | de et avec Igor Gotesman (Fr, 1h42) avec également Pierre Niney, François Civil, Margot Bancilhon, Idrissa Hanrot…

Vincent Raymond | Mardi 29 mars 2016

Five

À chaque époque, sa vision de la colocation. Revendiquant L’Auberge espagnole (2002), Five se veut un film de joyeux potes idéalisant une chouette vie autarcique d’enfants gâtés sans contraintes, habitués à voir leurs moindres caprices assouvis par Sam (justement surnommé “Sam régale”) l’amphitryon de la bande — lequel dupe son père pour disposer à l’envi de la fortune familiale, avant d’être démasqué par icelui. D’une morale déjà douteuse, le tableau s’aggrave lorsque le fameux Sam trouve dans le mensonge et surtout le trafic de drogue la solution naturelle à ses problèmes ; et que ses “amis pour la vie” manifestent leur profonde solidarité en se dissociant de lui dès qu’il plonge. On résume : des personnages profiteurs, individualistes, arnaqueurs, délateurs ; une vision caricaturale de la banlieue où les trafiquants sont arabes et barbus, de l’argent facile sans beaucoup se fatiguer, une crudité du dialogue en dent de scie (malgré quelques audaces, le ton demeure timoré) et un manque de fond. Référence de Gotesman, Klapisch avait assorti son film d’un questionnement sur le processus de maturation personnelle ; il n’a pas droit au b

Continuer à lire

Le Grand retournement

ECRANS | De Gérard Mordillat (France, 1h17) avec Jacques Weber, François Morel, Patrick Mille...

Jerôme Dittmar | Vendredi 18 janvier 2013

Le Grand retournement

À chaque crise ses films d'époque. C'est en suivant cet adage, pour mieux le renverser par le langage et nos traditions, que Gérard Mordillat adapte la pièce de Frédéric Lordon, D'un retournement l'autre - comédie sérieuse sur la crise financière. Par le langage, le verbe et donc l'écriture, puisque tout dans cette relecture des évènements sous l'ère Sarkozy (ici roitelet égaré entouré de banquiers peu scrupuleux et bardé de conseillers zélés) est joué comme du Molière et de façon purement théâtrale, jusqu'au décor épuré. On n'a rien contre ce genre d'expérience (d'autres l'ont fait depuis belle lurette), mais il faut dire que le procédé, pas très malin cinématographiquement, se révèle vite assez saoulant. Entendre chanter en alexandrins la novlangue bancaire pour s'en moquer joyeusement amuse deux minutes, mais l'ironie du dispositif ne va pas très loin. Pire, les banalités satiriques s'enchaînent jusqu'à transformer le tout en petite pochade pouet-pouet bien de chez nous. Jérôme Dittmar

Continuer à lire