"Dora ou les névroses sexuelles de nos parents" de Stina Werenfels : Dora explore l'amour

ECRANS | de Stina Werenfels (Sui, 1h28) avec Victoria Schulz, Lars Eidinger, Jenny Schily…

Vincent Raymond | Mardi 6 juin 2017

Photo : © Alamode


« Différente », selon sa mère, agissant souvent avec la spontanéité désinhibée d'une enfant, Dora vient de fêter ses 18 ans. Libérée des traitements, elle découvre des pulsions nouvelles. Le hasard place sur sa route un homme trouble qui la viole, mais avec lequel elle va entretenir une relation, jusqu'à se retrouver enceinte.

Attention, exception ! Dans le cinéma traitant du handicap, il est hélas rare que le fond et la forme présentent simultanément de l'intérêt. Stina Werenfels accomplit donc un petit miracle de délicatesse avec ce premier long-métrage abordant l'épineuse question (en particulier pour leurs parents) de l'autonomie sexuelle des personnes en situation de handicap mental.

Lumineux grâce à une photographie éclatante, son film épouse volontiers la singularité du regard de Dora, à la pureté innocente et inconditionnelle — mais non universel, car elle choisit qui elle aime. Et en dépit de ce contexte de départ atypique, tout (des rivalités générationnelles mère/fille à la proximité père/fille, en passant par l'étendue de la gamme de sentiments exprimés par Dora), nous ramène à un schéma connu, prouvant qu'il n'y a pas “d'amour handicapé” — en l'occurrence, juste un obscène profiteur.

Apprécions pour finir l'interprétation de Victoria Schulz, qui pourrait en remontrer aux stars hollywoodiennes s'égarant dans de soi-disant performances…


Comment j'ai rencontré mon père

De Maxime Motte (Fr, 1h25) avec François-Xavier Demaison, Isabelle Carré...

De Maxime Motte (Fr, 1h25) avec François-Xavier Demaison, Isabelle Carré...

voir la fiche du film


Dans la famille d’Enguerrand, petit garçon adopté d’origine africaine, rien ne se fait comme ailleurs !Son père, Eliot, assume si peu d’être un père adoptif qu’il bassine son fils à longueur de journée sur ses origines africaines. Pour sa mère, Ava, Eliot en fait trop : trop aimant, trop étouffant…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Personal Shopper" : perservare diabolicum est

ECRANS | de Olivier Assayas (Fr, 1h45) avec Kristen Stewart, Lars Eidinger, Sigrid Bouaziz…

Vincent Raymond | Mardi 13 décembre 2016

Avec Personal Shopper, Olivier Assayas s’essaie au film fantastique-lol — un truc si improbable qu’il devrait prêter à rire tant il se prend indûment au sérieux. Las, d’aucuns ont dû lui trouver une insondable profondeur, une beauté ineffable, au point de le juger digne de figurer dans un palmarès. En découle un aberrant Prix de la mise en scène à Cannes — dépouillant de fait Cristian Mungiu de l’intégrité de ses justifiés lauriers. On suit donc ici une jeune Américaine, Maureen, chargée de garnir la penderie parisienne d’une quelconque vedette, entre une session d’emplettes et une vague séance de spiritisme. Car Maureen, plus ou moins médium ayant perdu son frère jumeau, guette la manifestation post mortem d’icelui… Prolongation morne et inutile du ticket de Kristen Stewart chez Assayas, après l’inégal

Continuer à lire