"Le Grand Méchant Renard et autres contes" de Benjamin Renner : animaux animés

ECRANS | Révélé par le tendre Ernest & Célestine, le réalisateur Benjamin Renner revient avec un projet qu’il a cette fois couvé depuis l’œuf : une lointaine (et désopilante) relecture du Roman de Renart, mâtinée de Konrad Lorenz et de Robert McKimson. Une nouvelle réussite.

Vincent Raymond | Mardi 20 juin 2017

Photo : © Folivari / Panique!


C'est un peu la kermesse de fin d'année à la ferme, où Renard présentent trois spectacles interprétés par les animaux : comment le lapin a remplacé à la patte levée la cigogne dans la livraison d'un bébé, comment le canard s'est substitué au Père Noël ; entre les deux s'intercalant l'histoire de Renard, devenu papa poule de poussins destinés à son estomac…

D'abord, un constat anecdotique : Benjamin Renner n'a toujours pas signé de long-métrage original puisqu'après Ernest & Célestine (adapté de Gabrielle Vincent), ce programme est en réalité constitué d'un assemblage de trois courts à l'origine prévus pour la télévision, tiré de sa propre BD. Cela ne signifie pas que l'univers de Renner souffre d'un manque d'originalité, au contraire ! Il insuffle dans ses réalisations un savant dosage d'humour et de poésie mêlés, qui fait écho à sa touche graphique.

Les œufs sont frais

Chez lui, le trait délimite des zones mais ne les clôt jamais tout à fait ; quant aux couleurs, elles obéissent aux caprices chromatiques de l'aquarelle. Il n'y a donc aucune limite nette, aucun aplat tranché, mais une douceur enveloppante bien commode, créant un climat cotonneux rendant superflue tout tentation de bêtifier afin de s'attirer les bonnes grâces du jeune public.

Ainsi, Renner peut parler aux enfants comme à des adultes (et réciproquement) dans ses historiettes, se jouant de la bêtise d'animaux anthropomorphisés pour moquer ce qu'il y a d'humain en eux. Cette bêtise est féconde, et engendre du gag pur, débarrassé du fardeau référentiel et de la connotation. Il s'agit ici de revenir à l'essence du rire, au plaisir naïf du spectateur qui viendrait de sortir de sa coquille, comme le premier Renard venu…

de Benjamin Renner & Patrick Imbert (Fr, 1h20) animation avec les voix de Céline Ronte, Boris Rehlinger, Guillaume Bouchède…


Le Grand Méchant Renard et autres contes

De Benjamin Renner, Patrick Imbert (Fr, 1h20) animation

De Benjamin Renner, Patrick Imbert (Fr, 1h20) animation

voir la fiche du film


Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent, on y trouve des animaux particulièrement agités, un Renard qui se prend pour une poule, un Lapin qui fait la cigogne et un Canard qui veut remplacer le Père Noël. Si vous voulez prendre des vacances, passez votre chemin…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La grande journée des enfants au Pathé

Dépêche | Puisque les parents restent à Lyon pour voter ce week-end, ils vont pouvoir emmener leur progéniture au cinéma. La traditionnelle Grande journée des enfants (...)

Vincent Raymond | Mardi 13 juin 2017

La grande journée des enfants au Pathé

Puisque les parents restent à Lyon pour voter ce week-end, ils vont pouvoir emmener leur progéniture au cinéma. La traditionnelle Grande journée des enfants revient avec trois films : la reprise d’un Disney, Aladdin (1992) et deux avant-premières forcément très attendues : d’abord Le Grand Méchant Renard de Benjamin Renner (Ernest & Célestine), adapté de son album, puis le nouvel épisode des aventures de Flash McQueenn Cars 3. Le Grand Méchant Renard Aux Pathé Bellecour, Vaise et Carré de Soie le dimanche 18 juin dès 11h

Continuer à lire

Benjamin Renner en dédicace

ECRANS | Révélé par le long-métrage d’animation Ernest & Célestine (2012), lauréat d’un César et cité à l’Oscar, Benjamin Renner est retourné à ses premières amours (...)

Vincent Raymond | Mardi 2 février 2016

Benjamin Renner en dédicace

Révélé par le long-métrage d’animation Ernest & Célestine (2012), lauréat d’un César et cité à l’Oscar, Benjamin Renner est retourné à ses premières amours d’illustrateur le temps d’un album, Le Grand Méchant Renard. Bien entendu, cette publication lui a valu une nouvelle distinction, le Prix de la BD FNAC ; il sera en dédicace à la FNAC Bellecour le mercredi 17 février dès 14h30. Venez avec vos ours, souris, renards et albums domestiques.

Continuer à lire

Ernest et Célestine

ECRANS | Il y a le bas, le monde des souris ; et il y a le haut, celui des ours. Le travail des uns s’appuie sur celui des autres : pendant que les ours se (...)

Christophe Chabert | Mardi 4 décembre 2012

Ernest et Célestine

Il y a le bas, le monde des souris ; et il y a le haut, celui des ours. Le travail des uns s’appuie sur celui des autres : pendant que les ours se pourrissent les dents à se gaver de sucreries, dont le commerce assure la prospérité des nantis, les souris récupèrent leurs ratiches qu’elles liment de manière à s’en faire de superbes dentiers avec lesquels elles pourront ronger et creuser des galeries. Ainsi va l’ordre de la société dans Ernest et Célestine, et les institutions veillent à ce que celui-ci ne soit jamais déréglé : policiers, juges et éducateurs ne sont là que pour garantir la pérennisation du système. Sauf qu’un jour, l’imprévisible se produit : une petite souris nommée Célestine décide de prendre son indépendance, refuse le métier de dentiste auquel on la promet et n’écoute plus les injonctions de sa mère supérieure. Elle s’aventure à la surface et croise la route d’Ernest, qui lui aussi ne veut pas vivre selon la norme : il est un peu artiste, un peu mendiant, très paresseux. De leur rencontre va naître une utopie douce où la bohème ébranle le conformisme social. On l’aura compris, Ernest et Célestine n’est pas seulement une fable

Continuer à lire