« Notre plus grande force, c'est notre empathie émotionnelle » selon Matt Reeves

La Planète des Singes : Suprématie | Avec "La Planète des Singes : Suprématie", le réalisateur de "Cloverfield" Matt Reeves clôt la Trilogie simiesque, toujours accompagné par l’indispensable Andy Serkis. Rencontre avec deux sacrés primates.

Vincent Raymond | Mercredi 2 août 2017

Photo : © 20th Century Fox


Qu'avez-vous souhaité explorer dans cet ultime volet de la trilogie ?
Matt Reeves
: Je voulais montrer ce moment où le personnage de César risquait de perdre l'empathie émotionnelle qu'il éprouve autant pour les Hommes que pour les Singes — car il n'est ni tout à fait l'un, ni tout à fait l'autre —, et sur laquelle repose son héroïsme. Cela m'intéressait de mettre le spectateur pendant deux heures dans la peau de César, confronté à la guerre entre les humains, mais aussi à une lutte intérieure comme nous en connaissons tous.

Andy Serkis : J'ai beaucoup de chance d'avoir participé à une telle trilogie, qui a une âme, un sens, une vérité et un message politique. C'est incroyable d'avoir pu passer de l'enfance à la fin de vie, mais aussi de voir un personnage de leader trouvant sans cesse des solutions pacifiques découvrir le phénomène de la haine. Le faire passer à l'acte, voire tuer, était pour moi un formidable défi physique et psychologique.

Bien qu'étant de tous les plans, vous n'êtes jamais jamais reconnaissable à l'écran. Que retrouvez-vous de vous en César ?
AS : Je me vois effectivement dans chaque plan, parce que je reconnais ma réplique, mon jeu face à mon partenaire, mais surtout mes choix d'acteur. Chaque expression correspond à la pensée qui l'accompagne pendant que je suis César. Grâce travail sur les effets spéciaux de Weta Digital, on voit les intentions des acteurs à un degré inimaginable, avec une fidélité vraiment palpable. C'est un équilibre tellement délicat : on veut que le jeu et la performance soient traduits dans une seule physionomie. Matt tenait beaucoup que l'écho du travail des acteurs apparaisse à l'écran.

MR : Pendant le montage chez Weta, j'avais toujours un écran avec l'image des acteurs. Si Andy jouait à la fois la colère et la tristesse, on cherchait avec les animateur à amener les deux éléments simultanément.

Est-ce que le désir de vengeance est le trait le plus humain de César ?
AS : Oui, et quelle extraordinaire contradiction ! On s'imaginerait que plus les chimpanzés deviennent civilisés, plus ils deviennent de meilleures créatures. Or c'est tout le contraire : ils évoluent vers un monde sombre et dur. Mais si vous étiez dans la peau de César et aviez subi la même perte familiale, seriez-vous capable de pardonner, ou iriez vous jusqu'au bout de votre vengeance pour qu'elle soit assouvie ? Seriez-vous capable d'être rationnel ? C'est intéressant de mettre le public dans ce labyrinthe moral, et que le voyage de César soit aussi le sien

MR J'ai parlé avec beaucoup de spécialistes des primates. Pour eux, le sens de la vengeance n'est pas typique de l'animal ; au contraire, il a une grande capacité pour l'empathie. En revanche, parce que nous avons une nature avancée, notre espèce va souvent vers la forme la plus horrible de vengeance. Lorsque j'écrivais le scénario, j'étais frappé par l'idée que les êtres humains associent l'émotionnel à de la faiblesse. Alors que notre plus grande force, c'est notre empathie émotionnelle.

Le langage rend les Singes humains. Dans Suprématie, une petite fille (Nova) perd le langage, mais conserve pourtant son humanité…
MR : Les scènes les plus émotionnelles étaient celles sans paroles, en particulier celles où Maurice l'orang-outang rencontre Nova. Tout se passe à travers la présence et le regard. J'ai d'ailleurs demandé aux deux acteurs de regarder face caméra pour que le public les voie en gros plan et le ressente. Dans la scène où Nova vient voir César enfermé, ils n'échangent aucune parole, mais elle voit bien que César est désespéré, dans une tristesse absolue ; elle fait le seul geste qu'elle a appris qui indique « est-ce que tu as soif ? » et elle lui amène à boire. C'est à ce moment là que César commence à gagner en empathie.

Dans Suprématie, le langage est réduit à sa stricte essence. Ce n'est pas le moyen de communication le plus important. D'ailleurs, dans Les Origines, que je n'ai pas réalisé, il n'y avait que quatre mots : « No » et « Cesar is Home ». Dans L'Affrontement, où le langage commençait à devenir une indication d'évolution, au contraire, la communication est plus riche, même si elle est encore au niveau balbutiement. À cette époque, mon fils avait un an, et il disait « No » exactement de la même manière que César : une première forme d'intelligence est là et elle se verbalise.

AS : C'était très important que le langage reste crédible. Pour L'Affrontement par exemple, l'usage du langage reste primal, le rythme est guttural, saccadé : ce sont plutôt des expulsions de sons que des phrases. J'avais une gouttière comme les boxeurs. Ici, le personnage a évolué ; son langage est à présent davantage articulé et il peut à présent construire des phrases plus longues, transmettre à travers le langage des émotions, du sens. Et puis, c'était obligé qu'il parle mieux et plus vite : vu toutes les scènes avec le Colonel, le film aurait duré des plombes ! (rires)


La Planète des singes - Suprématie

De Matt Reeves (ÉU, 2h20) avec Andy Serkis, Woody Harrelson... Dans ce volet final de la trilogie, César, à la tête des Singes, doit défendre les siens contre une armée humaine prônant leur destruction. L’issue du combat déterminera non seulement le destin de chaque espèce, mais aussi l’avenir de la planète.
Les 6 Rex 13 rue Saint-Jacques Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

César doit mourir : "La Planète des Singes - Suprématie" de Matt Reeves

Saga | Dans cet ultime volet de la trilogie, tout est bien qui finit simien. Mais qu’on ne compte pas sur nous pour révéler le pourquoi du comment : les Humains n’ont sur cette Planète plus voix au chapitre…

Vincent Raymond | Mardi 4 juillet 2017

César doit mourir :

Chef incontesté des Singes, César aspire à vivre en paix avec son peuple. Mais un bataillon mené par le Colonel vient le défier en semant la mort parmi les siens. Le chimpanzé parlant se résout donc à l’affronter. En route vers son destin, il adopte une étrange fillette muette… La Planète des Singes est l’exemple rare d’une franchise dont l’intérêt ne s’émousse pas au fil des épisodes. Au volume 3 de la série en cours — dont César est le fil conducteur — on assiste même à un point d’orgue épique et tragique : Suprématie n’a rien d’une conclusion sommaire sans enjeu. C’est un total western darwinien. S’il propose sa récurrente lecture écologique en plaçant à nouveau l’humain en situation d’“espèce menacée” (l’inscription se trouve d’ailleurs arborée par un soldat sur son casque) du fait de l’avènement des singes, il suggère un moyen plus raffiné pour oblitérer l’ancien maître de la planète de son humanité — qui ne constituera cependant pas une surprise aux familiers de la saga. Au-delà, Suprématie

Continuer à lire

10 Cloverfield Lane

ECRANS | de Dan Trachtenberg (É-U, 1h50) avec Mary Elizabeth Winstead, John Goodman, John Gallagher Jr.…

Vincent Raymond | Mardi 15 mars 2016

10 Cloverfield Lane

En 2008, Matt Reeves électrochoquait le principe du film catastrophe apocalyptique en hybridant faux found footage et monstres exterminateurs dans Cloverfield, une expérience de cinéma aussi accomplie du point de vue théorique que spectaculaire. Ni suite, ni spin-off classique, 10 Cloverfield Lane s’inscrit dans sa lignée en combinant atmosphère de fin du monde, huis clos sartrien avec potentiel(s) psychopathe(s)… et monstres exterminateurs. Producteur des deux volets, J.J. Abrams pourrait lancer une franchise en s’attaquant ensuite au mélo, à la comédie musicale, au polar : tout peut convenir, du moment que l’on ajoute “Cloverfield” dans le titre et intègre des monstres en codicille ! Si Cloverfield montrait une fiesta virant au massacre, puis au survival, 10 Cloverfield Lane démarre privé de toute insouciance par une rupture pour se précipiter, très vite, dans le confinement subi d’un bunker et sa promiscuité. C’est que les temps ont changé : l’inquiétude et la paranoïa règnent. Plus pressante, la menace n’est plus le seul fait d’entités étrangères ; elle émane aussi de bon gros rednecks se révélant immédiatement

Continuer à lire

La Planète des singes : l’affrontement

ECRANS | Cruelle déception : cette deuxième partie censée expliciter les origines du récit de Pierre Boulle ne possède ni l’efficacité, ni la puissance politique du premier volet, Matt Reeves se coulant dans le moule industriel du blockbuster estival. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 15 juillet 2014

La Planète des singes : l’affrontement

Alors que personne ne misait un kopeck sur son éventuelle réussite, La Planète des singes : les origines avait séduit à peu près tout le monde par son mélange d’exploit technique et d’efficacité narrative, sans parler de son étonnant contenu politique, où les esclaves-singes se révoltaient contre leurs maîtres-humains. Rupert Wyatt et ses deux scénaristes, Rick Jaffa et Amanda Silver, avaient eu l’intelligence de coller aux codes du film de prison pour conférer à ce prequel la vitesse et la sécheresse des meilleures séries B. Dans un monde bien fait, on aurait dû en rester là et regarder en boucle ce modèle de divertissement intelligent. Mais la loi hollywoodienne exige qu’on ne laisse jamais un succès dormir sur ses deux oreilles… Wyatt au placard, remplacé par Matt Reeves, Jaffa et Silver cornaqués par le renégat Mark Bomback — le dernier Wolverine, le quatr

Continuer à lire

Cadavres à la pelle

ECRANS | De John Landis (Ang, 1h31) avec Simon Pegg, Andy Serkis…

Christophe Chabert | Mercredi 6 juillet 2011

Cadavres à la pelle

Comme Joe Dante ou John Carpenter (avec qui il officia au sein des Masters of horror), les années 2000 ont été dures pour John Landis. Son retour avec cette comédie où l’on sourit plus que l’on ne rit est une relative bonne nouvelle, même si le film a l’air d’avoir dix ans de retard (ce qui lui donne paradoxalement un petit charme rétro). Landis prend son temps pour raconter les tribulations de deux pauvres types dans l’Angleterre victorienne, assassinant plus misérable qu’eux pour vendre des cadavres aux anatomistes londoniens. Entre Pegg le romantique et Serkis le pragmatique, le film développe un humour gentillet loin du rire noir promis, et Landis glisse ici et là ses habituels clins d’œil cinéphiles. Voir "Cadavres à la pelle", c’est comme aller boire une bière avec un pote qu’on n’a pas vu depuis longtemps : on passe un bon moment, mais on l’a oublié au réveil.Christophe Chabert 

Continuer à lire

Cloverfield

ECRANS | Un blockbuster tourné en faux-direct où des monstres attaquent Manhattan : Matt Reeves et JJ Abrams arrivent, malgré des faiblesses criantes, à renouveler le film-catastrophe en inaugurant la grande tendance de ce début d'année. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 13 février 2008

Cloverfield

Après un avertissement mystérieux nous prévenant que le film que nous allons voir à été retrouvé sur le site anciennement appelé «Central Park», Cloverfield démarre en caméra vidéo subjective sur une poignée de séquences absolument inintéressantes. Un petit couple au saut du lit, elle nue dans les draps, lui derrière sa DV ; «Ça va se retrouver sur Internet !», lui (et nous) dit-elle. Plus tard, la caméra a changé de main, et la demoiselle d'amoureux. C'est maintenant un geek lourdaud qui filme la soirée d'adieu de l'amant éconduit, et chaque participant doit lui enregistrer un petit message. Comme on regarde la cassette en entier, on se farcit toutes les longueurs et tous les ratés de cet amateur plutôt doué pour le cadre. Après une énorme explosion, la panique s'installe, tous les convives fuient dans la rue où ils assistent, médusés, à la décapitation de la statue de la liberté. You entube Qu'on se le dise, Cloverfield repose sur un concept malin proprement piqué à celui du Projet Blair Witch, en plus abouti toutefois. JJ Abrams, créateur de Lost et véritable instigateur de la supercherie, pratique ainsi

Continuer à lire