Fête comme chez vous : "The Party" de Sally Potter

ECRANS | de Sally Potter (G-B, 1h08) avec Kristin Scott Thomas, Timothy Spall, Patricia Clarkson…

Vincent Raymond | Mardi 12 septembre 2017

Photo : © Sally Potter


Ministre de la Santé ! Tout juste nommée à ce poste prestigieux, Janet compte fêter la nouvelle avec son mari et des proches. Hélas, la soirée en petit comité va sonner l'halllali de son couple, de ses amitiés, de sa carrière, de ses illusions…

Sally Potter réunit une distribution de poids pour ce tout juste long métrage — bien lui a pris de ne pas chercher à le rallonger par principe en diluant l'intrigue : elle l'aurait abîmée. Empruntant au théâtre son huis clos, elle ne se trouve cependant pas prisonnière de son décor grâce à une réalisation et un montage nerveux, à l'unisson de l'ambiance électrique de la soirée.

Le choix esthétique du noir et blanc, marqueur inconscient du genre polar, surprend — et l'affiche, montrant l'héroïne brandissant un pistolet (reprenant une double image-clef du film) pourrait l'accréditer. En réalité, la dualité des personnages se trouve ainsi représentée (et ses moyens termes dans leurs nuances de gris). Et si le noir finit par dévorer l'écran, c'est parce que la fête célèbre en définitive le deuil des idéologies ; on imagine mal une veillée funèbre britannique se transformer en Holi indienne. Ce serait… shoking, isn't it ?


The Party

De Sally Potter (EU, 1h08) avec Kristin Scott Thomas, Timothy Spall...

De Sally Potter (EU, 1h08) avec Kristin Scott Thomas, Timothy Spall...

voir la fiche du film


Janet vient d’être nommée ministre de la santé, l’aboutissement de toute une carrière. Elle réunit avec son époux Bill quelques amis proches. Mais la fête prend un tournant inattendu.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Fais ce que doigts… : "Au bout des doigts"

De concert | De Ludovic Bernard (Fr, 1h45) avec Jules Benchetrit, Lambert Wilson, Kristin Scott Thomas…

Vincent Raymond | Mardi 18 décembre 2018

Fais ce que doigts… :

Pianiste virtuose et quasi-autodidacte, Mathieu Malinski est repéré dans une gare par le directeur du Conservatoire de Paris qui veut l’intégrer à son école. Mais le jeune banlieusard est indocile, de surcroît piégé par un passif de petite délinquance. Un lent apprentissage s’engage… Massifs himalayens, gammes chromatiques… Ludovic Bernard semble affectionner tout ce qui monte. Après L’Ascension, il opte ici toutefois pour un décor plus classique — même si la trame de base reste identique : cela demeure l’histoire d’un djeun’s s’extrayant de sa banlieue au prix d’un exploit, faisant mentir conjointement le déterminisme social et les préjugés. Accessoirement, il triomphe aussi de son orgueil et de ses préjugés. Réglé comme du papier à musique, mais Jules Benchetrit a un telle mine de Rod Paradot qu’on y croirait. N’oublions pas Lambert Wilson : en Richard Descoings du Conservatoire, doté d’une faille intime mais résolu à révéler les talents d’où qu’ils proviennent, il est criant de vérité — à croire qu’il

Continuer à lire

Mr Turner

ECRANS | Étrange essai de Mike Leigh autour du peintre Turner, qui s’efforce de casser son image romantique en le transformant en un homme bourru et peu aimable, tout en s’enfonçant dans une mise en scène beaucoup trop solennelle. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 2 décembre 2014

Mr Turner

N’importe quelle bio filmée d’artiste — qu’il soit peintre, écrivain, chanteur ou cinéaste — repose sur la même idée : derrière le génie, il y a un homme complexe et torturé. Mike Leigh, en s’attaquant à la figure de Turner, peintre ayant magnifié le romantisme anglais, n’échappe pas à la règle, mais son approche est beaucoup plus radicale. Alors que Turner-le peintre est en quête de sublime dans son art, Turner-l’homme est un individu rugueux, qui s’exprime par des grognements, tire perpétuellement la gueule, se comporte de manière rustre avec les femmes et méprise profondément ses contemporains. La misanthropie du personnage fait écho à celle du cinéaste, toujours prompt à livrer de l’humanité des portraits sarcastiques et cruels, pointant sa lâcheté, son égoïsme et sa laideur. Confronté à une forme d’alter ego, Leigh lui témoigne une tendresse inattendue, sans aucun doute ce qu’il y a de mieux dans Mr Turner. Ainsi des rapports entre Turner et son père, qui s’avère être son lien le plus solide avec le monde, complicité fusionnelle qui conduit, à sa mort, à un instant particulièrement déchirant : Turner craque et cet ours mal léché fond en larmes comme un gami

Continuer à lire

Only God forgives

ECRANS | Nicolas Winding Refn rate le virage post-Drive avec ce film vaniteux qui ressemble à l’œuvre d’un chef décorateur surdoué cherchant sans y parvenir quelque chose à raconter. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 22 mai 2013

Only God forgives

Quand on avait découvert Drive, Nicolas Winding Refn n’était plus un inconnu : la trilogie Pusher et le génial Bronson avaient déjà montré l’étendue de son talent et de ses ambitions. Si surprise il y avait, c’était celle d’un cinéaste qui synthétisait dans une forme pop et romantique un creuset d’influences et de codes qu’il arrivait à régénérer. Avec Only God forgives, Winding Refn tombe dans son propre maniérisme et ce qui hier relevait du plaisir se transforme ici en effort désespéré pour faire autre chose que de l’imagerie pure et simple. L’argument, en soi, n’est pas plus original que celui de Drive : en Thaïlande, deux frères vivotent entre matchs de boxe et trafics de drogue. Le plus âgé, dans un coup de folie, tue une prostituée, avant d’être à son tour massacré par le père éploré, poussé dans son geste par un flic sadique adepte du karaoké. Débarque alors la maman de la fratrie, qui va pousser le frangin survivant à accomplir sa vengeance. Destockage à Bangkok Passons sur le sous-texte

Continuer à lire

Dans la maison

ECRANS | De François Ozon (Fr, 1h45) avec Fabrice Luchini, Kristin Scott-Thomas, Emmanuelle Seigner…

Christophe Chabert | Mercredi 3 octobre 2012

Dans la maison

Germain Germain (bonjour Nabokov !) est un prof de français désespéré par la nullité de ses élèves. Alors qu’il lit leurs médiocres rédactions à sa femme qui, elle, tient une galerie d’art contemporain sur le thème sexe et pouvoir (bonjour Sade !), l’une d’entre elles sort du lot. L’élève y raconte son envie de s’introduire dans la maison d’un de ses camarades pour s’approcher de cette vie bourgeoise, avec une mère archétypale des «femmes de la classe moyenne» (bonjour Flaubert !). Germain pense qu’il y a là un talent à canaliser, sans savoir qu’il met le doigt dans un dispositif dangereux : celui qui brouille la frontière entre la réalité et la fiction, mais aussi celui de François Ozon, qui déroule ici une mécanique ludique où l’on ne sait jamais si ce que l’on nous raconte est le fruit d’une narration objective, si celle-ci a été influencée par les conseils de Germain ou encore si elle n’est que le reflet de l’imagination de son élève. Le voyeurisme littéraire de l’un rencontre le voyeurisme réel de l’autre, et tout le monde finit par vivre son fantasme (d’auteur frustré, d’adolescent orphelin, de femme délaissée) par procuration. Ozon s’amuse manifestement — et on s’

Continuer à lire

Une fiancée pas comme les autres

ECRANS | De Craig Gillepsie (EU, 1h42) avec Ryan Gosling, Patricia Clarkson…

Christophe Chabert | Vendredi 19 décembre 2008

Une fiancée pas comme les autres

Ryan Gosling est probablement l’acteur chouchou du festival de Sundance : il se cantonne surtout à des rôles difficiles, dans des productions indépendantes typiques de la politique de programmation du fameux raout select de Robert Redford – des œuvres sur des sujets de société fort, mais pas trop frondeuses quand même, hein... Après avoir mollement parlé de l’addiction dans Half Nelson ou du malaise social dans The United States of Leland, notre beau Ryan s’attaque ici au marasme affectif. Il campe Lars, vieux garçon vivant reclus dans sa bicoque juste à côté de son frère et de sa belle-sœur, dont le bonheur affiché le renvoie en permanence à sa propre inadaptation. Il va pallier ce manque de façon inattendue : un beau jour, un colis arrive à son intention, introducing une poupée gonflable qu’il va présenter à toute la communauté comme sa moitié. Oublions un quelconque parallèle avec Monique de Valérie Guignabodet : le film de Craig Gillepsie s’attache surtout, dès lors, à décrire l’empathie de la population à l’égard de son doux cinglé, dont elle entretient la névrose avec une tendresse faisant l’essentiel de la force du film. Pour ce qui est du traitement de

Continuer à lire