Trésors (jeunes) publics : "Des trésors plein ma poche"

Animation | de Ana Chubinidze, Natalia Chernysheva, Camille Müller & Vera Myakisheva (Fr, 0h35) animation

Vincent Raymond | Mardi 26 septembre 2017

Photo : © DR


Il était une fois un bonhomme miniature, un dragon mélomane, une araignée tricoteuse, un écureuil amateur de luge, une baleine et une poule voulant voler. Il était une fois six réalisatrices à l'origine de ces histoires.

Quand il n'en réalise pas lui même, le studio valentinois Folimage aime à rassembler des courts-métrages à destination du tout jeune public dans des programmations à l'éclectisme graphique réjouissant. Les six films ici présentés remplissent leur office, même si comme dans tout trésor qui se respecte, certains joyaux brillent davantage que d'autres.

Par exemple, on remarque ici l'aquarelle d'Alena Tomilova sur Le Nuage et la Baleine rappelant évidemment Le Moine et le Poisson de Michael Dudok de Wit ; ou bien La Luge de Olesya Shchukina, qui n'est pas sans évoquer le style anguleux, voire atome, de l'illustration jeunesse de la fin des années 1950.


Des trésors plein ma poche

De Ana Chubinidze, Natalia Chernysheva (Fr, 35 min) animation

De Ana Chubinidze, Natalia Chernysheva (Fr, 35 min) animation

voir la fiche du film


A partir de 3 ans Qu’on ait dans la poche un petit bonhomme, une flûte ou beaucoup de courage, on a tous un secret pour apprendre à grandir, s’entraider ou réaliser ses rêves ! Six jeunes réalisatrices emmènent les plus petits dans leurs univers tendres, drôles et poétiques.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Science-diction : "Rosa & Dara : leur fabuleux voyage"

Animation | de Natalia Chernysheva, Katerina Karhankova & Martin Duda (Tch, 0h48) animation…

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

Science-diction :

Quand un film à destination du jeune public tend à rejeter ton lénifiant et fin forcément heureuse, il faut sans tarder en souligner l’existence. C’est le cas de ce programme proposant en ouverture deux courts-métrages susceptibles de surprendre, car leur issue rappelle davantage la vie réelle que les contes de fées. L’un montre une chenille et un têtard amis “d’enfance”, ne se reconnaissant plus une fois métamorphosés ; l’autre un groupe d’enfants ayant découvert un os inconnu se heurter à l’incrédulité (et au manque de curiosité) des adultes. Deux historiettes montrant que l’ignorance (ou l’obscurantisme, l’absence d’esprit critique, etc.) nous prive de bien des trésors. Morceau central de la séance, Rosa & Dara… met en scène deux fillettes racontant à leurs camarades les incroyables aventures vécues durant les vacances dans la ferme de leurs grands-parents, grâce à une grand-mère inventrice, se saisissant du moindre prétexte pour leur prodiguer un cours de science (pendant que le grand-père lit Le Figaro…). Ce pédagogisme forcené est cependant compensé par une joyeuse fanta

Continuer à lire