Triplettes musicales à l'Auditorium

Vincent Raymond | Mardi 5 décembre 2017

Photo : © DR


Au cinéma, c'est un fait, les injustices ne manquent pas. Prenez le film d'animation Les Triplettes de Belleville (2002). S'il a valu à son réalisateur Sylvain Chomet d'être découvert et, à juste titre, apprécié, d'aucuns ont déploré que cette gloire ait insuffisamment rejailli sur un illustrateur dont le trait semble avoir été d'une inspiration déterminante : Nicolas de Crécy. Il en va de même pour la bande originale de ce film, aux accents jazzy. Bien que récompensé par un César, l'auteur de la musique demeure injustement occulté par la notoriété de l'interprète du hit-titre, Matthieu Chedid. Il est grand temps de remettre le Québécois Benoît Charest en lumière et c'est justement ce que propose l'Auditorium dans un de ces ciné-concerts dont il a le mélodieux secret.

Le compositeur et instrumentiste (il est guitariste) viendra en personne, accompagné d'une formation trépidante, agrémenter la projection de ce film. On mesurera ainsi l'importance des phrases musicales dans la construction du récit, lequel se raconte avec un minimum de mots : ils sont superflus pour narrer cette épopée haletante d'une grande-mère un peu bancale à qui des brigands ont osé enlever le petit-fils, un “forçat de la route”. Sans crainte ni peur, la vieille dame n'hésitera pas à franchir l'océan pour récupérer son adoré cycliste dérobé. Quant aux Triplettes, il ne s'agit pas d'un quelconque modèle de tricycle ni d'une équipe de pétanque, mais d'un trio de vieilles chanteuses pittoresques en rupture de music-hall parfumant l'atmosphère de leurs ritournelles swing. Méfiez-vous : elles en ont sous la pédale.

Les Triplettes de Belleville
À l'Auditorium-ONL ​le mercredi 6 décembre à 20h


Ciné-concert : Les Triplettes de Belleville

De Sylvain Chomet (2003, Fr-Cda-Bel, 1h20), mus Benoît Charest et le Terrible Orchestre

De Sylvain Chomet (2003, Fr-Cda-Bel, 1h20), mus Benoît Charest et le Terrible Orchestre

voir la fiche du film


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

À la Fondation Bullukian, chacun sa route

Bande Dessinée | Jochen Gerner, Nicolas de Crécy, Edmond Baudoin. Trois parcours parallèles qui, défiant les lois de la géométrie euclidienne, concourent en un point : la Fondation Bullukian, où ces maîtres de l’illustration exposent à l’invitation de Fanny Robin et Thierry Prat, en partenariat avec LyonBD Festival. À voir jusqu’à juillet sur inscription, en attendant l’ouverture générale…

Vincent Raymond | Jeudi 18 mars 2021

À la Fondation Bullukian, chacun sa route

Les trois illustrateurs-auteurs de BD dont la Fondation Bullukian présente les travaux se complètent dans une prodigieuse harmonie. Explorateurs de formes, avides de renouvellement, ils partagent aussi ce goût du papier — un peu laissé pour compte aujourd’hui par la jeune génération, souvent contrainte de travailler sur tablette graphique — qui fait s’émerveiller Baudoin d’avoir pu, pour Le Chemin de Saint-Jean (2004), poser ses pinceaux sur un papier d’Arches du siècle passé, miraculeusement trouvé dans les caves d’un papetier, susceptible de défier les siècles sans bouger. Sans bouger ? Voilà tout le paradoxe de la thématique réunissant Gerner, de Crécy et Baudoin : immobiliser ces voyageurs à travers leurs voyages pluriels, réels ou imaginaires, vécus et relatés. Car lorsqu’un artiste use de son médium pour retracer son chemin de vie, la traversée se superlative : par la vertu singulière du talent, l’événement le plus ordinaire peut atteindre à l’épopée, l’insignifiant au sublime poétique. La ligne Gerner

Continuer à lire

Le long voyage de l’animation française

ECRANS | Longtemps désertique, en dépit de quelques rares oasis de créativité, le cinéma d’animation français a connu depuis dix ans un fulgurant essor au point de devenir à la fois une industrie et un laboratoire. À l’occasion de la sortie d’"Ernest et Célestine", futur classique du genre, retour non exhaustif sur une histoire en devenir. Textes : Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 4 décembre 2012

Le long voyage de l’animation française

Jean Image et Paul Grimault : les pionniers Si les frères Lumière ont inventé le cinéma en prise de vues réelles et si, selon l’hilarante leçon donnée pour les vingt ans du Groland par Bertrand Tavernier, ce sont les sœurs Torche qui ont créé le cinéma de la Présipauté, le cinéma d’animation français a pour parrain — ça ne s’invente pas — Jean Image. Il fut le premier à produire un long métrage animé en couleurs, Jeannot l’intrépide (1950). Librement inspiré du Petit poucet, le film fait le tour du monde et pose les bases de l’animation à la française : jeu sur les perspectives et les motifs géométriques, imaginaire enfantin mais non exempt d’une certaine noirceur, musique cherchant à accompagner le graphisme plutôt qu’à illustrer les péripéties. Image œuvrera toute sa vie à faire exister le dessin animé en France, en devenant son propre producteur, en se lançant dans des projets ambitieux (des adaptations des Mille et une nuits ou du Baron de Münchausen) et, surtout, en créant le fameux festival du cinéma d’animation d’Annecy. Il s’en est toutefois fallu de peu pour que ce titre de pionnier ne lui soit ravi par Paul Grimault

Continuer à lire

L’Illusionniste

ECRANS | Après "Les Triplettes de Belleville", Sylvain Chomet exhume un scénario inédit de Jacques Tati, et le transforme en hommage animé aux films du cinéaste, avec une mélancolie un peu fabriquée. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 11 juin 2010

L’Illusionniste

"L’illusionniste" s’ouvre sur une belle idée. Un écran est dessiné à l’intérieur de l’écran, rideau tiré, attendant le début du film. Mais le rideau reste bloqué, et c’est un vieil illusionniste qui vient faire un numéro à la place. La silhouette de ce magicien parlera immédiatement au cinéphile : c’est celle de Jacques Tati. Un Tati las, à force de répéter les mêmes tours avec un lapin récalcitrant et un public distrait. Chomet ne se contente pas de recréer cette figure mythique du cinéma français ; il reproduit aussi son style fait de plans fixes, de répliques grognées et de gags muets. Seul le trait du réalisateur des Triplettes de Belleville fournit au film sa capacité à éviter le «à la manière de», puisque le scénario est aussi signé Tati, un inédit sorti des placards familiaux. L’Illusionniste joue donc clairement la carte de l’hommage respectueux, mais aussi d’une certaine nostalgie pour les années 50, la France des cabarets et l’Angleterre en pleine mutation swing et consumériste. Mon oncle d’Angleterre Le film accompagne ainsi son héros outre-manche : il prend un bide à Londres, va se ressourcer dans

Continuer à lire