Dany Boon ne perd pas le Nord : "La Ch'tite famille"

Comédie | de et avec Dany Boon (Fr, 1h47) avec également Laurence Arné, François Berléand, Line Renaud…

Vincent Raymond | Mardi 27 février 2018

Photo : © David Koskas


Designer star, Valentin s'est créé un passé d'orphelin par honte de sa famille nordiste prolétaire. L'irruption inopinée de celle-ci chamboule son quotidien ultra-maniaque et est la cause indirecte d'un accident le rendant amnésique mais aussi Ch'ti à nouveau. Un malheur ? Une chance.

On se souvient que le précédent Dany Boon, RAID Dingue, était littéralement inégal : après un début burlesque très convenable, le film s'enlisait dans la gaudriole franchouillarde improbable à base de travestis avec accent d'Europe centrale — Clavier aurait été lapidé s'il s'était commis là-dedans. Par un effet de symétrie assez singulier, La Ch'tite famille souffre d'un commencement désastreux (sur-caricatures de bouseux du Nord et de Parisiens prétentieux, défilé de copains people, décors hurlant le studio), que rattrape une suite à dominante tendre, illuminée par Laurence Arné — dont le personnage insupportable de prime abord évolue (et c'est heureux) très favorablement.

Ce retour aux basiques a tout de la piqûre de rappel inconsciente : Dany Boon doit sa gloire et sa fortune cinématographiques à son extraction septentrionale ; l'oublier serait se trahir. Mais s'il se montre assez malin pour éviter le piège d'une suite aux Ch'tis, il en réplique l'architecture narrative (clichés sur le Nord, parler incompréhensible, découverte de gens au cœur d'or, amour fusionnel), opérant donc une variation sur le même thème… en moins spontanée.

Reste le bonus de la présence Pierre Richard. Las, de manière étrange, son potentiel burlesque est raboté et renvoyé aux scènes coupées du générique, quand sa “grande scène” (peu convaincante visuellement) se situe en fin de film.


La Ch'tite famille

De Dany Boon (Fr, 1h48) avec Dany Boon, Laurence Arné...

De Dany Boon (Fr, 1h48) avec Dany Boon, Laurence Arné...

voir la fiche du film


Valentin D. et Constance Brandt, un couple d’architectes designers en vogue préparent le vernissage de leur rétrospective au Palais de Tokyo. Mais ce que personne ne sait, c’est que pour s’intégrer au monde du design et du luxe parisien, Valentin a menti sur ses origines prolétaires et ch'tis. Alors, quand sa mère, son frère et sa belle-sœur débarquent par surprise au Palais de Tokyo, le jour du vernissage, la rencontre des deux mondes est fracassante. D’autant plus que Valentin, suite à un accident, va perdre la mémoire et se retrouver 20 ans en arrière, plus ch’ti que jamais !


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter