La mémoire dans le faux : "À l'heure des souvenirs"

Drame | de Ritesh Batra (G-B, 1h48) avec Jim Broadbent, Charlotte Rampling, Harriet Walter…

Vincent Raymond | Mardi 3 avril 2018

Photo : © Wild Bunch Distribution


Vieux divorcé bougon, Tony occupe sa retraite en tenant une échoppe de photo. Il est confronté à son passé quand la mère de Veronica, sa première petite amie, lui lègue le journal intime de son meilleur camarade de lycée, Adrian. Seulement, Veronica refuse de le lui remettre. À raison…

À mi-chemin entre le drame sentimental à l'anglaise pour baby-boomers grisonnants (conduite à gauche, tasses de thé, humour à froid et scènes de pub) et l'enquête alzheimerisante (oh, la vilaine mémoire, qui nous joue des tours !), ce film qui n'en finit plus d'hésiter se perd dans un entre-deux confortable, en nous plongeant dans les arcanes abyssales de souvenirs s'interpénétrant (et se contredisant) les uns les autres. Une construction tout en méandres un peu téléphonée qui fait surgir ici un rebondissement, là Charlotte Rampling et permet à Jim Broadbent d'endosser à nouveau un ces rôles de gentils râleurs-qu'on-aimerait-bien-avoir-pour-grand-père/père/tonton/compagnon qu'il endosse comme une veste en tweed. À siroter entre un haggis et un scone.


A l'heure des souvenirs

De Ritesh Batra (Angl, 1h48) avec Jim Broadbent, Charlotte Rampling...

De Ritesh Batra (Angl, 1h48) avec Jim Broadbent, Charlotte Rampling...

voir la fiche du film


Dans son magasin de photographie de Londres, Tony Webster mène une existence tranquille. Sa vie est bousculée lorsque la mère de Veronica Ford, son premier amour, lui fait un étonnant lègue : le journal intime d’Adrian Finn, son meilleur ami du lycée. Replongé dans le passé, Tony va être confronté aux secrets les plus enfouis de sa jeunesse. Les souvenirs sont-ils le pur reflet de la réalité ou autant d'histoires que nous nous sommes racontées ?


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter