Farandole d'avant-premières

Vincent Raymond | Lundi 24 septembre 2018

Photo : © Mars Distribution


La semaine d'avant-première se poursuit dans les cinémas Pathé avec notamment Pupille jeudi 27 septembre à 20h, Un homme pressé (avec Fabrice Luchini, actuellement en tournage dans la ville pour un autre film, et inspiré de la vie du grand patron Christian Streiff) le lendemain à la même heure, ainsi que le nouveau film de et avec Kheiron, Mauvaises Herbes, dans lequel il dirige Catherine Deneuve et André Dussollier dimanche 30. On ne prend jamais assez d'avance.

Au Pathé Carré de Soie, Vaulx-en-Velin et Vaise


Pupille

De Jeanne Herry (Fr, 1h55) avec Sandrine Kiberlain, Gilles Lellouche...

De Jeanne Herry (Fr, 1h55) avec Sandrine Kiberlain, Gilles Lellouche...

voir la fiche du film


Théo est remis à l'adoption par sa mère biologique le jour de sa naissance. C'est un accouchement sous X. La mère à deux mois pour revenir sur sa décision...ou pas. Les services de l'aide sociale à l'enfance et le service adoption se mettent en mouvement. Les uns doivent s'occuper du bébé, le porter (au sens plein du terme) dans ce temps suspendu, cette phase d'incertitude. Les autres doivent trouver celle qui deviendra sa mère adoptante. Elle s'appelle Alice et cela fait dix ans qu'elle se bat pour avoir un enfant. PUPILLE est l'histoire de la rencontre entre Alice, 41 ans, et Théo, trois mois.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Des papilles ouvertes sur le monde

Refugee Food Festival | Pour la troisième fois, des restos lyonnais invitent des chefs réfugiés à partager leur cuisine.

Adrien Simon | Mardi 11 juin 2019

Des papilles ouvertes sur le monde

C'était en février et vous êtes certainement passés à côté, malgré la retransmission télé, le tapis rouge, les enveloppes et De Caunes : le monde de la gastronomie se dotait d'un nouveau classement mondial, encore un, les World Restaurant Awards, créé par Joe Warwick et le Lyonnais Andrea Petrini, tous deux échappés de l'organisation du plus fameux des classements, le 50 Best. Ces Awards, dont le jury était composé de grands noms de la cuisine mondiale (René Redzepi, David Chang ou Alex Atala, par exemple), sut à la fois récompenser de petits nouveaux très cools (comme Wolfgat et ses vingt couverts sur une plage d'Afrique du Sud) et ménager ceux qui font encore la pluie et le beau temps dans l'univers gastronomique (Ducasse ou Passard). Et applaudir des initiatives rappelant que les restaurateurs ont aussi d'autres ambitions que de nourrir Instagram et monter dans les classements internationaux. Par exemple, Food for Soul, l'association du chef étoilé italien Massimo Bottura qui cuisine des invendus pour les offrir à des gens dans le besoin dans des lieux rénovés par des artistes. Ou enfin, le Refugee Food Festival qui a reçu le prix de l'événe

Continuer à lire

Deneuve s'aventure chez Kheiron : "Mauvaises herbes"

Comédie | de et avec Kheiron (Fr, 1h40) avec également Catherine Deneuve, André Dussollier…

Vincent Raymond | Mardi 20 novembre 2018

Deneuve s'aventure chez Kheiron :

Recueilli jadis par Monique, Waël est devenu dans la cité un prince de l’embrouille et de la tchatche, sans perdre son bon fond. Mais un jour, l’une de ses victimes, par ailleurs vieille connaissance de Monique, le recrute comme éducateur. Waël va faire des miracles… Cette deuxième réalisation de Kheiron entremêle deux récits aux styles très distincts : l’un censé retracer la petite enfance cahoteuse de Waël, jusqu’à son adoption puis son exil, possède des accents dramatiques et symboliques qui ne dépareraient pas la sélection d’un grand festival ; l’autre jouant sur la comédie urbaine, conjugue le tac-au-tac begaudeau-gastambidien du dialogue à une romance tendre pour cheveux gris. Un attelage dont le baroque rivalise avec celui de la distribution mais qui prouve sa validité par l’exemple : Deneuve en bonne sœur retraitée et délurée trouve là un de ses meilleurs emplois depuis fort longtemps, et forme avec Dussollier, merveilleux de bienveillance embarrassée, un couple convaincant. Quant à la troupe de jeunes pousses sur la mauv

Continuer à lire

Les Mauvaises Herbes : la cuisine végétale régale

Restaurant | Ici, tenez-vous bien, on ne trouve ni viande, ni lait, ni fromage, ni oeufs. Et pas non plus de gluten, ni de saccharose. Par quoi est-ce remplacé ? Par beaucoup de travail et d'inventivité.

Adrien Simon | Mardi 13 mars 2018

Les Mauvaises Herbes : la cuisine végétale régale

Concernant la cuisine vegan, on ne peut plus guère parler de mode passagère. Actuellement tout semble concourir (des conditions d'élevage et d'abattage des animaux, à l'augmentation de la mortalité due à la malbouffe, en passant par le réchauffement climatique lié aux pets de vaches) à la promotion du régime végétalien. Les grands cuisiniers français, un peu poussés au cul par leurs homologues étrangers (notamment nord-européens) en ont pris conscience : Robuchon a décrété que « la cuisine végétarienne [serait] celle des dix prochaines années » (pour promouvoir son nouveau restaurant à Bombay), l'épreuve principale du dernier Bocuse d'Or tournait exclusivement autour des légumes, des chefs étoilés, au début du mois dans Libé, criaient leur amour (un poil contraint) de la cuisine "végétale". La « cuisine végétale créative », comme preuve que l'on peut « manger sainement, tout en mangeant gourmand », voilà justement ce que Virginie Militon, François Allemand et Thibault Gama veulent promouvoir dans leur tout nouveau resto, décoré par leurs soins en suivant les tendances du

Continuer à lire