Rami Malek : « je voulais surprendre la caméra autant que lui la surprenait »

Bohemian Rhapsody | Les qualités de Rami Malek vont au-delà d’une ressemblance physique troublante avec Freddie Mercury. L’acteur s’est investi corps et âme dans ce portrait du meneur de Queen. Propos rapportés lors de sa visite parisienne.

Vincent Raymond | Dimanche 11 novembre 2018

Photo : © Twentieth Century Fox


Les membres de Queen Brian May et Roger Taylor sont producteurs exécutifs du film. Quelle influence ont-ils exercé sur le tournage, et vous ont-ils dit des choses particulière sur Freddie Mercury?
Rami Malek :
Déjà, vous pouvez imaginer à quel point c'était incroyable et monumental d'incarner Freddie Mercury : personne d'autre n'a été aussi provocateur ; après on a cassé le moule ! Quand Brian et Roger m'ont accueilli et accepté, ça a été comme une bénédiction. Je ne crois pas que j'aurais pu avoir une chance d'incarner Freddie s'ils n'avaient pas cru en moi. Brian m'a apporté beaucoup de soutien : il m'a permis de l'appeler à n'importe quel moment — ce que j'ai parfois fait à des moments difficiles extérieurs au films, parce qu'il était peu à peu devenu un mentor. Lorsqu'il a vu le film, ce qu'il m'a déclaré constitue pour moi le plus grand remerciement que je pouvais espérer ; j'en suis extrêmement fier.

Vous avez déclaré que ce film avait changé votre vie. En quoi exactement ?
Franchement, comment ne l'aurait-il pas changée ? En tant qu'acteur, j'ai été mis au défi d'interpréter un personnage hors normes, impressionnant de par sa musique mais aussi en tant que performer sur scène. C'était autant euphorisant qu'angoissant à relever : comment incarner une icône aimée par autant de personnes et de tant de manières différentes ? Je crois à un moment avoir presque capté son “essence“ — je le dis en tout humilité — et c'était presque une victoire sur moi-même.

Durant le tournage, je suis d'une certaine manière tombé amoureux de lui : c'était une expérience fascinante pour l'acteur que je suis. En tant qu'être humain, il envoie un message très puissant sur l'intégrité, la fidélité à soi-même, à qui l'on est réellement.

Quelle a été votre préparation pour “devenir“ Freddie Mercury ? Y a-t-il eu un moment clef ?
J'étais sur le tournage de ma série Mr Robot quand on m'a proposé le rôle. Les producteurs m'ont fait venir à LA et m'ont parlé pendant six heures ! Je suis reparti chez moi chargé de documentation, de livres en me disant que ce n'était pas possible, que je ne pourrai pas faire ce mec-là. À l'époque, le producteur avait les droits avec les Queen, mais pas le budget ; si jamais cela se concrétisait, il valait mieux que je sois prêt. Je suis donc allé à Londres avec mon propre argent ; j'ai pris une chambre, des cours de chant, de piano, de dialecte — sa voix était vraiment unique.

Ensuite, j'ai commencé à réfléchir à la chorégraphie. Je ne voulais pas d'un chorégraphe car Freddie Mercury était dans la spontanéité, ce qui rendait son show si spécial : on ne savait jamais ce qu'il allait faire. Moi-même, je voulais surprendre la caméra autant que lui la surprenait à l'époque, en l'obligeant à le suivre. Alors j'ai engagé une professeure de mouvement. On a travaillé dans un espace énorme en commençant chaque session par regarder des interviews de Freddie. Pour étudier les inclinaisons de son corps, la manière dont ses mains touchaient le sofa ou un fil, et comment ce geste pouvait ensuite se retrouver dans un concert. Ensuite seulement on dansait. Par exemple, il fallait que je skie à travers la pièce — alors qu'il fallait que je fasse Live Aid un mois plus tard ! Mais il fallait que je le fasse en pensant à Freddie, et c'est vrai : j'ai repéré par la suite toutes les fois où il faisait cette “danse du skieur“ — sur We will rock you, par exemple. J'ai compris qu'il aimait beaucoup Liza Minelli, dans Cabaret et les chorégraphies de Bob Fosse.

Mais le moment clef a été le concert Live Aid, qui de surcroît à été tourné dans les premiers jours sur le plateau. On voulait que ce soit conforme à ce qui s'est passé dans la réalité, dans le détail des mouvements scéniques, de la performance et de l'ambiance. Nous avons filmé tout le concert sans interruption. Au début, on faisait une chanson par-ci par là (on passait de Bohemian Rhapsody à Radio Gaga puis à Hammer To Fall). Mais je ne me sentais pas en forme comme pendant les répétitions. Je me suis alors rendu compte que ce qui était important, c'était de faire une énorme plan-séquence de l'ensemble le concert, dans sa fluidité, avec toutes les caméras. J'avais besoin de cette adrénaline, y compris pour les mouvements les plus difficiles — Freddy Mercury devait avoir l'adrénaline qui lui coulait dans les veines ; c'était impossible autrement. En filmant dans la continuité, à la fin, on a eu une impression de réussite et presque de plénitude. On s'est tous regardé et on s'est dit : « Si on peut filmer le Live Aid, on peut tout filmer » Pour un acteur, être sur scène est un choc d'adrénaline ; à ce niveau de jeu, on ressent le cœur qui bat au point d'exploser !

Aviez-vous détecté des “pièges“ à éviter ?
J'avais conscience qu'il ne fallait jamais l'imiter. Dans ma tête, il n'y a qu'un seul Freddie Mercury. Toutefois, pour essayer d'être au plus juste, je recherchais son intériorité car c'est d'elle qu'il tirait son audace scénique. J'aurais pu évidemment faire une très bonne imitation de Freddie — même maintenant, pendant cette interview, avec sa voix — mais l'important n'était pas là. Je voulais éviter la caricature : déjà, il avait des dents et des vêtements incroyables — il était incroyable. J'ai passé des heures à essayer des costumes, et cela m'a été d'une grande aide : j'avais le sentiment d'être comme lui au moment où il allait monter sur scène, en train de passer des heures à se préparer, à parler avec des gens et à leur demander leur avis, une petite tasse de thé… Autant de petites choses qui m'aidaient à être le vrai Freddie, la vraie personne.

C'est le type de rôle et d'interprétation qui peut vous conduire droit à l'Oscar…
Je suis un peu jeune, et c'est un peu tôt, pour recevoir un tel cadeau ! Je garde en mémoire un dîner à Barcelone avec Roger Taylor, Brian May et le producteur Jim “Miami“ Beach durant lequel il y a eu un moment très privé que je veux pas complètement dévoiler, mais disons que les témoignages que j'ai reçus équivalent au plus grand de tous les prix que j'aurais pu avoir. Je me souviens aussi ce jour où la sœur de Freddie est arrivée sur le tournage. On s'est pris dans les bras ; il n'y avait pas de plus grande récompense.

Un personnage aussi fort laisse-t-il chez un comédien des traces au-delà l'interprétation ?
Oui, il m'a donné de confiance par rapport au rôle et en tant qu'être humain. Sur le tournage, j'essayais de donner la sensation à l'équipe qu'on pouvait tous y aller et réussir. J'essayais de booster le moral des troupes chaque matin. C'est ce qu'il me reste, ce qu'il m'a légué : une envie, un désir. Sa sœur, qui m'a vu tourner plusieurs prises, est venue vers moi et m'a dit : « Tu sais, tu es un perfectionniste comme Freddie. Mais il savait aussi s'amuser. Alors, prends le temps de le faire ».


Bohemian Rhapsody

De Bryan Singer (ÉU, 2h15) avec Rami Malek, Lucy Boynton...

De Bryan Singer (ÉU, 2h15) avec Rami Malek, Lucy Boynton...

voir la fiche du film


Bohemian Rhapsody retrace le destin extraordinaire du groupe Queen et de leur chanteur emblématique Freddie Mercury, qui a défié les stéréotypes, brisé les conventions et révolutionné la musique. Du succès fulgurant de Freddie Mercury à ses excès, risquant la quasi-implosion du groupe, jusqu’à son retour triomphal sur scène lors du concert Live Aid, alors qu’il était frappé par la maladie, découvrez la vie exceptionnelle d’un homme qui continue d’inspirer les outsiders, les rêveurs et tous ceux qui aiment la musique.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Show must go on : "Bohemian Rhapsody"

Drama-queen | De la fondation du groupe Queen au légendaire concert de Wembley lors du Live Aid de 1985, la vie de son leader charismatique, chanteur et auteur principal, Farrokh Bulsara dit Freddie Mercury, entre ses inspirations géniales, ses caprices et ses excès.

Vincent Raymond | Mardi 30 octobre 2018

Show must go on :

Sa vie n’avait certes rien d’une comédie, mais elle fut musicale et couronnée de succès dès lors qu’il intégra ce qui deviendrait Queen. Voilà pourquoi Bryan Singer a pris le parti de réduire à ces dix-quinze années de carrière l’existence de Freddie M. À bien des égards, la démarche est justifiée : nul besoin de traîner dans les soubassements de l’enfance pour saisir que le petit Farrokh est complexé par ses origines — qu’il n’aura de cesse de dissimuler au long de sa vie : on le déduit de ses attitudes de jeune adulte. Plus intéressantes sont sa maturation artistique dans le groupe, l’édification artisanale du morceau-titre, son affirmation égotique et, dans une autre mesure, la découverte de son orientation sexuelle. No sex, we’re puritan Or c’est là que la bât blesse : la représentation de cette icône gay est, à tout le moins, ambiguë. Singer le dépeint quasiment sous les traits d’un “hétérosexuel contrarié“. En effet, les seules relations charnelles montrées à l’écran sont celles de Freddie avec sa première petite amie. Par la suite, il e

Continuer à lire

"Sing Street" : band de jeunes

ECRANS | de John Carney (Irl, G-B, E-U, 1h46) avec Ferdia Walsh-Peelo, Lucy Boynton, Jack Reynor…

Vincent Raymond | Mardi 18 octobre 2016

Dublin, 1985. Espérant s’attirer les faveurs de la splendide Raphina, Conor décide de monter un groupe avec ses (rares) camarades de lycée. Une manière de s’évader de la crise économique omniprésente lui valant une relégation dans un établissement public et précipitant le divorce de ses parents… Ex-fans des eighties, directeurs de salles de concert, préparez-vous à pleurer des larmes de vinyle devant cette charmante romance à l’accent rugueux fleurant la douce nostalgie du jukebox d’une époque musicalement magique — autant qu’elle empeste l’haleine nicotinée du skin. À elle-seule, la BO de Sing Street justifie le déplacement : Joe Jackson (Steppin’ Out), Daryl Hall & John Oates (l’imparable Maneater), Duran Duran, The Cure (In Between Days, tudieu !), sans parler des compos du groupe Sing Street, pas déshonorantes… Un concentré de la diversité bouillonnante des années new wave, en perpétuelle réinvention culturelle, mélodique, vestimentaire ; une période métamorphique en écho aux mutations inhérentes à l’adolescence. John Carney a su miraculeusement rendre tangible non seulement ce jaillissemen

Continuer à lire

X-Men : Apocalypse : le patron, c'est Bryan Singer

ECRANS | En mettant ses mutants aux prises avec le premier d’entre eux, Apocalypse, Bryan Singer boucle une seconde trilogie des X-Men épique. Et montre que, de tous les réalisateurs de productions Marvel déferlant sur les écrans ces temps, c’est bien lui le patron.

Vincent Raymond | Mardi 17 mai 2016

X-Men : Apocalypse : le patron, c'est Bryan Singer

Lorsqu’une franchise achemine sur les écrans son huitième opus en seize années d’existence, le plus docile et bienveillant des spectateurs est fondé à émettre quelque inquiétude quant à la pertinence du film. Heureusement, il existe des exceptions ; des sagas parvenant à coup de rebondissements intrinsèques à dépasser le stade de la “suite” et de la resucée, sachant se réinventer ou créer une singularité — James Bond en est un parangon. Dans le vaste univers Marvel (en expansion continue), la tradition (du tiroir-caisse) impose à une série de se développer par ramifications autour de ses personnages-phares, puis de faire tabula rasa en lançant un reboot… tout en s’affadissant. Sauf pour X-Men, îlot d’exception dans un océan tanguant vers les rivages du morne ordinaire. Oh, cela ne signifie pas que l’ensemble de l’octalogie mérite d’être portée aux nues (un ventre mou modelé par Brett Rattner et Gavin Hood la plombe), mais elle présente, outre sa remarquable longévité, une capacité à absorber ses propres spin-off (Wolverine) et reboots (Days of Future Past) pour les fondre dans une masse paradoxalement homogène.

Continuer à lire

X-Men : Days of future past

ECRANS | Pour son retour à la mythologie X-Men, Bryan Singer signe un blockbuster stimulant visuellement, intellectuellement et politiquement, où il se plaît à courber l’espace et le temps, dans sa narration comme dans la chair de ses plans. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 20 mai 2014

X-Men : Days of future past

Un futur dévasté, peuplé de camps et de charniers, où humains et mutants sont ensemble victimes de robots (les Sentinelles) capables d’imiter les éléments et les métaux ; et l’Amérique des années 60, encore traumatisée par la mort de Kennedy et en pleine crise du Vietnam, où Nixon développe sa politique réactionnaire et où les mutants commencent à se structurer en mouvement révolutionnaire. Le défi de ce X-Men : Days of future past, basé sur l'un des plus fameux arcs narratifs du comic book d'origine (signé Chris Claremont et John Byrne en 1981), consiste à replier le futur sur le passé en une seule temporalité fictionnelle, enjambant le présent qui avait été celui de la première trilogie et dont Bryan Singer avait su tirer de stupéfiants blockbusters engagés et personnels, bourrés de sous-textes et développant ses personnages comme autant d’icônes de la culture populaire. Ce nouveau volet, qui marque son retour aux manettes mais aussi en grande forme après les déconvenues Superman et Jack le chasseur de géants, en ajoute une poignée dès son ouverture, impressionnante. Au milieu d’un décor en ruines, une mutante aide ses camarades à co

Continuer à lire

Walkyrie

ECRANS | Cinéma / S’il peine à dessiner les contours précis de cette tentative de coup d’état contre le IIIe Reich, Bryan Singer offre néanmoins un thriller efficace, où la tension cinématographique monte crescendo. François Cau

Christophe Chabert | Vendredi 23 janvier 2009

Walkyrie

1943, Tunisie. En plein cœur de la machine de guerre nazie, le colonel Stauffenberg cache à grand peine sa défiance du régime. Laissé dans un piteux état par une attaque alliée, il est approché pendant sa convalescence par un groupuscule d’officiers du Reich, conscients du danger que représente Hitler… Dans la première séquence du film, Singer se plie à un classique d’une mise en scène qui passe en force : faire avaler aux spectateurs que ses personnages s’expriment autrement que dans leur langue naturelle. L’enrobant d’un cadre classique et d’une photo crépusculaire, le réalisateur nous fait entendre la voix-off d’un Tom Cruise s’exprimant d’abord en allemand, puis, à la faveur d’un discret changement de plan, en anglais. Problème : le stratagème n’est pas aussi évident qu’il le voudrait, principalement à cause de l’acteur sur lequel il se repose – Tom Cruise joue volontairement en retrait, comme pour rendre encore plus tangible l’état de doute permanent dans lequel s’enferme Stauffenberg. Malheureusement, à cause de ce parti pris, l’acteur ne donne jamais réellement chair à son personnage, et par incidence à toute la dramaturgie qu’il est censé véhiculer. Ce qui s’avère plutôt gê

Continuer à lire