Pupille

Vincent Raymond | Mardi 6 novembre 2018

Photo : © Studio Canal


Jeanne Herry avait fait ses débuts dans le long-métrage avec Elle l'adore, film inquiétant autour de la passion délirante des fans pour les vedettes. C'est à une autre forme d'attachement qu'elle s'intéresse pour son futur nouveau né, Pupille : le lien maternel, et sa complexité entre une mère biologique accouchant sous X et une mère adoptante. Entre les deux, le bébé… Avant que ce film ne vienne au monde le 5 décembre sur tous les écrans, la réalisatrice sillonne la France et fait naturellement escale à Lyon pour le présenter. Lors d'une séance prémat', en somme.

Pupille
À l'UGC Confluencele jeudi 8 novembre à 20h


Pupille

De Jeanne Herry (Fr, 1h55) avec Sandrine Kiberlain, Gilles Lellouche...

De Jeanne Herry (Fr, 1h55) avec Sandrine Kiberlain, Gilles Lellouche...

voir la fiche du film


Théo est remis à l'adoption par sa mère biologique le jour de sa naissance. C'est un accouchement sous X. La mère à deux mois pour revenir sur sa décision...ou pas. Les services de l'aide sociale à l'enfance et le service adoption se mettent en mouvement. Les uns doivent s'occuper du bébé, le porter (au sens plein du terme) dans ce temps suspendu, cette phase d'incertitude. Les autres doivent trouver celle qui deviendra sa mère adoptante. Elle s'appelle Alice et cela fait dix ans qu'elle se bat pour avoir un enfant. PUPILLE est l'histoire de la rencontre entre Alice, 41 ans, et Théo, trois mois.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Une aussi longue attente : "Pupille"

Drame | de Jeanne Herry (Fr, 1h47) avec Sandrine Kiberlain, Gilles Lellouche, Élodie Bouchez…

Vincent Raymond | Mardi 4 décembre 2018

Une aussi longue attente :

Une jeune femme arrive pour donner naissance à un petit garçon dont elle ne veut pas et qui aussitôt est pris en charge par toute une chaîne d’assistantes sociales et d’assistants maternels. Au bout du compte, ce bébé né sous X sera confié à une mère célibataire en souffrance d’enfant… De l’amour irraisonné à l’amour inconditionnel. Tel est le chemin que la réalisatrice Jeanne Herry a suivi, troquant l’obsession érotomane destructrice de la fan de Elle l’adore contre le bienveillant désir d’une mère méritante, son opposée exacte. Documenté à l’extrême, suivant une procédure d’adoption dans ses moindres détails psycho-administratifs aux allures parfois ésotériques (le cérémonial de rupture entre la mère biologique et l’enfant peut ainsi laisser dubitatif), Pupille s’échappe heureusement du protocole jargonnant par la mosaïque de portraits qu’il compose. Diversité d’approches, de caractères ; espoirs et désespoirs ordinaires meublent l’existence des personnages intervenant dans la lente chaîne menant le bébé à sa future maman ; autant d’accidents heu

Continuer à lire