La cadette de ses soucis : "Miraï, ma petite soeur"

Animation | Ce futur classique, où un enfant unique apprend à aimer sa petite sœur nouvelle-née en voyageant dans le futur et le passé familial, comptera autant que Totoro ou Le Tombeau des Lucioles au panthéon de la japanimation, dont Mamoru Hosoda est l’indiscutable nouveau maître.

Vincent Raymond | Mardi 18 décembre 2018

Photo : © Studio Chizu


Heureux petit bonhomme passionné par les trains, Kun voit d'un mauvais œil l'arrivée au foyer de sa petite sœur, Miraï, qui lui vole selon lui l'attention et l'affection de ses parents. Mais grâce à des “sauts dans le temps”, il comprendra à quel point cette nouvelle venue lui est précieuse…

Où l'on découvre que le chef-d'œuvre nippon de décembre n'était pas celui que l'on attendait… même si on le soupçonnait un peu. La gentille histoire de famille de Kore-Eda aura du mal à rivaliser avec ce qui doit être désormais considéré comme LE film à montrer à tout enfant connaissant le *bonheur* d'accueillir un ou une puîné. Par sa capacité à se mettre à la place d'un gamin chamboulé et à métaphoriser ses chagrins jaloux ; par sa force poétique comme sa richesse visuelle ou sa faculté à égrener les petits riens (tels que l'apprentissage du vélo) Miraï ma petite sœur touche à quelque chose d'universel. Cela en s'inscrivant pourtant dans un environnement on ne peut plus extrême-oriental : alors que beaucoup d'anime jouent par coutume une schizophrénique partition — où les personnages, dotés de morphologies caucasiennes, évoluent dans des costumes et décors japonisants en tentant d'oblitérer la majorité des us et coutumes de leur pays d'origine —, Hosoda revendique son ancrage culturel. Ainsi montre-t-il de très formelles cérémonies rituelles, complétant les habituels recours au merveilleux animiste dont il s'est fait une spécialité, dans le sillage de Takahata et Miyazaki.

Profondeur du temps

S'il ne disposait que de sa délicatesse d'âme et d'une respectueuse attention témoignée aux liens familiaux, Miraï ma petite sœur serait déjà un grand film. Mais il se permet en plus d'enchaîner les prouesses stylistiques et les techniques graphiques comme il emboîte les âges de la vie : animation traditionnelle 2D pour figurer le territoire ordinaire du présent ; papier découpé enfantin quand Kun s'égare (dans une gare obscure, justement) privé de tout repère et enfin modélisations en 3D pour suggérer la profondeur du passé et du futur, ce réseau enchevêtré d'histoires dont celle de Kun n'est qu'un filament. En passant d'un monde plat, limité et autocentré à un univers infini et pluri-dimensionnel, Kun y gagne donc aussi à l'image grâce à l'arrivée de Miraï.

Miraï, ma petite sœur (Jap, 1h38) de Mamoru Hosoda avec les voix (v.o.) de Haru Kuroki, Moka Kamishiraishi, Koji Yakusho…


Miraï, ma petite soeur

De Mamoru Hosoda (Jap, 1h37) animation

De Mamoru Hosoda (Jap, 1h37) animation

voir la fiche du film


Kun est un petit garçon à l’enfance heureuse jusqu’à l’arrivée de Miraï, sa petite sœur. Jaloux de ce bébé qui monopolise l’attention de ses parents, il se replie peu à peu sur lui-même. Au fond de son jardin, où il se réfugie souvent, se trouve un arbre généalo-ma-gique. Soudain, Kun est propulsé dans un monde fantastique où vont se mêler passé et futur. Il rencontrera tour à tour ses proches à divers âges de leur vie : sa mère petite fille, son arrière grand-père dans sa trépidante jeunesse et sa petite sœur adolescente ! A travers ces aventures, Kun va découvrir sa propre histoire.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Science infuse : "Dans un jardin qu'on dirait éternel" de Tatsushi Ōmori

Comédie dramatique | À Yokohama, les jeunes Noriko et Michiko décident de suivre l’enseignement prodigué par Madame Takeda : le rituel de la cérémonie du thé. Une tradition codifiée, gravée dans le marbre du temps que Noriko respectera durant des décennies et qui va étonnamment guider sa vie…

Vincent Raymond | Jeudi 27 août 2020

Science infuse :

La regrettée Kirin Kiki semblait faire dans ses dernières années grand cas des questions de transmission de culture gastronomique : n’était-elle pas dépositaire des secrets des dorayaki — ces savoureux gâteaux à la pâte de haricot rouge — dans Les Délices de Tokyo (2014) ? Tenant à la fois du marqueur social et de la symbolique de l’attachement à l’identité nippone dans ce qu’elle a de plus profond, le rite culturel de la préparation du thé est aussi une leçon de philosophie appliquée : comment une activité aussi anodine en apparence, presque triviale dans sa répétition, peut-elle remplir une existence au point de l’épanouir ? Justement parce que celles qui s’y consacrent atteignent à une forme de perfection, de grâce absolue, d’oubli d’elles-mêmes par la dévotion suprême à leur art. Au fond, ce n’est pas tant la liturgie du thé qui est enseignée, mais l’accomplissement de l’effacement et la transmission de ce savoir. Tatsushi Ōmori illustre dans sa mise en sc

Continuer à lire

Mamoru Hosoda : « le temps que je passe avec mes enfants m’a inspiré »

Entretien | Cela fera bientôt vingt ans que Mamoru Hosoda a débuté sa carrière de cinéaste. Il n’a depuis cessé de livrer des œuvres d’envergure, le plaçant parmi les plus grands noms de la japanimation. Conversation à l’occasion de la sortie de son dernier-né, Miraï, ma petite sœur.

Vincent Raymond | Mardi 18 décembre 2018

Mamoru Hosoda : « le temps que je passe avec mes enfants m’a inspiré »

Tirez-vous l’inspiration de Miraï de votre vécu de petit ou grand frère ? Mamoru Hosoda : En réalité, je suis un enfant unique : ce sont mes propres enfants qui ont servi de modèles. Quand ma fille est née, j’étais presque jaloux de mon fils car grâce à elle, il pouvait connaître une vie que je n’avais jamais connue. J’ai fait ce film pour imaginer ce que représente le fait d’avoir une petite sœur ou un petit frère. D’une certaine manière, c’est votre jalousie d’adulte que vous avez transposée et qui vous a inspiré… C’est le temps que je passe avec mes enfants qui m’a vraiment inspiré. Avant de devenir père, je croyais que les parents étaient des gens qui éduquaient, qui apprenaient aux enfants. Mais depuis, j’ai compris que c’était exactement l’inverse : ce sont eux qui m’apprennent plein de choses. Ils me permettent en plus de revivre ma propre enfance, l’époque où j’étais petit… Vous êtes donc à la fois dans le monde des grands et celui des petits. Justement, dans vos films, deux mondes coexistent souvent : un ré

Continuer à lire

Mamoru Hosoda, la visite d’un maître

Avant-Première | À quelques semaines de la sortie de Miraï, ma petite sœur (prévue pour le 26 décembre) le réalisateur japonais Mamoru Hosoda vient en personne accompagner (...)

Vincent Raymond | Mardi 30 octobre 2018

Mamoru Hosoda, la visite d’un maître

À quelques semaines de la sortie de Miraï, ma petite sœur (prévue pour le 26 décembre) le réalisateur japonais Mamoru Hosoda vient en personne accompagner l’avant-première son nouveau film d’animation. Et c’est peu dire qu’il s’agit d’un événement tant la filmographie de ce spécialiste compte déjà de merveilles : La Traversée du temps, Les Enfants Loups, Summer Wars, Le Garçon et la Bête… Des contes d’une époustouflante modernité, d’une drôlerie irrésistible, qui parlent en plus avec une délicate sensibilité des fractures de l’enfance. N’attendez pas Noël pour vous faire un cadeau. Miraï, ma petite sœur Au Comœdia ​le dimanche 4 novembre à 11h15

Continuer à lire

Tante hâtive d’évasion : "Oh Lucy !"

Road Movie | de Atsuko Hirayanagi (Jap-E-U, 1h35) avec Shinobu Terajima, Josh Hartnett, Koji Yakusho…

Vincent Raymond | Mardi 30 janvier 2018

Tante hâtive d’évasion :

Tokyo. Employée s’épanouissant dans son aigreur de vieille fille, Setsuko accepte de se rendre à la place de sa nièce Mika au cours d’anglais dispensé par John. Séduite, elle décide de continuer mais Mika et John s’enfuient aux USA ! Setsuko part à leur recherche, avec sa sœur (qui la hait)… Les chemins de la liberté prennent parfois des détours inattendus ; celui emprunté par Setsuko se révèle cahoteux, voire libertaire, mais en définitive des plus efficaces puisqu’elle parvient à se défaire de toutes les attaches toxiques de son existence. En cela, elle accomplit ce que beaucoup rêvent de faire : dire son fait à son patron et à ses proches, changer de vie, trouver l’amour… Un poil foutraque, par moments d’une absurdité totalement incorrecte, ce road movie pris en sandwich entre deux tranches de vie tokyoïte ne ressemble pas à grand chose de connu — à part peut-être une sorte de manche retour de Lost in Translation. Quant à sa fantaisie, elle ne masque pas la cruauté ni l’hypocrisie ambiantes : le bonheur existe, mais il se paie au prix fort.

Continuer à lire

Le Garçon et la Bête

ECRANS | Encore trop peu connu en France, le réalisateur Mamoru Hosoda est bien parti pour faire sortir l’anime nippon de sa zone de confiance totoresque. Il le prouve encore une fois avec cette déclinaison de "La Belle et la Bête"…

Vincent Raymond | Mardi 12 janvier 2016

Le Garçon et la Bête

La mise en retrait de Miyazaki a du bon. Considéré un peu hâtivement en Occident comme l’unique figure tutélaire de la japanimation, au détriment de son alter ego, l’immense Isao Takahata (l’auteur du Tombeau des lucioles, œuvre majeure du cinéma nippon), le vieux maître attirait trop les regards sur ses seules productions. Le paysage étant désormais libre de sa statue de Commandeur, les spectateurs n’auront plus l’impression de commettre un sacrilège en s’intéressant à la nouvelle génération, dont Mamoru Hosoda constitue un éminent représentant. Depuis La Traversée du Temps (2006), et surtout Summer Wars (2009) (que suivra Les Enfants loups en 2012), le réalisateur a imprimé une dynamique nouvelle à l’anime. Tout autant fasciné par les mondes parallèles peuplés de divinités que ses aînés, son ton plus rock n’amenuise en rien son sens de la narration poético-épique, pas plus qu’il ne modère ses ardeurs comiques et rabelaisiennes — en particulier dans le langage. Volontiers grossier, le dialogue dans Le Garçon et la Bête

Continuer à lire

Les Enfants-loups, Ame et Yuki

ECRANS | La Traversée du temps puis Summer wars avaient permis à Mamoru Hosoda d’incarner une possible relève de l’animation japonaise post-Miyazaki. Avec Les (...)

Christophe Chabert | Vendredi 24 août 2012

Les Enfants-loups, Ame et Yuki

La Traversée du temps puis Summer wars avaient permis à Mamoru Hosoda d’incarner une possible relève de l’animation japonaise post-Miyazaki. Avec Les Enfants-loups, Ame et Yuki, il n’y a plus de doute : on est en présence d'un grand cinéaste, qui signe ici un des films importants de l’année. Hosoda captive son spectateur dès l’introduction, idylle entre une jeune étudiante et un homme-loup qui donne naissance à deux enfants, Yuki et Ame. Plutôt que de s’appesantir sur les présupposés mythologiques de son récit, Hosoda préfère raconter avec délicatesse la naissance de cet amour, le temps de séquences superbes, enchaînement de plans sans dialogue rythmé par la belle musique de Kyôko Kitahara. Alors que l’histoire menace de verser dans le mélodrame, Hosoda prend un virage inattendu et va s’intéresser à l’éducation difficile (pour eux comme pour leur mère) des deux enfants, tiraillés entre leurs natures d’humain et de loup. Avec une grande souplesse de trait (dans l’animation comme dans la narration) et une attention constante aux détails, le cinéaste raconte

Continuer à lire

Summer Wars

ECRANS | Un "Second Life" murakamisé et piraté par une intelligence artificielle menaçant de détruire le monde. Un nerd, une jolie fille et sa famille dans un Japon rural pour sauver l’univers. Voici "Summer Wars", beau petit conte moderne et estival. Jérôme Dittmar

Dorotée Aznar | Vendredi 4 juin 2010

Summer Wars

L’animation japonaise n’est plus ce qu’elle était. Outre l’endurance d’un Miyazaki et Satoshi Kon qui avec "Millenium Actress" signa son chef-d’œuvre, rares ont été ceux à survivre ou à émerger durant la décennie passée. Face à cet état des lieux, l’arrivée de Mamoru Hosoda en 2006 avec "La Traversée du temps" a apporté un peu d’air frais. Rien de révolutionnaire a priori, mais des lignes claires et lumineuses, un sens du cadre posé et plein, un récit maîtrisé, à la fois habilement conceptuel et installé dans le quotidien. Tout ce qu’est "Summer Wars", confirmant au passage le charme persistant du cinéma d'Hosoda. Une manière d’être à cheval entre les époques, à mi-chemin d’une ligne qui synthétiserait classicisme et hyper modernité. À l’image du pitch, difficile à résumer, mais où le souvenir vivant d’un Japon rural côtoie un univers virtuel aux couleurs du SuperFlat de Murakami. Comme si Second Life rencontrait une version pop de "Wargames" avec des réminiscences d’Ozu ou Hou Hsiao Hsien. La famille, nombreuse, les héros, plutôt adolescents, complétant un tableau aux allures de petite fable contemporaine solidement attachée à des valeurs locales sinon universelles.

Continuer à lire