Mia Hansen-Løve : « la violence trouve inconsciemment un chemin dans l'inspiration »

Maya | Retour aux sources ou parenthèse initiatique, le voyage en Inde du héros reporter de guerre de "Maya" est aussi, derrière son apparente quiétude, nourri des heurts vécus par celui-ci et une réponse aux tumultes du monde contemporain. Éclairages de Mia Hansen-Løve.

Vincent Raymond | Lundi 24 décembre 2018

Photo : © DR


Si l'histoire du film est posée, et presque languide, sa “préhistoire“ est a contrario très violente…
Mia Hansen-Løve :
Je n'avais pas dans mes films précédents des situations aussi violentes, à part dans Le Père de mes enfants peut-être, même si la violence arrivait plus tard. Ici, c'était un point de départ. Mais pour mieux m'en détacher..

J'ai du mal à l'expliquer rationnellement, cette violence. C'est aussi la violence dans laquelle on vit. Et quand on fait des films, que vous le vouliez ou non, elle trouve un chemin dans votre inspiration. Voyez Michael Haneke : c'est quelqu'un de profondément non-violent, qui n'aime pas la violence où elle s'impose presque malgré lui dans son inspiration. Je ne suis pas imperméable non plus au monde qui m'entoure : quand j'écris, je suis influencée d'une façon moins directe mais jamais volontariste. Je ne me dirais jamais : « il se passe quelque chose, il faut faire un film dessus », ça ne correspond pas du tout à l'idée que je me fais de l'engagement, ni du cinéma politique. Le politique au cinéma n'est pas dans ce volontarisme-là. Réciproquement, je ne vais pas refouler des thèmes qui s'imposent à moi. Pour Maya, est-ce la fréquence des libérations d'otages, la guerre en Syrie ; le fait d'avoir eu un grand père reporter de guerre que je n'ai pas connu mais dont les récits ont nourri mon enfance ? Cette question de traumatisme s'est en tout cas imposée à moi.

Mais vous aviez imaginé ce qui se passe “avant“ le film pour le personnage de Gabriel ?
Il y avait une première version du scénario où l'on assistait à sa libération proprement dite. Quand j'ai écrit, il avait une ouverture de quinze ou vingt pages à la frontière de la Syrie et du Liban. Je m'étais inspirée de récits de libérations d'otages que j'avais lus et réadaptés à la suite de la rencontre avec Jonathan Alpeyrie, un ancien otage. De ce point de vue-là, le film était encore plus romanesque et la violence encore plus présente. Mais il a fallu faire des choix car on avait d'énormes problèmes de financement. Mes producteurs m'ont laissée libre de couper ceci ou cela, et j'ai fait le choix de préserver la partie indienne dans son intégrité : le plus important était ce vers quoi le film allait, la direction Maya davantage que le point de départ. J'ai donc fait le choix de couper tout le début, alors même qu'on avait commencé les repérages au Liban.

On a tourné une scène en Jordanie, qui était essentielle : c'est le premier geste, le moment où Gabriel se retrouve seul et retrouve son corps. Rétrospectivement, je n'ai pas trop regretté ces quinze premières pages : même si je perdais une forme de romanesque, pour ce qui est du sens, je pouvais le dire en une seule scène, et l'essentiel était de partir le plus vite possible en Inde où allait se jouer la quête du personnage.

Cette quête est-elle une parenthèse dans le chaos de sa vie ?
Ça finit par être une parenthèse parce qu'il retourne dans le chaos. Mais quand il y va en Inde, il est perdu, il cherche à retrouver le contact avec le présent ; à échapper à la mélancolie, à se perdre pour se retrouver…

Comment qualifier cette démarche ? De réparation ? De reconstruction ? De résilience ? De consolation ?
On a tous un rapport différent avec les mots ; ils pèsent lourd (rires). Certains verront une thérapie; j'essaie de ne pas le réduire à quelque chose de médical : Gabriel insiste sur le fait qu'il veut se détourner de la psychanalyse : il croit plus à l'action qu'aux mots. Les deux reporters que j'ai rencontrés y ont été sensibles : les journalistes sont souvent des gens d'action, pas moins sensibles pour autant, mais peuvent avoir une grande pudeur à exprimer leur souffrance.

Je n'ai pas voulu faire un film sur le traumatisme au sens psychanalytique. Pour Gabriel, s'il y a un traumatisme — et il y en a sans doute un — c'est un point de départ ; ensuite, le film regarde les personnage et non pas un cas ou un journaliste au sens du stéréotype. J'ai toujours fait des films en ayant la foi que plus on était spécifique, moins on avait peur de la singularité de son personnage et de ce qui le différencie, plus on pouvait atteindre quelque chose d'universel.

Il y a deux façon de l'atteindre à l'universalité : en cherchant à gommer les différences et en créant des formes de stéréotypes — le cinéma américain le fait beaucoup. Ou au contraire en assumant la singularité, les spécificités d'un personnage, son histoire sans essayer de gommer les aspérités. Le héros n'est pas un journaliste, c'est Gabriel qui a sa vie qui le relie à l'Inde et à un certain passé et qui ne peut être réduite à son passé d'otage.

Gabriel a-t-il quelque chose de votre grand-père ?
Rien, à part l'interrogation qui est la mienne sur la force obscure qui peut pousser des journalistes à faire ce métier envers et contre tout. Et ce ambivalence dans le courage : on peut voir une forme d'engagement et un gout du risque, une attirance pour la mort. Une ambivalence pour le monde qu'ils voient et les gens qui souffrent, qui les touchent mais dont ils ont besoin pour ce qu'ils sont. Plus que son histoire, c'est l'interrogation liée à ce métier. Comme il est mort très jeune, je ne l'ai pas connu et je suis resté avec une espèce de mythe. À chaque fois que des reporters de guerre sont sur le devant de la scène, ça me ramène à des question de famille plus personnelles.

Son métier est un sacerdoce, une drogue…
Ce film qui parle beaucoup de la vocation. Ce n'est pas qu'une question de volonté, cela vous dépasse, vous submerge, et détermine vos actions malgré vous. Cette forme de dépendance au métier, on la retrouve beaucoup chez les reporters de guerre ; une forme d'addiction — un thème qui parcourt mes films de façon différente. Dans Le Père de mes enfants, il y a aussi cette question de la vocation.

Même si je suis très différente de Gabriel, cette dépendance et cette question de l'équilibre entre la vie et la vocation (est-ce autodestructeur, faut-il s'en défaire à un moment pour pouvoir se reconstruire, apprendre à aimer une vie qui ne tienne pas seulement à l'aspect trépidant d'un métier ou se résigner à cette force qui vous dépasse ?), je vis avec depuis que je fais ce métier, et c'est en cela que je me retrouve dans le personnage.

Quel était votre rapport personnel avec l'Inde ?
Je suis allée fréquemment à Goa dès l'âge de de 23-24 ans — j'y ai écrit une partie du Père de mes enfants. J'ai aimé y passer du temps. Un de mes amis écrivains, Frédéric Galante, y va deux mois chaque année — peut-être que le film n'existerait pas sans lui. Si je voulais faire le film, c'est que j'avais besoin de rompre avec mes habitudes et un monde trop familier. J'ai quand même écrit coup sur coup un film en Inde et un en Suède, ce n'est pas complètement un hasard ! Pour moi, c'est une façon de reformuler les choses, d'avancer et de me confronter à un territoire inconnu. S'il y avait un pays lointain qui m'attirait depuis longtemps par son mystère, sa poésie et sa sensualité, c'était l'Inde. Du coup, j'ai pensé que faire le film là-bas me donnait une chance de me rapprocher davantage de sa culture, de le comprendre mieux et d'aller au-delà d'une relation plus touristique.

Le film-vous a-t-il permis de la concrétiser pleinement ?
Oui, quand même… J'ai passé des mois à travailler avec des Indiens et ma relation n'a plus rien à voir avec celle que j'avais avant. Pour la première fois, j'ai tenu un journal durant toute la durée du tournage. Je n'étais pas sûr de le faire et du premier jour où je suis arrivé, j'ai commencé et je l'ai tenu jusqu'à la fin. C'est même devenu nécessaire parce que l'expérience que je faisais était tellement riche que je voulais la consigner par peur que cela disparaisse, même si je n'en faisais rien après, pour ma fille.

L'Inde vous change. Si je devais la résumer à une personne, ce serait la rencontre avec Aarshi. C'est étonnant : le film s'appelle Maya, il raconte une quête en Inde, et c'est ce ce qui c'est passé pour moi aussi finalement. En allant là bas, je n'étais pas complètement sûre de ce que je cherchais, j'y allais un peu pour me perdre. Et à un moment, la rencontre avec Aarshi m'a permis d'accéder à l'Inde différemment, d'ouvrir une porte que je n'aurais pas pas pu ouvrir sinon.

Justement, comment avez-vous choisi Aarshi et Roman ?
On a cherché Maya à la fois à Mumbai et Goa, et même Londres, où se trouve une grande communauté indienne. Et j'ai reçu beaucoup de vidéos. Celle d'Aarshi, qui s'était filmée elle-même, et où elle se présentait très simplement, contrastait grandement avec toutes celles des filles que j'avais vues auparavant : beaucoup de jeunes femmes non-professionnelles envoyaient des vidéos où elles étaient très apprêtées, très sophistiquées. Quand j'ai vu celle d'Aarshi, sa beauté, son côté brut, sa simplicité m'ont touchée. Elle n'était pas perdue dans ses rêves, elle avait les pieds sur terre. Ça a immédiatement beaucoup influencé le personnage. Et j'ai adapté le personnage à ce qu'elle était.

Roman était là depuis le début. J'ai fait deux films avec lui mais je voulais l'avoir cette fois dans un premier rôle. J'ai écrit celui-ci pour lui, dans le même état esprit que L'Avenir pour Isabelle Huppert. Quand j'ai fait mes premiers films, je ne pensais jamais à personne. Mais depuis j'ai rencontré Roman, et j'ai eu le sentiment que sa présence et l'émotion qu'il apporterait conviendrait aux films que je ferai, quels qu'ils soient.

Le film s'achève sur une image figée, alors que justement Gabriel reprend sa vie intranquille…
Il poursuit sa course et on s'arrête là… Cette figure de style a beaucoup été employée, et j'y suis toujours très sensible, sans savoir l'expliquer. Elle n'agit pas sur l'histoire : le film s'arrête mais l'histoire continue. Au cinéma, de façon générale, pour un film dans son ensemble ou dans ses scènes, j'essaie toujours d'écrire et de monter de telle sorte qu'on ait le sentiment que l'histoire ait commencé avant et qu'elle continue après. Au montage, cela peut se traduire par une coupe très légèrement en amont de la fin d'une scène. Je n'aime pas quand les choses sont bouclées, et qu'il n'y a pas "d'au-delà“ au film.

Comme je cherche à transmettre un sentiment de vérité — qui ne prétend pas être “la“ vérité — sur cette histoire et ces personnages, cela fait ressentir d'autres dimensions. Comme laisser des choses dans l'ombre, des non-dits ; entrouvrir des portes et les refermer après, ne pas donner le sentiment que tout a été dit et qu'il n'y a rien derrière la page.


Maya

De Mia Hansen-Løve (Fr, 1h47) avec Roman Kolinka, Aarshi Banerjee...

De Mia Hansen-Løve (Fr, 1h47) avec Roman Kolinka, Aarshi Banerjee...

voir la fiche du film


Décembre 2012, après quatre mois de captivité en Syrie, deux journalistes français sont libérés, dont Gabriel, trentenaire. Après une journée passée entre interrogatoires et examens, Gabriel peut revoir ses proches : son père, son ex-petite amie, Naomi. Sa mère, elle, vit en Inde, où Gabriel a grandi. Mais elle a coupé les ponts. Quelques semaines plus tard, voulant rompre avec sa vie d’avant, Gabriel décide de partir à Goa. Il s’installe dans la maison de son enfance et fait la connaissance de Maya, une jeune indienne.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

AKAA : à l’avant-garde de l’art contemporain africain

Art Contemporain | Treize artistes issus du continent africain, ou inspiré par lui, ont pris leurs quartiers chez Manifesta, galerie hybride qui a invité la foire parisienne AKAA. Une exposition réussie qui bouleverse quelques idées reçues.

Sarah Fouassier | Lundi 17 mai 2021

AKAA : à l’avant-garde de l’art contemporain africain

La première fois qu’on a poussé la porte de Manifesta, on a été comme subjugués par ce lieu hybride composé de différents espaces qui ressemblent tour à tour à un bureau ultra design, à un appartement aux lignes résolument contemporaines et à une galerie décidée à rendre accessible la création contemporaine au public et aux entreprises. Une visite qui donne le vertige et qui mérite une explication de texte. En imaginant Manifesta, Céline Melon et Marie Ruby souhaitaient sortir des carcans d’une galerie classique. Elles ont par conséquent composé un lieu de rencontre entre le public et des institutions, foires et galeries peut enclines à exposer en "province" pour les plus Parisiens ou en "région" pour les moins snobs. La fracture entre nous et la capitale est réelle dans bien des domaines et l’art contemporain n’y échappe pas. Alors quand une foire parisienne décide de venir à nous avec dans ses bagages des artistes et œuvres visibles pour la première fois en France, on ne se fait pas prier pour s’y rendre. AKAA c’est quoi ? AKAA, pour Also Know As Africa, est une foire d’a

Continuer à lire

Octo Octa, tentaculaire tentation

House Music | Après une année 2019 riche en émotions, marquée notamment par la sortie de son album Resonant Body, et par le lancement de son label T4T LUV NRG, Octo Octa ne semble pas prête de se calmer : une vague d'énergie positive qui va s'abattre sur Le Petit Salon.

Gabriel Cnudde | Mardi 18 février 2020

Octo Octa, tentaculaire tentation

Elle avait marqué l'année 2016 en devenant la première DJ reconnue à faire son coming out en tant que femme transgenre. Une transition assumée qu'elle avait ensuite racontée sur son album Where are we going ?, un an plus tard. Aujourd'hui, Maya Bouldry-Morrison, que les danseurs connaissent plus souvent sous le nom d'Octo Octa, n'a plus à se cacher. Elle est devenue un symbole, un de plus, de cette scène électronique qui évolue, qui essaye de briser ses propres codes, de s'ouvrir à la tolérance et à la diversité. Une lutte qui passe par la musique, par le rythme des pieds qui frappent les pistes de danse partout autour du monde. Et c'est peu dire que la house d'Octo Octa donne envie de se déhancher. Corps en résonance Aussi à l'aise derrière les platines qu'en production, Maya Bouldry-Morrison est revenue défrayer la chronique en septembre dernier avec la sortie d'un nouvel LP, Resonant body

Continuer à lire

À l’origine : "Maya"

Drame | De Mia Hansen-Løve (Fr, 1h45) avec Roman Kolinka, Aarshi Banerjee, Alex Descas…

Vincent Raymond | Mardi 18 décembre 2018

À l’origine :

2012. Tout juste libéré d’une prise d’otages en Syrie, Gabriel, un reporter de guerre français, décide d’aller se “mettre au vert“ seul dans la maison de son enfance, à Goa. Sur place, il retrouve son parrain Monty et fait la connaissance de sa fille, Maya… Le cinéma de Mia Hansen-Løve raconte souvent des épopées élégiaques à périmètre intime, où les protagonistes mènent avec opiniâtreté leurs combats ordinaires, loin des champs d’honneur romanesques. En étant reporter de guerre et ex-otage, Gabriel incarne une forme superlative d’héroïsme dans l’imaginaire populaire ; cependant, la cinéaste nous fait entrer dans sa vie “après la bataille“ du feu, la plus évidente, au moment strict où va débuter celle, invisible, de la reconstruction intérieure. Maya se trouve donc être une quête post-traumatique autant qu’un cheminement résilient ; en cela, il rappelle le formidable Le Père de mes enfants, où Mia Hansen-Løve tentait de cerner un autre passionné dévoré par son métier, oscillant entre deux fuites : l’une intérieure, l’autre en avant.

Continuer à lire

Tir groupé au Comœdia

Avant-Première | Semaine faste au Comœdia qui enchaîne les venues d’équipes (et donc les avant-premières). C’est tout d’abord Thomas Szabo, coréalisateur du nouvel opus (...)

Vincent Raymond | Mardi 4 décembre 2018

 Tir groupé au Comœdia

Semaine faste au Comœdia qui enchaîne les venues d’équipes (et donc les avant-premières). C’est tout d’abord Thomas Szabo, coréalisateur du nouvel opus Minuscule (Les Mandibules du Bout du Monde) qui se posera pour présenter ce film d’animation mercredi 5 décembre à 15h30. Le lendemain, Mia Hansen-Løve et son actrice Aarshi Banerjee viendront évoquer Maya, puis ce sera au tour de Louis Garrel et Laetitia Casta de venir mercredi 12 décembre à 20h accompagné du film qu’ils interprètent tous deux et que le premier réalise, L’Homme fidèle. Il va y avoir encore du beau monde photographié par Nicolas Spiess. Au Comœdia les mercredi 5, jeudi 6, mercredi 12 décembre

Continuer à lire

Grande journée des enfants

Kids | Le programme de la Grande Journée des Enfants des cinémas Pathé est désormais bien affûté : la reprise d’un classique entre deux avant-premières de suite, (...)

Vincent Raymond | Mardi 19 juin 2018

Grande journée des enfants

Le programme de la Grande Journée des Enfants des cinémas Pathé est désormais bien affûté : la reprise d’un classique entre deux avant-premières de suite, convoitées par le jeune public cet été. Apparemment insensible aux néo-nicotinoïdes Maya l’Abeille 2 : Les Jeux du Miel ouvrira donc la matinée, suivie d’une lame par Edward aux mains d’argent (présenté — en vidéo — par Philippe Rouyer). Le héros à la triste figure de Tim Burton précédera une famille extraordinaire dont le retour ravira les amateurs d’élégance (et de Pixar) : Les Indestructibles 2. Grande Journée des Enfants Aux Pathé Bellecour, Vaise et Carré de Soie le dimanche 24 juin dès 10h30

Continuer à lire

Sisters : une gênante plaisanterie

ECRANS | de Jason Moore (E-U, 1h58) avec Amy Poehler, Tina Fey, Maya Rudolph…

Vincent Raymond | Mardi 10 mai 2016

Sisters : une gênante plaisanterie

Du même tonneau que Projet X, Babysitting ou Very Bad Trip, Sisters fait penser à ces plaisanteries de fins de soirées, pâteuses, redondantes, avec queues mais peu de têtes, gênantes pour qui les raconte et les entend (une fois que chacun a dessoulé). Écrite à la masse et au burin, cette comédie parait n’avoir été mise en chantier que pour assouvir le désir de filmer la mise à sac d’une maison et les pulsions de vandalisme de quadras ravis de s’encanailler. À ceux qui objecteraient que The Party (1968) se soldait également par le ravage de la résidence où se tient la réception que parasite malgré lui le héros, on répondra que les dégradations sont secondaires dans le film de Blake Edwards. Catalyseur de destruction, le personnage campé par Sellers est surtout le révélateur du karma en ruine de ses hôtes ; il permet au final d’accorder leur décoration intérieure avec leur état psychique réel. Ici, la relation entre les deux sœurs aux caractères diamétralement opposés était censée servir de mur porteur ; elle apparaît plutôt comme un vague coffrage recouvrant a minima des séquences régressives ou des numéros de soli

Continuer à lire

L’Avenir

ECRANS | de Mia Hansen-Løve (Fr, 1h40) avec Isabelle Huppert, André Marcon, Roman Kolinka…

Vincent Raymond | Mardi 5 avril 2016

L’Avenir

Triste exemple de régression artistique, ce film bien mal nommé voit Mia Hansen-Løve retomber dans les travers de ses débuts, dont on la croyait guérie depuis le lumineux Le Père de mes enfants (2009). Ce cinéma sorbonnard, construit dans l’imitation admirative des aînés Eustache, Garrel ou Assayas (évidemment), s’ingénie à aligner des saynètes froides censées capturer la vie dans sa crue réalité, des séquences de comédie pathétique (avec la vieille grand-mère qui perd la boule), entrelardant le tout de tunnels verbeux bilingues franco-allemands fourrés à la dialectique. Parfaitement formaté pour les festivals : la Berlinale lui a décerné un Ours d’argent… Très proche du personnage qu’elle interprétait — on aurait du mal à dire “incarner” tant son corps physique paraît de plus en plus s’effacer à l’écran — dans Villa Amalia (2009) de Benoît Jacquot, Isabelle Huppert affiche ici la même indifférence face aux événements ; à peine semble-t-elle concernée comme spectatrice. Postulons qu’il s’agit d’une stratégie de protection, car la réalisatrice sadise son héroïne impassible avec une étonnante obstination, au point de la

Continuer à lire

Bien frappé

MUSIQUES | Cette année encore, le festival d'été de la Ville de Grenoble a frappé très fort en termes de programmation : l'éventail est non seulement toujours aussi large, (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 26 juin 2014

Bien frappé

Cette année encore, le festival d'été de la Ville de Grenoble a frappé très fort en termes de programmation : l'éventail est non seulement toujours aussi large, mais en plus le beau linge est de la plus belle étoffe. Question éventail, une belle tranche sera notamment donnée au maloya avec la présence de Maya Kamati et de la grande Christine Salem – cette dernière dans un exercice d'hybridation avec ses amis de Moriarty. Pour le reste, toutes les esthétiques imaginables sont représentés ou presque : reggae (Ki-Mani Marley, fils de qui vous savez, Meta & the Cornerstones), blues sous toutes ses déclinaisons, du swing à l'électro (Stracho Temelkovski, They Call Me Rico, St.Lô), électro, elle-même en tous genres, avec une forte inclination tout de même pour ses versants pop et indie rock (As Animals, Natas Love You, As a New Revolt)... Au-delà de ce brassage, le Cabaret Frappé n'a pas son pareil pour attirer dans ses filets ces jeunes chanteuses irrésistibles qui nous font perdre tout sens commun et nous rendent plus prosélytes qu'un témoin de Jéhovah, à l'instar de l'éblouissante Joe Bel et de la ténébreuse Lou Ma

Continuer à lire

La Belle endormie

ECRANS | Marco Bellocchio signe un film choral interrogeant le droit de décider de sa propre mort et, malgré l’étonnante vivacité de sa mise en scène, n’évite pas un certain didactisme. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Dimanche 7 avril 2013

La Belle endormie

Amour, Quelques heures de printemps et maintenant La Belle endormie : la question de la fin de vie travaille le cinéma contemporain comme elle travaille la société, produisant des films qui tentent, chacun à leur échelle, de ramener le sujet à des destins singuliers. La stratégie de Marco Bellocchio est d’ailleurs la plus claire : il s’empare d’un fait divers qui a embrasé l’Italie — la décision de mettre un terme à la vie d’Eluana Englaro, dans un état végétatif depuis 17 ans — provoquant manifestations cathos et débats au Parlement. Mais il n’en fait que le lien entre trois histoires de fiction qui, chacune à leur manière, traitent aussi de la question. On y voit un sénateur berlusconien, qui a lui-même fait subir une euthanasie à sa femme des années auparavant, prêt à voter contre son groupe et ainsi mettre fin à sa carrière, tandis que sa fille va se joindre au cortège des manifestants réclamant la vie pour Eluana ; une actrice veillant en illuminée mystique sa fille dans le coma et délaissant son propre fils, qui lui aussi s’apprête à devenir com

Continuer à lire

Friends With Kids

ECRANS | De Jennifer Westfeldt (USA, 1h47) Avec Adam Scott, Jennifer Westfeldt, Maya Rudolph

Jerôme Dittmar | Vendredi 13 juillet 2012

Friends With Kids

Dans l'enfer moderne de la comédie romantique, Friends With Kids sort étonnamment son épingle du jeu. Tout en reprenant la tendance lourde actuelle (l'amour sécuritaire, le non-engagement, le zéro risque), le film de Jennifer Westfeldt en sape tranquillement les impasses. Le sujet du jour : comment faire un enfant hors couple, entre amis, pour fuir les aléas du mariage, se voit ainsi traité avec une intelligence que la première bobine, un peu manichéenne, ne présumait pas. Embrassant la question avec sensibilité et humour, le film surprend graduellement à force d'étoffer son classicisme. La moralité est toujours la même : nul ne peut se préserver des sentiments, mais Westfeldt l'impose en quelques scènes clés où les idées s'entrechoquent avec une étonnante lucidité. Contre l'arrogance de ceux qui croient gérer leur vie amoureuse comme leur carrière professionnelle, le film balance des vérités nuancées comme ses personnages. C'est tendre, démocratique, et assez réussi.Jérôme Dittmar  

Continuer à lire

Oh happy Days !

MUSIQUES | «On essaye de faire venir un public toujours plus large. L'ouverture, la diversification, le mélange nous semble être un enjeu de politique culturelle des (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 2 mai 2012

Oh happy Days !

«On essaye de faire venir un public toujours plus large. L'ouverture, la diversification, le mélange nous semble être un enjeu de politique culturelle des plus pertinents. Il n'y a rien de pire que la logique des chapelles et le cloisonnement. Le fait est que le public de Nuits Sonores est très jeune. De fait, si on pouvait attirer un public plus âgé de manière plus significative, on s'en réjouirait», nous confiait récemment Vincent Carry. Dont acte, avec les tout nouveaux tout beaux NS Days, séries de concerts diurnes programmées dans les cours de l'Hôtel Dieu qui, si elles pourront être suivies sans enquiller les shots de guarana, n'en mettront pas moins les articulations à rude épreuve. Ne serait-ce parce qu'y seront mises à l'honneur deux institutions teutonnes de la techno, à savoir Ostgut Ton, bras discographique du Berghain Club de Berlin, réputé pour la martialité et la froideur de ses productions, et Kompakt, bastion colognais de la minimale, fusse-t-elle tribale (Mathias Aguayo), abstraite (Dj Koze) ou sensuelle (Sascha Funke). Pour le reste, bien qu'émoustillés à l'idée de faire connaissance avec la

Continuer à lire

Mes meilleures amies

ECRANS | De Paul Feig (ÉU, 2h04) avec Kristen Wiig, Maya Rudolph, Rose Byrne…

Christophe Chabert | Mercredi 6 juillet 2011

Mes meilleures amies

Jusqu’ici très geek et masculines, les productions Apatow changent de genre avec ce film où les hommes sont réduits au statut de pénis parlants (à l’exception d’un flic attachant et sensible), tandis qu’une poignée de filles se préparent à jouer les demoiselles d’honneur (d’où le titre original, Bridesmaids) sur fond de rivalités entre Annie, pâtissière au chômage, et Helen, bourge friquée, pour avoir les faveurs de la future mariée Lilian. Annie est interprétée par l’épatante Kristen Wiig, également auteur du scénario, qui a réuni au casting la plupart de ses comparses issues de sa troupe d’improvisation. Cette générosité complice est la qualité et la limite de Mes meilleures amies : Feig et Apatow semblent avoir accepté toutes les propositions de leurs comédiennes, gonflant la durée et laissant beaucoup de déchets comiques au milieu de quelques séquences parfois hilarantes. Mes meilleures amies répond aussi aux dérives mercantiles de Sex and the city (la scène d’essayage où les marques sont inventées et qui se termine par une hallucinante explosion scatologique) et à la beauferie de Very bad trip (ici, le voyage à Las Vegas

Continuer à lire

Elle s’appelait Sarah

ECRANS | De Gilles Paquet-Brenner (Fr, 1h51) avec Kristin Scott-Thomas, Mélusine Mayance…

Christophe Chabert | Mardi 5 octobre 2010

Elle s’appelait Sarah

Deuxième film cette année à aborder la rafle du Vel d’Hiv’ (après le pitoyable "La Rafle", qui nous vaut actuellement d’être traité d’Hitler par sa réalisatrice Rose Bosch...), "Elle s’appelait Sarah" a au moins un mérite : au sarkozisme rampant de "La Rafle" avec ses Français tous courageux et humains, il se tient sur une ligne chiraquienne nettement plus acceptable qui ne cache pas la lâcheté et la culpabilité de la France face au drame. Pour le reste, ce n’est pas glorieux… Problème majeur : accepter l’énorme coïncidence qui permet au récit de s’enclencher, à savoir le fait qu’une journaliste qui enquête sur la rafle découvre que l’appartement dans lequel elle emménage a appartenu à une des familles déportées. Les va-et-vient temporels qui en découlent ne sont pas plus heureux, notamment la reconstitution de la rafle et du camp, où Paquet-Brenner (réalisateur des deux Gomez et Tavarès, quand même…) ne se pose aucune question de morale dans sa mise en scène. Bizarre aussi, le choix de priver la jeune rescapée de parole lorsqu’elle devient adulte, sans justification scénaristique. Et on ne parle pas de la conclusion, qu’on voit venir à vingt kilomètres et qui traduit le peu de

Continuer à lire

Away we go

ECRANS | De Sam Mendes (ÉU, 1h38) avec John Krasinsky, Maya Rudolph…

Christophe Chabert | Mercredi 28 octobre 2009

Away we go

Derrière tout feel good movie, il y a un monstre de cynisme qui sommeille… À peine neuf mois après 'Les Noces rebelles', Sam Mendes signe une nouvelle histoire de couple, contemporaine cette fois et sans star au générique. Un «petit» film donc, qui s’offre un tour de l’Amérique d’aujourd’hui sur les traces de Burt, vendeur d’assurances par téléphone, et Verona, enceinte de six mois. Ils cherchent un endroit où fonder un foyer et rencontrent à chaque étape un couple qui les renvoie à leurs doutes, leurs espoirs, leurs craintes. Cela devrait être charmant, mais c’est compter sans la lourdeur habituelle de Mendes. Quelque part entre le théâtre arty et le roman de gare, il déroule pépère le programme d’'Away we go', balisé dans tous les sens (les cartons d’introduction, les chansons folk en conclusion…) et reposant sur une vision particulièrement binaire de ses personnages : soient ils sont mélancoliques et attachants, soient ils sont cons et détestables. Pour Mendes, c’est une belle occasion de ne pas se poser de questions de cinéma : entre le pathos complice et la mesquinerie rigolarde, aucune place pour la nuance. Feeling good ? Plutôt envie de fuir… CC

Continuer à lire