La Floraison des Saisons Hanabi au Comoedia

Élise Lemelle | Mardi 11 juin 2019

Photo : © Eurozoom


L'été des Saisons Hanabi, premier festival au fil des saisons, fleurit avec une sélection de films japonais autour du thème du Takai : "l'autre monde" interrogeant le lien entre concret et spirituel, notamment dans des anime, et en particulier dans les œuvres du virtuose Keiichi Hara dont la dernière création Wonderland, le royaume sans pluie sera dévoilée en parallèle de sa projection au Festival d'Annecy. Également au programme de cette sélection dépaysante : L'homme qui venait de la mer, un film de Kôji Fukada ou encore Anticipation Japon où cinq réalisateurs prophétisent le Japon de demain sous la direction d'Hirokazu Kore-eda, réalisateur palmé à Cannes pour Une affaire de famille.

Les Saisons Hanabi
Au Comœdia ​du 12 au 18 juin

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un été avec Coo

ECRANS | de Keiichi Hara (Japon, 2h26) animation

Dorotée Aznar | Jeudi 9 octobre 2008

Un été avec Coo

En nettoyant une pierre trouvée non loin de chez lui, le jeune Koichi réveille un Kappa, un esprit de l'eau en hibernation depuis des siècles. Au fil des découvertes des pouvoirs hors normes de la bestiole, une complicité se crée entre Coo et la famille de Koichi. Le voisinage ne va pas tarder à avoir vent de son existence, quitte à mettre son équilibre en péril. Avec cette fable familiale et animiste, Keiichi Hara fait une entrée fracassante dans la galaxie du cinéma d'animation. Car sous couvert d'un divertissement tout public, baigné d'une atmosphère retranscrivant à merveille les délices d'un été juvénile avec son cortège d'expériences mémorables, le réalisateur livre une œuvre au propos des plus percutants. Et ce dès sa saisissante scène d'introduction, acte fondateur d'une violence aveugle - et qui ne manquera pas de faire hurler les plus jeunes ! - dont les résonances ne tarderont pas à se faire jour dans le récit. Si les moments passés auprès de cette famille subitement agrandie garantissent leur lot d'émotions lumineuses, les assauts du monde extérieur nous ramènent à une réalité des plus horribles, et à une conclusion au pessimisme écrasant : on ne peut pas coexister avec

Continuer à lire