Sous le ciel de Tashkent : "Au bout du monde"

Drame | Présentatrice d’une émission japonaise de découvertes géographiques, Yoko est en reportage en Ouzbékistan. Aux nombreuses difficultés “pimentant” son tournage s’ajoute une mélancolie intime qui l’occupe hors caméra. Samarcande et Tashkent sont si loin de Tokyo…

Vincent Raymond | Mardi 15 octobre 2019

Photo : © Eurozoom


Tout comme les compatriotes de sa génération et des suivantes, tels Kore-eda ou Kawase, que son effrayante productivité ferait passer pour des paresseux, Kurosawa manifeste une certaine porosité à l'Occident tranchant avec l'esprit d'insularité ordinairement attribué aux artistes nippons. Deux ans après son escapade parisienne pour Le Secret de la Chambre noire, il jette son dévolu sur l'Ouzbekistan, plus proche géographiquement du Japon mais porteur d'un exotisme mystérieux. Et même si ce film est sans le doute le plus étranger au genre fantastique qu'il ait jamais réalisé, Au bout du monde se trouve traversé par une impression de bizarrerie et de déphasage constants.

Ce trouble n'a rien de surnaturel : Yoko ne parlant pas l'ouzbek, éprouvant le manque de son fiancé, ambitionnant une carrière de chanteuse plutôt que de présentatrice ; subissant un tournage compliqué et devant de surcroît feindre la félicité suprême devant l'objectif, a bien des raisons d'être désorientée. Le seul expédient à ce sentiment d'égarement, elle le trouve dans l'errance physique, à l'occasion de balades solitaires et souvent nocturnes, qui la recentrent. Éloge de la perte (parce qu'elle amène les retrouvailles), chasse au Snark ouzbek, mise en boîte des programmes télé standardisés et hommage inattendu à Edith Piaf, ce voyage en terre inconnue est un retour heureux à une sérénité intérieure.

Au bout du monde
Un film de Kiyoshi Kurosawa (Jap-Ouz-Qat, 2h) avec Atsuko Maeda, Ryô Kase, Shôta Sometani…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Le Secret de la chambre noire" : un spectre argentique

ECRANS | Jeune homme sans histoire, Jean devient l’assistant de Stéphane, photographe miné par le décès de son épouse et vivant seul dans sa propriété avec sa fille (...)

Julien Homère | Jeudi 16 mars 2017

Jeune homme sans histoire, Jean devient l’assistant de Stéphane, photographe miné par le décès de son épouse et vivant seul dans sa propriété avec sa fille Marie. Au cours des multiples séances où elle sert de modèle, Jean réalise l’amour qu’il lui porte et la nécessité pour eux de quitter ce lieu toxique. S’entourant d’interprètes français solides comme Gourmet et Rahim, Kiyoshi Kurosawa construit un récit non dénué de finesses psychologiques et formelles, mais qui passe après un (trop) grand héritage gothique sur le fantôme et son reflet. Le film tente de se démarquer par un point de vue plus naturaliste qui, malheureusement, s’essouffle dans le troisième acte par manque d’émotion et d’intensité. La retenue formelle empêche toute immersion et ne reste qu’en surface d’une histoire qui aurait mérité plus de passion, de rage et de désespoir. Le Secret de la Chambre Noire de Kiyoshi Kurosawa (Fr, Be, Jap, 2h11) avec Tahar Rahim, Constance Rousseau, Olivier Gourmet…

Continuer à lire

Kiyoshi Kurosawa : « je filme en ressentant. »

Entretien | Quand Kiyoshi Kurosawa pose sa caméra en France, il emporte avec lui les spectres de son cinéma intime. Explications d’une relation entre un pays et un univers se contaminant mutuellement.

Julien Homère | Mercredi 15 mars 2017

Kiyoshi Kurosawa : « je filme en ressentant. »

Est-ce que les fantômes dans ce film français sont les mêmes que les japonais ? Kiyoshi Kurosawa : Il y a exactement les mêmes fantômes et d’autres qui sont totalement différents. Dans le film, dés l’introduction, le personnage de la mère est le genre de fantôme que l’on voit dans les films qui font peur, notamment les films d’horreur japonais traditionnels. Ce qui est nouveau, c’est le personnage de Marie [Constance Rousseau, NDLR] qui n’était pas un fantôme au départ, mais l’est devenue. Cela ouvre un nouveau drame avec un personnage différent. Cette manière de représenter les fantômes est un challenge car elle ne se fait pas du tout dans l’horreur japonaise ou dans le cinéma de genre mondial en général. C’est vrai que mes films s’inscrivent dans le genre horreur. Et j’ai commencé à avoir envie de ne pas seulement représenter la peur dans les fantômes, mais aussi d’autres facettes de l’être humain, plus sensibles. Comment expliqueriez-vous la dialectique entre les photographies et les fantômes ? Je filme en ressentant. Lorsqu’on regarde un film ou une photographie, ça appartient au pass

Continuer à lire

Tahar Rahim au CNP Terreaux

ECRANS | Tahar Rahim aurait-il quelque pouvoir d’attraction sur les cinéastes étrangers ? Après Lou Ye et Asghar Farhadi, Kiyoshi Kurosawa est à son tour venu tourner à (...)

Vincent Raymond | Mardi 31 janvier 2017

Tahar Rahim au CNP Terreaux

Tahar Rahim aurait-il quelque pouvoir d’attraction sur les cinéastes étrangers ? Après Lou Ye et Asghar Farhadi, Kiyoshi Kurosawa est à son tour venu tourner à Paris, lui confiant l’un des rôles principaux de ce film attendu sur les écrans hexagonaux le 8 mars prochain. Sauf sur celui du CNP Terreaux, où le comédien et le réalisateur japonais viendront à l’occasion d’une avant-première. Le Secret de la chambre noire Au CNP Terreaux le jeudi 2 février à 20h

Continuer à lire

"Jusqu'au bout du monde", le "2001" de Wim Wenders

ECRANS | Longuement mûri pendant plus d’une décennie, Jusqu’au bout du monde aurait dû être le 2001 de Wenders, son grand projet de science-fiction. Une fable (...)

Vincent Raymond | Mardi 1 décembre 2015

Longuement mûri pendant plus d’une décennie, Jusqu’au bout du monde aurait dû être le 2001 de Wenders, son grand projet de science-fiction. Une fable aussi futuriste que visionnaire sur l’omniprésence dévorante des images, et le besoin vital (le désir ?) d’en consommer, y compris lorsque l’organisme n’en a plus la capacité physiologique : ne raconte-t-il pas, entre autres histoires, comment un savant cherche à rendre la vue à sa femme aveugle ? Las, la fatalité en a décidé autrement… Le public, souverain arbitre, s’est détourné de ce film initialement sorti dans une version de 2h59 à l’automne 1991… pile une semaine après le monstre Terminator 2 : le Jugement dernier. Si les deux productions traitaient de la révolution numérique, l’une était revêtue des atours du divertissement hollywoodien, et l’autre apparaissait comme signée par un auteur réputé austère et intello. L’échec de ce film européen ambitieux porté par Solveig Dommartin, William Hurt, Sam Neill, Rüdiger Vogler, Jeanne Moreau, Max von Sydow et même Eddy Mitchell stoppa un Wenders au faîte de sa gloire, et dégrada les finances de son producteur Anatole Dauman (Argos Films).

Continuer à lire

Real

ECRANS | Après "Shokuzai", Kiyoshi Kurosawa ose la fable d’anticipation tout en conservant son style intimiste, bavard et glacé, désormais pleinement maîtrisé. Dommage qu’il ne le tienne pas jusqu’au bout de ce "Real" souvent passionnant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 25 mars 2014

Real

À force de filmer des fantômes revenant hanter les vivants, il était presque fatal que Kiyoshi Kurosawa fasse un jour le chemin inverse. Avec Real, il montre ainsi comment un jeune homme, Koichi, va entrer en «contact» avec Atsumi, sa petite amie dessinatrice de mangas dans le coma depuis un an, en espérant la ramener à la conscience. La technologie qui lui permet de l’atteindre est pour le moins sommaire — une sorte de scanner et quelques électrodes — et le fantastique surgit à travers des idées souvent rudimentaires mélangeant trucages numériques, maquillages spéciaux et transparences obtenues sur le plateau. C’est bien la mise en scène de Kurosawa qui permet de brouiller les frontières entre le rêve et la réalité, et il lui suffit parfois de faire légèrement varier la lumière sur le visage d’Atsumi, de plonger les rues dans une brume opaque ou de supprimer l’ambiance sonore de la ville pour introduire de l’inquiétude. En cela, jamais son style si effacé, cette image sans relief et sans aspérité, n’avait autant servi sa démarche : Real magnifie cette contagion de la réalité la plus banale — y compris dans le torrent de dialogues, inutilement

Continuer à lire

Outrage

ECRANS | De et avec Takeshi Kitano (Japon, 1h49) avec Ryo Kase, Jun Kunimura…

Christophe Chabert | Mardi 16 novembre 2010

Outrage

Après trois films autobiographiques où il s’interrogeait sur son rôle d’artiste, d’amuseur et de cinéaste, Takeshi Kitano revient au genre qui l’a rendu célèbre hors du Japon : le film de yakuzas. Compromis ? Initialement peut-être, mais en fin de compte, "Outrage" est tout sauf une opération séduction. Le premier plan, génial, donne le ton : un long travelling latéral sur des yakuzas en stand by contre leurs voitures de luxe. La caméra arrive sur le visage de Kitano ; va-t-elle s’arrêter ? Non, elle continue sa route et découvre d’autres personnages. Ce n’est pas un pied de nez. Il n’y a ni protagoniste, ni intrigue centrale dans "Outrage", juste la reconduction jusqu’à épuisement du même motif : des dominants arrogants et des dominés qui veulent prendre leur place par le meurtre et la violence. La mathématique des humiliations et de leurs conséquences remplace la psychologie ou le code d’honneur, souvent bafoué. Loin des éclats esthètes d’Hana Bi, Kitano choisit une rugosité formelle radicale pour montrer ce spectacle d’un pouvoir mouvant, sans enjeu autre que de le prendre et de le conserver jusqu’à la mort. Même les scènes de sadisme (notamment un passage terrible où il tort

Continuer à lire