Le Cas Noé : La boucle est bouclée

Festival Lumière | En guise d’amuse-rétines nocturne, Gaspar Noé a composé un appétissant sandwich cinématographique qui devrait teinter d’une belle couleur rubis les rêves de ses spectatrices et spectateurs. Estomacs délicats et autres ténias, passez votre chemin.

Vincent Raymond | Mardi 15 octobre 2019

Photo : Irréversible © DR


Film après film, on ne cesse de le seriner, voire de le suriner : Gaspar Noé compte parmi le cercle (vicieux) très fermé des auteurs possédés par une ambition d'écriture de la forme cinématographique, et pour qui l'expérience de visionnement doit permettre au public de dépasser sa passivité habituelle en instaurant une interaction quasi-organique entre l'objet projeté et le spectateur. Si d'aucuns qualifient Noé de “provocateur“ parce qu'il traite de sujets mordant la marge (inceste, sexe, viol, drogue, mort, etc.), le cinéaste vise surtout à provoquer une émotion qui ne soit pas pré-mâchée. Infusée, perfusée par le registre expérimental, mais aussi imprégnée des formes kubrickiennes et godardiennes, son œuvre dispose toutefois d'une voix originale et bien timbrée, reconnaissable dès ses premiers grenats. Concept singulier — sans doute taillé pour les couche-tôt lyonnais —, la Mini-nuit du Festival Lumière permettra aux dubitatifs de réviser leur jugement, et aux aficionados de se faire un triple bang(halter).

Abracadabra !

Des trois films présentés, le deuxième constitue la principale surprise puisqu'il s'agit d'un inédit — hors Festival de Cannes, où il fut présenté en projection de minuit en mai dernier. Long court-métrage de 50 minutes, Lux Æterna (2019) est un film sinon de commande, du moins réalisé grâce à la proposition d'un mécène — on se croirait revenu à l'époque du Vicomte de Noailles — en l'occurrence un patron de maison de couture. Forcément sulfureux puisqu'il y est question de cinéma et de magie noire, ce film met en scène une réalisatrice campée par Béatrice Dalle dirigeant une comédienne jouée par Charlotte Gainsbourg devant jouer une femme sur le point d'être brûlée pour sorcellerie. Outre le fait que la thématique de la sorcière est diablement d'actualité avec, notamment, la publication récente de l'essai de Mona Chollet, les deux interprètes féminines renouent avec une figure qu'elles ont l'une et l'autre déjà approchée : Béatrice Dalle en étant le rôle-titre de La Sorcière de Bellocchio (invité du Festival cette année) et Charlotte Gainsbourg dans Antichrist de Lars von Trier.

Palin-drame

Pour encadrer ce court, un même film en miroir, ou presque : Irréversible (2002) et son néo-double, Irréversible - Inversion intégrale (2019). Tenant sa place parmi les plus grands films des vingt dernières années, le premier avait fait sensation à Cannes en compétition tout à la fois pour ses plans-séquences hallucinants, sa violence crue, l'interprétation du quatuor Cassel-Bellucci-Dupontel-Prestia et son thème, le rape & revenge… ou plutôt le revenge & rape puisqu'il est construit à rebours. Une narration inversée qui n'a rien de gratuite dans la mesure où elle produit du sens : en chamboulant la chronologie, en la meurtrissant, Noé casse le “confort“ de lecture. Il oblige à emprunter le chemin du souvenir évoqué, celui réclamé par une reconstitution policière par exemple, puisque ce sont les effets qui font exister les actes, et les conséquences qui font rechercher les causes. Irréversible n'est rien d'autre que la déconstruction, l'autopsie d'une colère, décroissant de manière exponentielle, pour s'achever par une épreuve plus physiologique que psychologique : car après nous avoir montré frontalement l'insoutenable du meurtre, du viol, de la douleur — nous transformant de fait en voyeurs impassibles, complices de ce qui s'offrait à nous — Noé nous fait quitter les yeux de l'écran par la contrainte physique. Ou nous les fait baisser de honte.

Changement d'optique en 2019 avec Irréversible - Inversion intégrale que Noé vient de présenter à la Mostra, où il présente à présent l'histoire dans sa continuité logique. Si le remontage est intégral, il appelle plusieurs remarques. D'abord qu'il ne dément pas la morale du film, « le temps détruit tout » puisque le drame reste entier même si le concept se trouve “dénaturé“ ; la perception en sera forcément différente. Ensuite, en décidant d'une telle opération sur son film, le cinéaste reste dans la pratique expérimentale et évoque le boulot que Ryan & Saunders avait fait en 2011 sur un film de Kubrick en le projetant simultanément à l'envers et à l'endroit pour en observer les étranges coïncidences — The Shining Forwards and Backwards, Simultaneously, Superimposed. Bien sûr, Gaspar Noé ne surimprime pas ses deux versions/inversions (lesquelles, étrangement, n'affichent pas la même durée) ; il les projette successivement. Mais qui sait ? Peut-être qu'une version alternative viendra dans des temps ultérieurs. En attendant, la Mini-nuit est à vous.

Mini-Nuit Gaspar Noé en sa présence
À l'UGC Astoria le jeudi 17 octobre à 19h30


Mini-nuit Gaspar Noé

"Irréversible", "Lux Æterna", "Irréversible – Inversion intégrale"

"Irréversible", "Lux Æterna", "Irréversible – Inversion intégrale"

voir la fiche du film


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lux Æterna : Gaspar Noé repousse les limites du cinéma

Le Film de la Quinzaine | À la fois “moking of” d’un film qui n’existe pas, reportage sur une mutinerie, bacchanale diabolique au sein du plus déviant des arts, vivisection mutuelle d’egos et trauma physique pour son public, le nouveau Noé repousse les limites du cinéma. Une fois de plus.

Vincent Raymond | Vendredi 25 septembre 2020

Lux Æterna : Gaspar Noé repousse les limites du cinéma

Sur le plateau du film consacré la sorcellerie qu’elle dirige, Béatrice Dalle échange confessions et souvenirs avec Charlotte Gainsbourg, en attendant que le tournage reprenne. Le conflit larvé avec son producteur et son chef-opérateur va éclater au grand jour, déclenchant chaos et douleurs… À peine une heure. Aux yeux du CNC — yeux qui lui cuiront lorsqu’il le visionnera —, Lux Æterna, n’est pas un long-métrage. La belle affaire ! Depuis presque trente ans qu’il malaxe le temps, l’inverse en spirale involutée, le taillade ou le démultiplie, Gaspar Noé a appris à le dilater pour en faire entrer davantage dans cinquante minutes. Il dote ainsi dès son ouverture Lux Æterna d’extensions cinématographiques, de “ridelles“ virtuelles, en piochant dans des œuvres antérieures ici convoquées visuellement pour créer un climat (Häxan de Benjamin Christensen, Jour de colère de Dreyer) ou verbalement par Dalle et

Continuer à lire

Coppola : le Parrain, dernière époque

Festival Lumière | Le Padre padrone de la famille Coppola arrive cette semaine pour recevoir son dû lyonnais. Plus que la jolie plaque en bois gravée à son nom, c’est l’ovation associée qui devrait lui arracher l’un de ses trop rares sourires. En l’attendant, refaisons connaissance avec lui…

Vincent Raymond | Mardi 15 octobre 2019

Coppola : le Parrain, dernière époque

Dans la carrière de Coppola, ce ne sont pas les arbres qui cachent la forêt, mais des séquoias. Bien singulier est en effet le tracas d’un cinéaste dont la filmographie est semée d’une collection d’œuvres si puissantes qu’une seule aurait suffi à l’inscrire au Panthéon du 7e art. Signer la trilogie du Parrain, voire les deux premiers, voire la première époque uniquement, l’aurait déjà consacré entre Lean et Leone ; Conversation Secrète en aurait fait un frère de Jerry Schatzberg, John Schlesinger, Arthur Penn, Alan J. Pakula ou Mike Nichols. Quant à Apocalypse Now, il l’autorisait à parler d’égal à égal avec Kubrick. Mais en-dehors de ces films-monstres, si splendidement dissemblables les uns des autres, Francis Ford Coppola a tourné de nombreux autres longs métrages d’importance, privés parfois de notoriété, de succès et/ou de postérité. Si certains furent imposés par des nécessités financières impérieuses, cela ne les empêchaient pas d’être impérieusement composés : comme si la contrainte de commande aiguisait la créativité du cinéaste et l’incitait à mettre dava

Continuer à lire

Le classique se rebiffe

Marché International du Film Classique | Au cœur du Festival Lumière se tient pour la septième année un rendez-vous dédié aux professionnels : le Marché International du Film Classique. L’occasion de se pencher sur la “grandeur (et la décadence ?) des petits commerces de cinéma“ pour reprendre le mot de Godard à l’ère de la dématérialisation forcenée…

Vincent Raymond | Mardi 15 octobre 2019

Le classique se rebiffe

À bientôt 125 ans, le cinéma entre dans un âge où l’innovation technologique bénéficie concomitamment à la création contemporaine — à travers l’amélioration continu des supports d’enregistrement de son et d’image, comme des procédés de diffusion de l’objet filmique dans les salles, toujours réinventés en 3D, 4DX etc. — et à son patrimoine. Étrange paradoxe que l’abandon de la pellicule analogique originelle pour le numérique : le transfert des images sur bobines en encodages digitaux plaçant à égalité de traitement œuvres contemporaines et œuvres classiques, il permet à ces dernières de faciliter leur renaissance, donc d’accroître leur visibilité. Or les procédés de restauration demeurent coûteux. Et même si certaines émanations des institutions culturelles nationales (le CNC, l’INA, les Cinémathèques…) ou quelques-unes des fondations privées adossées à des distributeurs nantis d’un puissant catalogue (Pathé, Gaumont…) assument ce qui relève d’une mission de service public, la nécessité de trouver des débouchés économiques reste cruciale. L’état des choses Première source de revenus évidente, la salle de cinéma souffre d’un manque de disponibilité : avec 5

Continuer à lire

Grandes projections : des films élémentaires

Festival Lumière | En un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, les superproductions en 70mm et les grands classiques passaient à 20h30 sur les six chaînes hertziennes… mais plus dans les salles. Le point commun de ces films ? L’immensité au service du détail.

Vincent Raymond | Mardi 15 octobre 2019

Grandes projections : des films élémentaires

La vie d’un film est cruellement courte. Sa VRAIE vie, s’entend : alors qu’il est conçu pour la salle, c’est sur une télévision qu’il déroule l’essentiel de son existence, passée sa première exclusivité. Un pis-aller qui a permis de voir durant des décennies, dans des conditions précaires, des films méritant de se déployer, de respirer : le grand écran leur offrant l’air nécessaire pour déployer leur souffle épique ou leur dimension spectaculaire. Élément de base impalpable, invisible et intangible, l’air se filme difficilement. Ce n’est pas le cas de l’eau, de la terre et du feu dont la cinégénie explose cette semaine. L’Eau À tout seigneur, tout honneur : Jacques Deray fut le vice-président de l’Institut Lumière et son film le plus emblématique demeure le solaire et tropézien La Piscine (1969). Les raisons de le voir ne manquent pas ! Pour le symbole des retrouvailles entre les anciens amants Delon et Schneider, pour son évidente charge érotique — les deux interprètes étaient alors au sommet de leur beauté et, de fait, ne cachaient pas grand chose de leur anatomie en tournant aux abords d’une piscine —,

Continuer à lire

Festival Lumière : par où commencer ?

ECRANS | Des films par dizaines, des projections par centaines, des invités… par milliers ? Peut-être pas, mais suffisamment pour que chaque spectatrice ou (...)

Vincent Raymond | Mardi 8 octobre 2019

Festival Lumière : par où commencer ?

Des films par dizaines, des projections par centaines, des invités… par milliers ? Peut-être pas, mais suffisamment pour que chaque spectatrice ou spectateur trouve son bonheur. Si cette édition du 10e anniversaire est ardemment attendue pour le prestige du récipiendaire du Prix 2019, Francis Ford Coppola n’étant présent qu’en fin de seconde semaine, vous aurez de quoi voir auparavant. Rappelons que le Village du Festival, rue du Premier-Film, organise sa fête de lancement vendredi 11 octobre à 19h et propose dès 20h tous les soirs dans le parc — nouveauté de l’année — des concerts gratuits : Éric le Rouge ouvrira le bal (il le fermera également le dimanche 20). Suivra samedi 12 dès 17h30 la traditionnelle soirée d’ouverture à la Halle Tony-Garnier devant un parterre de vedettes et un film surprise. Et dimanche, quand le Marché International du Film Classique ouvrira ses portes, accueillant également la première édition du Salon du DVD, le Festival recevra ses premiers hôtes d’honneur : Frances McDormand, Donald Sutherland, Vincent Delerm et Daniel Auteuil, mais aussi Barb

Continuer à lire

Encore plus d’étoiles devant les yeux

Festival Lumière | Francis Ford Coppola, Bong John Ho, Ken Loach, Daniel Auteuil et Marina Vlady ne seront pas seuls à visiter les salles obscures lyonnaises en octobre prochain : Frances McDormand, Donald Sutherland, Marco Bellocchio, Gael Garcia Bernal ou Vincent Delerm seront aussi du voyage…

Vincent Raymond | Mardi 3 septembre 2019

Encore plus d’étoiles devant les yeux

Paradoxe n°1 : à Lyon, on le sait, plus les salles sont obscures, plus l’on a de chances d’y trouver des étoiles — surtout à l’automne. Paradoxe n°2 : il fallait se rendre au Cinéma du Panthéon à Paris pour découvrir les nouveautés de la programmation du 11e Grand Lyon Film Festival dévoilées par son directeur, Thierry Frémaux. Valaient-elles le détour ? Sans nul doute pour certaines. D’abord, toutes les annonces de juin ont été confirmées et complétées — la précision n’est pas superflue, si l’on se remémore la triste déconvenue du Projet Godard l’an passé. Auteur d’une « œuvre d’un chaos insensé » selon Thierry Frémaux, Coppola sera bien présent parmi les Ghosn… pardon, les gones. Et son Prix Lumière sera l’occasion de re-projections d’une part non négligeable de sa filmographie : des raretés de ses débuts comme Dementia 13 ou La Vallée du Bonheur, Les Gens

Continuer à lire

Festival Lumière 2019 : de plus en plus Ford !

Lumière 2019 | Coppola en tête d’affiche, le retour de Ken Loach, des zombies et Bong Joon-ho. La première fournée d’annonce du Festival Lumière 2019 a été faite. Préparez vos coups de cœur !

Vincent Raymond | Mardi 11 juin 2019

Festival Lumière 2019 : de plus en plus Ford !

« Un démiurge », « un mammouth ». C’est par ces mots que le directeur de l’Institut Lumière a salué le récipiendaire du Prix Lumière 2019. Onzième à recevoir la distinction (mais lauréat de « l’édition des dix ans », pour reprendre les termes du directeur du festival), Francis Ford Coppola et sa légitimité ne sauraient être contestés. Riche d’une carrière s’étendant sur six décennies, jalonnée d’œuvres fondatrices, marquantes ou à (re)découvrir, le jeune octogénaire figure parmi les créateurs du Nouvel Hollywood et demeure un inlassable expérimentateur. Entré au Panthéon cinématographique bardé de lauriers il y a quarante ans — il avait alors déjà décroché deux Palmes d’Or, deux Oscars du Meilleur film —, le cinéaste n’a depuis cessé de remettre le fruit de ses succès dans de nouvelles aventures cinématographiques, composant une œuvre où, régulièrement, la jeunesse américaine voit ses ambitions fracassées par les guerres ou les crises. S’il faut s’attendre (avec impatience) à la traditionnelle rétrospective et à la masterclass du cinéaste, on peut espérer que celui-ci vien

Continuer à lire

Francis Ford Coppola, 11e Prix Lumière

Festival Lumière | Le Prix Lumière 2019 sera décerné à Francis Ford Coppola au cours de la 11e édition du Festival Lumière qui se tiendra du 12 au 20 octobre à Lyon.

Vincent Raymond | Mardi 11 juin 2019

Francis Ford Coppola, 11e Prix Lumière

Il est le premier cinéaste à avoir remporté l’Oscar pour un film et sa suite (Le Parrain et Le Parrain 2e partie), à avoir décroché deux Palmes d’Or “de l’ère moderne“ (Conversation secrète et Apocalypse Now)… Producteur, scénariste, monteur, viticulteur, à la fois figure tutélaire du Nouvel Hollywood et patriarche d’une impressionnante dynastie de cinéma, Francis Ford Coppola succède donc à son camarade Martin Scorsese (2015, également passé chez Roger Corman) et à Jane Fonda (2018) — deux autres grandes figures du Nouvel Hollywood. Âgé de 80 ans, Coppola qui n’a plus sorti de long-métrage depuis 2012 et son fascinant Twixt, n’a pour autant pas pris sa retraite et développe de nouveaux projets. Il profitera peut-être de sa venue à Lyon entre les 12 et 20 octobre prochains pour en révéler la teneur. Le Prix Lumière, qui constitue une reconnaissance pour la contribution du récipiendaire au cinéma mond

Continuer à lire

Hélène Cattet & Bruno Forzani : « on fait ce qu'on aime, ça n'a pas de prix »

Hallucinations Collectives | Invités d’honneur d’un festival qui ne leur a jamais fait défaut — à raison : ils sont sans doute avec Mandico les plus fervents pratiquants d’un “autre“ cinéma — le duo Hélène Cattet & Bruno Forzani a composé une Carte Blanche à son image. Bref échange en guise de mise en bouche.

Vincent Raymond | Mardi 9 avril 2019

Hélène Cattet & Bruno Forzani : « on fait ce qu'on aime, ça n'a pas de prix »

Le fait d’œuvrer dans un collectif — à partir de deux, vous constituez déjà un collectif, non ? — exacerbe-t-il vos penchants respectifs pour les formes et formats “hallucinatoires“ ? Hélène Cattet & Bruno Forzani : D’une certaine manière, oui, car dans la dynamique d'écriture en duo, on essaie tout temps de déstabiliser l'autre et de le faire halluciner avec des séquences auxquelles il ne s'attend pas. Irréductible à un genre, votre cinéma revendique au contraire l’hybridation et le mélange, voire cette “impureté“ que Epstein attribuerait au diable. Le territoire que vous dessinez film après film appartient-il à un Enfer perdu ? À un enfer qu'on essaie de trouver, plutôt. Il n'est pas vraiment perdu car il n'existe pas, il faut à chaque fois le créer de toutes pièces. L’hermétisme/conformisme français vis-à-vis du genre ne surmarginalise-t-il pas votre travail ? Est-ce vivable d’un point de vue artistique et économique ? C'est difficilement vivable, mais on fait ce qu'on aime, donc ça n'a pas de prix, o

Continuer à lire

Redrum on the dance floor : "Climax"

Le Film de la Semaine | Le réveillon d’un corps de ballet vire inexplicablement en orgie hallucinatoire et sanglante, rythmée par le tempo du DJ. Après Love, Gaspar Noé signe un nouveau film de beat ; un cocktail de survival et de transe écarlate soignant au passage la télé-réalité à la sangria arrangée.

Vincent Raymond | Mercredi 19 septembre 2018

Redrum on the dance floor :

Chorégraphe, Selva a réuni une équipe internationale de danseurs pour son nouveau projet qu’elle achève de répéter dans une salle isolée. Après un ultime filage, la troupe s’octroie un réveillon festif sur la piste, s’enivrant de musique et de sangria. Mais après quelques verres, les convives se mettent à vriller sérieusement. Qu’y avait-il donc dans cette satanée sangria ? On achève bien les chevaux, Orange mécanique, La Mort en direct et Chorus Line (à sniffer) sont sur un parquet. Et c’est Gaspar Noé qui mène le bal, imprimant son rythme de contredanse dès une brève ouverture proleptique annonçant la boucherie finale, sur fond de générique (grandiose) à rebours. Comme un shoot de futur pour amplifier par l’excitation de l’attente l’effet obtenu par la désagrégation progressive de la mécanique artistique la plus disciplinée qui soit : une chorégraphie. Sauf que celle-ci se déroulant durant un réveillon — point d’orgue dionysiaque de tous les paganismes — est vouée à la dilacération.

Continuer à lire

Love

ECRANS | Le souvenir d’une histoire d’amour racontée par ses étapes sexuelles : Gaspar Noé se met autant à nu que ses comédiens dans ce film unique, fulgurant et bouleversant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 15 juillet 2015

Love

Un 1er janvier, Murphy reçoit un message sur son répondeur : la mère d’Electra s’inquiète car elle est sans nouvelle d’elle depuis plusieurs semaines. Qui est Electra ? La femme que Murphy a aimée, avec qui il a vécu une passion ardente puis qu’il a laissée partir. Aujourd’hui, Murphy vit avec une jeune fille dont il a un enfant, mais ce n’est pas la vie qu’il a désirée — elle n’aurait dû être qu’une passade et ce foutu préservatif n’aurait pas dû craquer… Alors, dans un mélange de regrets et d’inquiétude, Murphy va se souvenir de son histoire avec Electra. Love s’inscrit immédiatement sous le signe de cette nostalgie des amours gâchés, et ce saut dans le temps est pour Gaspar Noé l’occasion de construire un puzzle mental dont toutes les pièces seraient des images renvoyant au sexe – avant, pendant et après. D’où le paradoxe sublime sur lequel s’érige le film : à mesure qu’il s’enfonce dans le cerveau de Murphy, il en ramène des corps, de la chair, du plaisir, de la jouissance. Et tandis que son héros se heurte aux quatre murs de son appartement, couverts de traces d’un passé qui est autant celui du personnage que de l’auteur lui-même (un poster de

Continuer à lire

Cannes 2015, jours 8 et 9. Love, love, love

ECRANS | "Youth" de Paolo Sorrentino. "The Assassin" de Hou Hsiao-Hsien. "Mountains May Depart" de Jia Zhang-ke. "Dheepan" de Jacques Audiard. "Love" de Gaspar Noé.

Christophe Chabert | Dimanche 24 mai 2015

Cannes 2015, jours 8 et 9. Love, love, love

Dur dur quand même ce festival de Cannes. Comme d’habitude, nous objecte notre petite voix intérieure. Oui, enfin, un peu plus que ça, lui répond-on, agacé. C’est parce que tu as la mémoire courte, renchérit-elle. Non, les pieds en feu et les yeux cernés surtout, tentons-nous pour couper court au débat. Sur quoi on se dit que si l’on en est à écrire ce genre de conversations imaginaires, c’est qu’effectivement il y a comme une forme de surchauffe intérieure et qu’on n’est pas loin de crier, proximité de l’Italie oblige : «Aiuto !» Youth : la grande mocheté de Sorrentino À moins que cet appel à l’aide ne soit la conséquence de l’accueil délirant réservé au dernier Paolo Sorrentino, Youth, qu’on considère pourtant clairement comme une horreur, sinon une infamie. C’est à ne plus se comprendre soi-même, tant on était resté sur le souvenir, émerveillé, de sa Grande Bellezza il y a deux ans, où il portait son cinéma rutilant et excessif vers une forme d’absolu, sillonnant les rues romaines avec une caméra virtuose et élégiaque dans un h

Continuer à lire

«Un trip chamanique»

ECRANS | Entretien avec Gaspar Noé, réalisateur de "Enter the void" Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 28 avril 2010

«Un trip chamanique»

Spectaculaire «Quand je voyais les films de De Palma, ce que j’aimais le plus, c’était les visions zénithales. Il y a ça aussi dans "Europa" de Lars von Trier. Ou la fin de "Taxi driver". Dans la vie, on ne vole pas, mais on aimerait bien voir la réalité d’au-dessus. C’est peut-être ça qui rend le film spectaculaire. C’est peut-être aussi tous les plans larges où on ne sait pas si on regarde une vraie ville ou une maquette». Un seul plan «Dans les flashbacks, on sent beaucoup plus les coupes. Mais néanmoins, le but était de faire en sorte que les plans raccordent entre eux élégamment. Dans la mémoire ou dans les rêves, on a le sentiment que les plans s’enchaînent sans coupe, sans ce montage cinématographique qui existait jusqu’à l’apparition du numérique et de la haute définition». Films-trip «Il y a la possibilité de faire des trips chamaniques au cinéma, mais il y a peu de gens qui arrivent à les financer. Quand tu vois "2001", c’est vraiment un trip chamanique. Blueberry, Jan Kounen voulait en faire un trip chamanique, mais les financiers voulaient un western populaire et

Continuer à lire

Enter the void

ECRANS | Sept ans après "Irréversible", Gaspar Noé revient avec un film trip, une expérience sensorielle mais aussi un geste de cinéma fort qui révèle le visage le plus sentimental de son auteur derrière un solide sens du spectacle. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 28 avril 2010

Enter the void

C’est la nuit à Tokyo ; Oskar regarde depuis le balcon de son appartement désordonné la ville éclairée par les néons fluorescents. Puis, il bourre sa pipe de dope et se laisse aller à un trip abstrait, rêverie interrompue par la sonnerie de son portable. Caméra subjective, voix-off : Gaspar Noé nous fait entrer dans la tête d’Oskar, un adolescent d’aujourd’hui à peine plus paumé qu’un autre. Il sera rejoint par sa sœur Linda, qui gagne sa vie comme strip-teaseuse dans un club tenu par son amant, puis par Alex, sorte de Carlos Castaneda cockney. Sur le chemin qui les emmène dans un bar nommé The Void, Alex explique à Oskar les principes du Livre des morts tibétains : l’âme erre hors du corps, revoit les événements de son passé, avant de chercher un autre corps où elle pourra se réincarner. Plus qu’un cours de philosophie pour adolescents mystiques et enfumés, cette dissertation vaut surtout comme mode d’emploi esthétique du film à venir. Noé va d’abord recréer la brève existence d’Oskar avec comme centre traumatique le brutal accident de voiture qui coûta la vie à ses parents, avant d’envoyer sa caméra dans les airs, passant d’un personnage à l’autre avec des ellipses én

Continuer à lire

Du cinéma à l’envers

ECRANS | Rétro / Si Benjamin Button remonte physiquement le temps dans le film de David Fincher, c’est par les capacités nouvelles du cinéma numérique que ce prodige (...)

Christophe Chabert | Mardi 27 janvier 2009

Du cinéma à l’envers

Rétro / Si Benjamin Button remonte physiquement le temps dans le film de David Fincher, c’est par les capacités nouvelles du cinéma numérique que ce prodige s’effectue. Mais le film est aussi conçu comme un jeu d’allers-retours entre le présent et le passé, de 2002 à 1918. Art de la manipulation du temps et de l’espace, le cinéma a ces dernières années compris les vertus novatrices de ce processus qui consiste à raconter les choses à l’envers. Dans 5X2, François Ozon disséquait le délitement d’un couple en cinq blocs allant de sa rupture à sa rencontre. Plus hardcore, Gaspar Noé avec Irréversible renversait le rapport bourreau/victime en commençant par la vengeance pour remonter vers le viol et enfin aboutir au paradis perdu d’avant le drame. Tout cela se passait dans l’espace d’une soirée en quasi-temps réel. Mais quelques années auparavant, le brillant cinéaste sud-coréen Lee Chang Dong avait utilisé un procédé similaire pour raconter le destin tragique d’un adolescent ordinaire dont la vie sera bouleversée par sa propension au ratage. Le personnage se faisait ainsi le miroir des traumas de la Corée du Sud, nation fracturée en deux dont l’Histoire s’est mal é

Continuer à lire