La vie et rien d'autre : "Tu mourras à 20 ans"

Drame | Soudan. Alors que se tient devant l’ensemble du village une cérémonie célébrant la naissance de Muzamil, le chef religieux prophétise que l’enfant succombera à vingt ans. Consterné, le père s’enfuit travailler à l’étranger et la mère élève Muzamil dans cette unique perspective funeste…

Vincent Raymond | Mardi 11 février 2020

Photo : © Pyramide distribution


Régulièrement dépeint sur nos écrans, le déterminisme social minant l'Occident possède un double maléfique dans les pays où la tradition/l'obscurantisme/la religion (rayez la mention inutile) fait sa loi. Cette fable moderne l'illustre, qui fait froid dans le dos par sa gravité réaliste. Et serre le cœur, à moins d'être totalement dépourvu d'empathie.

Car Amjad Abu Alala montre les effets pervers de la malédiction inaugurale : un conditionnement généralisé biaisant toute destinée. Ainsi, sa mère porte le deuil de Muzamil dès le jour de sa naissance et lui interdit quasiment tout contact avec l'extérieur (incitant de fait les autres enfants à l'affubler du charmant sobriquet de Fils-de-la-Mort), ne lui laissant pour seules occupations que la fréquentation de l'école coranique où il pourra enfin bénéficier d'une attention positive après avoir appris par cœur tous les textes sacrés. Prisonnier d'une prophétie et de son village, il lui faudra comprendre qu'il vit entre des barreaux pour essayer de les scier ; qui mieux qu'un apostat pratiquant la boisson et la luxure pour lui montrer d'autres chemins — notamment grâce aux projections cinématographiques qu'il lui propose ? Le propos est politiquement osé, autant que la morale s'avère pessimiste : pour vivre, il faut s'exiler et donc renoncer aux siens…

Tu mourras à vingt ans
Un film de Amjad Abu Alala (Sou-Fr-Ég-All-Nor-Qa, 1h45) avec Mustafa Shehata, Islam Mubarak, Mahmoud Elsaraj…


Tu mourras à 20 ans

De Amjad Abu Alala (Sou-Fr, 1h45) avec Mustafa Shehata, Islam Mubarak, Mahmoud Elsaraj Soudan, province d’Aljazira, de nos jours. Peu après la naissance de Muzamil, le chef religieux du village prédit qu’il mourra à 20 ans. Le père de l'enfant ne peut pas supporter le poids de cette malédiction et s'enfuit. Sakina élève alors seule son fils, le couvant de toutes ses attentions. Un jour, Muzamil a 19 ans...
Lumière Bellecour 12 rue de la Barre Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter