Hérisson carré contre Carrey hérissant : "Sonic le film"

Aventure | Exilé sur la planète Terre, le hérisson bleu Sonic vit heureux caché dans une petite ville, jusqu’au jour où il déclenche accidentellement une gigantesque décharge énergétique. Le gouvernement dépêche un savant fou, le Dr Robotnik, pour tirer les choses au clair…

Vincent Raymond | Mercredi 12 février 2020

Photo : © Paramount / Sega


La nostalgie n'ayant pas d'âge, chacun éprouve une douce mélancolie à la remembrance des décors de sa jeunesse. Quand les septuagénaires susurrent Âmes fifties, les quinqua beuglent L'Île aux enfants et les trentenaires s'emparent de leur console pour se taper des parties de Sonic. Point commun à tous ces comportements innocents : la recherche d'un plaisir régressif et irénique ; le retour à ce fameux paradis perdu à l'âge adulte, auquel ils accèdent par saccades lors de ces plongées dans le bleu des souvenirs… ou du logo Sega, en l'occurrence.

Sonic le film illustre bien cette quête sans fin (n'est-ce d'ailleurs pas le propre d'un jeu vidéo d'être construit en quête ?) en révélant le désir un brin réactionnaire des fans de tout retrouver intact — la polémique sur l'évolution morphologie de leur personnage fétiche née de la première bande-annonce en témoigne. Le scénario également suit cette idée, puisqu'on y voit un policier de bourgade rêver de s'épanouir à San Francisco… avant d'y renoncer parce que le home town de son enfance est plus taillé à ses dimensions. Bien que ne tenant pas en place, Sonic lui-même cultive l'adulescence éternelle, avec son terrier digne d'un étudiant de première année.

Hors cela, ce spectacle ni déplaisant ni honteux se place sous la bannière du film familial, et vise autant leurs enfants que les trentenaires précités. Un bémol : Jim Carrey alias Robotnik/Eggman qui, pour le coup, obéit à la consigne de la constante en auto-copiant ce qu'il faisait il y a vingt ans. Certes, c'est cohérent, mais un peu triste au regard des nuances dont il est capable…

Sonic le film
Un film de Jeff Fowler (É-U, 1h40) avec James Marsden, Jim Carrey, Tika Sumpter…


Sonic le film

De Jeff Fowler (EU, 1h39) avec Malik Bentalha, James Marsden, Tika Sumpter

De Jeff Fowler (EU, 1h39) avec Malik Bentalha, James Marsden, Tika Sumpter

voir la fiche du film


L'histoire du hérisson bleu le plus rapide du monde qui arrive sur Terre, sa nouvelle maison. Sonic et son nouveau meilleur ami Tom font équipe pour sauver la planète du diabolique Dr. Robotnik, bien déterminé à régner sur le monde entier.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Baby Boss 2 : une affaire de famille" de Tom McGrath : à l'école du pire

Animation | Plusieurs années après leurs précédentes aventures, Tim et Ted Templeton sont devenus adultes et se sont éloignés l’un de l’autre. Ted est très riche, Tim a fondé (...)

Vincent Raymond | Mardi 17 août 2021

Plusieurs années après leurs précédentes aventures, Tim et Ted Templeton sont devenus adultes et se sont éloignés l’un de l’autre. Ted est très riche, Tim a fondé une famille et s’occupe de ses deux filles. Ce qu’il ignore, c’est que sa benjamine est une nouvelle Baby Boss et qu’elle va retransformer Tim et Ted en enfants pour 48h afin d’infiltrer l'école du mystérieux Dr Armstrong… Face à cette Affaire de famille… on ne peut nier l’évident lien de parenté entre les bébés agents secrets investissant l’école du professeur fou Armstrong et la troupe de pingouins déglingués de Madagascar : ils sortent du même esprit fantasque et féru d’absurdité, celui de Tom McGrath. Mais poussons un peu. Racontant une histoire d’adultes ayant oublié le monde merveilleux de leur enfance en accédant à celui des grandes personnes ; montrant un savant fou perturbé par ses jeunes années, voulant contrôler le monde et le laisser aux mains d’enfants, Baby Boss 2 aurait pu être un Disney (entre

Continuer à lire

Façonnage Éditions : ça presse !

Édition | Bonne nouvelle ! Lancée à la sortie du confinement, la collecte participative pour la maison d’édition lyonnaise naissante Façonnages Éditions est déjà un succès. (...)

Vincent Raymond | Mardi 9 juin 2020

Façonnage Éditions : ça presse !

Bonne nouvelle ! Lancée à la sortie du confinement, la collecte participative pour la maison d’édition lyonnaise naissante Façonnages Éditions est déjà un succès. À moins d’une semaine de la clôture de l’appel à financement (le 15 juin), plus de 200% ont été réunis afin de permettre la sortie d’essais graphiques s’attachant à diverses figures de la pop culture. On peut s’attendre à l’alliance de la liberté formelle et de la rigueur analytique puisque le fondateur de cette nouvelle structure indépendante n’est autre que Jérôme Dittmar, précédemment à la manœuvre pour Carbone et jadis dans nos colonnes. Quatre titres sont déjà annoncés (Jim Carrey : L’Amérique démasquée ; Speed Rac

Continuer à lire

"First date" : quand Barack rencontre Michelle

ECRANS | de Richard Tanne (E-U, 1h21), avec Parker Sawyers, Tika Sumpter, Jerod Haynes…

Vincent Raymond | Mardi 30 août 2016

Ah, la délicate pudibonderie du titre français — et cependant en anglais — "Premier rendez-vous" ! Une formule sibylline que les initiés décrypteront par : "Comment Barack a pécho Michelle…" Car Hollywood ne pouvait rester bien longtemps insensible aux charmes du couple présidentiel le plus décontracté et le plus glamour depuis les Kennedy ; il se devait de les biopiquiser, histoire de dorer davantage leur légende — au moins, Richard Tanne a-t-il eu la décence d’attendre que le président parvienne au terme de son second mandat, pour éviter tout enjeu politique. L’on suit ici cette fameuse journée de 1989 où Barack, alors stagiaire de Michelle dans un cabinet d’avocats, parvient à convaincre la belle rétive à coup d’argumentations éblouissantes, d’éclatants sourires, de rentre-dedans et d’une visite dans le quartier où il a brillamment servi comme bénévole. Lui, un peu (de) gauche mais décidé, qui fume pour évacuer son stress ; elle, plus fragile qu’elle veut bien l’admettre, se pomponnant dans sa salle de bains avant le rendez-vous… En somme, une mignonne hagiogr

Continuer à lire

The Box

ECRANS | On attendait comme le messie le nouveau film du réalisateur maudit de ‘Southland Tales’, Richard Kelly. Une seule certitude à l’arrivée de ce thriller parano et ésotérique : son cinéaste est un grand cinglé ! Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 28 octobre 2009

The Box

À l’origine de The Box, une courte nouvelle de Richard Matheson adaptée à l’écran dans un épisode de ‘La Quatrième Dimension’ période années 80. Un homme étrange dépose un carton chez un couple ordinaire ; à l’intérieur, une boîte, avec une sorte de buzzer, et un pacte : si on appuie sur le bouton, quelqu’un meurt, mais le couple gagne 1 000 000 dollars. La vie d’un inconnu contre la promesse du confort matériel : voilà un conflit moral diabolique que The Box règle assez vite, dans un premier quart d’heure réussi quoique très classique pour qui suit de près le cinéma de Richard Kelly. Encore jeune, le cinéaste a déjà à son actif un film culte (Donnie Darko) et un film maudit (l’incroyable et controversé Southland Tales). Le défi de The Box, se dit-on, est aussi celui de son metteur en scène : tuer symboliquement sa personnalité de chien fou dans le cinéma américain et vendre son âme aux studios hollywoodiens. L’enfer, c’est les autres Or, ce qui est passionnant, c’est la manière dont Kelly va faire exploser son matériau de départ en le plongeant dans l’acide de son imaginaire tordu

Continuer à lire