Une sirène à Paris

Vincent Raymond | Mardi 18 février 2020

Photo : © Sony


La dernière fois qu'on l'avait vu, lu, et entendu, il était convalescent — mais surtout vivant ! C'était à l'occasion de la sortie de l'album et du roman Journal d'un vampire en pyjama. Mathias Malzieu renoue avec le cinéma, et après son film d'animation La Mécanique du cœur, le voici réalisateur d'un nouveau conte moderne avec des créatures piégées par l'amour et la fatalité. À l'occasion d'Une sirène à Paris, le Valentinois vient en voisin avec son équipe…

Une sirène à Paris
Au Pathé Vaise et à l'UGC Confluence le mardi 25 février à 19h45


Une sirène à Paris

De Mathias Malzieu (Fr, ) avec Nicolas Duvauchelle, Marilyn Lima, Rossy de Palma

De Mathias Malzieu (Fr, ) avec Nicolas Duvauchelle, Marilyn Lima, Rossy de Palma

voir la fiche du film


Crooner au cœur brisé, Gaspard s’était juré de ne plus retomber amoureux. Quant à Lula, jolie sirène, elle n’a que le chant pour se défendre des hommes, en faisant s’emballer leur cœur jusqu’à l’explosion. Lorsque la Seine en crue vient déposer Lula au pied du Flowerburger, la péniche-cabaret où chante Gaspard, c’est un mini-tsunami qui va bouleverser leur existence. Lui, l’homme qui a souffert d’avoir trop aimé, et elle, la créature qui n’a jamais connu l’amour, vont apprendre à se connaître. Et à chanter d’une même voix…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Amour en eaux douces : "Une sirène à Paris"

Fantastique | Alors que son père va vendre la péniche familiale Flowerburger, historique siège d’un groupe d’embellisseurs de vie — les surprisiers — Gaspard, un musicien au cœur brisé, découvre Lula, jeune sirène échouée sur les rives de Seine. Pour la sauver, il l’emmène chez lui…

Vincent Raymond | Mardi 10 mars 2020

Amour en eaux douces :

S’il n’y avait les rêveurs pour le porter et lui donner de l’oxygène, le monde s’écroulerait, asphyxié. Mathias Malzieu en fait partie, qui déploie son imaginaire de chansons en livres et de livres en films, explorant des univers connexes à ceux de ses devanciers Tim Burton ou Jean-Pierre Jeunet. Comme dans La Mécanique du cœur ou Métamorphose en bord de ciel, le meneur de Dionysos ose ici un conte façon alchimie entre merveilleux et mélancolie avec des héros cabossés depuis l’enfance et des créatures surnaturelles. Avec ses décors baroques, sa musique faite maison, ses interprètes attachants (le couple Duvauchelle/Lima s’avère osmotique), Une sirène à Paris cherche à ranimer un certain esprit magique, que l’on peut apprécier comme une forme de nostalgie d’un paradis cinématographique perdu. Malgré tout, ce mixte d’ambition et de naïveté revendiquée manque, c’est triste à dire, de moyens à l’écran. Peut-être aurait-il fallu être étourdi par un surcroît de couleurs et de frénésie à la Baz Luhrmann pour que la féérie du projet soit plus

Continuer à lire