Écrin total au Grand Hôtel-Dieu

Vincent Raymond | Mardi 30 juin 2020

Photo : © Thibault Grabherr / Gaumont


On n'en a pas fini avec les bizarreries covidiennes. La place Ambroise-Courtois, lieu traditionnel des projections en plein air de L'Été en Cinémascope n'a pour l'heure pas été retenue pour des raisons de sécurité ; la Cour du Grand Dôme du Grand Hôtel-Dieu, en revanche, semble étrangement immunisée contre le coronavirus — un souvenir du lointain passé hospitalier du site ? Toujours est-il que le pôle de commerces et de luxe de la Presqu'île lance son programme de séances en plein air gratuites, à visionner dans des transats — sur le modèle de la Villette à Paris — limitant toutefois la jauge à 120 spectateurs « installés à bonne distance les uns des autres ». Réfléchissez-y donc à deux fois pour vos soirées romantiques. Notez également qu'il faudra être rapide, aucune réservation n'étant possible. Du côté de la programmation, comptez sur Le Grand Bain (jeudi 2 juillet), Rebelles (jeudi 16 juillet), Wild Rose (jeudi 30 juillet), Le Sens de la Fête (jeudi 13 août). Toutes les séances débutent à 21h45.

Au Grand Hôtel-Dieu du jeudi 2 juillet au jeudi 13 août

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Grand Hôtel-Dieu : pour NPG, « l'époque des artistes non rémunérés est révolue »

Lyon | L'appel à participation gratuite de musiciens à une scène ouverte estivale au sein du Grand Hôtel-Dieu est restée en travers de la gorge de nombre d'artistes qui se sont exprimés sur les réseaux sociaux du centre commercial. L'adjointe à la Culture Nathalie Perrin-Gilbert a réagi vertement.

Sébastien Broquet | Jeudi 17 juin 2021

Grand Hôtel-Dieu : pour NPG, « l'époque des artistes non rémunérés est révolue »

« Une scène ouverte pour célébrer la performance artistique » : c'est ainsi qu'est présentée la programmation estivale et musicale du Grand Hôtel-Dieu, qui a installé dans la cour St-Henri une scène pour des concerts devant se dérouler tout l'été, dès le samedi 19 juin à 20h, jour où est programmée l'artiste folk Thaïs Té. Et c'est gratuit. Pour le public... Mais aussi pour les artistes : aucune rémunération n'est prévue pour eux. Et c'est bien là que se niche le problème. Le gros problème. Car nombre d'entre eux ont vivement réagi sur les réseaux sociaux à l'appel à projets lancé sur Instagram et Facebook. Pour résumer l'avis quasi général, le temps de l'artiste rémunéré en visibilité pour se faire connaître, c'est terminé. Musicien, c'est un travail, comme un autre. Sur Facebook, l'organisation a répondu ainsi : « cette scène ouverte s'adresse essentiellement à des artistes en devenir. Nous souhaitons permettre à de jeunes artistes et groupes locaux de présenter leur talent en mettant à leur disposition une scène et

Continuer à lire