Veillée fatale : "The Vigil" de Keith Thomas

Horreur | Yakov, qui a rompu avec sa communauté juive orthodoxe, vit dans la précarité. Pour payer son loyer, il accepte contre rétribution d’effectuer la veillée funèbre de M. Litvak un coreligionnaire. Sans savoir que le défunt est possédé par un démon en quête d’un nouveau corps hôte…

Vincent Raymond | Mercredi 29 juillet 2020

Photo : ©Wild Bunch Germany Germany GmbH


Distributeur du film outre-Atlantique, Blumhouse Productions poursuit son intéressant cheminement dans le cinéma de genre, investissant sans crainte des créneaux en déshérence ou ignorés. The Vigil constitue une incursion dans le registre cultuel autant qu'une percée : à de notables exceptions telles que Le Golem ou Pi, la religion juive n'est habituellement pas convoquée pour les films fantastiques ou d'épouvante — on lui préfère le catholicisme et ses possessions/exorcismes, pour le coup cinématographiquement très ritualisés.

Pour son premier long-métrage, Keith Thomas réussit deux choses assez ardues. D'abord, créer une terreur a minima, froide, par la suggestion. Ensuite, asseoir son intrigue horrifique sur un substrat historico-philosophique offrant une authentique matière à réflexion. Le passé en tant qu'obsession est ici métaphoriquement représenté par un démon (le “mazik“) qu'il faut éliminer par le feu, sans quoi c'est lui qui détruit celui qu'il possède. Le propos est plutôt iconoclaste pour une religion où rites, mémoire et la traditions sont essentiels, et presque sacrilège lorsqu'il s'agit “d'effacer“ un trauma lié à la Shoah. En outre, le fait que Yakov, en rupture avec une communauté orthodoxe, soit désigné pour surmonter la malédiction, rend le tableau plus troublant encore. La lecture s'avère des plus métaphysiques, et mériterait presque le regard d'un ou une kabbaliste !

The Vigil
Un film de Keith Thomas (É-U, int.-12 ans, 1h30) avec Dave Davis, Menashe Lustig, Malky Goldman…


The vigil

De Keith Thomas (Eu, 1h30) avec Dave Davis, Menashe Lustig, Malky Goldman

De Keith Thomas (Eu, 1h30) avec Dave Davis, Menashe Lustig, Malky Goldman

voir la fiche du film


New York, Brooklyn. Après avoir quitté la communauté juive orthodoxe, Yakov, à court d’argent comme de foi, accepte à contrecœur d’assurer la veillée funèbre d’un membre décédé de ce groupe religieux. Avec la dépouille du défunt pour seule compagnie, il se retrouve bientôt confronté à des phénomènes de plus en plus inquiétants…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La firme des animaux : "The Hunt"

Thriller | Un groupe de nantis issus d’une même société kidnappe des citoyens apparemment ordinaires pour en faire les cibles d’un safari géant. Mais l’une des proies leur échappe. Un scénario d’anticipation cauchemardesque, une cinglante critique contemporaine. Orwellien et captivant.

Vincent Raymond | Mercredi 24 juin 2020

La firme des animaux :

Longtemps sur la ligne du rasoir — ce qui, au demeurant, est assez cohérent avec sa tonalité saignante —, The Hunt bascule finalement du côté d’une sortie dans les salles obscures. Précisément dès leur réouverture. On pourrait croire à de l’opportunisme d’Universal eu égard à la situation actuelle des États-Unis, au bord de l’explosion à la suite de l’assassinat de George Floyd et des escalades provocatrices de Donald Trump. Pourtant, ce que le film imagine n’est rien d’autre qu’une extrapolation horrifico-satirique de l’état réel d’une société clivée jusqu’à la moelle, où l’hypocrisie d’un politiquement correct de façade peine à masquer les pulsions ségrégationnistes des dominants. Pulsions sans limites, grandissant autant que la fortune et l’hybris des ploutocrates. Du plomb dans la cervelle Reprenant ici sous la bannière Blumhouse le principe des Chasses du Comte Zaroff (1932) — depuis décliné sous bien des formes jusqu’à

Continuer à lire