Ici EST là : "Les Mondes parallèles" de Yuhei Sakuragi

Sur Canal+VOD | Un bon anime aux sous-textes écologistes réalisé par Yuhei Sakuragi, à découvrir sur Canal+VOD.

Vincent Raymond | Mercredi 9 septembre 2020

Photo : © Eurozoom


Tokyo, de nos jours. Shin et Kotori, deux lycéens proches, découvrent l'existence d'un monde en tout point identique au nôtre, où chacun possède son double : si l'un meurt, l'autre disparaît à son tour. Or ce monde parallèle est une dictature qui envoie des tueurs avec des cibles précises…

Réduire ce film à un énième anime avec collégiens et collégiennes en uniformes, pseudo-Transformers et baston de fin du monde serait se priver de sa part de mélo et de sa très utile dimension métaphorique. Car au-delà de la variation sur les histoires à paradoxe temporel — comme si Terminator ou Retour vers le futur rencontrait Matrix — cette semi-uchronie résonne étrangement avec l'actualité contemporaine : à l'instar de la parabole sur “l'effet papillon”, elle rappelle en effet que nous habitons tous le même écosystème, et sommes plus interdépendant que nous le croyons. Dans la lignée, en somme, de Pompoko ou Lou et l'île aux sirènes aux sous-textes volontiers écologistes…

Les Mondes parallèles
★★★☆☆ Un film d'animation de Yuhei Sakuragi (Jap, 1h33) avec voix de Yûki Kaji, Yoshiki Nakajima, Maaya Uchida…
Sur Canal+VOD

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Demain, j’arrête (ou pas) : "Never-Ending Man : Hayao Miyazaki"

Documentaire | de Kaku Arakawa (Jap, 1h12) Avec Hayao Miyazaki, Toshio Suzuki, Yuhei Sakuragi…

Vincent Raymond | Mardi 18 décembre 2018

Demain, j’arrête (ou pas) :

En 2013, après plusieurs faux-départs, le cinéaste Hayao Miyazaki effectue l’annonce solennelle de sa retraite définitive. Peu dupe, Kaku Arakawa entreprend de le suivre et enregistre son incapacité à demeurer inactif : le fondateur des studios Ghibli se remet rapidement au travail… D’une insolente brièveté, ce documentaire tourné au plus près de Miyazaki — parfois sous son nez pendant qu’il déguste son bol de ramen — possède de nombreuses vertus. Dont celle de nous immiscer dans l’intimité du père de Totoro, révélant ses habitudes et ses manies (le port de la blouse, les cigarettes, les tressautements de jambes machinaux) d’un über perfectionniste conscient d’avoir, à l’instar d’un Cronos, dévoré ses enfants par crainte qu’il ne lui succèdent. On pourrait croire qu’il s’agit d’une charge contre un vieux maître reclus dans son égotisme et la certitude de son indépassable excellence ; or justement, Miyazaki ne cesse de s’ouvrir à la nouveauté (ici, à la 3D) et à la jeunesse. Et quand il ose avouer vouloir réaliser dans un premier temps un nouveau court-métrage, Boro la ch

Continuer à lire