“Minari” de Lee Isaac Chung : un problème de cultures

Drame | À partir de souvenirs mêlant biculturalisme, déboires d’une agro-entreprise familiale et relation avec une aïeule, Lee Isaac Chung signe un film aussi ouvert que lyrique participant de ce courant cicatriciel touchant le cinéma étasunien. Du rêve américain et de l’invincible espoir…

Vincent Raymond | Mercredi 23 juin 2021

Photo : © Josh Ethan Johnson / Prokino / A24


Arkansas, années 1980. Jacob Yi a convaincu son épouse Monica de quitter la Californie afin de mener de grands projets de culture de légumes coréens pour les expatriés affluant aux États-Unis. En attendant la fortune, ils travaillent comme sexeurs de volailles, au milieu de nulle part. Mais Monica a peur pour leur fils David atteint d'un souffle au cœur. Alors elle invite sa mère Soon-ja…

Recomposition autobiographique de l'enfance du réalisateur dans l'Amérique de Ronald Reagan, Minari est, à l'instar de Nomadland — auquel il disputait les statuettes suprêmes cette année —, une relecture d'un de ces grands mythes étasunien : celui du chercheur d'or persuadé de faire fortune grâce à son obstination et sa confiance inébranlable dans cette land of plenty. Ce grand pays tellement neuf où l'on plante des espoirs et où fleurissent des promesses vite flétries ; où les récoltes attendues s'avèrent amères, et les surprises abondantes… Une terre à l'herbe toujours plus verte ailleurs et qui semble perpétuellement s'ingénier à illustrer la maxime « quand la vie te donne des citrons, fais de la citronnade ». Car évidemment, Jacob ne va pas réussir à engranger (au sens propre) les bénéfices de son labeur…

Des vertes et des pas mûres

Certes, les motifs ne sont pas nouveau : l'aspiration à la néo-ruralité pionnière de Jacob croise en effet les idées fixes des héros de Jean de Florette (1986), Mosquito Coast (1986) et de Captain Fantastic (2016) — même si ces deux derniers, misanthropes, sont dans une démarche sociétale radicalement opposée ! — ; sa soif de conquête rappelle celle de l'ogre de There Will Be Blood (2007) dans une version végétale et poissarde. La famille Yi, accumulant déroutes sur déconvenues dans son projet de la dernière chance, évoque aussi les Joad des Raisins de la colère (1940) comme les Mee de Nouveau départ (2012) ; quant à la relation épineuse puis tendre entre la grand-mère et le petit-fils, elle renvoie au fameux Jiburo (2005).

Lee Isaac Chung fait cependant de cette chronique familiale autre chose qu'un empilement clinique ou tragique de catastrophes : au contraire ce récit de déconstruction culturelle/acculturation/adaptation est-il empli de lumières désamorçant les a priori. À commencer ceux sur les habitants de l'Arkansas : les Yi ne subissent pas le moindre ostracisme, la banque les aide, la communauté religieuse les accueille à bras ouverts dans son église. Même les enfants du patelin ne leur cherchent pas de noises : ils préfèrent se moquer de leur valet de ferme, ancien soldat ayant perdu des boulons en… Corée. En somme, l'étrangeté de ce film vu indifféremment à hauteur d'enfant et d'adulte est que tout va de plus en plus mal et cependant de mieux en mieux ; rien ne doit entacher sa leçon d'optimisme.

Si l'on veut toutefois finir par une note plus sombre, on peut s'amuser à voir dans Minari un pendant intéressant au Burning — la présence de Steven Yeun aux génériques des deux n'y est pas étrangère — ou du moins une hypothétique préquelle où le jeune David, perturbé par son enfance insécure, retournerait en Corée pour devenir le trouble Ben du film de Lee Chang-dong…

Minari
Un film de Lee Isaac Chung (Corée du Sud-G-B, 1h56), avec Steven Yeun, Ye-Ri Han, Alan S. Kim…


Minari

De Lee Isaac Chung (EU, 1h56) avec Steven Yeun, Ye-Ri Han, Alan S. Kim, Noel Kate Cho, Yuh-jung Youn

De Lee Isaac Chung (EU, 1h56) avec Steven Yeun, Ye-Ri Han, Alan S. Kim, Noel Kate Cho, Yuh-jung Youn

voir la fiche du film


Une famille américaine d'origine sud-coréenne s'installe dans l'Arkansas où le père de famille veut devenir fermier. Son petit garçon devra s'habituer à cette nouvelle vie et à la présence d'une grand-mère coréenne qu'il ne connaissait pas.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lee Chang-dong : « je voulais raconter la colère qui se forme chez les jeunes d’aujourd’hui »

Burning | Invité à ouvrir la saison de la Cinémathèque Française (qui lui consacre une rétrospective), le cinéaste coréen y a présenté l’avant-première post-cannoise de son nouveau film, "Burning", adapté de Murakami et Faulkner. Conversation privée avec l’auteur de "Peppermint Candy".

Vincent Raymond | Mardi 28 août 2018

Lee Chang-dong : « je voulais raconter la colère qui se forme chez les jeunes d’aujourd’hui »

Burning usant volontiers d’une forme métaphorique, comment interpréter votre choix de faire de votre héros Jongsu un écrivain ayant du mal à écrire, sachant que justement vous avez débuté comme écrivain ? Lee Chang-dong : Effectivement, Jongsu représente un aspirant écrivain, et je voulais montrer un caractère inhérent de ces jeunes gens, au moment où ils se posent beaucoup de questions sur ce qu’ils doivent absolument écrire. J’ai été écrivain. Il y a même un moment où je voulais écrire un roman : après avoir démissionné de mes fonctions ministérielles. Mais autour de moi, les gens étaient furieux, et me disaient de recommencer à faire des films. Alors j’ai abandonné. À présent, je suis un vieux cinéaste (sourire), mais dans mon for intérieur, je pense ne pas avoir trop changé. À chaque fois, je me demande comme un débutant quel film réaliser ; comment dialoguer avec les spectateurs… Cela traduit mes limites et mes faiblesses. Et c’est la raison pour laquelle j’ai

Continuer à lire

Déclare ta flamme ! : "Burning"

Drame | de Lee Chang-Dong (Cor. du S., 2h28) avec Yoo Ah-In, Steven Yeun, Jeon Jong-seo…

Vincent Raymond | Lundi 20 août 2018

Déclare ta flamme ! :

Jong-soo accepte de nourrir le chat d’Hae-mi, une amie d’enfance, pendant son voyage à l’étranger. Lorsqu’elle revient, elle est flanquée de l’étrange et fortuné Ben, dont elle semble éprise. Double problème : Jong-soo est épris d’elle et Ben révèle des penchants tordus… « Qui entre pape au conclave, ressort évêque ». Sur la Croisette, la sentence vaut également pour les films adulés par la rumeur — découlant d’un phénomène d’autosuggestion massive lié à la promiscuité et à la surexcitation cannoises… ou à l’habileté des publicitaires. À l’issue de la proclamation du palmarès, leur palme putative envolée, des œuvres entament leur vie en salle auréolées d’une vapeur d’échec ou d’une réputation de victime biaisant leur découverte. Burning aura donc été invisible aux yeux du jury. Singulière mise en abyme pour ce film où la suggestion de présence, l’absence et la disparition physique ont une importance considérable. Ainsi Jong-soo — écrivain en devenir à la production virtuelle, vivant dans une ferme fantôme à portée d'oreilles de la Corée du Nord

Continuer à lire